Un autre exemple d'opposition systématique au progrès?

Normand Mousseau est professeur de physique à l’Université de Montréal et auteur des livres Au bout du pétrole, tout ce que vous devez savoir sur la crise énergétique, L’avenir du Québec passe par l’indépendance énergétique et La révolution des gaz de schistes, tous parus aux Éditions MultiMondes.

L’hebdomadaire britannique The Economist soulignait récemment que :

[…] la plupart des gens seraient très heureux de découvrir qu’ils sont assis sur des réserves de gaz naturel qui pourraient répondre à leurs besoins durant les prochaines décennies. […] Pourtant, dans la province canadienne du Québec, l’annonce d’abondantes réserves de gaz de shale dans le sous-sol du bassin du Saint-Laurent n’a pas été accueillie avec enthousiasme.

Contrairement aux Lucides et aux autres promoteurs de cette ressource, toutefois, l’article ne dénonçait pas l’immobilisme supposé des Québécois, mais cherchait plutôt à comprendre l’origine du peu de soutien démontré par la population.

Car il y a de bonnes raisons pour refuser de s’enthousiasmer dans le dossier de l’exploitation des gaz de shale. Des raisons environnementales, tout d’abord, qui portent à la fois sur les risques associés avec les procédés de forage et d’extraction et la politique de lutte aux changements climatiques du Québec. Ces questions ont été amplement débattues dans les médias depuis quelques mois et sont présentées en détail dans les autres articles de ce numéro thématique de L’Action nationale. Au-delà de celles-ci, toutefois, il y a aussi la question, fondamentale, de l’intérêt économique de cette exploitation : qu’en retireront vraiment les propriétaires de cette ressource, c’est-à-dire l’ensemble des Québécois d’aujourd’hui et de demain ? Cette question, paradoxalement, n’a pas été soulevée par The Economist, et reste souvent ignorée par la presse. Comme on le verra ici, c’est un oubli qui pourrait coûter cher.

On peut reformuler la question économique de la façon suivante : pourquoi est-ce que l’exploitation de ces gaz se poursuit sans opposition majeure de la population au Texas, en Pennsylvanie et même dans la verte Colombie-Britannique alors qu’elle soulève tant de passion au Québec ? Sommes-nous une société si différente que ça du reste de l’Amérique du Nord ?

La réponse à cette question contrevient aux idées reçues : c’est parce que les Québécois ne sont pas différents qu’ils s’opposent ! Sans même connaître les modèles de développement adoptés par les autres autorités nord-américaines, ils sentent bien que les retombées de cette industrie sur les régions affectées et l’ensemble du Québec seront mineures et certainement insuffisantes pour compenser les désagréments et les risques qui y sont associés.

Cette intuition est la bonne. Lorsqu’on examine en détail ce qui se fait ailleurs, on ne peut conclure qu’à une chose : le modèle économique québécois de développement des hydrocarbures est inacceptable et un moratoire est essentiel pour permettre à la population et au gouvernement de s’entendre sur la gestion de ces ressources non renouvelables et la répartition des revenus.

Pour justifier cette demande, il est utile de comparer les différents modèles aux étapes critiques de développement d’un puits : obtention des permis, exploration, exploitation et partage des revenus.

Obtenir un permis

Partout au Canada, ce sont les provinces, et donc l’ensemble des citoyens, qui sont propriétaires des ressources minérales ; seule la surface de votre propriété vous appartient.

Au Québec, avant de commencer à explorer et à prospecter pour du gaz ou du pétrole, il est nécessaire d’obtenir un permis auprès du ministère des Ressources naturelles. Pour ce faire, il suffit d’aller sur le site internet de ce ministère, d’identifier les régions qui vous intéressent et de vérifier qu’elles sont toujours libres. Ne reste alors qu’à cliquer et à payer annuellement la somme de 10 cents par hectare pour acquérir les droits exclusifs d’exploration d’hydrocarbure sur le sous-sol de celles-ci (Ces frais annuels passent à 50 cents l’hectare après 5 ans...). La distribution des permis se fait donc selon la règle du premier arrivé, premier servi et le gouvernement se contente de distribuer passivement les permis d’exploration à quiconque en fait la demande.

