Les Cahiers de lecture de L'Action nationale

Printemps 2015 - Avis de recherche

2015printemps250C’est à croire que le Québec a renoncé à ses compétences en culture tant le silence de la ministre Hélène David est assourdissant. Cela ne veut pas dire qu’elle ne parle pas. Bien au contraire, c’est une politicienne en apprentissage et elle applique plutôt bien les consignes élémentaires des manuels de communication politique : il n’est pas nécessaire d’avoir quelque chose à dire. En politique, jurer de sa bonne foi ne manque jamais de rapporter des dividendes. Il en est même pour qui cela tient lieu d’argument pour justifier l’immobilisme. Ça s’est vu. Elle est fille de bonne famille, elle peut – et ne s’en prive guère – plaider de son amour pour la culture en rappelant les hauts faits de son illustre aïeul. À l’évidence ce nom lui procure une ombre bienfaisante.

Lire la suite

Automne 2014 - Faire le point

2014automne250Les splendeurs de l’octobre n’y changent hélas rien, le monde du livre est aussi sombre que le plus sombre jour de novembre. La Courte échelle en faillite, Benjamin en faillite, le diable aux vaches entre Renaud-Bray et plusieurs acteurs clés de l’industrie, les librairies indépendantes qui ferment à un rythme inquiétant, les bibliothèques qui cherchent à l’abri tantôt du ministre, tantôt des comptables, les manchettes toutes plus autodépréciatrices les unes que les autres à propos du taux d’analphabétisme, la liste des mauvaises nouvelles pourrait s’allonger. La morosité a d’ores et déjà gagné la partie. Et ce ne sont pas les appels au secours de la ministre de la Culture qui vont rassurer le milieu qui sait trop bien le poids de la culture sur la table du conseil de l’austérité…

Lire la suite

Brutal comme le soleil dans les yeux

Robert Richard
Vers l’éblouissement. Gilles Tremblay et la musique contemporaine
Montréal, Nota Bene, Coll. Nouveaux essais Spirale, 2013, 193 pages

Compte rendu de Michel Gonneville
Compositeur et professeur de composition et d’analyse au Conservatoire de musique de Montréal

Après s’être interrogé sur le sens du mot sens en musique, sur la façon d’écrire sur la musique, et avoir opté pour une attitude d’accompagnement de celle-ci, qui vise à l’habiter, à en sentir la poussée intérieure, l’auteur, puisant aux sources de la phénoménologie (Merleau-Ponty et Husserl), formulera quelques très belles intuitions sur l’essence sacrée de l’esthétique de Tremblay, rejoignant ainsi la foi chrétienne du compositeur. Tournée vers Dieu, cette musique est joie, déchaînement (au sens étymologique), indomptable, furieuse, emportement violent, impatience, jamais assagie. Non plus tournée vers l’homme ou vers le soi (comme ce serait le cas depuis la Renaissance jusqu’au Romantisme), elle revient au dehors, à la nature, au Cosmos de l’Antiquité, mais ici en tant que manifestation du mystère de la Création. Le compositeur devient attentif au monde, et son œuvre est alors aussi une écoute du monde. Il s’agit de se jeter violemment hors de soi, pour se jeter en Dieu. Et en cela, pour Robert Richard, Gilles Tremblay rejoindrait Hubert Aquin1.

Lire la suite

Sous-catégories

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.