Comptes rendus de Novembre 2015

David Levine. Santé et politique : un point de vue de l’intérieur

David Levine
Santé et politique : un point de vue de l’intérieur, Boréal, 2015, 376 pages

Quand on entre « David Levine » dans un moteur de recherche, on tombe sur son site web, joliment décoré de photos de ses œuvres d’art. L’onglet « Sculptures » trône à côté de celui de « D.L. Consultation stratégique » qui loge son entreprise de consultation en santé. David Levine est un personnage atypique : Juif anglophone, il devint membre du Parti québécois dès 1975. Nommé directeur du CLSC Saint-Louis-du-Parc nouvellement créé en 1975 (à 26 ans !) directement au sortir d’une maîtrise en administration de la santé, sa carrière l’amènera successivement à la direction de l’hôpital de Verdun, de l’hôpital Notre-Dame ainsi que de l’hôpital d’Ottawa, ou la venue d’un « séparatiste » soulèvera une tempête médiatique ahurissante. Au cours de cet épisode, l’Assemblée nationale du Québec est allée jusqu’à adopter unanimement une motion pour appuyer M. Levine. Cet épisode de sa carrière a fortement marqué les esprits au Québec et a fait de M. Levine un personnage public.

Lire la suite

Danic Parenteau. L’indépendance par la République

Danic Parenteau
L’indépendance par la République, Montréal, Fides, 2015, 204 pages

Le mouvement souverainiste piétine, voire régresse. Pire, selon Danic Parenteau, « la conjoncture historique générale ayant rendu possible l’articulation de l’option indépendantiste au jeu politique québécois semble être en voie de disparaître ». Si durant les années 60 et 70 « [t] ous les Québécois comprenaient à peu près ce qu’il en ressortait de l’idée de faire du Québec un pays », où l’indépendance pouvait apparaître comme l’aboutissement naturel de la Révolution tranquille, Parenteau suggère qu’il en serait autrement aujourd’hui. Ainsi, pour voir renaître le projet, il faudrait le réarticulé sur de nouvelles bases. Dans L’indépendance par la République, Parenteau ouvre courageusement son jeu ; il propose d’« inscrire le projet indépendantiste dans un paradigme renouvelé », et il l’expose.

Lire la suite

Emmanuel Todd. Qui est Charlie ? Sociologie d’une crise religieuse

Emmanuel Todd
Qui est Charlie ? Sociologie d’une crise religieuse, Seuil, 2015, 242 pages

La thèse de l’historien et anthropologue français Emmanuel Todd dans son dernier livre, Qui est Charlie ? Sociologie d’une crise religieuse, est pour le moins surprenante : les forces sociales et politiques en France ne sont plus contrôlées par les républicains, mais par un nouveau groupe social imprégné de valeurs inégalitaires provenant d’une certaine périphérie au sein de laquelle l’on retrouvait des partisans au régime de Vichy il y a 75 ans. Par conséquent, les manifestations pour dénoncer la tuerie au journal Charlie Hebdo sont nécessairement islamophobes. Il n’est pas nécessaire d’entrer dans les détails tellement la thèse est peu convaincante, voire complètement délirante. Ce compte rendu serait par ailleurs beaucoup trop lourd s’il cherchait à répertorier tous les raisonnements fallacieux et tordus qui sont exposés dans ce livre. Je me contenterai de décrire ceux qui amuseront le plus le lecteur.

Lire la suite

Yvon Rivard. Exercices d’amitié

Yvon Rivard
Exercices d’amitié, Leméac, 2015, 278 pages

Yvon Rivard, essayiste et romancier, a hissé l’amitié au rang de vertu cardinale. C’est à cette vertu qu’il a consacré un essai dans lequel il fait un retour sur des amitiés, passées mais non pas disparues, et sur d’autres, actuelles celles-là, qui lui rappellent les premières et les ressuscitent en quelque sorte.

Lire la suite

Francine Pelletier. Second début

Francine Pelletier
Second début, Montréal, Atelier 10, 2015, 81 pages

Les baby-boomers forment une génération singulière. Individuellement, ils fascinent ; ligués, ils terrorisent. Après avoir hérité de sociétés somme toute robustes, ils s’apprêtent à laisser derrière eux un champ de ruines. Contrairement à leurs ancêtres qui s’autodétruisaient d’une manière traditionnelle, en guerroyant, en massacrant, les boomers ont plutôt opté pour l’inoculation lente et méthodique du virus de la haine de soi. Paradoxalement, l’opération s’est soldée par un immense désarroi collectif qui n’a d’équivalent qu’un vertigineux narcissisme individuel. Ce constat ne surprendra personne. C’était le but recherché : extirper les individus de leurs racines pour mieux les offrir en pâture au capitalisme mondialisé. Ces allégations se fondent sur l’étude de thèmes qui sont chers aux boomers et dont l’usage est trop fréquent pour être fortuit. L’essai de Francine Pelletier en fournit une énième illustration.

Lire la suite

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.