Le prix Rosaire-Morin

rosairemorin250L'objectif du prix Rosaire-Morin de L'Action nationale est de reconnaître l’ensemble de l’œuvre d’un militant indépendantiste qui, par ses écrits et son action, a contribué de façon significative au développement de la conscience nationale.

Il a été remis pour la première fois en octobre 2011.

Rosaire Morin est celui à qui L’Action nationale doit ce qu’elle est devenue au cours des années 1980-1990. Né en 1922, ce jeune agent d’assurances milite au sein de groupes nationalistes comme les Jeunesses laurentiennes, le Comité de propagande du drapeau et le mystérieux Ordre de Jacques-Cartier. En 1958, il devient membre de la Ligue d’Action nationale.

Il plonge dans le tourbillon des États généraux du Canada français (1966-1969) dont il est le directeur général. Il ouvre à la même époque un nouveau front, celui du développement économique : il est président du Conseil d’expansion économique (1967-1982), un regroupement qui, dans le prolongement des idées d’Esdras Minville, vise à créer une classe d’affaires québécoise, en mêlant dynamisme entrepreneurial et soutien de l’État. Il se consacre ensuite à la direction de L’Action nationale (1981-1982, puis 1989-1999) et aux questions éducatives, tout en oeuvrant dans les milieux les plus divers.

À son décès en 1999, on le décrira comme un « éveilleur de conscience », un « homme de la résistance » et un « défricheur de la liberté ».

La sélection du récipiendaire est effectuée par le comité des candidatures de la Ligue d’action nationale qui évalue le mérite indépendantiste en fonction de l’engagement militant de la personne et de sa contribution intellectuelle au débat public.

Remises du prix

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.