Cahiers de lecture - Été 2013

Vol. VII, no 3

Été 2013 - L'influence d'un livre

2013ete250Non, il ne s’agit pas d’un ouvrage de fiction. On n’y trouve guère l’esprit satirique et la critique de l’indigence intellectuelle qui ont marqué le premier roman québécois. La bataille de Londres, le livre de Frédéric Bastien a pourtant quelque chose en commun avec le roman de Philipe Aubert de Gaspé. La vaniteuse et butée quête d’or de Charles Amand y préfigure peut-être la perverse ténacité d’un Trudeau décidé à tout mettre en œuvre pour enfermer dans un coffre – sa Charte canadienne si fétichisée – la liberté d’un peuple auquel il a une honte névrotique d’appartenir.

Dans le monde des essais québécois, le travail de Bastien marque un moment charnière : il y a des lustres qu’un ouvrage n’avait eu une telle portée sur le politique. Voilà un essai qui n’éclaire pas seulement une tranche d’histoire, comme on dit familièrement, il en force une relecture radicale. L’expression « coup d’État », si elle avait déjà été utilisée, avait la plupart du temps été interprétée comme une métaphore, comme une figure très forte pour exprimer une indignation partisane. L’essai de Bastien établit désormais que les faits abolissent les artifices rhétoriques : un coup d’État a bel et bien été perpétré. L’ouvrage frappe dru et ne laisse au démenti que les arguments les plus démagogiques, ceux-là qui laissent aux légitimistes de tout acabit l’odieux soin d’ergoter pour dire que le fait n’est pas la chose puisqu’il y aurait manqué la violence, l’armée, le spectacle autoritariste.

Lire la suite : ...

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.

Mémoires présentés récemment