Recherche par auteur

Un pacte pour fonder le Québec

À l’automne 1966, dans l’autobus en direction de l’Université de Montréal, j’ai discuté avec un homme d’un certain âge sur l’indépendance du Québec. Cette idée m’animait. Cet homme partageait mon enthousiasme. Me regardant droit dans les yeux, il m’a dit :

Si vous vous rendez à mon âge, j’ai 64 ans, vous aurez probablement la chance de voir naître le Québec. Ça ne se fera pas avant quarante ans. Au début du XXIe siècle. Peut-être, mais pas avant. Comme l’opposition sera forte, il faut que cette idée s’enracine. Oui. S’enracine. Puis, une idée comme celle-là doit mûrir, se répandre, cheminer, devenir incontournable, mais surtout demeurer l’affaire de tous ceux qui veulent un pays. C’est seulement comme ça qu’elle aboutira.

Ces paroles m’ont ramené sur terre. Vingt-sept ans plus tard, en 1993, Charles Taylor m’a aussi ramené sur terre. Au café Loft, à Québec, interrogé sur la façon d’aborder le mouvement sécessionniste du Québec, l’auteur de la théorie de la reconnaissance avança qu’il faut d’abord considérer ses promoteurs comme des ennemis. Ce soir-là, je n’ai pu fermer l’oeil. Je découvrais que la reconnaissance canadienne m’obligeait à être complice de mon assujettissement. Si j’osais affirmer le contraire, je devenais un ennemi.

Lire la suite

L'état des choses - printemps 2005

Le congrès du Parti québécois (PQ) de juin 2005 approche à grand pas. À se fier aux sondages et aux erreurs monumentales du Parti libéral du Québec (PLQ), le PQ vogue tranquillement vers une victoire électorale. Ses engagements sont « presque » clairs : un nouveau référendum aura lieu si le chef croit pouvoir le gagner. Pas de référendum sans assurance morale de l’emporter.

Lire la suite

Le chef en porte-à-faux face à la jeunesse souverainiste

En toutes sociétés, les jeunes ont un rôle déterminant pour l’avenir. Tel un diamant brut, à peine ciselé, ils affirment leurs convictions profondes le plus simplement du monde. Les jeunes du Parti québécois, réunis en Grand rassemblement, se sont exprimés clairement en vue du prochain congrès national.

Il est intéressant de constater que ces jeunes, malgré les pressions de « la machine » politique du Parti québécois, ont adopté l’essentiel des thèses dites « Parizeau-Laplante ». Et ils ont particulièrement adhéré à ce qui est le plus contesté par cette même machine, soit les gestes de souveraineté. Dans ce cas, les jeunes sont très clairs : il est primordial d’effectuer des gestes de ruptures irréversibles avant même la tenue d’une éventuelle consultation sur la souveraineté du Québec.

Lire la suite

Le discrédit

Dure semaine pour les commentateurs politiques québécois. Il a vraiment fallu « faire semblant de trouver ça intéressant » , comme dirait Richard Desjardins, pour noircir autant de pages, pour babiller aussi longtemps sur le budget fédéral. Et pour passer à côté du fondamental !

Présenté comme une victoire de Paul Martin qui a bien réussi à neutraliser les conservateurs, l’épreuve du budget a été interprétée dans la seule grille électoraliste. Le gouvernement libéral aurait décidé d’ignorer le Bloc Québécois et le NPD, il n’a pas fait grand cas des demandes des provinces, il a ignoré le déséquilibre fiscal, la réforme de l’assurance-emploi, etc, etc. Les savantes dissertations n’ont pas manqué pour faire comprendre les subtilités de la plomberie budgétaire, pour trouver les astuces et retrouver la signature de l’art libéral de manœuvrer. Les anecdotes et les débats sur des considérations secondaires n’ont pas manqué. L’essentiel n’a pour ainsi dire pas été abordé.

