Les Cahiers de lecture de L'Action nationale

Automne 2012 - Sommaire

2012automnesom250Éditorial

Le temps de la tergiversation est terminé

Karine Prémont et Vallet Élisabeth

Quand l’amour et l’État rendent aveugle. Le mythe du mariage automatique

Karine Prémont et Vallet Élisabeth

Comprendre les élections américaines

Gérard Hervouet, Michel Fortmann (dir.)

Les conflits dans le monde 2011. Rapport annuel sur les conflits internationaux

Lire la suite

Automne 2012 - Le temps de la tergiversation est terminé

2012automne250Le livre n’est pas une marchandise comme une autre. C’est un vecteur de culture, un objet catalyseur qui conduit toujours au-delà de sa fonction première – fût-elle pratique et utilitaire. Les libraires le savent depuis des siècles, vendre des livres c’est souvent se faire passeur entre des mondes, entre le pouvoir de révéler et le bonheur d’apprendre. Aussi le sort du livre en dit-il toujours beaucoup sur le sort de ceux qui le chérissent ou s’en écartent. La lecture est essentielle au dynamisme culturel comme à l’épanouissement individuel et tout obstacle dressé devant sa pratique contribue à enfermer dans le « noir analphabète » (Miron) les intelligences et les volontés.

Lire la suite

Été 2012 - De meilleurs liens entre la pensée et les possibles

2012ete250L’embâcle a cédé. On ne parvient pas encore à bien identifier tout ce que les eaux tumultueuses du fleuve Québec vont continuer de charrier. Le dégel subit aura fait paraître encore plus long, plus froid ce long silence d’une société congelée dans son doute. Il faut avoir l’esprit chagrin pour ne pas faire la part des choses : la crise n’aura pas eu que du bon, autrement cela ne porterait pas le nom de crise. Mais elle aura eu au moins un effet bénéfique insoupçonné en déclenchant le formidable procès de la médiocrité ambiante.

Lire la suite

Été 2012 - Sommaire

2012eteSOMMAIRE250Éditorial

De meilleurs liens entre la pensée et les possibles
Robert Laplante

Éric Martin et Maxime Ouellet
Université Inc. Des mythes sur la hausse des frais de scolarité et l’économie du savoir
Louis Cornellier
À plus forte raison. Chroniques de L’Action
Robert Cadotte
Lettres aux enseignantEs. Les solutions dont on ne veut pas parler
Claude Vaillancourt
Hollywood et la politique
Bernard Émond
Il y a trop d’images. Textes épars 1993-2011

Lire la suite

Printemps 2012 - L'art contre les lamentations

2012printemps250On avait déjà vu les artistes faire une balade en autobus à Ottawa pour tenter de faire comprendre aux élus tout ce qu’il y a de pervers dans le projet de loi C-11 qui vise à « moderniser » la Loi sur le droit d’auteur. Un clip au journal télévisé, quelques rapides extraits d’entrevues avec quelques-unes des « vedettes préférées » et puis… Et puis le carrousel médiatique a continué de tourner, et la Chambre des communes a continué de rester étrangère à ce que nous sommes comme à ce qui nous concerne. Et puis, sous la signature de Gaston Bellemare, président de l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL), d’Aline Côté, présidente du comité du droit d’auteur et de Richard Prieur, directeur général, Le Devoir du samedi 10 mars publiait un texte d’une grande lassitude sur le droit d’auteur. « Il s’efface dans le confort et l’indifférence », déplorent-ils, ce droit d’auteur si crucial pour assurer l’intégrité des œuvres et la juste rémunération des créateurs.

