Recherche par auteur

Vol. CII, no 3

Défense et illustration de l'indice de vitalité des langues

L’Office québécois de la langue française (OQLF) a fait une découverte étonnante: au dire de son contractuel attitré, Michel Paillé, l’indice de vitalité des langues serait un concept mal fondé qui ne contribue en rien à comprendre la dynamique des langues[1]. Paru en septembre dernier, le rapport de l’OQLF sur la situation linguistique au Québec[2] n’en fait par conséquent nulle part état.

Cet indice a pourtant fait ses preuves depuis plus de trente ans. Vérification faite, c’est plutôt le raisonnement de Paillé – qu’approuve, faut-il croire, le Comité de suivi de la situation linguistique, à l’OQLF – qui laisse à désirer.

Lire la suite

Hegel. Introduction à une lecture critique

Yvon Gauthier
Hegel. Introduction à une lecture critique, Coll. Logique de la science, PUL, Québec, 2010, 118 pages

G.W.F. Hegel demeure un monument de l’histoire de la philosophie. On le situe aux côtés de Kant, Fichte et Schelling pour le faire entrer dans la case de l’idéalisme allemand. On oublie alors que son œuvre est tributaire du romantisme et que, de son vivant, Hegel n’a publié que deux ouvrages, La phénoménologie de l’esprit et La science de la logique. Ces œuvres originales rompent avec la pensée de Kant et montrent que Hegel n’est pas un épigone ordinaire du professeur de Königsberg. Ce que l’on croit mieux savoir et que l’on se plaît à répéter jusqu’à l’idéologie, c’est qu’il convient selon plusieurs, aujourd’hui encore, de lui reprocher son obsession pour l’idée de Système de la science. On critique, trop souvent encore sans la comprendre, sans la replacer dans son contexte, sa tentative de présenter, dans un panorama, la totalité du savoir absolu de l’esprit. On lui reproche encore son style, à la fois universitaire et populaire, ainsi que la sécheresse de ses catégories. Yvon Gauthier n’appartient assurément pas à ce groupe de commentateurs rapides qui veulent absolument réduire Hegel en le faisant entrer dans une petite case ; il entend plutôt faire comprendre et résonner son œuvre aujourd’hui, donc revenir à ce qui est encore vivant chez Hegel.

Lire la suite

Éditorial - Le chiard et le Chinese pâté

« Ces étudiants-là n'échappent pas complètement au français. Ils vont à la cafétéria manger du pâté chinois et non du Chinese pâté. Ils sont confrontés au français, puisqu'ils baignent dans un environnement en français », a souligné Mme Grant [directrice des communications HEC Montréal]

Le Devoir, 22 février 2012

Rien ne va plus dans les universités.

On avait subi le spectacle lamentable de l’UQAM où les parvenus ont fait dérailler les projets immobiliers avant de filer à l’anglaise, peinards. Enquête, commentaires embarrassés, morgue ministérielle et glose de recteurs. Pas de responsables. La tempête parfaite, comme le dira plus tard le portier Rousseau devant la Chambre de commerce à propos d’une autre gabegie. Le marché vous savez…

Le marché, on sait. C’est celui dans lequel se jette une élite de gestionnaires universitaires qui se donnent des airs de grands businessmen à brasser du PPP de Rimouski à Saint‑Jérôme, à semer les pavillons un peu partout sur le territoire pour se livrer une guerre de clientèle digne des concessionnaires de McDo. Et ça valse à coup de centaines et de centaines de millions jusqu’au CHUM et au MUHC où le corps médical s’est couché devant l’iniquité anglaise, bordé par une classe politique timorée, morte de trouille à l’idée de s’attaquer aux privilèges rhodésiens.

Lire la suite

Penser la politique spectrale II

Résumé – Nous étudierons, dans cette deuxième partie (Penser la politique spectrale I, Novembre-Décembre 2011), le retour des fantômes au service de l’identité canadienne, c’est-à-dire de cette nouvelle identité forgée par les conservateurs majoritaires au pouvoir dans la maison hantée. Nous demanderons par la suite s’il convient de prendre les « revenants » au sérieux. Par le rappel de quelques anecdotes politiques récentes, nous réaliserons que les fantômes sont sérieux. Dans le contexte du repliement identitaire, le Québec, qui ne doit plus rire de sa situation (celle de la décomposition de son mythe moderne), peut recourir à la spectropolitique pour repenser sa situation historico-politique, laquelle exige désormais la formation d’une jeune élite capable de rencontrer les fantômes, d’interpréter leur message afin de les exorciser dans le but ultime de persuader le peuple de l’importance de sa liberté.

Lire la suite

Qu'est-ce que le trudeauisme?

Le trudeauisme est une idéologie qui se définit bien par ce à quoi elle s’oppose avec virulence : le nationalisme québécois. Le trudeauisme est d’abord une idéologie antagoniste au nationalisme québécois et, pourrait-on arguer, à l’identité québécoise. En lieu et place de la défense de cette identité comme de l’affirmation de l’autodétermination des Québécois, le trudeauisme a proposé un nouvel idéal canadien assorti d’une nouvelle identité. Cette identité se veut bilingue et cosmopolite et s’appuie sur un nouvel État central fort, presque impérieux. L’État central canadien, dans la vision trudeauiste, doit prendre plus de place au détriment des États provinciaux dans la vie des Canadiens. Il doit s’affirmer avec intransigeance et développer une intense fierté dans le nouveau Canada, basée sur l’idée que le Canada est un phare pour l’humanité cosmopolite de demain, en fait de la mondialisation d’aujourd’hui. L’idéal politique trudeauiste triomphe avec le rapatriement de la constitution sans l’accord du Québec, négocié en 1981 et réalisé en 1982. Au total, Trudeau parvient à bloquer l’émancipation du Québec de la façon suivante :

a) Échec au biculturalisme

b) Échec au Québec français

c) Échec à la souveraineté-association

Lire la suite

Réussir l'accès à la justice

Les auteurs ont fondé la Clinique juridique Juripop et assument repectivement les fonctions de directeur exécutif et de pdg de l'organisme. Cet article a été rédigé avec la collaboration de  la Clinique juridique Juripop.

La cause chemine de plus en plus dans les officines du ministère de la Justice, du Barreau et des bureaux d’avocats. Les cas d’absurdes problématiques d’accès à la justice impliquant des citoyens souvent pris au dépourvu pullulent et s’invitent souvent dans les médias, tandis que les sondages montrent avec vigueur que les citoyens ne croient pas et ne comprennent rien à leur justice, tout en ayant bonne confiance en son impartialité.

Lire la suite

La justice au coeur de l'actualité

Rarement la justice aura-t-elle occupé autant d'espace dans l'actualité politique québécoise qu'au cours des deux dernières années. De la commission Bastarache au projet de loi C-10 en passant par l'affaire Éric c. Lola et la grève des procureurs et juristes de l'État, pour ne prendre que ces exemples, une constante se dégage malgré la variété des enjeux : de plus en plus de problématiques juridiques touchent directement la population québécoise. Dans ce contexte, c'est tout naturellement que L'Action nationale consacre un dossier à la justice.

Lire la suite

Sous-catégories

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.