prix Richard-Arès

articles accessibles

  • Prix Richard-Arès - Lauréats depuis 1991

    Le prix Richard-Arès récompense l'auteur du meilleur essai publié au Québec durant l'année.

    richardares150

    L'oeuvre de Richard Arès se distingue par quelques traits omniprésents, en particulier le souci presque cartésien de définir, de distinguer, de clarifier. Et la volonté de restreindre toute passion, pour laisser au lecteur la responsabilité des conséquences qu'il tirera.

    Julien Harvey, L'année politique au Québec 1988-1989

     Le prix Richard-Arès de L'Action nationale a été créé en hommage au père Richard Arès qui, par ses multiples écrits sur notre question nationale, a contribué d'une manière exceptionnelle à stimuler et à enrichir la réflexion de nos compatriotes.

    Ce prix est attribué chaque année depuis 1991 par la Ligue d'action nationale à l'auteur d'un essai publié au Québec qui témoigne d'un engagement à éclairer nos concitoyens sur les grandes questions d'intérêt national. Il est doté d'une bourse de $1000.

    La création de ce prix a pour objectif essentiel de promouvoir la culture nationale en encourageant l'expression de la pensée.

    Prix Richard-Arès 2016

    etatnationfaceauxregions250Le prix Richard-Arès du meilleur essai publié au Québec en 2016 a été décerné à Guillaume Rousseau pour son ouvrage L'État-nation face aux régions publié chez Septentrion.

    Le jury, présidé par Denis Monière, professeur au département de science politique de l'Université de Montréal, était composé de Simon Langlois, professeur au département de sociologie de l'Université Laval, Lucille Beaudry, professeure de science politique à l'Université du Québec à Montréal, et Robert Comeau, professeur associé au département d'histoire à l'Université du Québec à Montréal.

    Allocutions à venir.

    Note critique d'André Joyal

     

    Prix Richard-Arès 2015

    histoiredurin250Le prix Richard-Arès du meilleur essai publié au Québec en 2015 a été décerné à Claude Cardinal pour son ouvrage Histoire du RIN publié chez VLB éditeur.

    Le jury, présidé par Denis Monière, professeur au département de science politique de l'Université de Montréal, était composé de Simon Langlois, professeur au département de sociologie de l'Université Laval, Lucille Beaudry, professeure de science politique à l'Université du Québec à Montréal, et Robert Comeau, professeur associé au département d'histoire à l'Université du Québec à Montréal. 

    Présentation de l'ouvrage de Claude Cardinal par le jury

    Prix Richard-Arès 2014

    emeuteinventee150souverainetedanslimpasse150Le prix Richard-Arès du meilleur essai publié au Québec en 2014 a été décerné ex-aequo à Serge Cantin pour son ouvrage  La souveraineté dans l'impasse et à James Jackson pour son ouvrage L'émeute inventée.

    Le jury, présidé par Denis Monière, professeur au département de science politique de l'Université de Montréal, était composé de Simon Langlois, professeur au département de sociologie de l'Université Laval, Lucille Beaudry, professeure de science politique à l'Université du Québec à Montréal, et Robert Comeau, professeur associé au département d'histoire à l'Université du Québec à Montréal. 

    Présentation de l'ouvrage de Serge Cantin par le jury

    Présentation de l'ouvrage de James Jackson par le jury

    Prix Richard-Arès 2013

    batailledelondres150Le prix Richard-Arès du meilleur essai publié au Québec en 2013 a été décerné à Frédéric Bastien pour son ouvrage La bataille de Londres.

    Le jury, présidé par Denis Monière, professeur au département de science politique de l'Université de Montréal, était composé de Simon Langlois, professeur au département de sociologie de l'Université Laval, Lucille Beaudry, professeure de science politique à l'Université du Québec à Montréal, et Robert Comeau, professeur associé au département d'histoire à l'Université du Québec à Montréal. 

    Prix Richard-Arès 2012

    chevrier republique w22Le prix Richard-Arès du meilleur essai publié au Québec en 2012 a été décerné à Marc Chevrier pour son ouvrage La république québécoise. Hommages à une idée suspecte.

    Le jury, présidé par Denis Monière, professeur au département de science politique de l'Université de Montréal, était composé de Simon Langlois, professeur au département de sociologie de l'Université Laval, Lucille Beaudry, professeure de science politique à l'Université du Québec à Montréal, et Robert Comeau, professeur associé au département d'histoire à l'Université du Québec à Montréal. 

