Numéro du centenaire

2017janvierfevrier250

L'exceptionnel numéro du centenaire, grand format couleur, retrace l'évolution de la pensée nationale sur tout un siècle.

 

Allocution de Robert Laplante lors du lancement
En  vente à la boutique

L'Acte d'Union

2015septobre250Le numéro spécial de septembre-octobre 2015 sur l'Acte d'Union est maintenant en accès libre. On peut toujours acheter la version papier.

L’Acte d’Union de 1840 adopté en représailles à l’insurrection des Patriotes (1837-1838) met fin à l’ordre politique établi par l’Acte constitutionnel de 1791 et partant à l’existence politique du Bas-Canada.

L'Acte d'Union - Présentation du dossier

Pourquoi avoir voulu commémorer la constitution qui nous a mis en minorité, il y a de cela 175 ans, par un colloque d’une journée à la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal ? À priori, bien que cet événement fût traumatisant dans notre histoire collective, il était tout à fait indispensable, pour nous, de rappeler à notre mémoire ce pan de notre parcours historique qui façonna pour toujours notre identité en tant que peuple. Certains diront que c’est au lendemain de l’Union de 1840 que commença la dualité linguistique et religieuse au Canada, tandis que pour d’autres 1840 concrétisa la mainmise de l’Église sur le peuple canadien-français et le début du nationalisme culturel pour plus d’un siècle. Enfin, d’autres prétendront que ce fut le commencement de notre ambivalence identitaire qui se poursuit jusqu’à ce jour.

Lire la suite

Les historiens québécois et l’Union de 1840

Historienne. Coordonnatrice du colloque «L'Acte d'union de 1840: 175 ans de provincialisation»

À priori, je tiens à préciser que je ne parlerai ici que des historiens québécois à partir de Lionel Groulx qui ont écrit spécifiquement sur l’Union de 1840. Ainsi, l’espace restreint ne me permettra pas de m’attarder aux historiens Brian Young, John Dickinson, Yvan Lamonde, Louis-Georges Harvey, Donald Fyson qui se sont intéressés à la période pré et post-union, mais davantage sous l’angle de l’histoire sociale ou encore qui n’ont pas abordé spécifiquement l’Union de 1840 dans leurs ouvrages respectifs. Malheureusement, je ne pourrai traiter ici des politologues et sociologues qui se sont penchés sur la question de l’Union. Je pense ici entre autres à Fernand Dumont, Jacques Beauchemin et Stéphane Kelly qui ont écrit sur le sujet.

Lire la suite

Vers un Royaume-Désuni ?

Histoire. Université de Sherbrooke

En 1977, Tom Nairn, politologue et historien, prédisait dans The Break-up of Britain l’éclatement inévitable du Royaume-Uni1. À l’époque, cette thèse fut accueillie avec beaucoup de scepticisme. Aujourd’hui, cependant, comme le souligne Keith Dixon « avec le recul, il est difficile de résister aux conclusions de Nairn2. » En effet, le Royaume-Uni, qui découle d’un long processus de conquête et d’intégration des différentes nations des îles britanniques au Royaume d’Angleterre, est maintenant confronté à un effritement du pouvoir central au profit de pouvoirs régionaux toujours à la recherche d’une autonomie de plus en plus grande.

Encadrées par les actes d’Union liant le Pays de Galles (1536), l’Écosse (1707) et l’Irlande (1801) à l’Angleterre, les relations centre/périphérie ont connu, au fil des siècles, une évolution contrastée dans les différentes régions constituant le Royaume-Uni. Ces relations, construites au gré du contexte historique et de la nature des traités scellant l’union des différents « royaumes », méritent une attention particulière, si nous voulons comprendre pourquoi elles sont en profonde mutation depuis le troisième quart du XXe siècle. L’Irlande, comme nous le verrons, fait figure d’exception. La guerre d’indépendance menée au lendemain de la Première Guerre mondiale et l’établissement de la République en 1949 rompirent tous les liens constitutionnels entre l’Irlande et le Royaume-Uni, à l’exception de certains comtés de l’Ulster en l’Irlande du Nord. Peuplés majoritairement par des protestants, ces comtés sont demeurés au sein du Royaume-Uni à la suite du traité de Londres signé le 6 décembre 19213.