Lire la suite

Printemps 2012 - Sommaire

2012printempsSOMMAIRE250Éditorial
L'art contre les lamentations
Ouvrages recensés dans ce numéro
Caroline Beauchamps
Pour un Québec laïque
Régine Robin
Nous autres, les autres
Djemila Benhabib
Les soldats d’Allah à l’assaut de l’occident
Jean-Claude Castex
La ballade des pendues : La tragique histoire de trois Québécoises pendues pour crime
Françoise David
De colère et d’espoir
Alain Deneault
Faire l’économie de la haine. Douze essais pour une pensée critique
Jim Stanford
Petit cours d’autodéfense en économie. L’abc du capitalisme
Antoine Ouellette
Musique autiste. Vivre et composer avec le syndrome d’Asperger
Jacques Keable
Sylvia Daoust (1902-2004). La première sculpteure du Québec
Réal Larochelle
Leonard Bernstein. L’œuvre télévisuelle
Pierre Nepveu
Gaston Miron. La vie d’un homme
Barbara Rivard
L’Homme froissé, Écriture et peinture chez Henri Michaux
Isabelle Daunais et François Ricard (dir.)
La pratique du roman
Gilles Marsolais
Cinéma québécois. De l’artisanat à l’industrie
Le Jardinier des Molson
(extraits du scénario inédit de Pierre Falardeau)
Bernard Vachon
La passion du rural, Tome 1
Danielle Chrétien et al.
Courtepointe, Des histoires qui font chaud au cœur
Mathieu Noël
Lionel Groulx et le réseau indépendantiste des années 1930
Michèle Villegas-Kerlinger
Sur les traces de nos ancêtres
Claude Gélinas
Indiens, Eurocanadiens et le cadre social du métissage au Saguenay-Lac-Saint-Jean XVIIe-XXe siècles
Denis Vaugeois
Les Premiers Juifs d’Amérique, 1760-1860. L’extraordinaire histoire de la famille Hart
Aurélio Ayala et Françoise Le Jeune
Les rébellions canadiennes de 1837 et 1838 vues de Paris
John Saul
Louis-Hippolyte Lafontaine et Robert Baldwin
Marcel J. Rheault
La rivalité universitaire Québec-Montréal revisitée 150 ans plus tard
Vincent Billard
iPhilosophie. Comment la marque à la pomme investit nos existences
Steve Lasorsa
La rivalité Canadiens Nordiques
Dominic Desroches et Daniel Inneraty
Penser le temps politique. Entretiens philosophiques à contretemps avec Daniel Inneraty

Automne 2011 - Trou de mémoire

2011automneTROUDEMEMOIRELes Québécois, c’est bien connu, ne s’intéressent guère au Canada, à sa vie culturelle aussi bien qu’à son imaginaire politique. C’est sans doute pour cela qu’ils ont aussi allègrement voté pour des pancartes orange. Et qu’ils continuent de vivre dans un univers pusillanime où la minimisation des pertes fournit les ressorts les plus puissants du consentement à la minorisation. Il y a deux nations dans le même État et l’une ignore l’autre pour n’avoir point à y reconnaître le visage de sa propre soumission pour l’une, pour travestir sa domination en hauteur morale pour l’autre. C’est un bien curieux attelage que cette patente canadian et pourtant, ça marche !

Lire la suite

Été 2011 - Sommaire

2011eteSOMMAIRE250Lieux de mémoire et d'empaysement

Daniel Chartier
La spectaculaire déroute de l’Islande
Pasquale Charland
La Havane. Visages
Dorval Brunel
Chronique des Amériques. Du sommet de Québec au Forum social mondial
Pierre Dubuc
Pour une gauche à gauche
Normand Mousseau
La révolution des gaz de schiste
Fabrice de Pierrebourg
Martyrs d’une guerre perdue d’avance.Le Canada en Afghanistan
Benoît Dubreuil et Guillaume Marois
Le remède imaginaire. Pourquoi l’immigration ne sauvera pas le Québec
Michel Métayer
Petit guide d’argumentation éthique
Jacques Grand’Maison
Société laïque et christianisme
Thérèse Lamartine
Le féminin au cinéma
François Ouellet (dir.]
En marge. Relire vingt-cinq romanciers méconnus du XXe siècle
Renée Joyal (dir.)
George Sand. Toujours présente
Pierre Vadeboncoeur
Fragments d’éternité, suivi de Le fonds des choses, Présentation de Yvon Rivard
Jacques Cardinal
Filiations
Henri Dorion et Pierre Lahoud
Le Québec à couper le souffle
Mario Faubert
Nunavik
Gil Thériault (Photographies d’Enviro Foto)
Les Îles de la Madeleine. De mer et de lumière
David Hackett Fischer
Le Rêve de Champlain
Louis Gagnon
Louis XIV et le Canada, 1658-1674
Henri Dorion et Jean-Paul Lacasse
Le Québec, territoire incertain
Paul-André Linteau
La rue Sainte-Catherine. Au cœur de la vie montréalaise
Paul St-Pierre Plamondon
Des jeunes et l’avenir du Québec. Les rêveries d’un promeneur solitaire
Patrice Mangin (dir.)
Il était une fois la forêt. Propos recueillis par Isabelle Quentin
Kelly, Stéphane
À l’ombre du mur. Trajectoires et destin de la génération X
Jocelyne Béique
Saint-Camille, le pari de la convivialité
Paul-Émile Roy
Le christianisme à un tournant
René Hardy
Tavibois 1951-2009. L’héritage d’Albert Tessier aux Filles de Jésus
Claude M.J. Braun
Québec athée