    Allocution de Lucille Beaudry pour le jury

    La république de nulle part, de Marc Chevrier, paru dans le numéro d'avril 2012

    Compte rendu de l'ouvrage dans L'Action nationale

    Prix Richard-Arès 2011

    Les membres du jury pour le prix Richard-Arès du meilleur essai en 2011 ont choisi de primer deux ouvrages: celui de Benoit Dubreuil et Guillaume Marois, Le remède imaginaire, et celui d'Éric Bédard, Le recours aux sources.

    recoursauxsources150

    remedeimaginaire190

    Le jury, présidé par Denis Monière, professeur au département de science politique de l'Université de Montréal, était composé de Simon Langlois, professeur au département de sociologie de l'Université Laval, Lucille Beaudry, professeure de science politique à l'Université du Québec à Montréal, et Robert Comeau, professeur associé au département d'histoire à l'Université du Québec à Montréal. 

    Allocution de Robert Comeau concernant Le remède imaginaireAllocution d'Éric Bédard

      Prix Richard-Arès 2010

    2010aresadrienarcand
    Les membres du jury pour le prix Richard-Arès du meilleur essai en 2010 ont choisi l'ouvrage de Jean-François Nadeau, Adrien Arcand, le führer canadien.

    Le jury, présidé par Denis Monière, professeur au département de science politique de l'Université de Montréal, était composé de Simon Langlois, professeur au département de sociologie de l'Université Laval, Michel Seymour, professeur au département de philosophie à l'Université de Montréal et Robert Comeau, professeur associé au département d'histoire à l'Université du Québec à Montréal. 

    Allocution de Robert Comeau

    Prix Richard-Arès 2009

    souverainteduquebecLes membres du jury pour le prix Richard-Arès du meilleur essai en 2009 ont unanimement choisi de couronner l’ouvrage de Jacques Parizeau, La souveraineté du Québec. Hier, aujourd’hui et demain paru chez l’éditeur Michel Brûlé.

    Le jury, présidé par Denis Monière, professeur au département de science politique de l'Université de Montréal, était composé de Simon Langlois, professeur au département de sociologie de l'Université Laval, Michel Seymour, professeur au département de philosophie à l'Université de Montréal et Robert Comeau, professeur associé au département d'histoire à l'Université du Québec à Montréal. 

     Allocution de Michel Seymour

    Prix Richard-Arès 2008

    noircanada150Alain Deneault, Delphine Abadie et William Sacher remportent le prix Richard-Arès pour leur ouvrage Noir Canada publié chez Écosociété

    Le jury, présidé par Denis Monière, professeur au département de science politique de l'Université de Montréal, était composé de Simon Langlois, professeur au département de sociologie de l'Université Laval, Michel Seymour, professeur au département de philosophie à l'Université de Montréal et Robert Comeau, professeur associé au département d'histoire à l'Université du Québec à Montréal. 

    Allocution de Michel Seymour pour le jury.

    Allocution vidéo d'Alain Deneault

    Prix Richard-Arès 2007

    embarras150La Ligue d'action nationale, éditrice de la revue L'Action nationale et des Cahiers de lecture de L'Action nationale , décerne à Jean-Claude Corbeil le prix Richard-Arès du meilleur essai publié en 2007 pour son ouvrage L'embarras des langues publié par l'éditeur Québec Amérique. Cet ouvrage raconte les grandes étapes de l’histoire de la politique linguistique québécoise.

    Le jury, présidé par Denis Monière, professeur au département de science politique de l'Université de Montréal, était composé de Simon Langlois, professeur au département de sociologie de l'Université Laval, Michel Seymour, professeur au département de philosophie à l'Université de Montréal et Robert Comeau, professeur associé au département d'histoire à l'Université du Québec à Montréal.

    Prix Richard-Arès 2006

    yeuxmaurice

    Le prix Richard-Arès de L'Action nationale pour le meilleur essai publié au Québec en 2006 a été attribué à

    Benoit Melançon pour son ouvrage Les yeux de Maurice Richard publié chez Fides

    Le jury était composé de Simon Langlois (Université Laval), Michel Seymour (Université de Montréal) et Robert Comeau (Chaire Hector-Fabre, UQAM).

    Allocution de Michel Seymour.

