Le fleuve. Axe d'un État

Les États naissent avec le développement des villes. Et les villes naissent dans les carrefours de communications, avec la naissance et les progrès des communications, les plus importants ayant toujours été les carrefours maritimes, ces lieux naturels qui permettent le transport à grand débit avec une économie d’efforts et de moyens.

De nos jours, six mille ans après la naissance des premières grandes villes, toujours présentes dans le monde actuel, ce principe n’a pas changé. Comme autrefois, les plus grandes villes sont localisées dans les mêmes carrefours maritimes. Les progrès de la technique ne changent pas la nature des lieux du pouvoir, mais les confirment dans leurs vocations, tant dans le passé que le présent et l’avenir. Il s’agit de ce qu’on appelle des continuités, terme de géopolitique employé par opposition aux contingences.

La venue tardive de l’État du Québec est attribuable à l’accessibilité du golfe et du fleuve, limités par la distance par rapport aux continents anciens, par les eaux glaciales et les banquises d’hiver, par les rives grandioses de beauté mais peu accueillantes, partout, par l’absence relative d’espaces bas et plats, par les climats trop froids, par l’absence de bons sols arables et économiques à cultiver, et, par les gigantesques obstacles terrestres que sont le plateau précambrien au nord et les Appalaches au sud. D’où le manque d’intérêt pour ces lieux peu hospitaliers. Les paysages magnifiques du Saint-Laurent ont attiré pêcheurs et chasseurs depuis très longtemps mais ont tenu à distance les colonisateurs et fondateurs de nouveaux pays et d’États neufs.

Avec la fondation de Québec, les communications demeuraient comme partout limitées par les navires à voile et le transport terrestre à cheval ou dans des voitures tirées par des chevaux. Les anciens États avaient joui du privilège des pistes de caravanes et de la navigation dans des mers intérieures chaudes et sur les grands fleuves d’Asie et d’Afrique. L’État est complètement dans ses communications.

Malgré les limites imposées pendant six millénaires par des moyens de transport simples, le développement a quand même progressé vers l’Europe et de nouveaux États sont nés à leur tour : Italie, Autriche, Portugal, Suisse, Espagne, Suède, France, Angleterre, Hollande et Russie, dont la géographie et les climats sont plus favorables aux communications que le Saint-Laurent.

En Amérique, les nouveaux États sont nés des anciennes techniques maritimes à voiles. Les États-Unis sont nés avant le chemin de fer. C’est le chemin de fer qui mettra l’Allemagne au monde et c’est par le chemin de fer et à cause du chemin de fer que sera créé Ottawa, capitale artificielle de l’État unitaire et arbitraire des Orangemen et United Empire Loyalists. Ni l’un ni l’autre de ces nouveaux États ne serait venu au monde sans le chemin de fer, donc, sans l’invention de la machine à vapeur. Les États qui existaient auparavant en ont également profité, mais pour augmenter des pouvoirs qu’ils possédaient déjà. C’est à partir de la machine à vapeur, à l’origine des chemins de fer, des navires à hélices et des industries nouvelles que les empires coloniaux ont atteint leur apogée. Ces empires vont décliner au vingtième siècle, avec l’arrivée des communications, radio, télévision, ordinateurs, du moteur à essence et du moteur diesel, toutes choses qui vont contribuer à démocratiser davantage les pouvoirs en place. L’arrivée des nanotechnologies, des systèmes Internet et des communications de masse annonce déjà un avenir dans lequel rien ne sera plus comme auparavant. Mais ce temps n’est pas encore arrivé.

Au moment de la création arbitraire de l’État unitaire d’Ottawa, l’État du Québec, axé sur le Saint-Laurent, existe alors de facto mais ne possède pas tous les atouts d’un État de jure. Il faudra y mettre encore 150 années additionnelles. Certes, le chemin de fer et les navires à vapeur ont profité au développement du Québec, à l’insu sans doute des Québécois.

La fin de l’ère des chemins de fer canadiens en 1960 surviendra en même temps que les débuts de la maturation de l’État du Québec, proclamé par Jean Lesage et Paul Gérin-Lajoie. Ce sera le commencement de la révolution tranquille, de l’Aggiornamento dans l’Église catholique, de la réforme de l’éducation, des autoroutes, du transport généralisé par avion, de l’arrivée en masse de la télévision, de l’introduction des ordinateurs et de la mécanisation de l’agriculture. Au cours des cinquante années suivantes, le Québec vivra littéralement 500 ans d’histoire. Les Québécois devront s’adapter d’une manière foudroyante et beaucoup ne pourront s’y faire. Ils y perdront littéralement leur latin.

De tels changements ne peuvent s’introduire que dans une société déjà organisée pour les recevoir. Mais comment tout le terrain s’est-il préparé ? Rome ne s’est pas fait en un jour. Pour acquérir pleine maturité, un État, qui intègre un territoire, une histoire avec prises de conscience, un savoir, un pouvoir et un vouloir, nécessite une période formative qui peut varier de quatre à douze siècles selon les circonstances, les exceptions confirmant la règle. Avant de leur conférer pleine légitimité et pleins pouvoirs, il faut d’abord créer des Cités de fait, afin que faire advenir des Cités de droit. L’État reconnu de droit est une société organisée et politisée, dotée d’un pouvoir qui la rend apte et capable d’agir avec envergure, pour le bien général et sans heurter les autres États existants, exception faite de l’arbitraire.

