Recherche par auteur

vol. CVI, nos 5-6

Éditorial - Le deni a assez duré

2016maijuin250C’est à peine commencé et, déjà, la course prend des tournures surréalistes. Enfermés dans le délire référendiste et piégés dans les multiples traquenards de la conduite d’échec, les premiers échanges sont restés dans les paramètres qu’en a dressé le cartel médiatique : la date du référendum, si référendum il y aura, et le rejet de la Charte des valeurs pour continuer de se prosterner devant le multiculturalisme. L’insistance des bonimenteurs et scribes à gages a fait son œuvre et voilà des têtes d’affiche qui réfléchissent dans les catégories de l’ordre établi. Tous les candidats sont englués dans les logiques défensives devant les mises en demeure que leur servent gardiens de la rectitude, promoteurs du statu quo et apatrides en tous genres. L’heure ne serait plus à l’indépendance, parait-il, et il s’en trouve parmi les aspirants leaders pour prétendre que leur rôle est de suivre l’opinion des adversaires et des sans opinion. Une idée avance quand ses porteurs la portent comme un possible, pas quand ils l’évoquent comme un souhaitable discrétionnaire. On fera l’indépendance en forçant le jeu, pas en farfinant sur les mille et une nuances du placement de produit et avec la bénédiction des spin doctors et autres gourous du marketing politique.

Lire la suite

Sortir des sentiers battus pour relancer l’indépendance et reprendre le pouvoir

Je n’ai jamais été plus convaincu […] que le plus grand et le plus irrémédiable malheur pour un peuple, c’est d’être conquis
– Alexis deTocqueville, Regards sur le Bas-Canada

De récents événements incontournables offrent une occasion rêvée de non seulement participer au débat de l’accession à l’indépendance, mais mieux encore sortir des sentiers battus. Ces événements se déclinent comme suit : une nouvelle course à la chefferie du Parti québécois (PQ), d’une part ; et le mandat confié, par les trois partis politiques indépendantistes, à Oui Québec (qui regroupe toutes les organisations souverainistes), de coordonner, dans une première phase, des travaux se limitant à trouver un terrain d’entente sur le mode d’accession à privilégier qui soit commun à tous ces partis, d’autre part.

Lire la suite

Le démantèlement de la nation (chronique 11)

La période couverte s’étend du 28 février au 9 juin 20161.

Le mot « Province » définit le statut du Québec depuis 1867, mais derrière la constance du vocabulaire la réalité évolue rapidement. Les États provinciaux doivent composer avec la présence du fédéral dans pratiquement tous leurs champs de compétence exclusive ; et de toute façon, ils n’ont plus les moyens financiers de définir ni de gérer seuls aucun enjeu le moindrement significatif. Dans son action, Québec rencontre partout ou presque les programmes et les conditions pour l’obtention de financement, les règlements, les structures de l’État fédéral, autant d’éléments qui empêchent notre État, même dans nos champs de compétence, d’avoir une action cohérente. Et on ne parle pas ici des décisions d’Ottawa dans les champs de compétence fédérale, décisions qui sont loin d’être toujours prises dans l’intérêt des Québécois. 

 

Lire la suite

Pourquoi un comité des relations internationales au Parti québécois ?

Respectivement présidente et membres du Comité des relations internationales du Parti québécois

Le comité des relations internationales du Parti québécois (CRI-PQ) a été remis sur pied, après quelques années d’absence, à l’issue du Conseil national du PQ de mai 2013 portant sur le thème des relations internationales. La nécessité pour le PQ de réfléchir de façon continue aux questions internationales et d’agir concrètement pour entretenir un réseau, préparer la reconnaissance internationale d’un Québec-pays ainsi qu’apprendre et s’inspirer d’expériences internationales, et ce, de façon formelle et structurée, était alors reconfirmée par les militants. Relevant du conseil exécutif national du parti, le CRI-PQ est constitué de militants, de députés et d’experts en matière de relations internationales. Le comité en est à son troisième plan d’action annuel, lequel comprend notamment des activités de réseautage à l’international, de veille informationnelle, d’observation et d’analyse d’événements internationaux et de transfert des connaissances. 

Lire la suite

Les Musées de la civilisation : une institution publique ou un entrepôt numérique ?

Professeur d’histoire à l’Université Laval et président de l’Institut d’histoire de l’Amérique française. Cette lettre a été signée par plus de 600 autres chercheurs. 

Une institution muséale publique sans service de recherche et dont les archives sont inaccessibles aux chercheurs peut-elle encore se targuer d’être un musée ? Ne devient-elle pas un simple entrepôt avec des collections qui, bien que remarquables, auront tôt fait de tomber dans l’oubli, ne trouvant plus personne pour les interpréter et les mettre en valeur ?

Cette question se pose alors que les Musées de la civilisation de Québec (MCQ) ont procédé, le 1er avril, au démantèlement complet de leur service de la recherche et s’apprêtent, le 23 juin 2016, à fermer la salle de consultation de leurs archives. Dans ce dernier cas, les MCQ affirment que cette fermeture est provisoire, sans indiquer de date de réouverture éventuelle.

Lire la suite

Énergie Est - Analyse de la portée économique du projet pour le Québec

À titre d’économiste ayant œuvré dans la haute fonction publique québécoise pendant 35 ans, principalement au ministère du Développement économique, de l’Exportation et de l’Innovation, je suis interpelé par certains arguments ou affirmations de nature économique qui accompagnent le débat sur le projet d’oléoduc Énergie Est. Pour évaluer l’impact économique et structurant de grands projets d’investissement industriel, qu’ils soient d’origine québécoise ou étrangère, nous disposons d’outils d’évaluation et de protocoles de questionnement des projets nous permettant d’en arriver à des recommandations appropriées en termes d’intérêt des projets et de portée maximale de l’aide gouvernementale à y souscrire si l’impact escompté est raisonnablement accessible. Ces outils et questionnements sont encore utilisés pour évaluer l’impact économique des grands projets soumis au gouvernement.