    Prix Richard-Arès 2005

    negationdelanation

    Le jury du prix Richard-Arès 2005 composé de Simon Langlois, professeur au département de sociologie et titulaire de la chaire CEFAN de la Faculté des lettres de l’Université Laval, Lucia Ferretti,professeur au département d'histoire et de géographie de l'Université du Québec à Trois-Rivières et Michel Seymour, professeur titulaire au département de philosophie à l’Université de Montréal a choisi de décerner son prix à

    Eugénie Brouillet pour son ouvrage La négation de la nation.

    Allocution de Michel Seymour

    Prix Richard-Arès 2004

    leregentLe jury du prix Richard-Arès 2004, composé de

    Simon Langlois, professeur au département de sociologie et titulaire de la chaire CEFAN de la Faculté des lettres de l’Université Laval; Andrée Lajoie, professeure titulaire au Centre de recherche en droit public de la Faculté de droit de l'Université de Montréal; Michel Seymour, professeur titulaire au département de philosophie à l’Université de Montréal

    a choisi de décerner son prix à Pierre Duchesne pour le troisième tome de son ouvrage biographique, Jacques Parizeau, Le Régent, 1985-1995

    Allocution de Simon Langlois.

    Prix Richard-Arès 2003

    otagelegare
    Anne Legaré : Le Québec otage de ses alliés paru chez vlb

    Le livre démystifie l’idée que les Etats-Unis ont une position de neutralité à l’égard du projet de souveraineté du Québec ; le livre vise aussi à démontrer que la France a également intérêt à ce que le Québec demeure dans le Canada et que, pour ces raisons, le Québec, compte tenu de son identité francophone, devrait revoir ses priorités en matière de relations internationales.

    «L’ALENA n’aurait jamais été signé sans le soutien des Québécois, qui estiment par conséquent avoir démontré à leurs voisins américains qu’ils étaient des alliés sûrs. Par ailleurs, leurs retrouvailles diplomatiques, déjà anciennes, avec la France les portent à penser que la « non-indifférence » de la mère patrie recouvre une solide sympathie. Or ils se leurrent : la France et les États-Unis ne se sentent pas d’obligation envers eux et ne prendront pas leur parti dans le conflit constitutionnel qui les oppose au reste du Canada. En fait, le Québec est un otage : on a besoin de lui, mais on ne veut pas qu’il bouge. Constat amer à partir duquel Anne Legaré souhaite qu’on repense avec lucidité les relations internationales du Québec.»

    Prix Richard-Arès 2002

    Les membres du jury du prix Richard-Arès 2002, Simon Langlois, Anne Legaré et André Juneau, ont choisi de primer deux auteurs.
    Joseph-Yvon Thériault pour Critique de l’américanité
    et Jacques Beauchemin pour L'histoire en trop.

    histoireentropSur L'histoire en trop:

    «Le pluralisme de la société contemporaine présente un véritable défi pour le nationalisme québécois. Comment en effet célébrer l'ouverture aux autres, reconnaître l'apport des immigrants, sans renier le sentiment d'appartenance, la dimension communautaire que l'Histoire a laissés en héritage aux Franco-Québécois ? C'est à cette question complexe que s'attaque Jacques Beauchemin, en montrant qu'elle déborde le cas du Québec et qu'elle concerne la refondation du sujet politique dans toutes les démocraties avancées.

    Sur Critique de l'américanité

    critiquamericanite

    «Critique de l'américanité présente le premier portrait critique de la pensée contemporaine de l'américanité québécoise. S'appuyant tant sur les descriptions issues du champ littéraire québécois que sur celles produites par les sciences sociales, l'auteur dévoile les impasses d'une identité qui ne se pense depuis les 20 dernières années qu'à travers le modèle d'une société neuve sans filiation. Le Québec contemporain ne saurait se définir uniquement par son américanité. La tradition, cette trace toujours disponible, doit être incluse dans notre façon de penser et de renouveler notre image du Québec.»

    Le prix Richard-Arès 2001

    seymourdemesure Pour 2001, les membres du jury : Mme Micheline Dumont, (historienne), M. Roland Arpin (directeur du Musée de la Civilisation) et M. Simon Langlois (sociologue, Université Laval) ont choisi d'attribuer le prix à Michel Seymour pour son livre Le pari de la démesure. L'intransigeance canadienne face au Québec paru chez l'Hexagone.