 

 

Été 2011 - L'empaysement

C’est un lieu commun : les vacances sont une occasion de ressourcement et de découverte. Pour plusieurs c’est la possibilité de découvrir le pays ou encore d’y revenir comme en pèlerinage sur les lieux de l’enfance, dans le pays natal ou encore dans celui de toutes les aventures. Le Québec, si exotique pour lui-même dans le traitement que lui inflige un récit médiatique qui ne cesse de le décentrer, de le déporter à la périphérie de lui-même a bien besoin de ses vacanciers.

Lire la suite

Printemps 2011 - Le développement des publics

2011printemps250Le 23 février dernier, Louis Caron, Yvan Lamonde et Pierre Ouellet faisaient paraître dans Le Devoir une lettre ouverte à un certain James Moore, ministre du Patrimoine canadien, réclamant le rétablissement de l’aide fédérale aux petites revues. Le gouvernement d’Ottawa, en effet, a modifié les normes d’admissibilité à son programme, excluant les périodiques dont le tirage est inférieur à 5000 exemplaires. Les revues québécoises écopent : les trois quarts des 44 d’entre elles membres de la Société de développement des périodiques culturels québécois sont désormais exclues du programme. C’est un impact majeur.

Les auteurs de la lettre rappellent que le ratio utilisé pour définir les nouveaux critères ne se définissant pas sur le même bassin démographique (5000/8M d’habitants pour le Québec contre 5000/34M pour le Canada) ses effets ne sont absolument pas comparables. S’il fallait une illustration de plus pour rappeler que le Québec n’est pas le Canada, cet exemple serait bien éloquent. Cette compression ne peut s’expliquer pour des raisons budgétaires : au total, cette exclusion des revues québécoises ne rapportera que 800 000 $, une poussière dans le budget fédéral.

Lire la suite

Automne 2010 - De la lecture et des équipements stratégiques

2010automne250Chaque année, un peu partout au Québec, se tient une Semaine des bibliothèques pour permettre à ces institutions essentielles de se mieux faire connaître. Le but de ces exercices, on le sait, est toujours un mélange de célébration et de promotion, une occasion de rappeler les idéaux, de se donner une vue d’ensemble et un peu de recul.

Cette année, la semaine était dédiée aux jeunes de 12 à 25 ans, vaste public, segmenté, on le devine bien, en fonction d’un découpage de plus en plus fin tout au long de ce continuum qui pousse les jeunes hors de l’enfance jusqu’aux premiers paliers de l’âge adulte. C’est le romancier Patrick Sénécal qui agissait comme porte-parole. Un choix justifié tout aussi bien par la popularité de ses ouvrages que par les aptitudes de l’auteur à communiquer sa passion pour la littérature, pour la culture en générale et pour la lecture en particulier. « S’abonner c’est un risque à prendre » disait le slogan de la promotion, comme pour traduire délicatement la volonté de vaincre les réticences.

Lire la suite

Été 2010 - Sommaire

2010etesommaire250Titres recensés

Jean-François Payette
Introduction critique aux relations internationales du Québec
Louis Coté, Benoit Lévesque et Guy Morneau
État stratège et participation citoyenne
Alain Deneault
OFF-SHORE. Paradis fiscaux et souveraineté criminelle
André Beauchamp
L’eau et la terre me parlent d’ailleurs
Jean-François Lisée et Éric Montpetit (dir.)
Imaginer l’après-crise

Lire la suite

Été 2010 - L’abondance, la richesse et la connaissance

2010ete250C’est Lord Durham qui doit se retourner dans sa tombe ! Le petit peuple du Saint-Laurent n’a pas seulement continué son chemin et fait son histoire, il la raconte et la questionne avec une fougue et une vitalité remarquables. La production des historiens québécois est d’une abondance et d’une richesse qui la démarque très nettement dans l’ensemble de la production des sciences humaines. Il fallait le souligner et c’est la raison pour laquelle Les Cahiers de lecture présentent ici une très solide sélection des ouvrages récents.

