Mathieu Bock-Côté. Le nouveau régime

Mathieu Bock-Côté
Le nouveau régime. Essais sur les enjeux démocratiques actuels, Boréal, 2017, 320 pages

Le sociologue Mathieu Bock-Côté est un auteur prolifique. Quelques mois après la publication d’un ouvrage salué par la critique, Le multiculturalisme comme religion politique, il récidive en publiant Le nouveau régime. Essais sur les enjeux démocratiques actuels. Rassemblant différents essais parus ces derniers temps, il poursuit le combat de sa vie : la critique du multiculturalisme. Si, comme Bock-Côté l’avance, le multiculturalisme est la religion du XXIe siècle, il n’est pas exagéré de dire que le sociologue est à notre époque ce qu’Arthur Buies a été à la sienne. Les deux sont d’une ténacité et d’une énergie à toute épreuve. Mais le sociologue a réussi là où le « chroniqueur éternel » a échoué, soit à attirer l’attention du milieu intellectuel de la mère patrie.

L’ouvrage est divisé en quatre parties, elles-mêmes divisées en dix-neuf chapitres ; il se termine par un savoureux épilogue au sujet de l’amitié. On le sait, Bock-Côté embrasse large et ses thèmes de prédilection sont complexes. Ses critiques ne se résument cependant pas seulement au multiculturalisme. Il en profite aussi pour évaluer d’autres idées qu’il juge aberrantes, voire dangereuses. Le choix de diviser ce livre en plusieurs parties est donc judicieux, l’ouvrage étant de ce fait plus accessible au lecteur peu familier avec des thèmes du type : « La nouvelle question anthropologique : l’humanité indifférenciée ». Mais la qualité d’un livre tient moins à sa structure qu’à la qualité de la langue de celui qui l’écrit. De ce point de vue, les nombreux lecteurs de Bock‑Côté reconnaîtront sa plume élégante et vigoureuse.

La thèse principale de Mathieu Bock-Côté est qu’un nouveau régime s’est imposé dans la plupart des pays occidentaux. Il est intéressant de constater que ce nouveau régime n’est pas apparu à la faveur d’une évolution des institutions politiques traditionnelles, mais plutôt grâce à une révolution idéologique. C’est pourquoi il s’est imposé lentement, discrètement, comme sur la pointe des pieds. C’est la définition même d’une révolution venue « d’en haut ». Selon Bock-Côté, les fondements de ce nouveau régime sont limpides : « Il s’agirait, pour le dire succinctement, du fondamentalisme des droits de l’homme conjugué au culte de la diversité et à l’économie de marché » (p. 12). On le reconnaît aussi par sa passion destructrice. En effet, il n’a de cesse de « déconstruire tout ce qui rappelle le monde ancien ou témoigne de sa persistance dans le nouveau » (p. 13). Si les fondements du nouveau régime sont clairs, son objectif l’est tout autant : « l’humanité, écrit Bock-Côté, est engagée dans une phase d’émancipation sans précédent. L’homme se délivre de vieilles entraves, il s’affranchit du poids du passé, il peut enfin naître à une liberté pleine et entière grâce à la liquidation de tous les préjugés » (p. 14).

N’est-ce pas formidable ? Ne sommes-nous pas privilégiés de vivre à une époque qui s’apparente à un conte de fées ? L’avènement de ce nouveau régime ne signifie-t-il pas que le paradis sur terre serait enfin à notre portée ? Mathieu Bock-Côté répond que non. Il démontre que derrière de belles et généreuses valeurs, le nouveau régime cache une réalité qui n’est pas aussi merveilleuse que ses adeptes veulent bien le laisser croire. L’auteur n’y va d’ailleurs pas par quatre chemins. Dès l’introduction, il annonce ses couleurs : « Nous sommes devant un nouveau principe de légitimité qui fonde un nouveau régime. Il prétend accomplir la démocratie, mais, en fait, il la trahit. Il faut le décrypter » (p. 15). Sa démonstration se résume à ce présage : la démocratie est en péril.