Les provinces canadiennes jouent un rôle beaucoup plus proactif dans la distribution des permis. En effet, la plupart d’entre elles ont adopté un modèle de gestion de territoire où ce sont les ministres des Ressources naturelles qui décident des régions qui seront ouvertes à la prospection. On annonce quelques mois à l’avance que les permis seront disponibles pour un territoire donné et on ouvre les enchères. Celui qui paiera le plus cher remportera la mise.

Cette approche de mise en concurrence des industries gazières et pétrolières a permis à la Colombie-Britannique d’aller chercher presque 4 milliards $ entre 2008 et 2010 en droits d’exploration pour le gaz de shale, soit entre 4000 $ et 10 000 $ l’hectare ou jusqu’à 100 000 fois plus par hectare que le Québec ! Grâce au contrôle actif dans la distribution de permis, les autres provinces sont en mesure d’attendre le moment propice pour mettre en vente les permis, plutôt que de les distribuer n’importe quand, comme c’est le cas au Québec.

La situation est bien différente aux États-Unis, où chaque propriétaire terrien possède l’ensemble des droits miniers. Une gazière devra donc s’entendre avec chaque propriétaire des terrains convoités avant de commencer à explorer. Or, ces propriétaires, moins sensibles aux lobbyistes que nos gouvernements, ont tendance à être exigeants et, aujourd’hui, les droits d’exploration peuvent atteindre 28 000 $ US l’hectare en Pennsylvanie, soit 280 000 fois plus que les droits exigés par Québec.

L’exploitation

Et ça ne s’arrête pas là. Si la gazière décide d’aller de l’avant et d’exploiter le gisement, des redevances variant entre 12 % et 20 % seront versées aux propriétaires de terrains sous lesquels le puits s’étend. À ces redevances, il faut rajouter des droits de production, qui peuvent atteindre 7,5 % de la valeur au puits, et qui seront reversés à l’État. Au total, donc, une gazière installée aux États-Unis versera jusqu’à 28 % en divers droits et redevances diverses, selon l’État.

Au Canada, les propriétaires fonciers ne reçoivent aucune redevance, bien sûr, puisque les ressources minières appartiennent à l’ensemble des citoyens de la province. Et les gouvernements s’avèrent beaucoup moins gourmands que les fermiers américains, contrairement à ce qu’on aurait pu penser. Ce qui fait qu’une gazière s’en tire à très bon compte de ce côté-ci de la frontière. Ainsi, au Québec, les redevances totales montent de 10 % à 12,5 %, selon le niveau de production, alors qu’elles sont de 5 % en Colombie-Britannique. On est loin des montants américains !

Pire, l’industrie minière, gazière et pétrolière a accès à de nombreuses déductions et réductions fiscales qui lui permettent, lorsque vient le temps de faire les comptes, de ne payer qu’une fraction du taux de redevance officiel. Ainsi, sur les 6 milliards de revenus déclarés par l'industrie minière en 2009, seuls 31 millions ont été versés au gouvernement québécois.

Pourquoi accepte-t-on l’industrie des gaz de shale ?

Sans surprise, les importantes variations des modèles d'affaires développés par les différentes autorités nord-américaines expliquent la réponse des citoyens face à l’industrie des gaz de shale. En effet, un propriétaire foncier acceptera beaucoup plus facilement les risques environnementaux associés avec la fracturation hydraulique s'il reçoit 28 000 $ l'hectare exploré en plus de 12 % à 20 % de redevance sur la production. Il ou elle tolérera également beaucoup plus facilement les milliers de camions-citernes qui déferleront dans son voisinage durant la phase de fracturation. En comparaison, seul le propriétaire du terrain sur lequel sera érigé le puits est dédommagé au Canada. Les municipalités et les voisins, sous les terrains desquels s'étendront les puits et qui souffriront tout autant des risques, du bruit, de la poussière et des dommages causés aux infrastructures routières, ne sont en droit d'exiger, quant à eux, aucune compensation. (Ce qui ne veut pas dire qu'ils ne recevront rien, bien sûr, car certaines gazières vont au-delà de leurs minimes obligations légales.)

