Cahier de lecture - Été 2019

Mémoires 2019

Chacun ses mérites. Devise sur les plaques d’immatriculation

Une récente édition du magazine Échos-vedettes (16/21 septembre 2018) rendait hommage à Lise Payette et citait notamment le témoignage que sa fille avait publié sur sa page Facebook le 6 septembre : « Elle nous laisse une devise précieuse Je me souviens ». Prise à la lettre, cette phrase pourrait laisser entendre que Lise Payette a créé la devise du Québec… mais on voulait plutôt dire qu’elle était à l’origine de l’inscription de cette devise sur les plaques d’immatriculation, ce qui n’est pas plus exact, même si on l’a dit et redit après son décès.

Élue en novembre 1976, Lise Payette est aussitôt nommée ministre des Consommateurs, Coopératives et Institutions financières avec le mandat de créer un régime assurance-automobile « sans égard à la faute » (no fault), mission dont elle s’acquitte avec brio, malgré la tempête qu’elle suscite principalement chez les avocats. « Ce n’est pas arrivé par accident. Il y a eu des oppositions à ce mouvement-là », rappelait le premier ministre Couillard dans son hommage, sans préciser quelle lutte acharnée son parti avait menée contre cette réforme.

La Loi sur l’assurance automobile a été adoptée en 1977 et mise en application le 1er mars 1978 avec la création de Régie de l’assurance automobile du Québec (RAAQ), devenue par la suite la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ).

À cette époque, et jusqu’en 1980, l’émission des permis de conduire et des plaques d’immatriculation relevait du Bureau des véhicules automobiles, qui était sous la responsabilité de Lucien Lessard, député de Saguenay et ministre des Transports.

Dans un communiqué émis le 15 décembre 1976 et cité par au moins quatre quotidiens le lendemain (Soleil, Presse, Nouvelliste, Sherbrooke Record), le ministre Lessard annonçait deux décisions : les plaques de 1978 seraient « de couleur beige avec lettres et chiffres marron » puisqu’il était trop tard pour changer ce que son prédécesseur avait décidé, mais qu'elles présenteraient une modification importante, la devise Je me souviens remplaçant le slogan La belle province.

plaquesquebec1978

Peu de temps avant l’émission de ce communiqué, dans un des premiers caucus des élus péquistes du 15 novembre 1976, Denis Vaugeois avait exprimé son agacement de voir son chèque de paie porter la mention « gouvernement de la province de Québec ». Et puisque qu’on y est, avait-il ajouté, il faudrait aussi faire disparaître le slogan publicitaire « la belle province » inscrit sur les plaques d’immatriculation et le remplacer par la devise du Québec.

Ses collègues n’étaient pas tous convaincus, mais Lucien Lessard, ministre responsable du Bureau des véhicules automobiles, prit la balle au bond. L’ancien professeur d’histoire connaissait la signification du mot « province » et il s’empressa d’aller chercher l’appui du Conseil des ministres pour mettre l’idée en application, ce qui se produira au printemps 1978.

À ces deux anciens députés, redisons « Je me souviens ».

 

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.