Logo

Le Canada a-t-il vraiment sauvé les meubles ?

à propos de l’Accord de libre-échange Canada–États-Unis–Mexique

Le présent texte sur le récent Accord de libre-échange Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM) apporte un point de vue différent par rapport à celui diffusé à grande échelle par nos médias d’information souvent contrôlés par des intérêts fédéralistes ou encore par certains journalistes et chroniqueurs peu spécialisés dans les questions économiques ou inféodés au régime en place.

Le chroniqueur et ex-éditorialiste en chef du journal Les Affaires, Jean-Paul Gagné, écrivait le 20 octobre 2018 que le Canada venait de sauver les meubles, mais avouait toutefois que les É.-U. conservaient le droit d’imposer des tarifs douaniers de 25 % sur l’acier, de 10 % sur l’aluminium et de 20,9 % sur le bois d’œuvre ! Selon M. Gagné, la principale concession que le Canada aurait faite aux États-Unis concernait nos produits laitiers. Le Canada a donné accès à 3,6 % de son marché, aux produits laitiers et fromagers américains, mais a conservé la gestion de l’offre. Rappelons qu’il avait déjà accordé 2 % de son marché aux produits laitiers des pays de l’Union européenne lors du récent traité de libre-échange signé avec eux. De plus, en 2016, le Canada ouvrait 3,2 % de son marché aux produits laitiers du Partenariat transpacifique1. Au total, les producteurs laitiers de ces trois entités commerciales auront accès à 9 % du marché canadien du lait et environ 50 % des producteurs laitiers canadiens affectés proviennent du Québec2.

Accès abonné

Template Design © Joomla Templates | GavickPro. All rights reserved.