 

Lire la suite

Contribution du Canada et du Québec au réchauffement climatique

Entre décembre 2014 et janvier 2016, près d’un millier d’heures de recherche, de calculs et de rédaction ont été allouées à estimer les émissions mondiales de gaz à effet de serre de l’industrie des sables bitumineux du Canada. Le rapport de 138 pages qui en résulte [7] n’est que la pointe de l’iceberg que le Canada doit éviter s’il ne souhaite pas être coupable de sa responsabilité climatique. Les citoyens à la vigie disposent maintenant de bonnes jumelles... Sauront-ils se l’approprier afin de crier à l’homme de barre pour que nous évitions la collision climatique à temps ?

Lire la suite

Des citoyens contestent la validité du Projet Énergie Est

Présidente de Saint-Antoine-de-Tilly – Milieu de vie

Qui nous sommes

Le groupe citoyen Saint-Antoine-de-Tilly – Milieu de vie a été formé en février 2015 dans un contexte où les pétrolières de l’Ouest multipliaient les projets de transit du pétrole via le Québec, et où le gouvernement du Québec poursuivait résolument son projet de développer la filière des hydrocarbures en sol québécois.

Il a été formé pour :

  • examiner de façon critique les activités existantes et projetées d’exploitation et de transport d’hydrocarbures au Québec ;
  • fournir à la population des occasions de s’informer sur les impacts possibles de ces activités en matière de sécurité personnelle, d’accès à l’eau potable, de valeur des propriétés, de viabilité économique, de viabilité des écosystèmes et d’intégrité du patrimoine naturel, culturel et bâti ;
  • communiquer aux autorités compétentes les conclusions et recommandations découlant de l’étude de ce dossier ;
  • travailler à empêcher la réalisation de tout projet qui ne respecterait pas les critères du développement durable, de l’acceptabilité sociale et du respect du territoire québécois.
  • Saint-Antoine-de-Tilly – Milieu de vie regroupe des citoyens possédant un riche éventail de compétences. Né de la volonté d’une poignée de résidents d’une petite municipalité, Saint-Antoine-de-Tilly – Milieu de vie, comptait plus de 300 membres et sympathisants après seulement 10 mois d’existence. Cette croissance rapide confirme que le dossier des hydrocarbures préoccupe vivement les citoyens.

Lire la suite

Énergie Est - Ni légitime, ni crédible, ni opportun

Le Regroupement vigilance hydrocarbures Québec (RVHQ) est le plus important mouvement citoyen engagé dans le dossier des hydrocarbures au Québec puisqu’il fédère plus de 130 comités de toutes les régions du Québec, mobilisés contre le développement de la filière pétrolière et gazière sous toutes ses formes et pour la mise en place d’un véritable plan de sortie de l’ère des hydrocarbures fossiles.

Mouvement de mobilisation citoyenne sans précédent dans l’histoire du Québec, le RVHQ a joué un rôle décisif dans la lutte contre l’extraction des gaz de schiste dans la vallée du Saint-Laurent, à l’époque où il s’appelait encore Regroupement interrégional sur le gaz de schiste de la vallée du Saint-Laurent (RIGSVL). Des groupes d’opposition à l’exploitation des hydrocarbures en Gaspésie, à l’île d’Anticosti et dans le golfe du Saint-Laurent ont grossi ses rangs au cours des dernières années, de même que plusieurs groupes préoccupés par le transit de pétrole de l’Ouest via le Québec par oléoducs, par trains et par navires. Le Regroupement continue à accueillir fréquemment de nouveaux comités qui se forment au fil des projets qui surgissent ici et là au Québec.

Les comités de base du RVHQ sont souverains et disposent de la plus complète liberté de pensée et d’action. Néanmoins, ce mémoire rend compte des points de vue du Comité de coordination du RVHQ, l’instance élue par l’assemblée générale des comités membres afin d’orchestrer les actions communes des groupes. Il témoigne donc d’un consensus au sein du Regroupement.

Lire la suite

Projet inacceptable en raison de ses nombreux facteurs de risques pour le Québec

France Rémillard, Danielle Gagnon, Antoine Boivin, Pierre-Paul Sénéchal, membres du GIRAM

Le Groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu (GIRAM) est un organisme sans but lucratif, créé en 1983. Il a pour mission de diffuser des valeurs de qualité de vie, de conservation du patrimoine, de protection de l’environnement et des paysages bref, de proposer des aménagements harmonieux dans son milieu de vie régional en accord avec le concept de développement durable.

Le GIRAM est invité à rédiger un mémoire sur un projet qui au sens des audiences prévues en vertu de la Loi sur la qualité de l’environnement n’existe pas. Un projet qui, depuis 2013, change de trajectoire à chaque fois que surgit une difficulté manifeste, un projet pour lequel les réponses du promoteur aux nombreuses questions posées lors de la première séance de consultation sont souvent demeurées évasives. Aucune véritable analyse d’impact n’a été déposée à ce jour par l’initiateur. Le rapport du BAPE sera transmis au gouvernement du Québec, mais son véritable destinataire est l’Office national de l’énergie qui, lorsqu’on examine son prospectus sur l’énergie, ressemble sous certains aspects à une agence de marché du pétrole canadien.

Lire la suite

Sous-catégories

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.