Les privilèges de l'anglosphère

NON au don du Royal Vic à l’université McGill

2021septembre250Le moment est venu pour le gouvernement québécois de la CAQ d’agir selon les principes qu’il prétend défendre et qu’il a le devoir de défendre dans l’intérêt de la nation québécoise. Ce gouvernement doit renoncer à exécuter la promesse abusive faite par le dernier gouvernement libéral de donner à l’université McGill plus d’un milliard de dollars en subventions et en immeubles publics, dont une bonne partie du mont Royal, la faisant passer ainsi de « ghetto McGill » à « forteresse McGill » qu’il lui sera impossible de contrôler par la suite. Le gouvernement doit tout simplement et immédiatement renoncer à exécuter ce projet d’une autre donation scandaleusement abusive et illégale et socialement injuste et condamnable.

Lire la suite : ...

Au Québec, les universités anglaises sont favorisées

Les universités québécoises tirent des revenus de multiples sources. Par ordre d’importance, il s’agit, en moyenne et pour l’ensemble du réseau : 1) du gouvernement québécois (49,9 % des revenus totaux), 2) d’Ottawa (20,9 %), 3) de droits de scolarité payés par les étudiants québécois, canadiens non résidents du Québec et internationaux (16,4 %) et 4) d’autres sources (12,9 % dons, fondations, secteur privé, etc.)1. Dans l’ensemble, le gouvernement du Québec fournit la moitié des fonds globaux des universités québécoises.

Accès abonné

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.

Mémoires présentés récemment