Pour quelles raisons, alors qu'ils n'en retireront, au mieux, que des miettes, les citoyens des régions ciblées par les gazières accueilleraient-ils à bras ouverts cette industrie ? Ils seraient mal avisés d'accepter tous les désagréments et les risques de cette industrie s'ils ne peuvent rien en retirer.

Comment expliquer alors que les Britanno-Colombiens, qui partagent les mêmes droits que les Québécois, ne se révoltent pas également ? Après tout, si le gouvernement de cette province retire plus d'argent de la vente des permis que celui du Québec, bien peu retourne dans les régions affectées. Encore une fois, la réponse crève les yeux : les shales de Montney et de Horn River sont situés dans le nord-est de la province, loin des grands centres habités. La majorité des citoyens n'est donc pas touchée directement par cette activité gazière et se préoccupe donc relativement peu des enjeux environnementaux et économiques de cette industrie.

Et les Québécois ?

Si on met de côté la question environnementale et qu'on suppose, pour un instant, qu'il est possible d'exploiter les gaz de shale proprement à condition d’encadrer correctement cette industrie, il devient évident que la principale question qui doit être débattue aujourd'hui est la question du modèle économique à adopter pour s'assurer que toutes les parties impliquées dans ce dossier – les propriétaires de ressources minérales, c'est-à-dire l'ensemble des Québécois présents et futurs, les citoyens des régions sous exploration et les investisseurs – y trouvent leur compte.

Le modèle actuel, on l'a vu, est tout à fait inéquitable et, si on se fit au projet de loi qui révise l'ancienne Loi des mines, on ne s'en va toujours pas dans la bonne direction. Il est donc absolument essentiel de faire une pause, en décrétant un moratoire sur l'exploration et l'exploitation des hydrocarbures, de même que sur l'émission des permis : on doit décréter un arrêt complet de l'industrie qui laisse le temps aux citoyens et à leurs représentants de s’entendre sur un modèle économique acceptable à l’ensemble de la population.

Ceci est d’autant plus important que le développement de l’industrie des gaz de shale ressemble beaucoup à la bulle de l’internet qui a explosé au début des années 2000, emportant avec elle l’épargne de nombreux citoyens et causant la quasi-disparition de géants tels que Nortel. En effet, bien que les coûts de production du gaz de shale varient considérablement d’un endroit à l’autre, on estime qu’ils devraient atteindre, en moyenne, autour de 6 $ le GJ (gigajoule) alors qu’il se vend présentement 4 $ le GJ. L’industrie fonctionne donc à perte depuis ses débuts alors même qu’elle fournissait 20 % du gaz produit aux États-Unis en 2009.

Tout comme à la fin des années 1990, l’intérêt à court terme pour les gazières, qui sont majoritairement des sociétés de moyenne taille, n’est pas tant de faire des profits que de se positionner pour un possible rachat à gros prix par les grandes pétrolières multinationales qui cherchent à élargir leur portefeuille énergétique.

Ce déséquilibre a deux impacts sur les citoyens. Tout d’abord, puisque les profits sont nuls et que les compagnies accumulent même les pertes, on ne peut pas s’attendre à recevoir quelque redevance que ce soit avec la structure fiscale en place au Québec, à moins d’une hausse significative du prix du gaz naturel.

Ensuite, la course à l’exploration qu’on observe présentement nourrit une compétition entre les différentes autorités qui rêvent de développer leur industrie du gaz de shale, et elles sont nombreuses tant aux États-Unis qu’au Canada. Pour préserver leur avance, les gouvernements des provinces et des États risquent donc de multiplier les incitatifs fiscaux afin d’attirer et de retenir les investisseurs sur leur territoire, aux dépens de l’ensemble de leurs citoyens.

Dans un tel contexte, les retombées faramineuses que nous fait miroiter le gouvernement n’ont aucune chance de se réaliser et les régions les plus riches en gaz naturel seront vidées bien avant que le secteur énergétique ne se soit stabilisé, au seul bénéfice des actionnaires des gazières et autres détenteurs de permis d’exploration.