Lire la suite

La jonction du discours radical tory montréalais avec l’impérialisme libéral anglais

Historien, auteur La «rebellion de 1837» à travers le prisme du Montreal Herald. PUL, 2015

Deux postulats de base de l’interprétation standard à propos de 1840

Pourquoi devrait-on s’intéresser au British North America Act de 1840 dont on souligne cette année le 175e anniversaire ? En dépit du fait qu’elle soit une mesure tâtonnante, expérimentale et dilatoire, l’union législative de 1840 du Haut et du Bas-Canada (l’Ontario et le Québec actuels) est fondamentale, car en plus d’instaurer le prototype d’union générale de toutes les colonies du British North America dont la confédération de 1867 sera la réalisation partielle, cette union visait à établir, dans l’optique même de Durham, son concepteur réputé d’après Immigration Canada1, quelque chose comme une nouvelle nationalité britannique en Amérique du Nord en mesure de résister à l’attraction puissante du voisin américain tout en matant les aspirations républicaines du parti patriote majoritaire. Cette interprétation grand public repose sur deux postulats : la croyance, d’une part, que la fusion de 1840 est sortie toute casquée de la tête de lord Durham lors de son passage en coup de vent en 1838 ; l’idée, d’autre part, qu’elle a été imposée unilatéralement par le parlement impérial à Londres comme mesure palliative aux insurrections populaires de 1837 et de 1838 en attendant le grand jour d’une union consensuelle de type fédéral que Durham, dans ses vues larges et éclairées, appelait de tous ses vœux2.

Lire la suite

La consommation de la rupture avec le siècle

La correspondance de Julie Bruneau-Papineau dans les années 1840

Les lettres qu’adresse Julie Bruneau-Papineau à son mari, Louis-Joseph Papineau, orateur à la Chambre d’assemblée et chef du Parti patriote, ou à ses proches dans les années 1830 sont marquées par la présence d’une pensée politique radicale et d’une volonté d’action dans le mouvement d’émancipation nationale.

L’un des principaux objectifs que cette épistolière alloue à sa correspondance conjugale consiste à obtenir des informations privilégiées de la part de son époux qui la mettront plus au fait de la situation politique du Bas-Canada. Exclue de l’activité parlementaire, cette femme patriote paraît combattre sa mise à l’écart par un accès efficace à l’information. Pour accéder au portrait le plus complet et le plus à jour de l’actualité, cette épistolière passionnée de politique multiplie les sources ; elle lit La Minerve, Le Canadien, L’Écho du pays, le Quebec Mercury, le Herald et le Vindicator. Pendant la période insurrectionnelle, Julie Bruneau-Papineau compensera son incapacité d’agir par la plume en s’investissant par l’écriture dans la sphère qui lui est interdite.

Lire la suite

La pensée nationaliste et libérale d’Étienne Parent

Science politique. Université du Québec à Montréal

L’Acte d’Union de 1840 adopté en représailles à l’insurrection des Patriotes (1837-1838) met fin à l’ordre politique établi par l’Acte constitutionnel de 1791 et partant à l’existence politique du Bas-Canada. Il énonce clairement la volonté politique d’assimilation des Canadiens français et amorce le processus de mise en minorité de cette population de langue et de culture françaises sous l’égide du Canada-Uni. Cet ordre nouveau politique modifie aussi la configuration des courants d’idées politiques en présence. Désormais, s’exprimera un nationalisme conservateur inquiet de la survie des Canadiens français, qui sera l’objet de la prédication du clergé catholique ; il s’agit d’un nationalisme sociologique et culturel dissocié de tout projet politique. Alors que la pensée radicale, libérale-républicaine des Patriotes se déploiera dans le cadre des activités culturelles et intellectuelles (conférences, séminaires, publications…) de l’Institut Canadien (1844-1869).