Nous suivons déjà assez fidèlement la production historienne, nos numéros antérieurs en témoignent, mais nous voulions, avec ce dossier, faire un effort particulier pour attirer le regard et contribuer à notre manière à l’enrichissement des nombreux débats qui structurent cette discipline et qui font l’essentiel de sa vitalité. S’il fallait la caractériser d’un seul trait d’ensemble, on pourrait dire que s’y renouvelle et s’y incube d’une manière fort stimulante la question nationale. La mémoire historienne, faut-il le préciser, n’est jamais étrangère aux mouvements profonds de la vie de la nation et une production si bouillonnante ne peut qu’être un indicateur fiable que quelque chose d’important est en train de se passer dans la représentation du Québec et, du coup, dans sa façon de se projeter.

Lire la suite

Printemps 2010 - La voie de la plus haute exigence

2010printemps250Il est mort en février. Il a quitté la vie pour ainsi dire en quittant sa table de travail. Quelques jours à peine avant de se retirer Pierre Vadeboncoeur avait livré à L’Action nationale un article éclatant, un article bilan, rédigé dans la pureté d’une écriture concise et remarquablement limpide. La langue chez Vadeboncoeur, incarne non seulement le style de l’homme, elle atteint chez lui une sorte de quintessence de ce que laisse entrevoir la culture québécoise quand elle atteint l’universel. Les mots de Vadebonceour sont ciselés, ses phrases chantournées dans une expérience de son peuple qu’une intime communion avec les espérances qui le portent propulsent dans une prodigieuse et intransigeante lumière.

Lire la suite

Été 2009 - L’information sous influence

2009ete250Au Québec, l’information présente tous les signes de son contraire : la désinformation. Tournant autour d’un Québec politiquement privé de toute centralité politique forte, la planète médiatique se mue en machine à désincarner. Le récit dont nous abreuvent les médias confine au babillage insignifiant et à la fabrication du sentiment minoritaire. Le débat public, la délibération collective ne s’y effectuent, au mieux, que sur un mode qui convient à une annexe ou une fraction de quelque chose d’autre. Nos médias sont sous influence. Ils servent de revendeurs aux trafiquants de la dope canadienne. 

Lire la suite

Été 2009 - Sommaire

2009eteSOMMAIREChristian Dufour 5
Les Québécois et l’anglais. Le retour du mouton
Charles Castonguay 5
Avantage à l’anglais ! Dynamique actuelle des langues au Québec
Éric Canobbio 7
Géopolitique d’une ambition inuite : le Québec face à son destin nordique
Louise Beaudoin et Stéphane Paquin (Dir.) 9
Pourquoi la Francophonie ?
Louise Beaudoin 9
Plaidoyer pour la diversité linguistique
Dorion, H. et P. Lahoud 10
La Gaspésie vue du ciel
Mathieu Dupuis et Marie-José Auclair 10
Le Québec au fil de l’eau
Jacques Portes 11
L’impossible retour de la France. De La Capricieuse à de Gaulle
F. Adam et C. Bouchard 12
Les moulins à eau du Québec
Louise Dechêne 13
Le peuple, l’État et la guerre au Canada sous le régime français
Louis Cornellier 14
L’art de défendre ses opinions expliqué à tout le monde
Josianne Paul 15
Exilés au nom du roi : les fils de famille et les faux-sauniers en Nouvelle-France, 1723-1749
Robert Comeau et Josianne Lavallée (Dir.) 16
Contre la réforme
Éric Méchoulan 17
La culture de la mémoire ou comment se débarrasser du passé ?
Claude Jean Devirieux 18
Manifeste pour le droit à l’information. De la manipulation à la législation
Marc-François Bernier 19
Journalistes au pays de la convergence. Sérénité, malaise et détresse dans la profession
Martine-Emmanuelle Lapointe 22
Emblèmes d’une littérature.
Le libraire, Prochain épisode et L’avalée des avalés
Jacques Beaudry 23
La fatigue d’être. Saint-Denys Garneau, Claude Gauvreau, Hubert Aquin
Guillaume Pinson 24
Fiction du monde. De la presse mondaine à Marcel Proust
Dr Sylvie Demers 25
Hormones au féminin. Repensez votre santé
Louis Lesage 26
Et Dieu dans tout ça ?
Michel Filion 27
CKCH : La voix française de l’Outaouais
Réal La Rochelle 28
L’opéra du samedi.
Le Metropolitan à la radio du Québec
Réal La Rochelle 29
Le patrimoine sonore du Québec. La phonothèque québécoise
Yves Lever 30
J. A. DeSève, diffuseur d’images
Gaston Cadrin, Bernard Dagenais, Michel Lessard et Pierre-Paul Sénéchal 31
Rabaska
Malcolm Reid 32
Notre parti est pris. Un jeune reporter chez les écrivains révolutionnaires du Québec, 1963-1970
Christian Rouillard, Isabelle Fortier, Éric Montpetit et Alain-G. Gagnon 32
De la réingénierie à la modernisation de l’État québécois
Yvon Roberge 33
Histoire des TCA au Québec : connaître le passé pour façonner l’avenir  