Cette menace tient à plusieurs éléments. Le premier est la conception singulière de l’homme propagée par le nouveau régime. Pendant des siècles, il était généralement reconnu que l’homme était, de par sa nature, complexe, insaisissable, inconstant, bref, capable du meilleur comme du pire. Le nouveau régime ne croit pas que l’homme soit aussi complexe. En fait, il conteste l’idée même de « nature humaine », car l’attachement au groupe et aux coutumes civilisatrices qui l’invitent à contrôler ses passions ne serait qu’une construction sociale cherchant à le réduire à l’esclavage. Le nouveau régime estime que l’homme est malléable et qu’il lui suffirait d’un peu de bonne volonté pour qu’il accède à la perfection. Et le sociologue de s’interroger :

De ce point de vue, la modernité ne porte-t-elle pas fondamentalement en elle la tentation de l’homme nouveau, dont on connaît le potentiel totalitaire ? L’homme qui ne se pense plus comme limité et comme héritier (ou autrement dit, qui ne reconnaît plus une nature à respecter) ne risque-t-il pas d’être soumis à toutes les manipulations idéologiques, à tous les fantasmes relevant de l’ingénierie sociale, comme si on pouvait fabriquer en laboratoire un homme idéal (p. 83) ?

L’un des objectifs de la démocratie est de permettre les débats civilisés entre différents points de vue. Les adeptes du multiculturalisme, l’une des idées fondatrices du nouveau régime, n’acceptent pas cette définition, car ils ne souffrent aucune remise en question. C’est ce que souligne Bock‑Côté quand il écrit qu’« il n’est pas permis de remettre en question la révélation multiculturaliste et le dogme qui le consigne politiquement. Ceux qui le feront seront considérés comme de dangereux personnages, animés par des sentiments condamnables » (p. 28). Le moins qu’on puisse dire, c’est que ce type de comportement n’est pas très respectueux de la liberté d’expression, l’un des fondements de la démocratie.

Qui dit démocratie, dit aussi politique. Selon le sociologue, le nouveau régime a usé de son ascendance pour vider la politique de son sens. Traditionnellement, la responsabilité de décider des grandes orientations politiques et sociales incombait aux élus du peuple. Or, depuis quelques années, ces derniers ont abandonné ce rôle. Par exemple, Bock-Côté s’étonne du fait que, lors du débat sur l’euthanasie, nombre de commentateurs et d’élus n’ont pas tant insisté sur la nature très complexe de ce débat que sur le fait qu’il fallait se féliciter qu’il n’y en ait pas eu. En lieu et place d’un débat vigoureux, nous avons eu droit à « un exercice de pédagogie collective, mené par la frange la plus éclairée de notre société à l’intention de sa frange la plus conservatrice, qui n’entendait toutefois pas renverser la tendance, mais seulement, au mieux, freiner ses ardeurs » (p. 137). Avec la complicité active ou tacite des élus, le nouveau régime a étouffé la charge émotive, conflictuelle, voire existentielle de la politique. Or, lorsque les élus admettent leur impuissance face à des forces qu’ils ne peuvent contrôler, c’est la démocratie qui s’affaiblit. C’est du moins ce qu’écrit Bock-Côté dans ce qui est peut-être l’une de ses thèses les plus fulgurantes :

Le politique comme « adaptation » à la mondialisation, à la transformation du marché du travail, à la recomposition de la famille et à la diversification de la société ne prétend plus orienter la société à partir d’un projet : il a seulement pour fonction d’ajuster les règles politiques et administratives aux réalités toujours changeantes de la société civile et du marché (p. 187).