Alors que ni le gouvernement central, ni l’ensemble des Québécois, ni les citoyens affectés ne reçoivent une juste compensation pour l'exploitation d'une ressource non renouvelable, il n’y a aucune raison de soutenir le développement de cette industrie. Contrairement à ce qu’on dit, les Québécois ne sont pas contre tout projet de développement, seulement contre les mauvais mal ficelés.

Octobre 2018

Éditorial - La nouvelle donne provinciale

Les libéraux sont chassés et durement sanctionnés. C’est une excellente nouvelle. La déloyauté du PLQ a déjà fait trop de dégâts. Il faudra en garder mémoire puisqu’il a incarné tout ce que le Canada autorise que nous soyons. Il n’y aura plus d’autre voie pour ce parti incrusté dans ses enclaves ethniques. Il ne poursuivra qu’en cherchant de nouvelles figures de l’imposture. Il s’en remettra, c’est certain puisqu’il est essentiel au régime qui nous asservit. Pour l’instant, il faut seulement souhaiter lui rendre la tâche la plus difficile possible.

Lire la suite

Juin-Septembre 2018

  • Bilan de quatre ans de gouvernement Couillard Lucia Ferretti (Élections 2018 - Le tournant)

    À Alexandre Shields (Le Devoir)À Michel Girard (Journal de Montréal)Et à tous les journalistes, principalement du Devoir, grâce à qui ce bilan a été rendu possible. Lorsque la source n’est pas mentionnée, il s’agit du Devoir. Les dates renvoient aux articles publiés après le 2 mars 2018, date de ma dernière chronique portant sur le gouvernement Couillard. Tout ce qui est rapporté ici tient...

    Lire la suite...

  • Coalition avenir Québec - Agir maintenant pour la nation Benoit Charette (Élections 2018 - Le tournant)

    L’Action nationale a demandé aux quatre partis représentés à l’Assemblée nationale de soumettre leur position sur la question nationale en regard des élections du 1er octobre 2018. Ici, la position du député de Deux-Montagnes (CAQ) Les élections du 1er octobre 2018 seront déterminantes. Pour la première fois depuis 50 ans, elles ne seront pas marquées par le débat sur le statut politique du...

    Lire la suite...

  • Éditorial - Le vertige et les illusions Robert Laplante (Juin-Septembre 2018)

     Nul n’est plus esclave que celui qui se croit libre sans l’être– Goethe Il faut chasser les libéraux du pouvoir. Pour la corruption, certes. Pour avoir semé partout la médiocrité, encore plus. Mais surtout parce que c’est un parti antinational. Dirigés par une engeance doctrinaire et déterminée, les gouvernements Charest et Couillard auront conduit le Québec dans les marécages canadian comme jamais ne...

    Lire la suite...

  • Élections 2018. Les priorités du Parti québécois Catherine Fournier (Élections 2018 - Le tournant)

     L’Action nationale a demandé aux quatre partis représentés à l’Assemblée nationale de soumettre leur position sur la question nationale en regard des élections du 1er octobre 2018. Ici, la position de la députée de Marie-Victorin (PQ) Alors que la campagne électorale s’engage, il importe de s’attarder sérieusement aux enjeux qui sont sur la table. Au Parti québécois, nous espérons que les...

    Lire la suite...

  • Fiscalité numérique : perspectives et bilan de l’action gouvernementale Pier-André Bouchard St-Amant (Élections 2018 - Le tournant)

    Professeur de finances publiques à l’École nationale d’administration publique (ÉNAP). En août 2015, à la veille du déclenchement des élections fédérales, le Nouveau parti démocratique (NPD) suscitait l’engouement des électeurs alors que le Parti conservateur du Canada (PCC) affichait un recul marqué des intentions de vote [1, 2]. En guise de stratégie électorale, l’équipe du premier ministre...

    S'inscrire pour lire la suite

  • L’école québécoise asphyxiée par la Loi sur les langues officielles Frédéric Lacroix (Élections 2018 - Le tournant)

    Nous avons changé d’époque. L’été 2018 marquera une rupture. Les activistes de Concordia et McGill University venus cracher leur haine – in english! – sur des spectateurs attroupés à l’extérieur du Théâtre du Nouveau Monde en constituent un puissant symbole. Le mépris du Québec français est maintenant ouvert. Il parade dans les rues de Montréal, sûr de son bon droit et ne doutant jamais de sa...