Géopolitique d'une ambition inuite

Éric Canobbio
Géopolitique d’une ambition inuite : le Québec face à son destin nordique, Sillery, Septentrion, 2009, 365 pages

Recension publiée dans le numéro Été 2009 des Cahiers de lecture

Le 28 avril 2009, l’Inuit Circumpolar Council (ICC), organisme représentant les quelque 135 000-150 000 Inuits répartis en quatre États souverains (la Russie, les États-Unis, le Canada et le Danemark), a adopté en Norvège une déclaration de souveraineté sur l’ensemble de l’Arctique, en guise de prélude à l’indépendance annoncée du Groenland. La souveraineté est considérée dans ce document comme un concept évolutif sans définition établie (article 2.1). Les auteurs s’y réfèrent afin d’affirmer leur identité millénaire, leur sentiment d’appartenance, et leur désir de signifier aux États de cette région de plus en plus névralgique que l’on ne pourra ignorer ni leur présence ni leurs droits dans la prise de décision relative à leurs territoires historiques.

Lire la suite

Printemps 2009 - Le relais médiatique

2009printemps250Une démocratie en santé s’articule au bien commun des citoyens et elle se protège donc normalement des tentatives de mainmise ou de détournement privées, cela par la discussion publique et la libre circulation des idées. Son relais médiatique, notamment, n’est pas obstrué, court-circuité ou instrumentalisé par des intérêts particuliers qui manœuvrent dans l’ombre.

Dans une démocratie à peu près normale, disons en France, en Angleterre, en Norvège peu importe, un brûlot comme le dernier de Robin Philpot, Derrière l’État Desmarais : Power (voir le compte rendu dans le présent numéro) aurait sonné le branle-bas public. Par sa pertinence et sa force intrinsèque, ce véritable détonateur, si solidement appuyé sur les faits et les documents, dont certains inédits, et si d’aplomb de style, aurait au moins de quoi défrayer la chronique pendant des semaines.

Lire la suite

Printemps 2009 - Sommaire

2009printempsSOMTitre recensés dans ce numéro


 

Robin Philpot 5
Derrière l’État Desmarais : Power
J.-Claude St-Onge 6
L’envers de la pilule
F. Béland, A.-P. Contandriopoulos,
A. Quesnel-Vallée, L. Robert 7
Le privé dans la santé. Les discours et les faits
Luc Godbout, Suzie St-Cerny 8
Le Québec, un paradis pour les familles ? Regards sur la famille et la fiscalité

Lire la suite

Power: le vrai!

Robin Philpot.
Derrière l’État Desmarais : Power
Montréal, Éditions des Intouchables, 2008, 206 pages 

S’il en est encore pour penser que le véritable pouvoir se trouve chez celles et ceux qu’on appelle les élus du peuple, ce livre de Robin Philpot les détrompera à vitesse accélérée.

