Oeuvre du mois - Mario Côté

mariocote550

En couverture du numéro de Février-Mars 2015
Mario Côté, CS 09 [281-315], Acrylique sur toile, 2012, 178 x 127 cm
Photo : Guy L’Heureux


Résumé de la démarche

Depuis plusieurs années, je me suis intéressé à la transcription de la musique en signes graphiques afin de conduire cette proposition en un projet pictural. Les compositeurs américains Earle Brown, John Cage, Morton Feldman et Cristian Wolff associés à l’École de New York ont développé durant les années 50, ce que l’on appelle la « partition graphique ». Depuis 2008, j’ai entrepris de transposer les partitions musicales du compositeur Morton Feldman. Étonnamment, il a été très proche des premiers peintres abstraits new-yorkais. D’ailleurs, plusieurs de ses pièces musicales ont été dédiées à des artistes : For Philip Guston, For Franz Kline, The Rothko Chapel, For Francisco Clemente, For John Cage. Aussi, Feldman a souvent comparé son travail de composition à la confection des tapis du Moyen-Orient et il a envisagé la création de sa musique à la manière des peintres, comme une surface. « Mon intérêt pour la surface est le thème de ma musique. […] On devrait appeler [mes compositions] toiles de temps, toiles que j’imprime plus ou moins d’une teinte musicale. » D’une manière plus modeste, je pensais désormais renverser la proposition pour lui rendre hommage : créer à partir de sa musique afin d’énoncer une forme de transposition par une proposition exclusivement picturale. Ainsi, après avoir complété en 2010 la transcription intégrale de la pièce pour piano Palais de Mari (Feldman, 1986), je tente depuis de compléter la transposition de Crippled Symmetry (1983). Le projet représente à lui seul 1252 mesures, soit une quarantaine de tableaux. Ainsi, ce projet de longue haleine m’oblige à questionner constamment l’entreprise picturale qu’elle représente.

Notice biographique

Artiste multidisciplinaire, Mario Côté vit et travaille à Montréal. Depuis 1994, il enseigne à l’École des arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal. Il est membre actif au sein du Centre de recherche en arts médiatiques Hexagram/UQAM. Il s’intéresse particulièrement aux rencontres entre les disciplines artistiques, mais aussi entre les individus qui les pratiquent. Initiateur de plusieurs collaborations dans le domaine de la vidéo expérimentale, il interroge la notion de « corps danseur » en collaboration avec l’artiste multidisciplinaire Françoise Sullivan dans Black and Tan Fantasy/Répétitions (2015), Dédale (2008), Les Saisons Sullivan (2007) et avec la chorégraphe Jeanne Renaud dans A Morte in braccio (2012). La notion de « corps lecteur » dans La chambre qui attend, portrait d’Alain Fleischer écrivain (2008) et À ciel ouvert du même auteur (2011), de même que L’Homme de la campagne (2014) à partir d’une nouvelle de Franz Kafka. Il dirige des groupes de recherche : ARC_PHONO (2005-2012) et ARC_DANSE (2009-). Il s’intéresse aussi à la notion de traduction interdisciplinaire en peinture en transposant plusieurs pièces musicales du compositeur américain Morton Feldman. Il travaille actuellement à la traduction picturale d’une sonate pour piano de la compositrice russe Galina Oustvolskaïa. Une importante rétrospective de son travail portant le titre Tableau a été présentée au Musée d’art de Joliette (2002) produite par la commissaire indépendante Nicole Gingras. L’artiste est représenté par la Galerie Trois Points à Montréal et le travail vidéo est distribué par le Centre Vidéographe.

sites à consulter : mario-cote.ca et galerietroispoints.com 

Tagged under: Oeuvres publiées,

Automne 2018 - Sommaire

Fragilités et résistances des nations   Le numéro Automne 2018 explore la notion de nation à travers les ouvrages récents sur les Innus, les Achinabés et les Canadiens français en questions. Ce numéro traite également de l'État québécois et des problématiques sociales actuelles, de même que de divers thèmes environnementaux. Éditorial - Un livre à la foisRobert Laplante

Lire la suite

Automne 2018 - Un livre à la fois

La chicane d’intendant derrière nous, il faut donc reprendre là où les partis politiques n’ont pas voulu aller. Ils sont nombreux les observateurs à avoir déploré que la campagne électorale n’ait pas fait la place qu’elle mérite à la culture. Tout le monde s’est rangé derrière le fait qu’a été bien accueillie la politique culturelle déposée in extremis par le gouvernement Couillard, pour faire du surf sur de généreuses généralités. L’essentiel, pourtant, n’a pas été sérieusement abordé ni débattu. Il faudra entreprendre de se donner un cadre global de réflexion. La culture est au fondement de notre identité et le marqueur le plus puissant de l’expression de notre langue et de notre façon de vivre. Poussière sur le continent, notre peuple n’en porte pas moins une vision du monde, un projet de civilisation qui peut apporter au concert des nations.

Lire la suite

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.