J’ajoute que, aux dires du sociologue, l’avènement du nouveau régime tient moins à son propre génie qu’à l’apathie des peuples occidentaux. Et, de ce point de vue, Bock-Côté se fait le disciple de George Orwell quand il écrit : « C’est peut-être ce qui arrive dans une civilisation qui ne croit plus à la réalité des choses, mais seulement aux discours qu’on tient sur celles-ci, comme si on pouvait se contenter de les imaginer autrement pour les transformer en profondeur » (p. 38). Lisant cela, comment ne pas faire un rapprochement avec le président des États-Unis, Barack Obama, qui, lorsqu’il dénonçait le terrorisme, évitait soigneusement de faire référence au « terrorisme islamique » comme si, en négligeant de la nommer, la réalité allait disparaître. Or, le refus de nommer les choses révèle une régression démocratique qui ne dit pas son nom.

En le lisant, certains seront tentés de penser que Mathieu Bock-Côté exagère et que les idées qu’il dénonce sont à ce point radicales qu’elles ne peuvent qu’être marginales. Je le dis respectueusement : les gens qui pensent ainsi ont tort. Bock-Côté n’invente pas le radicalisme sur lequel se fonde le nouveau régime. Il suffit de prendre l’exemple de la théorie du genre qui s’impose d’ores et déjà dans les médias, et qui va bientôt s’imposer, si ce n’est déjà fait, dans les écoles. Peut-on lui donner tort quand il écrit ceci au sujet des partisans de cette théorie :

Leur perspective ne peut être nuancée : c’est la lutte du bien contre le mal, le bien de l’utopie postsexuelle, le mal de l’histoire sexuée. Pourquoi feraient-ils des compromis avec les défenseurs du vieil ordre sexué, « hétérosexiste » et « patriarcal » qu’ils se sont donné pour mission d’abattre à tout prix afin que naisse enfin ce nouveau monde qui rendra possible un homme nouveau, sans sexe ni préjugés et, ajoutons-le, sans patrie ni histoire, seulement occupé à porter son identité du jour avant d’en changer le lendemain (p. 127-128) ?

La lecture de cet ouvrage est indispensable ne serait-ce que pour saisir ceci : le nouveau régime risque de s’écrouler sous le poids de ses « contradictions internes ». Ne s’est-il pas édifié grâce à l’alliance contre nature entre les partisans du libéralisme mondialisé et ceux du libéralisme social ? Ne promeut-il pas la diversité tout en imposant l’uniformité ? Ne travaille-t-il pas à l’émancipation individuelle, mais n’exige-t-il pas en contrepartie la soumission ? Le nouveau régime célèbre, à la fois, le pluralisme et le conformisme ; il use constamment du mot de « liberté », mais décrète la censure ; il profite de la dépolitisation des grandes questions de notre temps pour mieux politiser les rapports sociaux les plus intimes ; il vomit la chrétienté pour mieux entourer l’islam de sa sollicitude ; il combat les anciens préjugés pour mieux en imposer de nouveaux. Mathieu Bock-Côté a donc raison quand il écrit : « Si le nouveau régime se montre particulièrement autoritaire envers ceux qui le remettent en question, c’est peut-être qu’il se sait fragile – à tout le moins, il voit le peuple comme une bête inquiétante qu’il faut domestiquer, car ses mauvaises pulsions ne seraient jamais complètement endormies » (p. 290). Ce sont probablement ces « mauvaises pulsions » qui sont à l’œuvre en Europe et aux États-Unis…

