Numéro du centenaire

2017janvierfevrier250

L'exceptionnel numéro du centenaire, grand format couleur, retrace l'évolution de la pensée nationale sur tout un siècle.

 

Allocution de Robert Laplante lors du lancement
En  vente à la boutique

Explorations autour du destin des églises

Luc Noppen est professeur au Département d’études urbaines et touristiques de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Il est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain à l’École des sciences de la gestion de cette université, depuis 2001. Ses recherches sur le patrimoine religieux sont subventionnées par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) et par le Fonds de recherche Société et Culture du Québec (FQRSC) depuis 1974.

Cet article a reçu le prix André-Laurendeau

A. Un nouveau modèle d’intervention

Nos églises ferment ; le mouvement amorcé au début des années 1995 s’accélère. Des 269 paroisses que comptait en 1995 le diocèse de Québec – le plus ancien des 19 diocèses de la province et le seul qui rende publics certains chiffres[1] –, il en reste aujourd’hui 204 et l’évêque auxiliaire, Mgr Gaétan Proulx, vient d’annoncer que ce nombre sera réduit à 30 d’ici 2020. Le quotidien Le Soleil commente la décision sous le titre : « Diocèse de Québec : les paroisses sacrifiées pour survivre[2] ». Combien d’églises resteront ouvertes au culte après cette réingénierie paroissiale ? Dans le diocèse de Montréal, notre base de données nous indique que sur 172 paroisses catholiques francophones, seulement 70 sont encore actives aujourd’hui. L’observatoire que nous avons mis en place indique que le mouvement connait une accélération fulgurante depuis l’an 2000. Chaque semaine des églises ferment et chaque mois quelques démolitions s’ajoutent à la liste (ill. 1).

Lire la suite

Une étude de cas : l'église de Saint-Anicet

Mise en contexte

La suppression des paroisses et la fermeture de nombreuses églises entraînent avec elles de graves conséquences sur la dimension sociale, économique et politique des communautés municipales particulièrement en milieu rural.

La municipalité de Saint-Anicet s'est trouvée face à cette situation il y a quelques années. Malgré les difficultés, elle a décidé de relever le défi et de conserver non seulement le bâtiment, mais également le lieu de culte pour le bénéfice de sa population.

Saint-Anicet est une municipalité de paroisse comprise dans la MRC du Haut-Saint-Laurent, localisée dans la région administrative de la Montérégie. Elle est située au sud-ouest du fleuve Saint-Laurent, sur la rive du lac Saint-François, à 110 km de Montréal et non loin de la frontière américaine. Avec une superficie de 136,25 km2, elle a principalement une vocation agricole. Sa population permanente est d'environ 2500 habitants, mais celle-ci double en période estivale avec l'arrivée des nombreux villégiateurs installés sur les rives du lac (figure 1).

Figure-1

Lire la suite

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.