    Le prix a été remis le 12 juin 2002 lors d'une réception tenue à la Bibliothèque nationale du Québec à Montréal. 

    histoiresocialedesideesLe prix Richard-Arès 2000

    Les membres du jury ont choisi d'attribuer le prix prix Richard-Arès 2000 à M. Yvan Lamonde, pour Histoire sociale des idées au Québec, 1760-1896 parue chez Fide.

    Le prix a été remis le 22 mai 2001 à la Bibliothèque nationale du Québec à Montréal.

    Allocution de Simon Langlois, prononcée lors de la remise du prix Richard-Arès 2000.

     quebecdanslespaceamericainLe prix Richard-Arès 1999

    Les membres du jury du prix Richard-Arès 1999, M. Roland Arpin (directeur du Musée de la Civilisation), Gérard Bouchard (directeur de l'IREP), Simon Langlois (sociologue, Université Laval) ont choisi d'attribuer le prix à Louis Balthazar et Alfred O. Hero pour Le Québec et l'espace américainparu chez Québec/Amérique.

    Le prix a été remis le 12 juin 2000 à la Bibliothèque nationale du Québec à Montréal.

    Le prix Richard-Arès 1998

    bariteau2001 Les membres du jury du prix Richard-Arès 1998, M. Roland Arpin (directeur du Musée de la Civilisation), Gérard Bouchard (directeur de l'IREP), Henri Brun (professeur de droit International, Université Laval), Simon Langlois (sociologue, Université Laval) ont choisi d'attribuer le prix à

    M. Claude Bariteau pour son livre Québec, 18 septembre 2001.

    Allocution du lauréat 

    Le prix Richard-Arès 1997

    defisnationalisme Michael Keating, Les défis du nationalisme moderne : Québec, Catalogne, Écosse, Presses de l'Université de Montréal

    Le nationalisme est en train de regagner ses lettres de noblesse. Il y a bien peu de temps, il était considéré en science politique et en sociologie politique comme une maladie en voie d'extinction, à la manière de la tuberculose. Comme cette dernière, on croyait ne plus le trouver que dans certaines enclaves attardées du monde, chez quelques minorités effacées, exclusivement tournées vers le passé et à l'avenir plus qu'incertain. Dans nos disciplines, il valait mieux s'intéresser aux faits « porteurs d'avenir », comme la lutte des classes, qu'au nationalisme. Il n'était pas de bon ton d'y consacrer ses études, sinon pour souligner au passage qu'il appartenait aux vestiges d'un chauvinisme dépassé, dont il était un témoin moribond. je caricature, direz-vous ? Oui, un peu, mais à peine.

    - Guy Rocher 

    Le prix Richard-Arès 1996 

    identitefragmente Gilles Bourque et Jules Duchastel, L'identité fragmentée, Éditions Fides

    La question de l'identité nationale demeure un problème central de la confédération canadienne. Dans ce livre, les auteurs retracent la production des identités canadienne, québécoise et autochtone dans les interventions des premiers ministres aux conférences constitutionnelles depuis 1941. Ils montrent qu'une représentation de plus en plus centrée sur une citoyenneté, particulariste contribue à la fragmentation de la société et met en péril les institutions de la démocratie. 

    Gilles Bourque et Jules Duchastel sont professeurs au département de sociologie de l'Université du Québec à Montréal. Victor Armony, qui a collaboré à cet ouvrage, est professionnel de recherche au même département.

  • Prix Richard-Arès 1998 - Allocution du lauréat

    Merci Messieurs Robert Laplante, Simon Langlois, Gérard Bouchard et Normand de Bellefeuille de vos propos élogieux. Merci aux deux autres membres du jury, messieurs Roland Arpin et Henri Brun d'avoir sélectionné, de connivence avec messieurs Langlois et Bouchard, Québec, le 18 septembre 2001 pour le prix Richard-Arès.

  • Prix Richard-Arès 2000 - Allocution du jury

    Allocution de Simon Langlois, membre du jury, prononcée lors de la remise du prix Richard-Arès 2000 à Yvan Lamonde pour son  Histoire des idées au Québec, le 22 mai 2001 à la Bibliothèque nationale du Québec à Montréal.