Je partage l’analyse de Mathieu Bock-Côté, soit que le nouveau régime aime la démocratie à la condition qu’elle lui soit assujettie. Je ne peux toutefois m’empêcher de penser qu’il a su profiter de l’inaptitude des peuples occidentaux à se défendre. Il y a bien eu ici ou là quelques soubresauts, mais de façon générale, le nouveau régime a pu s’installer confortablement sans être réellement contesté. Cette indolence généralisée constitue d’ailleurs l’angle mort de la thèse de Bock-Côté. J’aurais en effet apprécié qu’il affirme sans détour que la contestation du nouveau régime et la défense de la démocratie, des valeurs et de l’histoire occidentales ne relèvent pas uniquement du travail de quelques intellectuels, si valeureux et talentueux soient-ils, mais aussi des citoyens. Je veux bien croire que le nouveau régime s’est imposé en détruisant tout sur son passage, qu’il s’est appuyé sur des idées plus ou moins extravagantes et d’un radicalisme à faire frémir les plus flegmatiques, que ses adeptes ne sont pas aussi attachés à la démocratie et à la liberté qu’ils ne le disent, il demeure que le nouveau régime a réussi à imposer ses idées et à s’implanter aux quatre coins de l’Occident. Le rôle des intellectuels est de remarquer les erreurs et les faiblesses, mais aussi de placer les citoyens face à leurs responsabilités.

Cette apathie des peuples est d’autant plus incompréhensible qu’ils peuvent compter sur la présence d’intellectuels de grands talents. Dans la quatrième partie intitulée « Admirables dissidents », l’auteur dresse justement le portrait de quelques-uns de ces intellectuels qui n’ont pas hésité, malgré les risques personnels et professionnels, à remettre en question les dogmes du nouveau régime. Ce sont pour nous tous de belles leçons de courage, car le nouveau régime est aussi brutal envers ses opposants qu’il est généreux envers ses adeptes. Si la servilité n’est pas héroïque, elle est au moins confortable. Dans son œuvre, Raymond Aron ne faisait pas de différence entre le totalitarisme de droite et de gauche. Ce faisant, il s’est fait beaucoup d’ennemis à une époque où « Les intellectuels de gauche dépensèrent des énergies immenses pour déculpabiliser le marxisme, pour l’innocenter, plutôt que de chercher à comprendre pourquoi les mêmes idées donnaient partout les mêmes résultats » (p. 222). Julien Freund, le « penseur du conflit », a pour sa part dénoncé « un certain progressisme [qui] préfère voir l’Occident se détruire plutôt que d’accepter qu’une civilisation ou une cité n’aient pas une vocation angélique » (p. 235). Un autre « admirable dissident » se nomme Alain Finkielkraut. Ce dernier déplore « le refus qu’exprime notre civilisation de se reconnaître un patrimoine culturel à transmettre » (p. 247). Le romancier Michel Houellebecq, pour sa part, a pris note que : « L’Europe trouve enfin dans sa soumission volontaire à l’islam la délivrance d’elle-même qu’elle avait tant cherchée » (p. 251). Enfin, le dernier de ces « admirables dissidents » est nul autre qu’Éric Zemmour que l’auteur qualifie « d’ennemi public » : « Zemmour parle. C’est déjà grave. On l’écoute, ce l’est encore plus. Le lectorat le plébiscite : les bons esprits sentent venir une révolte contre eux, d’autant qu’elle gronde effectivement, en Europe » (p. 258).

En conclusion, si tous les dissidents du nouveau régime ont en commun une même volonté implacable de liberté, de vigilance et de lucidité, on peut d’ores et déjà ajouter à cette liste le nom de Mathieu Bock-Côté.

Martin Lemay
Ex-député et essayiste

 

Tagged under: Comptes rendus,

Octobre 2018

Éditorial - La nouvelle donne provinciale

Les libéraux sont chassés et durement sanctionnés. C’est une excellente nouvelle. La déloyauté du PLQ a déjà fait trop de dégâts. Il faudra en garder mémoire puisqu’il a incarné tout ce que le Canada autorise que nous soyons. Il n’y aura plus d’autre voie pour ce parti incrusté dans ses enclaves ethniques. Il ne poursuivra qu’en cherchant de nouvelles figures de l’imposture. Il s’en remettra, c’est certain puisqu’il est essentiel au régime qui nous asservit. Pour l’instant, il faut seulement souhaiter lui rendre la tâche la plus difficile possible.