Le livre fourmille d’informations sur les différents aspects de la carrière de Paul Desmarais à la tête du holding Power Corporation, tellement que je m’en tiendrai ici au rôle politique occulte joué par ce richissime Canadien, qui a bâti un empire financier à partir d’une petite compagnie d’autobus du nord de l’Ontario.

Cela fait maintenant plus de quarante ans que Paul Desmarais exerce une influence à nulle autre pareille sur les grandes décisions politiques qui déterminent l’avenir du Québec. Une influence inversement proportionnelle à sa présence publique. « On sent sa présence partout, mais on ne le voit nulle part. C’est un homme qui semble craindre la lumière », écrivait déjà le journaliste Pierre Godin en 1972.

Lire la suite

Automne 2008 - La culture et l'usurpation

2008Automne250Le dossier des compressions budgétaires dans la culture a littéralement donné l’impulsion à la campagne électorale fédérale au Québec. Les artistes protestataires ont réussi à s’imposer au point de fournir aux partis d’opposition une véritable prise sur le gouvernement Harper, une prise qu’ils ne trouvaient guère jusque-là et qui a permis notamment au Bloc Québécois de reprendre l’initiative dans une bataille commencée sur la défensive. La production d’une vidéo lancée sur Internet a incontestablement constitué un tournant. D’une efficacité redoutable, cet instrument de mobilisation a néanmoins illustré tous les paradoxes d’une revendication nationale qui ne s’affirme qu’en mode provincial !

Lire la suite

Été 2008 - L’or exige le silence !

2008ete250C’était jusqu’ici l’affaire des abattoirs nauséabonds, des industriels piétinant les règlements de zonage pour mieux combattre les groupes de citoyens et les environnementalistes. Voilà que les géants financiers débarquent maintenant dans la censure des livres !

La multinationale de l’or, Barrick Gold, sise à Toronto, poursuit en justice la maison d’édition Écosociété pour cinq millions de dollars à titre de « dommages moraux compensatoires », plus un million à titre de « dommages punitifs ». Montant exorbitant. Tournant dans la vie démocratique comme dans la pratique de l’édition au Québec.

Lire la suite

Printemps 2008 - Trois fois passera

2008printemps250Les Cahiers de lecture nous emportent ! À compter du présent numéro, nous publierons désormais trois fois l’an au lieu de deux. Nos prévisions initiales les plus optimistes nous fixaient ce rendez-vous au terme de la troisième année. Mais la matière est si abondante, les collaborateurs tellement enthousiastes et le lectorat si accueillant, que nous fonçons dans l’aventure. Bien sûr, toute notre entreprise reste fragile, nous avons lancée le projet avec quelques sous et beaucoup de ferveur, il a été reçu avec chaleur et curiosité. Grâce à la complicité de quelques donateurs généreux et grâce surtout, à la confiance qu’ils ont réitéré dans le potentiel des Cahiers, dans leur pertinence culturelle et leur utilité sociale, nous sommes en mesure d’affronter les dures lois de la viabilité économique. 

Lire la suite

Automne 2007 - Avoir un point de vue sur le monde

2007automne250Un peuple n’existe pleinement que s’il est en mesure de conjuguer ses choix et ses priorités avec son point de vue sur le monde. Et pour être dans le monde, il faut savoir s’y tenir, c’est-à-dire le saisir dans un espace de pensée propre et s’y projeter dans une conduite accordée à la meilleure réalisation de ses intérêts. Dans un État normal, cela s’appelle une politique étrangère marquée au sceau de l’intérêt national. Dans un État normal, cela veut dire que les choix politiques peuvent varier, mais que leur variation n’est ni arbitraire ni exclusivement soumise à la logique des partis : l’intérêt national définit en quelque sorte des seuils et des paramètres qui fixent le cadre de référence (géopolitique, écologique, économique, etc.) à l’intérieur duquel peuvent se déployer des positions divergentes. Transposé dans le débat public, cet état de fait, cette évidence implicite se traduit par une espèce d’intuition partagée, ce qu’on appellerait avoir une certaine idée de son pays et de la place qu’il tient dans le monde. Cette intuition, c’est celle qui exprime et crée la loyauté, par-delà les divergences partisanes et les débats idéologiques.