Lire la suite

L’Union de 1840 et notre provincialisation

Histoire. Université du Québec à Montréal

1840 : l’angle mort de notre histoire

Tout récemment encore le premier ministre libéral du Québec, Philippe Couillard, vantait la coopération entre Louis-Hyppolyte La Fontaine et Robert Baldwin dans le gouvernement d’Union de 1840. Et il faut s’attendre, d’ici 2017, date du 150e anniversaire du Canada, à ce que les autorités fédéralistes célèbrent la collaboration de George-Étienne Cartier avec le conservateur John A. Macdonald en vue de la Grande Coalition entre ce dernier et le chef du parti libéral de l’Ontario, George Brown, pour élargir l’Union de 1840 à quatre colonies. Brown, francophobe notoire, en viendra à accepter cette alliance paradoxale en 1854 dans l’intérêt supérieur du British North America.

Lire la suite

Une réponse impériale au projet républicain

Science politique. Collège militaire royal de Saint-Jean

Le postulat de départ de la présente réflexion est que tout effort d’interprétation de l’Acte d’Union de 1840 exige de s’attarder aux Patriotes. Cette constitution politique imposée au Bas-Canada par le régime impérial britannique s’entend comme une réponse à la rébellion avortée de 1837-1838. Car sans ces événements politiques, on peut penser que l’Acte constitutionnel de 1791 aurait été préservé au Bas-Canada. La nouvelle constitution forçant l’union du Haut et du Bas-Canada et les événements des Patriotes forment en quelque sorte un ensemble politique doté d’une cohérence interne. Aussi, ce constat implique-t-il que toute lecture de l’Acte d’Union, c’est-à-dire tout effort de compréhension de sa véritable signification politique, est conditionnée par notre lecture même de l’action des Patriotes.

Lire la suite

L’assimilation, Durham et le séparatisme anglais

Sociologie. Cégep de Saint-Jérôme
Prix André-Laurendeau 2015

Lord Durham est sans contredit une figure importante de la période de l’Union. Dans nos universités, peu d’étudiants, de chercheurs ou de professeurs s’attardent à revenir sur le personnage et sur l’intrigue dans laquelle il joua. Pourtant, quand on parle de Durham, dans les milieux cultivés, une nouvelle doxa s’est imposée. Le Québec l’aurait jugé trop sévèrement. C’est par exemple l’opinion de l’historien Brian Young, exprimée dans la série Épopée en Amérique :

Lord Durham était probablement l’un des hommes les plus importants et les plus fascinants que l’Angleterre eut jamais envoyés au Canada. Il avait joué un rôle important dans le mouvement de réforme en Angleterre. Après, il est allé à Saint Petersburg en Russie, comme ambassadeur. L’envoyer au Canada, c’était une marque par l’Angleterre, par le Colonial Office, de son importance, de l’importance de la crise au Canada. Durham voulait une société progressiste, une société industrielle ; il voulait une société où les gens seraient unis par une langue, évidemment, c’était la langue anglaise. Il avait toutes sortes d’idées progressistes1[…]

Lire la suite

Les effets politiques de l’Acte d’Union

Science politique. Université de Montréal

Afin de mieux saisir les effets politiques de l’Acte d’Union, nous désirons rappeler quelques principes élémentaires de polémologie qui sont généralement admis, mais qu’on a tendance à oublier.

  1. L’invasion et la conquête militaire d’un territoire par une puissance étrangère ne peuvent être durables et profitables que si elles s’accompagnent de la soumission de ceux qui l’habitent.
  2. En conséquence, tout conquérant cherchera à convertir le pouvoir des armes en pouvoir politique afin de faire accepter son autorité comme légitime et bénéfique pour ceux qu’il soumet. Il pérennise ainsi son pouvoir.
  3. Les constitutions et les institutions qui en résultent produisent donc le consentement du peuple conquis à sa subordination et à sa dépendance.
  4. Ce consentement est facilité par la collaboration de l’élite du peuple conquis et son intégration dans le jeu institutionnel imposé par le conquérant.
  5. Cette soumission volontaire s’accompagne d’une reconfiguration de l’identité et de la marginalisation de la contestation.

Toute conquête impose donc un ordre constitutionnel et juridique étranger à la société conquise, cet ordre devant préserver les intérêts stratégiques du conquérant.

Lire la suite

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.