Lire la suite

Juin-Septembre 2018

  • Bilan de quatre ans de gouvernement Couillard Lucia Ferretti (Élections 2018 - Le tournant)

    À Alexandre Shields (Le Devoir)À Michel Girard (Journal de Montréal)Et à tous les journalistes, principalement du Devoir, grâce à qui ce bilan a été rendu possible. Lorsque la source n’est pas mentionnée, il s’agit du Devoir. Les dates renvoient aux articles publiés après le 2 mars 2018, date de ma dernière chronique portant sur le gouvernement Couillard. Tout ce qui est rapporté ici tient...

    Lire la suite...

  • Coalition avenir Québec - Agir maintenant pour la nation Benoit Charette (Élections 2018 - Le tournant)

    L’Action nationale a demandé aux quatre partis représentés à l’Assemblée nationale de soumettre leur position sur la question nationale en regard des élections du 1er octobre 2018. Ici, la position du député de Deux-Montagnes (CAQ) Les élections du 1er octobre 2018 seront déterminantes. Pour la première fois depuis 50 ans, elles ne seront pas marquées par le débat sur le statut politique du...

    Lire la suite...

  • Éditorial - Le vertige et les illusions Robert Laplante (Juin-Septembre 2018)

     Nul n’est plus esclave que celui qui se croit libre sans l’être– Goethe Il faut chasser les libéraux du pouvoir. Pour la corruption, certes. Pour avoir semé partout la médiocrité, encore plus. Mais surtout parce que c’est un parti antinational. Dirigés par une engeance doctrinaire et déterminée, les gouvernements Charest et Couillard auront conduit le Québec dans les marécages canadian comme jamais ne...

    Lire la suite...

  • Élections 2018. Les priorités du Parti québécois Catherine Fournier (Élections 2018 - Le tournant)

     L’Action nationale a demandé aux quatre partis représentés à l’Assemblée nationale de soumettre leur position sur la question nationale en regard des élections du 1er octobre 2018. Ici, la position de la députée de Marie-Victorin (PQ) Alors que la campagne électorale s’engage, il importe de s’attarder sérieusement aux enjeux qui sont sur la table. Au Parti québécois, nous espérons que les...

    Lire la suite...

  • Fiscalité numérique : perspectives et bilan de l’action gouvernementale Pier-André Bouchard St-Amant (Élections 2018 - Le tournant)

    Professeur de finances publiques à l’École nationale d’administration publique (ÉNAP). En août 2015, à la veille du déclenchement des élections fédérales, le Nouveau parti démocratique (NPD) suscitait l’engouement des électeurs alors que le Parti conservateur du Canada (PCC) affichait un recul marqué des intentions de vote [1, 2]. En guise de stratégie électorale, l’équipe du premier ministre...

    S'inscrire pour lire la suite

  • L’école québécoise asphyxiée par la Loi sur les langues officielles Frédéric Lacroix (Élections 2018 - Le tournant)

    Nous avons changé d’époque. L’été 2018 marquera une rupture. Les activistes de Concordia et McGill University venus cracher leur haine – in english! – sur des spectateurs attroupés à l’extérieur du Théâtre du Nouveau Monde en constituent un puissant symbole. Le mépris du Québec français est maintenant ouvert. Il parade dans les rues de Montréal, sûr de son bon droit et ne doutant jamais de sa...

    S'inscrire pour lire la suite

  • L’élection générale de 2018 ne scellera pas le sort de l’option indépendantiste Danic Parenteau (Élections 2018 - Le tournant)

    Professeur agrégé, Collège militaire royal de Saint-Jean Les sondages préélectoraux de la dernière année semblent sans équivoque : le prochain scrutin s’annonce douloureux pour les indépendantistes. Ce n’est pas la première fois dans leur histoire qu’ils semblent jouer de leur survie. Mais cette fois-ci pourrait être la bonne… Le sort du projet indépendantiste semble être lié aux succès...