    J'ai le privilège aujourd'hui de présenter l'un des intellectuels-chercheurs les plus en vue du Québec contemporain, un collègue qui poursuit patiemment des travaux de longue haleine, des travaux d'envergure par leur ambition et leur portée. M. Lamonde fait partie de ce groupe restreint de penseurs dont les travaux originaux font avancer la connaissance scientifique de la société dans laquelle nous vivons.

  • Qui est le Père Arès?

    Allocution prononcée à l'occasion de la remise du prix Esdras-Minville à Richard Arès en 1979

    Le P. Richard Arès, à qui le jury du prix Esdras-Minville décerne unanimement le prix des Sciences humaines cette année, est un homme qui a été beaucoup oublié en matière de reconnaissance et de récompense. Je le remarque sans vouloir viser personne, car j'ai été moi-même trop longtemps président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal et président du jury Ludger-Duvernay, dont relevaient jusqu'à cette année les sciences humaines, pour n'en avoir pas ma part de responsabilité.

  • Prix Richard-Arès 2004 - Allocution du jury

    leregentNous voici réunis aujourd’hui pour souligner la publication d’une œuvre importante. Je dis une œuvre plutôt qu’un ouvrage ou un livre car Monsieur Pierre Duchesne a livré un trois tomes non seulement le bilan d’une vie – le bilan de la vie d’un homme politique qui a été l’un des plus importants de l’histoire du Québec au XXe siècle, Monsieur Jacques Parizeau, qui est aussi l’un de ses acteurs les plus marquants, je dois le préciser – mais aussi une synthèse remarquable de l’évolution du Québec dans la seconde moitié du XXe siècle.

    Ces trois tomes sont donc à la fois la biographie d’un homme et la sociographie d’une société.

  • Prix Richard-Arès 2005 - Allocution du jury

    Allocution prononcée par Michel Seymourprofesseur au département de philosophie de l'Université de Montréal

    Distingués invités, chers amis,

    Il me fait plaisir de prendre la parole au nom du jury pour l’attribution du prix Richard-Arès 2005. Le jury était composé de Simon Langlois du département de sociologie à l’Université Laval, de Lucia Ferretti, professeure d’histoire à l’UQTR, et de moi-même, professeur de philosophie à l’Université de Montréal. Notre choix s’est unanimement porté cette année sur l’ouvrage d’Eugénie Brouillet, La négation de la nation, publié aux éditions du Septentrion. Son livre répond parfaitement aux critères d’éligibilité du prix Richard-Arès. Il ne s’agit pas d’un ouvrage collectif, ni d’un recueil d’articles déjà publiés. Il s’agit en outre d’un essai et non d’un roman ou d’une chronique. C’est aussi un livre qui s’adresse à un public intellectuel large et non seulement à un public restreint de spécialistes.

  • Prix Richard-Arès 2006 - Allocution du jury

    Allocution de Michel Seymour présentée à l'occasion de la remise du prix Richard-Arès le 29 mai 2006

    L’ouvrage de Benoît Melançon intitulé Les yeux de Maurice Richard (Fides) fait plus que simplement rassembler des anecdotes et des documents concernant la personnalité du Rocket. Il produit ce qu’il est convenu d’appeler une «histoire culturelle». L’auteur s’est attardé à un ensemble de discours sociaux portant sur Richard, et il interroge ce que nous nous prenons tous plus ou moins pour acquis à son sujet, à savoir que ce dernier constitue un «mythe». Benoît Melançon a produit une lecture très pénétrante, profondément érudite, instruite et documentée sur la vision mythique que l’on se fait du célèbre numéro neuf.

  • Prix Richard-Arès 2008 - Allocution du jury

    L'auteur est professeur au département de philosophie de l'Université de Montréal et membre du jury du prix Richard-Arès 2008. Nous reproduisons ici son allocution prononcée lors de la remise du prix le 10 juin 2009.

    Le prix Richard-Arès pour le meilleur essai de 2008 est attribué à Alain Deneault, Delphine Abadie et William Sacher pour l’ouvrage Noir Canada. Pillage, corruption et criminalité en Afrique, paru chez Écosociété l’an dernier. Le jury a unanimement estimé que cet ouvrage devait être salué à cause de son impact majeur sur la société québécoise.

