Logo

Oeuvre du mois - Henri Julien

En couverture du numéro Septembre-Octobre 2015 
Henri Julien 
Le Vieux de '37 

40 x 48 cm, gouache sur papier brun, 1904

henrijulien600

Ce tableau maintenant fort connu a été fait pour Georges Aimé Simard,
ami et client assidu du peintre à qui il a commandé plusieurs toiles.
C'est à l'instigation de Georges-Aimé Simard que fut élevé au Pied-du-
Courant le monument aux Patriotes. Le collectionneur utilisait d'ailleurs
chez lui (maison bicentenaire démolie pour faire place à l'autoroute de
la Rive Sud) la vieille porte de la prison des Patriotes.

Henri Julien est né à Québec le 14 mai 1852. En 1860, à l’âge de 8
ans, il commence à étudier le dessin à Montréal puis la lithographie
aux ateliers de Georges-Édouard Desbarats. En 1874, à titre d’artistereporter,
il part vers le Nord-Ouest canadien. De ce voyage naissent une
série de dessins qui sont publiés dans l’Opinion publique et qui lui valent
la reconnaissance publique. Il réalise ensuite de nombreux dessins,
caricatures et illustrations.

En 1888, il est nommé directeur artistique du Montreal Daily Star, poste
qu’il occupe jusqu'à sa mort. Il devient de ce fait le premier caricaturiste
à temps plein au Québec et au Canada. Son oeuvre rayonne outre
frontière, notamment à New York (Harper's), Londres (The Graphic) et
Paris (Le Monde illustré). Sa grande facilité d'exécution lui permettait de
saisir d'un trait incisif l'essentiel d'un facies ou d'un geste.

Henri Julien est aussi artiste peintre, mais ses toiles sont plutôt rares. En
effet, le temps lui manque. Peut-être parce que, outre ses nombreuses
occupations, il est père de 18 enfants. Cependant, ses oeuvres marquent
l’art québécois de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Il est
ainsi le premier à produire des scènes paysannes sur les Canadiens
français. Il a, entre autres, illustré La légende d'un peuple de Louis
Fréchette et sa célèbre Chasse-galerie est conservée au Musée national
des beaux-arts du Québec.

Il est décédé en 1908. On lui a rendu hommage le 29 mai 1911 en
nommant une rue en son nom, l'avenue Henri-Julien à Montréal.
En octobre 1970, l'oeuvre en couverture, tirée d’une série sur la rébellion
de 1837, connaît une notoriété soudaine et plutôt inusitée : il se retrouve
sur les messages que le Front de libération du Québec fait parvenir aux
médias !

Tagged under: Oeuvres publiées,
Template Design © Joomla Templates | GavickPro. All rights reserved.