Numéros 2012

Janvier 2012

Vol. CII, no 1

Éditorial - Nous ne sommes pas des «francophones»

2012janvier250

Tous les assauts portés contre la loi 101, toute la guerre de propagande conduite contre la vocation intégratrice de la culture québécoise donnent aujourd’hui leurs fruits. Le combat linguistique est à reprendre. Il est à refaire non pas pour les raisons intrinsèques à notre situation démographique – nous sommes une poussière sur le continent et cela nous obligera toujours à la plus grande vitalité. Non, il est à refaire parce que notre régression politique est en passe de nous faire perdre des repères que nous pensions avoir pourtant bien plantés dans notre paysage idéologique et notre bagage culturel.

Lire la suite

Les Italiens préfèrent l'anglais

Réplique au texte de Marco Micone paru dans Le Devoir du 16 novembre 2011

Dans Le Devoir des écrivains (16 novembre 2011, p. A11), Marco Micone trace un parcours trompeur des Québécois d’origine italienne. Il insiste sur le fait qu’une école française l’a refusé, lui, lors de son arrivée au Québec dans les années 1950. Puis, en faisant un usage incorrect des données de recensement, il soutient que les « italophones » se francisent plus souvent qu’ils ne s’anglicisent, notamment en ce qui a trait à leur comportement linguistique au travail ou à la maison.

J’avais plutôt retenu que ce sont les Italiens qui, de leur propre chef, avaient tourné le dos à l’école française et que leur préférence pour le français, du moins comme langue d’usage au foyer, était chose du passé. Pour tirer les choses au clair, j’ai consulté certains rapports ainsi que les résultats du recensement de 2006 qui sont accessibles à tout venant sur le site de Statistique Canada.

Dans une étude réalisée pour la commission Gendron, le démographe Robert Maheu relève qu’au début des années 1950, la moitié des enfants d’origine italienne inscrits à la Commission des écoles catholiques de Montréal étudiaient en français. Cela laisse entendre qu’en général, les écoles françaises de la CECM ne refusaient pas les jeunes Italiens. Maheu ajoute qu’au début des années 1960, cette proportion avait fondu à 28 %. Il semble bien qu’ayant constaté que la langue d’avancement socioéconomique à Montréal était plutôt l’anglais que le français, un nombre croissant de parents italiens choisissaient d’inscrire leurs enfants à l’école anglaise.

Lire la suite

Français: Les gouvernements prêchent-ils par l'exemple?

Patrick Sabourin est président de l’Institut de recherche sur le français en Amérique (IRFA), candidat au doctorat INRS-UCS. Henri Thibaudin est chercheur à l’Institut de recherche en économie contemporaine (IREC) et consultant en économie. Texte reproduit avec l'autorisation de l'IRFA (voir irfa.ca). 

Depuis quelque temps, le gouvernement du Québec met sur pieds des campagnes de promotion afin d’augmenter l’utilisation du français au travail. Ces mesures incitatives, dont le coût total s’élève à plus d’un million de dollars, ont pour objectif de convaincre les entrepreneurs qu’une offre de service[1][2][3] et une raison sociale[4] en français pourraient avoir des répercussions positives sur leurs affaires. Dans le reste du Canada, les mesures pour stimuler l’utilisation du français au travail se limitent généralement aux dispositions prévues par la loi sur les langues officielles.

Lire la suite

Pour une charte du civisme

Ph. D., chercheur indépendant. Dernière publication dans la revue L’Action nationale: «Résistance et collaboration en pays conquis» (septembre 2010).

La religion a été au centre de plusieurs controverses ces dernières années au Québec : qu’on se souvienne des querelles autour du crucifix à l’Assemblée nationale, du cours « Éthique et culture religieuse » à l’école et de la prière au conseil municipal de Saguenay. Cette agitation survient dans un moment de grand désarroi politique chez les partisans de l’indépendance du Québec. L’échec du référendum de 1995 et la défaite du Parti québécois aux élections de 2003 ont entraîné le mouvement indépendantiste, toutes factions confondues, dans un débat âpre et interminable. La quasi-élimination du Bloc québécois aux dernières élections fédérales n’a fait qu’exacerber les tensions. Que faire dans ce contexte ?

Lire la suite

Pascal Cyr. Waterloo: origines et enjeux

Pascal Cyr
Waterloo : origines et enjeux, L'Harmattan, 2011, 439 pages

Il n'est pas dans les habitudes de la maison de publier des recensions de livres portant sur l'histoire de France d'après 1760. Waterloo : origines et enjeux de l'historien québécois Pascal Cyr mérite une exception à la règle. Dans ce livre tiré de sa thèse de doctorat, l'auteur nous offre nos seulement une excellente analyse d'une des batailles les plus importantes de l'histoire, mais, en puissant abondamment dans les archives, il nous dresse en plus un portrait des facteurs politiques, administratifs, juridiques, financiers, logistiques et militaires entourant la bataille de Waterloo. Et cela est d'une pertinence incontestable puisque sa thèse est justement que ce sont tous ces facteurs, et non pas seulement la situation militaire, qui ont mené au désastre de Waterloo.

Lire la suite

Paul-Émile Roy et Pierre Vadeboncoeur. L'écrivain et son lecteur

Paul-Émile Roy et Pierre Vadeboncœur
L’écrivain et son lecteur. Correspondance (1984-1997), Leméac, 2011, 446 pages

L’échange épistolaire s’amorce avec Paul-Émile Roy à titre de lecteur de l’écrivain Pierre Vadeboncœur, mais elle évolue lentement vers un respect et une admiration mutuels entre les deux penseurs. Plus, chacun deviendra le révélateur de l’autre. Le premier, un enseignant exemplaire, sait lire et faire connaître avec délectation (cf. son Pierre Vadeboncœur, un homme attentif) un artiste de l’écriture exploratoire.

Lire la suite

Jacques Henripin. Un portrait sans totem ni tabou

Jacques Henripin
Ma tribu. Un portrait sans totem ni tabou, Liber, 2011, 162 pages

Jacques Henripin, pionnier de la démographie québécoise et sage de ses longues expériences à étudier quantitativement la population, est à l’heure des bilans. Dans son dernier livre, Ma tribu. Un portrait sans totem ni tabou, le professeur émérite et fondateur du département de démographie de l’Université de Montréal entreprend de livrer aux lecteurs une description analytique et critique de divers aspects caractérisant sa tribu, c’est-à-dire son peuple. Structuré d’une vingtaine de courts chapitres abordant chacun un thème précis, allant de la démographie à la culture en passant par le syndicalisme et l’écologisme, Henripin ne souhaite pas, dans cette œuvre, livrer un pamphlet de complaisance : c’est pour cette raison qu’il s’étale plus longuement sur les reproches que sur les mérites.

Lire la suite

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.