Prix André-Laurendeau

  • Luc Noppen
  • Prix
  • Prix André-Laurendeau

Prix André-Laurendeau 2013 - Explorations autour du destin des Églises

Prix André-Laurendeau 2013 - Allocution du lauréat

Article primé: Explorations autour du destin des églises au Québec

Lorsque Robert Laplante m’a invité à collaborer à votre revue, je lui ai d’emblée proposé un thème sur le patrimoine religieux, ce qu’il a accepté de façon enthousiaste; c’est, me semble-t-il, ce qu’il recherchait en communiquant avec moi. J’ai saisi l’occasion pour lui proposer de présenter le cas de la mise en valeur du site paroissial de Sainte-Brigide-de-Kildare (Montréal), mais surtout de l’inscrire dans une vision d’ensemble, de nature à faire apparaître le patrimoine religieux, le patrimoine ecclésial surtout, comme un enjeu de société envers lequel nous avons des obligations, mais aussi pour lequel nous devons développer des nouvelles façons de faire. Je m’explique.

Lire la suite

  • Gaston Deschênes
  • Prix
  • Prix André-Laurendeau

Prix André-Laurendeau 2012 - Côte-du-Sud rebelle

Remerciements à la remise du prix André-Laurendeau 2012 pour l'article

La Côte-du-Sude rebelle (1775-1776)

Je veux d’abord remercier le directeur de la revue pour les bons mots qu’il a eus à mon endroit. Je remercie le jury d’avoir porté son attention sur un texte d’histoire régionale, une première pour le prix André-Laurendeau, et je le prends au nom d’une région qui passe bien souvent « sous le radar » (pour utiliser une expression populaire) depuis qu’elle a été écartelée administrativement entre le Bas-Saint-Laurent et Chaudière-Appalaches. Je sens d’ailleurs le besoin de la situer; elle se trouve entre Lévis et Rivière-du Loup, et comprend les MRC de Bellechasse, Montmagny, L’Islet et Kamouraska. Les Montréalais ont tellement entendu les chroniqueurs sportifs assimiler la ville des Nordiques à « l’autre bout de la 20 » qu’il faut vous préciser que l’autoroute se poursuit à l’est de Lévis. C’est le pays de nos grands hommes de lettres d’autrefois – les Casgrain, Taché, Aubert de Gaspé, Marmette et Faucher de Saint-Maurice – et d’hommes politiques illustres comme Augustin-Norbert Morin, Étienne-Paschal Taché, Thomas Chapais, le bleu ayant probablement plus souvent dominé que le rouge.

Lire la suite

  • Gilles Gauthier
  • Prix
  • Prix André-Laurendeau

Prix André-Laurendeau 2011 - Affrontement idéologique méconnu: Claude Ryan/Jean-Marc Léger

Cet article a valu le prix André-Laurendeau du meilleur article de l'année à son auteur

On ne peut distinguer le vrai du faux, ni distinguer une réponse adéquate à un problème d’une réponse non pertinente, ni distinguer de bonnes idées d’idées banales, on ne peut pas évaluer des idées de manière critique, si ce n’est lorsqu’elles sont présentées avec suffisamment de clarté.
Karl Popper

D’un point de vue macroscopique, la position du Devoir sur la question du Québec (la question nationale ou la question constitutionnelle canadienne) est essentiellement marquée par le passage tranché du fédéralisme de Claude Ryan au souverainisme de Lise Bissonnette[1]. Un regard plus attentif sur une période clé de la direction de Ryan révèle toutefois un affrontement qui, s’il avait connu un dénouement autre, aurait modifié non seulement l’évolution de la position du journal, mais vraisemblablement aussi l’histoire politique contemporaine du Québec. Au moment même où, en 1967, Ryan consolidait sa position fédéraliste, une position souverainiste divergente était défendue par un autre éditorialiste du Devoir, Jean-Marc Léger. Cet affrontement s’est conclu par l’exclusion de Léger de l’équipe éditoriale (et quelques mois plus tard par son départ du quotidien) où le fédéralisme de Ryan est devenu la ligne de pensée incontestée.

Lire la suite

  • Guillaume Rousseau
  • Prix
  • Prix André-Laurendeau

Prix André-Laurendeau 2014 - L'État-nation québécois au XXIe siècle

Article primé par le prix André-Laurendeau 2014

René Lévesque disait de l’État québécois qu’il était « le plus fort d’entre nous ». Encore aujourd’hui, il s’agit là d’une prémisse à la base de la pensée économique des nationalistes et des progressistes de tout le Québec. Mais cinquante ans après la nationalisation de l’électricité, l’État-nation est plus que jamais remis en question, voire affaibli, et ce, presque partout en Occident.

Cet affaiblissement résulte de deux mouvements qui se renforcent mutuellement : un vers le bas, avec la décentralisation, et un vers le haut, avec la globalisation et la montée des organisations internationales. Cela est particulièrement évident en Europe où les régions, et dans une moindre mesure les villes, ont acquis davantage de pouvoirs au cours des dernières décennies ; soit au moment même où la construction européenne venait réduire considérablement les pouvoirs des États-nations.

Lire la suite

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.