    S'inscrire pour lire la suite

  • L’élection générale de 2018 ne scellera pas le sort de l’option indépendantiste Danic Parenteau (Élections 2018 - Le tournant)

    Professeur agrégé, Collège militaire royal de Saint-Jean Les sondages préélectoraux de la dernière année semblent sans équivoque : le prochain scrutin s’annonce douloureux pour les indépendantistes. Ce n’est pas la première fois dans leur histoire qu’ils semblent jouer de leur survie. Mais cette fois-ci pourrait être la bonne… Le sort du projet indépendantiste semble être lié aux succès...

    Lire la suite...

  • La Ville de Montréal boycotte le fleurdelisé Gilles Paquin (Juin-Septembre 2018)

    La Ville de Montréal continue de bafouer ouvertement la Loi sur le drapeau du Québec plus de six mois après avoir été rappelée à l’ordre par la sous-ministre de la Justice du Québec France Lynch quant à ses obligations à ce sujet. Le fleurdelisé demeure donc obstinément banni de l’Hôtel de Ville.

    Lire la suite...

  • Le souverainisme est mort, vive l’indépendance ! Patrick Sabourin (Élections 2018 - Le tournant)

    Chercheur postdoctoral En quête d’informations pour étoffer le texte que vous avez entre les mains, j’ai décidé de réaliser un petit sondage maison non représentatif et non scientifique (on a bien le droit de s’amuser !). Le questionnaire était administré verbalement et comportait une seule question ouverte : À votre avis, quel sera l’enjeu principal de la prochaine élection provinciale au...

    S'inscrire pour lire la suite

  • Le vrai scandale hydroélectrique sur la Côte-Nord André Binette (Juin-Septembre 2018)

    Il est beaucoup question en ce moment du projet d’énergie éolienne Apuiat sur la Côte-Nord. Il manque un élément majeur à la discussion dans ce dossier, un élément que le gouvernement du Québec connaît bien, qui sert d’arrière-plan à ses négociations avec les Innus, mais qu’il se garde de mentionner publiquement. Il s’agit de la dépossession historique des droits des Innus par Hydro-Québec dans...

    Lire la suite...

  • Les partis politiques face à l’héritage inégal des modèles d’intégration du Québec Micheline Labelle (Élections 2018 - Le tournant)

    Professeure émérite de sociologie, UQAM De façon générale, les modèles d’intégration d’une société d’accueil sont des facteurs décisifs pour comprendre les modes d’incorporation des immigrants et des minorités qui sont à la base du projet national propre à chaque pays. Le cas du Québec, pays non indépendant, est particulier. Depuis les années 1960, l’État québécois a tenté de conquérir la...

    S'inscrire pour lire la suite

  • Montréal n’est pas un territoire mohawk non-cédé François Lemieux et Robert Comeau (Juin-Septembre 2018)

    « Montréal, territoire autochtone non cédé » est une déclaration que les autorités montréalaises répètent encore tout en témoignant de timides efforts pour jeter des ponts avec les Premières Nations. Les Mohawks (Agniers, Kanien’kehaka), pour leur part, prétendent être victimes d’ostracisme puisqu’on n’accepte pas leur tradition orale pour corroborer leur thèse historique1. Les Québécois, qui...

    S'inscrire pour lire la suite

  • Pas de laïcité sans indépendance Louise Mailloux (Élections 2018 - Le tournant)

    Professeur de philosophie à la retraite. Auteure de Une charte pour la nation : la laïcite, un projet d’avenir publié aux Éditions du Renouveau québecois Le 18 octobre 2017, dix ans après le dépôt du rapport Bouchard-Taylor et quelques tentatives avortées de légiférer sur ces questions d’accommodements et de laïcité (projet de loi 94 en 2010, Charte des valeurs en 2013), l’Assemblée nationale du Québec,...

    S'inscrire pour lire la suite

  • Pour découvrir le vrai visage de la Coalition avenir Québec Michel Rioux (Élections 2018 - Le tournant)

    L’illusionniste Luc Langevin a publié début mars 2018 La science de l’illusion. Il y révélait quelques-uns de ces trucs qui nous échappent, mais qui finissent par engourdir notre cerveau reptilien. Ce grand magicien racontait par ailleurs qu’une grande partie du succès d’un illusionniste consiste à attirer l’attention du spectateur sur un geste posé par la main droite, alors que c’est la gauche...