Le long du Saint-Laurent, les villes de l’État du Québec sont nées, non dans le désordre des villes pionnières, mais par fondations, sur des sites préalablement reconnus comme carrefours maritimes naturels. Québec, la plus ancienne, a été fondée sur un site où convergent les marées du golfe et les eaux du fleuve, là où Appalaches et Laurentides se rapprochent, où les basses terres du Saint-Laurent se rétrécissent pour offrir à la colonie naissante un espace agricole suffisant et protégé, afin d’assurer la survie de la nouvelle ville, tête de pont naturelle et future capitale. L’État du Québec recevait alors ses premières assises, à la fois faibles et solides, fondées sur des continuités appelées à se maintenir pendant des siècles à venir, envers et contre l’adversité. L’histoire du Québec en a fait amplement la preuve.

Trois-Rivières a été fondée à l’embouchure du Saint-Maurice, à proximité du lac Saint-Pierre, là où la plaine est plus large pour permettre le développement d’une agriculture plus étendue, dont on avait grand besoin, aussi pour exploiter le bois et les mines des environs.

Montréal a été fondée au point précis où la navigation maritime s’arrête et où commence le transport par canots, puis par canaux, vers le haut Saint-Laurent, les Grands Lacs et l’Ouest. Port océanique le plus éloigné de l’océan au monde, Montréal était appelée en partant à devenir une métropole, grâce à la diversité et l’étendue des plaines environnantes et des rivières adjacentes au fleuve, qui ajoutent aux communications vers l’ouest et vers le sud.

Tous ces sites occupent une position périphérique et éloignée par rapport aux autres sites où se sont constituées les grandes villes d’Amérique du Nord.

En partant, les fondations du Saint-Laurent seront naturellement protégées par la distance par rapport à l’océan, par les obstacles qui limitent la navigation dans le golfe et le fleuve. Cette protection est de plus renforcée à l’extrême par la présence de gigantesques obstacles montagneux constitués par le bouclier précambrien au nord et par la chaîne des Appalaches au sud. Ces difficultés naturelles ont joué un rôle majeur dans la défense d’une colonie numériquement trop faible pour résister aux envahisseurs anglais. Grâce à cette géographie, la Nouvelle-France tiendra et continuera de progresser pendant 150 ans, alors que l’État du Québec, encore embryonnaire, prendra la relève. Voie naturelle de communication et de défense du territoire, le Saint-Laurent était Québécois en partant. Il l’est redevenu depuis, grâce aux canaux et chemins de fer qui inciteront Orangemen et Loyalistes à émigrer vers l’Ontario méridional, c’est-à-dire les basses terres des Grands Lacs, situées à plus de 500 kilomètres à l’ouest de Montréal, de là vers l’Ouest. Certains quitteront et iront s’établir aux États-Unis, un territoire qui offre plus de possibilités de faire fortune que l’espace continental canadien.

Le long de la basse terrasse de Montréal, entre Pointe-Saint-Charles et Lachine (en passant par Saint-Henri, Ville-Émard, Côte-Saint-Paul, LaSalle), là où sera construit l’équipement ferroviaire nécessaire au développement de l’Ontario et de l’Ouest, les habitants vivront l’aventure d’une révolution industrielle unique, qui prendra fin peu après 1960.

Sherbrooke, venue plus tard, éloignée du fleuve, s’est construite avec le développement des chemins de fer entre les basses terres du Saint-Laurent et les plateaux appalachiens. Sa croissance est liée au chemin de fer et au développement routier du Québec. Le chemin de fer lui accorde un accès direct au port de Bangor dans le Maine, trois fois moins éloigné de l’océan qu’en passant par le Saint-Laurent.

C’est à partir du réseau de villes axées sur le Saint-Laurent et de leurs ramifications dans l’arrière pays que s’est construit l’État du Québec. Le pouvoir, qui veut dire pouvoir d’agir délibérément et avec envergure, naît et s’accroît avec les communications. D’autre part, c’est à partir de l’axe du Saint-Laurent que se sont construites les principales villes de l’Ontario, y compris Ottawa, cette dernière créée de toutes pièces par les Orangemen et United Empire Loyalists, afin de contrôler leurs arrières pendant qu’avec le chemin de fer, ils tentaient de se construire un empire continental qui commence à leur échapper.

Dans le cas qui nous concerne, ces nouvelles villes se sont effectivement constituées à partir de l’axe naturel du Saint-Laurent, mais non le long du Saint-Laurent. Les deux premières parmi ces villes comprennent Kingston, là où le lac Ontario débouche dans le fleuve, site de l’ancien fort Frontenac, situé à plus de 250 kilomètres à l’ouest de Montréal, et Toronto, l’ancien fort Rouillé, situé à plus de 500 kilomètres, sans accès au Saint-Laurent autrement que par des canaux saisonniers et des chemins de fer, à l’origine du développement des autres centres de l’Ontario méridional, dans les basses terres des Grands Lacs. Le matériel nécessaire à l’aménagement de ces villes, comme nous venons de le voir, a été en majeure partie fabriqué à Montréal, sur la basse terrasse, là où le canal Lachine et les deux principales lignes de chemin de fer ont été aménagés.

En conclusion, c’est le long du Saint-Laurent et par le Saint-Laurent que s’est formé en quatre siècles l’État naturel et optimal du Québec. C’est également le long du Saint-Laurent et par le Saint-Laurent que s’est constitué l’État centralisateur, post-impérial, arbitraire et unitaire d’Ottawa. L’axe du Saint-Laurent ne peut vivre avec deux États superposés. L’un de ces deux États est appelé à se saborder et à disparaître. L’autorité québécoise dans l’axe du Saint-Laurent est appelée à y exercer pleins pouvoirs. La génération actuelle doit agir en conséquence.

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.