Lire la suite

Leur combat et le nôtre

Le vrai combat à mener n’est pas entre la gauche, souvent utopique, et la droite, convaincue des vertus illimitées du marché, ni même entre « fédéralistes » et souverainistes. Car sous le label « fédéraliste », le fédéralisme réel, le fédéralisme dominateur, se dissimule, mais à peine, un nationalisme qui n’ose dire son nom, le nationalisme canadian en guerre contre son ennemi inexpiable, le nationalisme québécois.

Lire la suite

Aile jeunesse et gestes de rupture

Le 13 mars 2005, dans la ville de Chicoutimi, quatre cents jeunes délégués péquistes réunis pour le Grand Rassemblement national ont décidé que leur parti devra dorénavant entreprendre sa démarche d’accession à l’indépendance sur un mode d’affrontement d’État à État, du fort au fort. Leur indépendance nationale, les jeunes souverainistes n’attendront pas, comme nombre de leurs aînés l’ont fait, que le Canada la leur concède en vertu de son grand respect du processus référendaire québécois et de sa magnanimité à l’égard d’une minorité vélléitaire qui aurait voté à 52,5 % pour le « Oui ».

Lire la suite

Ce qu'il en coûte d'être fédéraliste

Le bilan du gouvernement Charest est atroce et l’ambiance au Parti québécois est festive. Tout laisse croire que, si la tendance se maintient, le PQ sera réélu dès 2007. Il le sera sans mandat fort, il le sera au terme d’une campagne électorale ayant porté sur tout sauf l’indépendance, il le sera avec le mandat de gérer mieux que ne l’auront fait les libéraux l’espace misérable qu’il nous reste pour vivre notre vie démocratique.

Lire la suite

Actualité et éloquence de témoignages d’hier sur les Canadiens-Français

« Le lien du langage est peut-être le plus fort et le plus durable qui puisse unir les hommes » . Ne croirait-on pas entendre ou lire l’un des inspirateurs ou des animateurs contemporains de la Francophonie. C’est bien pourtant Alexis de Tocqueville qui s’exprimait ainsi en 1831, après avoir passé quelques mois parmi nous. Il estimait aussi que « les Français du Canada devaient reconquérir complètement leur nationalité », c’est-à-dire en clair dans le langage d’aujourd’hui, assumer complètement la maîtrise de leur destin.

 

Lire la suite

La royauté perdue du legs : de Pour la suite du monde à Horloge biologique

L'auteur s'est mérité le prix André-Laurendeau 2005 pour cet article

Tout règne s’inscrit dans une durée qui dépasse l’existence individuelle de ses sujets. Il puise son autorité dans les sources de l’histoire et trouve son inspiration dans l’appel de la suite du monde. Le film de Pierre Perrault et de Michel Brault, qui date de 1963, contient dans son titre une promesse sérieuse et très grave pour le jeune spectateur québécois de 2005. On prononce à voix basse ce merveilleux titre, Pour la suite du monde, et soudain on se sent délesté d’un grand poids, comme si une voix caverneuse et très ancienne s’adressait au tréfonds de notre conscience et nous disait : « Tu n’es plus seul ». Dès les premières images en noir et blanc, une amère étrangeté émane de la langue parlée par ces hommes : on entend un vieux dire turluter, on se dit qu’on ne connait pas ce mot, et en même temps on est convaincu de le connaître, de l’avoir entendu quelque part. Mais où ? Quand ? Était-ce dans cette vie ou dans une autre ? Et voilà notre spectateur embarqué malgré lui dans la plus fascinante des quêtes : celle des origines.

Lire la suite

Gomery l'aide-mémoire (première partie)

Nous, souverainistes québécois, avons le devoir de ne jamais oublier cette colossale agression commise à l'égard de notre pensée et de notre action. D'où cet aide-mémoire dont la première partie a été rédigée entre la mi-septembre et la fin octobre 2005, soit avant la publication du rapport de Gomery. Une seconde partie suivra Gomery.

La réponse la plus souvent donnée par les témoins aux enquêteurs de la commission du juge Gomery sur le scandale des commandites fut: Je ne me souviens pas. Il s'agit sans doute là de la véritable devise de ces indéfectibles promoteurs du Canada.

Lire la suite

Sous-catégories

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.