Lire la suite

Été 2007 - Et ses jolis yeux doux, doux, doux

2007CahiersJuin250La préparation, pour 2008, des fêtes du 400e anniversaire de la fondation de Québec est en train de tourner à la grimace. Ça n’a pas encore eu lieu que déjà ça empoisonne notre univers culturel. Ce cirque triste est tout le contraire de la célébration, sinon celle de la médiocrité. Ce qui se voit et s’annonce là vient redire la mesure de notre soumission et la puissance des forces d’occupation. Le Canada fait déjà sentir partout sa présence dans la vieille capitale, maintenant il confisque le sens de la commémoration du 400e, il en détourne les symboles, usurpe en somme l’événement pour mieux phagocyter notre identité et notre histoire. Le tout avec la complicité active d’une poignée de notables idéologiquement sûrs et prêts à tous les rapetissements provinciaux pourvu qu’on les déguise en singeries de la grandeur. Des fêtes bilingues, pavoisées aux couleurs de l’unifolié, sacrées par la Gouverneur général, au son des fanfares accueillant le gratin des provinciaux consentants au Club de la Garnison. Vive la Canadienne ! Et dire qu’il y a un an à peine, il s’en trouvait pour imaginer la proclamation d’indépendance sous les remparts de la vieille ville ! Pinçons-nous.

Lire la suite

Été 2007 - Sommaire

2007cahiersjuinSOMMAIREDE FIL EN AIGUILLE

Monique LaRue

LE CONGRÈS DES ÉTATS-UNIS

Frédérick Gagnon (dir.)

DU MYTHE À LA RÉALITÉ : L’OCCIDENT CHRÉTIEN

Jacques David

« NOUS PROTÉGEONS L’INFORTUNE ». LES ORIGINES POPULAIRES DE L’ÉCONOMIE SOCIALE AU QUÉBEC

Martin Petitclerc

LES JEUX SONT FAITS. CONFESSIONS D’UNE EX-CROUPIÈRE

Éléonore Mainguy

Normes et déviances

UNE TOUPIE SUR LA TÊTE. VISAGES DE LA FOLIE À SAINT-JEAN-DE-DIEU

André Cellard et Marie-Claude Thifault

MALTRAITER OU PUNIR ? LA VIOLENCE ENVERS LES ENFANTS DANS LES FAMILLES QUÉBÉCOISES, 1850-1969

Marie-Aimée Cliche

JEUNES FILLES SOUS INFLUENCE. PROSTITUTION JUVÉNILE ET GANGS DE RUE

Michel Dorais

LA FACE CACHÉE DES GANGS DE RUE

Maria Mourani

LA RÉPRESSION DES HOMOSEXUELS AU QUÉBEC ET EN FRANCE : DU BÛCHER À LA MAIRIE

Patrice Corriveau
Le fédéralisme d’ouverture. La recherche d’une légitimité canadienne au Québec
Éric Montpetit

Médias de masse et démocratie

CONDAMNER À MORT : LES MEURTRES ET LA LOI À L’ÉCRAN

Catherine Mavrikakis

MÉDIAS ET DÉMOCRATIE : LE GRAND MALENTENDU

Anne-Marie Gingras

LA TÉLÉVISION MÈNE-T-ELLE LE MONDE ?

Karine Prémont

LEXIQUE DE SCIENCE POLITIQUE

Philippe Boudreau et Claude Perron

Dictionnaire des philosophes médiévaux

Benoît Patar

LE JAZZ VU DE L’INTÉRIEUR. POUR UNE ANTHROPOLOGIE DES MUSIQUES AFRO-AMÉRICAINES

Gérald Côté

Les sulpiciens de Montréal. Une histoire de pouvoir et de discrétion, 1657-2007

Dominique Deslandres, John A. Dickinson, Ollivier Hubert (dir.)

Les éminences grises à l’ombre du pouvoir

Yves Théorêt et André-A. Lafrance

L’ÉOLIEN. POUR QUI SOUFFLE LE VENT ?

Roméo Bouchard (dir.)

DICTIONNAIRE DES EXPRESSIONS ET TOURNURES CALQUÉES SUR L’ANGLAIS

Michel Parmentier 

Néoracisme et dérives génétiques

Marie-Hèléne Parizeau et Soheil Kash (dir.)