    Lire la suite...

  • La Ville de Montréal boycotte le fleurdelisé Gilles Paquin (Juin-Septembre 2018)

    La Ville de Montréal continue de bafouer ouvertement la Loi sur le drapeau du Québec plus de six mois après avoir été rappelée à l’ordre par la sous-ministre de la Justice du Québec France Lynch quant à ses obligations à ce sujet. Le fleurdelisé demeure donc obstinément banni de l’Hôtel de Ville.

    Lire la suite...

  • Le souverainisme est mort, vive l’indépendance ! Patrick Sabourin (Élections 2018 - Le tournant)

    Chercheur postdoctoral En quête d’informations pour étoffer le texte que vous avez entre les mains, j’ai décidé de réaliser un petit sondage maison non représentatif et non scientifique (on a bien le droit de s’amuser !). Le questionnaire était administré verbalement et comportait une seule question ouverte : À votre avis, quel sera l’enjeu principal de la prochaine élection provinciale au...

    S'inscrire pour lire la suite

  • Le vrai scandale hydroélectrique sur la Côte-Nord André Binette (Juin-Septembre 2018)

    Il est beaucoup question en ce moment du projet d’énergie éolienne Apuiat sur la Côte-Nord. Il manque un élément majeur à la discussion dans ce dossier, un élément que le gouvernement du Québec connaît bien, qui sert d’arrière-plan à ses négociations avec les Innus, mais qu’il se garde de mentionner publiquement. Il s’agit de la dépossession historique des droits des Innus par Hydro-Québec dans...

    Lire la suite...

  • Les partis politiques face à l’héritage inégal des modèles d’intégration du Québec Micheline Labelle (Élections 2018 - Le tournant)

    Professeure émérite de sociologie, UQAM De façon générale, les modèles d’intégration d’une société d’accueil sont des facteurs décisifs pour comprendre les modes d’incorporation des immigrants et des minorités qui sont à la base du projet national propre à chaque pays. Le cas du Québec, pays non indépendant, est particulier. Depuis les années 1960, l’État québécois a tenté de conquérir la...

    S'inscrire pour lire la suite

  • Montréal n’est pas un territoire mohawk non-cédé François Lemieux et Robert Comeau (Juin-Septembre 2018)

    « Montréal, territoire autochtone non cédé » est une déclaration que les autorités montréalaises répètent encore tout en témoignant de timides efforts pour jeter des ponts avec les Premières Nations. Les Mohawks (Agniers, Kanien’kehaka), pour leur part, prétendent être victimes d’ostracisme puisqu’on n’accepte pas leur tradition orale pour corroborer leur thèse historique1. Les Québécois, qui...

    S'inscrire pour lire la suite

  • Pas de laïcité sans indépendance Louise Mailloux (Élections 2018 - Le tournant)

    Professeur de philosophie à la retraite. Auteure de Une charte pour la nation : la laïcite, un projet d’avenir publié aux Éditions du Renouveau québecois Le 18 octobre 2017, dix ans après le dépôt du rapport Bouchard-Taylor et quelques tentatives avortées de légiférer sur ces questions d’accommodements et de laïcité (projet de loi 94 en 2010, Charte des valeurs en 2013), l’Assemblée nationale du Québec,...

    S'inscrire pour lire la suite

  • Pour découvrir le vrai visage de la Coalition avenir Québec Michel Rioux (Élections 2018 - Le tournant)

    L’illusionniste Luc Langevin a publié début mars 2018 La science de l’illusion. Il y révélait quelques-uns de ces trucs qui nous échappent, mais qui finissent par engourdir notre cerveau reptilien. Ce grand magicien racontait par ailleurs qu’une grande partie du succès d’un illusionniste consiste à attirer l’attention du spectateur sur un geste posé par la main droite, alors que c’est la gauche...