    Noir Canada, c’est un ouvrage de 350 pages, constitué d’un appareil de notes imposant de plus de 1200 entrées. Le livre permet au lecteur de se familiariser avec une littérature abondante mettant en cause certaines entreprises aurifères canadiennes qui se sont engagées dans le développement minier en Afrique. C’est un ouvrage universitaire, mais destiné à un large public, qui décrit le rôle destructeur de plusieurs grandes sociétés minières canadiennes en Afrique et il analyse l’impunité qui leur est accordée par le gouvernement canadien.

    deneaultetal
    Alain Deneault, présent par vidéo , Delphine Abadie et William Sacher

  • Prix Richard-Arès 2009 - Allocution du jury

    2009aresSEYMOURPARIZEAU
    Michel Seymour, porte-parole du jury du prix Richard-Arès, Denis Monière, président de la Ligue d'action nationale, et Jacques Parizeau, lauréat.

    Dans cet ouvrage, Monsieur Parizeau illustre une fois de plus les qualités qui ont toujours été les siennes. Il fait montre d’une formidable connaissance des rouages de l’administration publique québécoise tout en demeurant très près des gens. Il manifeste des qualités intellectuelles exceptionnelles tout en tenant un propos très accessible. Il tient compte de la complexité énorme des enjeux tout en démontrant un jugement sûr s’appuyant sur le sens commun. Ses connaissances théoriques rivalisent avec son souci de discuter d’applications concrètes. Il traite de sujets très sérieux, mais il le fait souvent avec un certain amusement. Il s’appuie sur une expérience de plusieurs décennies, mais il est en même temps capable de s’adapter au temps présent. Nous avons affaire à un grand politicien mais aussi à un excellent professeur, à un intellectuel universitaire mais qui est en même temps capable de s’engager ouvertement en faveur de la souveraineté du Québec. Il a les yeux tournés vers le futur, mais il fait montre de patience et tient compte de la capacité des Québécois à tolérer le changement. Il sait débusquer les très nombreux pièges tendus par les adversaires de la souveraineté du Québec, mais il peut en même temps manifester un certain optimisme serein face à l’avenir. Sur le fond, il a une vision progressiste de la société, mais celle-ci est en même temps une vision modérée. C’est un véritable homme d’État, mais il favorise aussi la décentralisation des pouvoirs vers les villes advenant un Québec souverain.

  • Prix Richard-Arès 2010 - Allocution du jury

    Chers amis,

    chevrier republique w22Comme vous le savez, le prix Richard-Arès est attribué chaque année depuis 1991 par la Ligue d’action nationale à l’auteur d’un essai publié au Québec qui témoigne d’un engagement à éclairer nos concitoyens sur les grandes questions d’intérêt national. Ce prix est offert en hommage à Richard Arès, qui par ses nombreux écrits sur la question nationale du Québec, a contribué à enrichir la réflexion de nos compatriotes. L’objectif de ce prix est de saluer l’auteur d’un essai qui contribue à promouvoir la culture nationale en encourageant l’expression d’une pensée critique.

    L’ouvrage que le jury a retenu cette année et qu’il m’a chargé de présenter est celui  de Jean-François Nadeau, qui a pour titre Adrien Arcand, führer canadien. Il a été publié chez Lux éditeur en 2010 et une deuxième édition revue et corrigée vient tout juste de paraitre en janvier 2011.

  • Prix Richard-Arès 2011 - Le remède imaginaire

    remedeimaginaire190L’ouvrage de Benoit Dubreuil et de Guillaume Marois qui a pour titre: Le remède imaginaire. Pourquoi l’immigration ne sauvera pas le Québecpublié chez Boréal s’est mérité le prix Richard- Arès ex aequo.

    Il est apparu important au jury de souligner par cette marque de reconnaissance que constitue le prix Richard-Arès cet ouvrage qui porte sur la question de la politique d’immigration et d’intégration qui soulève des enjeux importants.

  • Prix Richard-Arès 2011 - Recours aux sources

    Monsieur le président de la Ligue d’Action nationale,
    Membres du jury du prix Richard-Arès,
    Chers amis,

    Je voudrais vous remercier chaleureusement pour ce prix.

    C’est une reconnaissance qui me touche beaucoup.

    Elle me touche parce qu’elle est décernée par la Ligue d’action nationale qui, depuis si longtemps, défend la cause du peuple québécois.