L’ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES SUPÉRIEURES

Clément Lemelin

FEMMES DE LUMIÈRE. LES RELIGIEUSES AVANT LA RÉVOLUTION TRANQUILLE 

Anne-Marie Sicotte

LA TOLÉRANCE EST-ELLE UNE VERTU POLITIQUE ?

Marc Angenot, Maï-Linh Eddi, Paule-Monique Vernes

LES EXILÉS DE L’ANSE À MOUILLE-CUL. L’ÉTONNANTE HISTOIRE DE LAURENT CHOUINARD ET CLAIRE GAGNON

Gaston Deschênes

LA PEUR AU VENTRE

Julie Hubert

 

Hiver 2007 - Sommaire

2007hiverSOMMAIRETitres recensés


 

Politiques publiques : le Québec comparé

Jean Crête (dir.)

Le défi français. Regards croisés sur la France et le Québec

Christian Dufour

Les Québécois au volant, c’est mortel

Richard Bergeron

Mémento de locutions latines

Michel Jacques

Y a-t-il un avenir pour les régions ?

Roméo Bouchard

Les dernières forêts d’arbres libres

Luc Fournier

Les logiques sociales et la réussite scolaire des cégépiens

Jacques roy

La Gaspésie des artistes

Line Goyette

Être et renaître inuit, homme, femme ou chamane

Bernard Saladin d’Anglure

Éloge de la frontière

Henri Dorion

L’impérialisme humanitaire

Jean Bricmont

Rebelle sans frontières

Marc Vachon

Éloge de la richesse

Alain Dubuc

Le Canada, un État colonial !

Patrick Bourgeois

Journal de prison d’un Fils de la Liberté

André Ouimet

Émile Brunet sculpteur

Serge Coulombe

Dernière escale — Journal -

Jean-Paul Desbiens

Album Miron

Marie-Andrée Beaudet

Hiver 2007 - Construire la référence québécoise

2007hiver250La lecture n’est pas un exercice solitaire. Si elle est d’abord un dialogue entre un auteur et le lecteur qu’il sollicite au moins autant que ce dernier l’interpelle, la lecture est aussi une construction. Construction du sens à travers ce dialogue certes, mais aussi, à travers tout ce qui se déploie dans cet espace intangible où la culture bat. Lire n’est pas seulement œuvrer dans l’espace intime où chacun fait son miel de ce que le livre a à offrir, matériau, occasion, questionnement, c’est également bâtir une intangible et néanmoins prégnante communauté des interprétants.

L’œuvre, en effet, est une inscription : toujours elle s’inscrit dans une communauté première, donnée. Et la lecture est le moyen par lequel cette inscription se fait projet et héritage. Or, il se trouve que des œuvres, il s’en publie beaucoup ici et il se trouve également qu’un trop grand nombre restent mal ou trop peu commentées. Le pays, du coup, se prive de ce qui peut l’aider à mieux se bâtir, à se projeter plus loin dans ce qu’il hérite de ses propres réalisations. C’est ce à quoi veulent contribuer les Cahiers de lecture de L’Action nationale.

Lire la suite

Les bonnes frontières font les bons amis

2007hiver250Henri Dorion
Éloge de la frontière, Saint-Laurent, Éditions Fides, 2006, 51 pages

Le Musée de la Civilisation de Québec publie déjà depuis plusieurs années les grandes conférences qu’il organise avec des intellectuels importants du Québec ou de l’étranger. Avec cette petite plaquette, c’est un penseur marquant des sciences humaines au Québec qui nous propose un regard large sur les frontières et ce qu’elle signifie pour l’être humain.

Henri Dorion n’est peut-être pas très connu du grand public. Fils d’un père québécois et d’une mère russe, il a enseigné pendant plus de 30 ans la géographie à l’Université Laval. Ancien délégué du Québec à Mexico, en Russie et en Ukraine, polyglotte, spécialiste du Grand Nord, il a dirigé la Commission de toponymie du Québec et a contribué à la commission Bélanger-Campeau en rédigeant une grande étude sur les frontières du Québec.

Lire la suite

Sous-catégories

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.