    S'inscrire pour lire la suite

  • Pour la refondation du mouvement indépendantiste? Denis Monière (Élections 2018 - Le tournant)

    L’élection du 1er octobre annoncera une fin de cycle et un réalignement des forces politiques. L’échec électoral de la stratégie attentiste obligera des remises en question et une refondation du mouvement indépendantiste qui s’est perdu dans les incohérences et les tergiversations. Depuis 1995, les forces indépendantistes sont en déclin et ont entrainé le Québec dans un processus de régression...

    Lire la suite...

  • Québec solidaire. Penser en pays Sol Zanetti et Simon Lambert (Élections 2018 - Le tournant)

    L’Action nationale a demandé aux quatre partis représentés à l’Assemblée nationale de soumettre leur position sur la question nationale en regard des élections du 1er octobre 2018. Ici la position défendue par Sol Zanetti (candidat QS) et Simon Lambert. La proposition phare de Québec solidaire est à trouver du côté de l’indépendance ; il s’agit de faire du Québec un pays pour rendre possible la...

    Lire la suite...

  • Quinze années de recul du modèle québécois de politiques sociales Yves Vaillancourt (Élections 2018 - Le tournant)

    Politologue, professeur émérite à l’École de travail social de l’UQAM. Au début, lorsque nous avons commencé à réfléchir à un titre pour ce texte, nous avions pensé choisir : « 15 ans de piétinement du modèle québécois de politiques sociales ». Mais après réflexion, nous avons décidé de remplacer le mot « piétinement » par celui de « recul », pour établir un diagnostic touchant l’ensemble des...

    S'inscrire pour lire la suite

  • Situation de la question nationale Mathieu Bock-Côté (Élections 2018 - Le tournant)

    Une première version de ce texte est paru sur le blogue de l’auteur dans le Journal de Montréal, au début du mois d’août 2018. Des années 1960 à la fin des années 1990, une question structurait la vie politique du Québec : comment corriger une situation d’injustice historique qui avait condamné le peuple québécois à une forme indéniable de subordination, que tous reconnaissaient, même si tous ne lui prêtaient...

    S'inscrire pour lire la suite

  • Sur les enjeux économiques de l’élection Simon-Pierre Savard-Tremblay (Élections 2018 - Le tournant)

    Docteur en socio-économie du développement de l’École des hautes études en sciences sociales. It’s the economy, stupid ! Tel s’était exprimé James Carville, stratège de Bill Clinton en 1992 lorsque celui-ci affrontait le président George H. W. Bush, pour exprimer la nécessité d’axer la campagne du candidat démocrate sur la question. Au Québec, en 2014, l’économie faisait partie des vraies...

    S'inscrire pour lire la suite

  • Un député errant André Gaulin, Matthias Rioux et Gaston Deschênes (Juin-Septembre 2018)

    André Gaulin, ex-député de Taschereau, Matthias Rioux, ex-ministre et ex-député de Matane, Gaston Deschênes, historien. Version augmentée du texte rédigé le 9 juillet et publié dans Le Soleil du 13 juillet 2018. La colline parlementaire s’est enrichie le 6 juillet d’un nouveau monument, une reproduction agrandie du Député arrivant à Québec, une œuvre d’Alfred Laliberté (1877-1953) réalisée vers...

    Lire la suite...

  • Une équation générationnelle incertaine Stephane Kelly (Élections 2018 - Le tournant)

    Sociologie. Cégep de Saint-Jérôme En l’espace d’une génération, le Québec a connu plusieurs changements qui ont modifié sa géographie politique. Après le référendum de 1995, les nationalistes francophones de l’est de Montréal étaient bien représentés politiquement. Ils possédaient de nombreux députés qui siégeaient au parlement québécois ou au parlement fédéral, en plus d’avoir des représentants à l’hôtel...

    S'inscrire pour lire la suite

2017 18cahiers600

Un numéro du centenaire aux nouveaux abonnés

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.