    S'inscrire pour lire la suite

  • Pour la refondation du mouvement indépendantiste? Denis Monière (Élections 2018 - Le tournant)

    L’élection du 1er octobre annoncera une fin de cycle et un réalignement des forces politiques. L’échec électoral de la stratégie attentiste obligera des remises en question et une refondation du mouvement indépendantiste qui s’est perdu dans les incohérences et les tergiversations. Depuis 1995, les forces indépendantistes sont en déclin et ont entrainé le Québec dans un processus de régression...

    Lire la suite...

  • Québec solidaire. Penser en pays Sol Zanetti et Simon Lambert (Élections 2018 - Le tournant)

    L’Action nationale a demandé aux quatre partis représentés à l’Assemblée nationale de soumettre leur position sur la question nationale en regard des élections du 1er octobre 2018. Ici la position défendue par Sol Zanetti (candidat QS) et Simon Lambert. La proposition phare de Québec solidaire est à trouver du côté de l’indépendance ; il s’agit de faire du Québec un pays pour rendre possible la...

    Lire la suite...

  • Quinze années de recul du modèle québécois de politiques sociales Yves Vaillancourt (Élections 2018 - Le tournant)

    Politologue, professeur émérite à l’École de travail social de l’UQAM. Au début, lorsque nous avons commencé à réfléchir à un titre pour ce texte, nous avions pensé choisir : « 15 ans de piétinement du modèle québécois de politiques sociales ». Mais après réflexion, nous avons décidé de remplacer le mot « piétinement » par celui de « recul », pour établir un diagnostic touchant l’ensemble des...

    S'inscrire pour lire la suite

  • Situation de la question nationale Mathieu Bock-Côté (Élections 2018 - Le tournant)

    Une première version de ce texte est paru sur le blogue de l’auteur dans le Journal de Montréal, au début du mois d’août 2018. Des années 1960 à la fin des années 1990, une question structurait la vie politique du Québec : comment corriger une situation d’injustice historique qui avait condamné le peuple québécois à une forme indéniable de subordination, que tous reconnaissaient, même si tous ne lui prêtaient...

    S'inscrire pour lire la suite

  • Sur les enjeux économiques de l’élection Simon-Pierre Savard-Tremblay (Élections 2018 - Le tournant)

    Docteur en socio-économie du développement de l’École des hautes études en sciences sociales. It’s the economy, stupid ! Tel s’était exprimé James Carville, stratège de Bill Clinton en 1992 lorsque celui-ci affrontait le président George H. W. Bush, pour exprimer la nécessité d’axer la campagne du candidat démocrate sur la question. Au Québec, en 2014, l’économie faisait partie des vraies...

    S'inscrire pour lire la suite

  • Un député errant André Gaulin, Matthias Rioux et Gaston Deschênes (Juin-Septembre 2018)

    André Gaulin, ex-député de Taschereau, Matthias Rioux, ex-ministre et ex-député de Matane, Gaston Deschênes, historien. Version augmentée du texte rédigé le 9 juillet et publié dans Le Soleil du 13 juillet 2018. La colline parlementaire s’est enrichie le 6 juillet d’un nouveau monument, une reproduction agrandie du Député arrivant à Québec, une œuvre d’Alfred Laliberté (1877-1953) réalisée vers...

    Lire la suite...

  • Une équation générationnelle incertaine Stephane Kelly (Élections 2018 - Le tournant)

    Sociologie. Cégep de Saint-Jérôme En l’espace d’une génération, le Québec a connu plusieurs changements qui ont modifié sa géographie politique. Après le référendum de 1995, les nationalistes francophones de l’est de Montréal étaient bien représentés politiquement. Ils possédaient de nombreux députés qui siégeaient au parlement québécois ou au parlement fédéral, en plus d’avoir des représentants à l’hôtel...

    S'inscrire pour lire la suite

2017 18cahiers600

Un numéro du centenaire aux nouveaux abonnés

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.