  • Prix Richard-Arès 2012 - Allocution du jury

    Allocution prononcée à l’occasion de la remise du prix Richard-Arès 2012 à Marc Chevrier, auteur de l’essai La République québécoise. Hommages à une idée suspecte (Boréal) Prix Richard-Arès 2012

    Nous avons choisi La République québécoise. Hommages à une idée suspecte du professeur Marc Chevrier, un essai sur la question du Québec qui fait appel à la fois aux grandes oeuvres de pensée politique, à l’histoire et aux institutions qui nous gouvernent. Le sujet, le régime politique du Québec, aurait pu donner lieu à un savant traité de droit constitutionnel, le livre comporte d’ailleurs sur le sujet toute l’érudition nécessaire, mais la forme ou la façon qu’a l’auteur, juriste et politologue, de développer le sujet nous interdit tout verdict d’austérité.En effet, sans sacrifier aux connaissances et à la documentation exacte, les chapitres se déploient au rythme des mouvements de musique.

  • Prix Richard-Arès 2012 - Allocution du lauréat

    Montréal, Maison Ludger-Duvernay, 10 juin 2013

    Monsieur le président de la Ligue d’Action nationale,
    Membres du jury du prix Richard-Arès,
    Chers patriotes et amis,

    2012aresCHEVRIERIl me fait plaisir d’être avec vous ce soir pour souligner, non point tant la reconnaissance d’un livre, que la renaissance d’une idée, une idée évidente chez plusieurs peuples, mais si longtemps reléguée dans l’ombre au Québec : l’idée de république. Je sais que pour les membres du jury, il n’a pas dû être aisé de faire un choix parmi tous les ouvrages publiés dans l’année 2012, dont plusieurs auraient pu se mériter la distinction que la Ligue d’Action nationale a décidé de me remettre aujourd’hui. Je suis d’autant plus flatté de recevoir l’honneur que vous me faites qu’il est un hommage à la mémoire du père Richard Arès qui fut, en quelque sorte, l’un de nos grands publicistes, dont les écrits ont marqué au Québec l’étude de l’État, de la constitution et du régime politique canadien. Tous des sujets sur lesquels je n’ai cessé de réfléchir depuis bien avant que je devienne professeur en science politique à l’UQAM. Je me rappelle fort bien avoir épluché le Dossier sur le pacte fédératif de 1867 que le père Arès a édité en 1967; peut-être que cette lecture qui me semblait alors anodine a-t-elle décidé inopinément des orientations de mes recherches. Je tiens aussi à évoquer la mémoire de Rosaire Morin, que j’ai connu dans les dernières années de sa vie, tandis qu’il dirigeait L’action nationale. Je lui sais gré d’avoir publié l’un de mes premiers écrits sur l’idée républicaine, le texte De la Monarchie en Amérique, publié en mai 1998.

  • Prix Richard-Arès 2012

    chevrier republique w22Le prix Richard-Arès du meilleur essai publié au Québec en 2012 a été décerné à Marc Chevrier pour son ouvrage La république québécoise. Hommages à une idée suspecte.

    Le jury, présidé par Denis Monière, professeur au département de science politique de l'Université de Montréal, était composé de Simon Langlois, professeur au département de sociologie de l'Université Laval, Lucille Beaudry, professeure de science politique à l'Université du Québec à Montréal, et Robert Comeau, professeur associé au département d'histoire à l'Université du Québec à Montréal.  

  • Prix Richard-Arès 2014 (ex aequo: Serge Cantin)

    Allocution d’attribution du prix Richard-Arès au professeur Serge Cantin

    souverainetedanslimpasse250Nous avons attribué ex-aequo au professeur Serge Cantin le prix Richard-Arès pour son livre La souveraineté dans l’impasse,Québec, P.U.L. 2014 (250 p.)

    Ce livre n’est pas un essai au sens classique du terme, il ne constitue pas non plus une étude du mouvement souverainiste comme son titre pourrait le suggérer. Il s’agit plutôt d’une collection de textes de l’auteur parus dans des revues de sociologie, d’histoire et de philosophie. Ces textes présentent et analysent diverses interprétations de la question nationale. Parmi celles-ci, il convient de retenir le nationalisme voué à la défense de l’identité collective de la société québécoise de langue française, identité présentée comme raison d’être du projet politique de la souveraineté; cette position est accusée d’ethnicisme, de xénophobie, voire de racisme; et d’autre part, il y a le nationalisme assorti de l’interculturalisme qui est susceptible à plus ou moins long terme d’effacer l’identité collective du Québec français et partant la raison du projet souverainiste.

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.