La tête coupée de John A. Macdonald

Stephen Harper aime bien les anniversaires, mais il a ses préférences. Cela tombe bien puisqu’un gouvernement majoritaire a tout le loisir de choisir. Tout au long de l’année 2012, les conservateurs se sont franchement payé la traite en nous faisant à la fois le coup du jubilé de diamant d’Elizabeth II et celui du bicentenaire de la guerre de 1812. Ils ont grossièrement instrumentalisé ces deux commémorations pour saturer les Canadiens – et particulièrement les Québécois – de propagande d’unité nationale et de monarchisme britannique. Très cohérente, la campagne publicitaire fédérale à la télévision disait : « Il y a 200 ans, les États-Unis nous ont envahis. Mais nous avons défendu notre territoire, [anglophones, francophones et autochtones] côte à côte, et gagné la lutte pour le Canada. » Or puisque cette guerre opposa l’Angleterre aux États-Unis d’Amérique, indépendants depuis un quart de siècle, et que le Canada n’existera que 55 ans plus tard, qui donc ce « nous » désigne-t-il ? Nous, les loyaux sujets de Sa Majesté, bien sûr.

En effet, le 12 juin dernier, en inaugurant à Ottawa l'exposition sur la guerre de 1812, le ministre du Patrimoine canadien James Moore a déclaré, « Sans 1812, il n'y a pas 1867. Sans 1867, il n'y a pas les lois, les engagements, les approches, les sensibilités envers les francophones du Canada. » À de multiples reprises dont le 19 mars dernier, M. Moore a soutenu qu'« en demeurant sous la couronne, la diversité linguistique et ethnique du pays a été préservée. » Pourtant, la réalité historique de ce pays démontre l'absolu contraire de ces mensongères affirmations. M. Moore n'est pas sans savoir que le roi ou la reine d'Angleterre est aussi chef de l'Église anglicane, comme le pape est celui de l'Église catholique. Or, c'est au nom de cette couronne britannique et d'une haine ouvertement exprimée à l'égard des « papistes » que, de la Nouvelle-Écosse dès 1864 à l’Ontario à partir de 1912, toutes les provinces anglophones ont interdit les écoles catholiques françaises. Mais l’opposition officielle néo-démocrate aux Communes – incluant ses 58 députés québécois – et le Parti libéral du Canada ont surtout critiqué que les coûts de l’opération, insistant peu sur son révisionnisme historique. Mort de rire, Stephen Harper a déjà signifié son intention de récidiver, pas plus tard qu’en 2015, avec les 200 ans du premier détenteur du titre de premier ministre du Canada, un conservateur : John Alexander Macdonald.

Puisqu’on aurait tort de minimiser l’influence de telles campagnes sur la perception d’eux-mêmes qu’en tirent les Québécois, voilà qui donne envie de rappeler au bon peuple un 20e anniversaire que le Parti conservateur ne retiendra pas ce mois-ci. Cela se passe le 16 novembre 1992. Le Canada tout entier est ébranlé par le naufrage spectaculaire du mal nommé « accord » de Charlottetown. Lors du référendum pancanadien tenu trois semaines plus tôt, les Québécois ont rejeté à 57 % une offre jugée inférieure aux conditions minimales énoncées en 1987 par fédéraliste Robert Bourassa lui-même. À l’extrême opposé, le Canada anglais a défait dans les mêmes proportions la proposition constitutionnelle du gouvernement Mulroney faisant à ses yeux trop de concessions au Québec. La Sûreté du Québec poursuit l’enquête demandée par le ministre des Affaires intergouvernementales canadiennes, Gil Rémillard, afin de mettre le grappin sur la personne responsable de la fuite au magazine L’Actualité, en pleine campagne référendaire, de documents internes critiquant l’accord de Charlottetown. La police est aussi chargée de savoir qui a intercepté la conversation par téléphone cellulaire analogique entre les conseillers constitutionnels Diane Wilhelmy et André Tremblay. Les commentaires lapidaires qu’elle contenait, dont le légendaire « on s’est écrasé, c’est tout », ont plombé la campagne du OUI avant même qu’elle ne décolle. Des agents de police sont venus interroger le leader parlementaire péquiste Guy Chevrette, ainsi que son collègue Jacques Brassard, critique de l’Opposition officielle en matières constitutionnelles. L’antagonisme Québec-Canada est à son apogée et les milieux fédéralistes québécois baignent dans une profonde morosité. Secouée par l’appui inégalé que recueille conséquemment la souveraineté du Québec dans les sondages, la communauté anglophone de « la belle province » est donc déjà à fleur de peau lorsqu’en se levant ce matin-là, elle apprend qu’un attentat – voire une « attaque[1] » – fort symbolique vient d’être perpétré.

À la faveur de l’obscurité et dès les premières heures de ce 16 novembre, jour du 107e anniversaire de la pendaison de Louis Riel, des individus ont décapité la statue de Macdonald à la Place du Canada, lui sciant soigneusement la tête. Sur le plan strictement technique, l’affaire tient de l’exploit. Comment ces aventuriers s’y sont-ils pris pour couper l’épaisse et inaccessible paroi métallique ? Avec une bruyante rectifieuse alimentée par une non moins bruyante génératrice, projetant dans la nuit de longues et éblouissantes étincelles ? Avec une fastidieuse et épuisante scie manuelle, alors que le cou de Sir John se trouve à 8 m du sol ? Que même ayant rejoint Macdonald au précaire sommet de son socle, un homme de grande taille au bras tendu vers le ciel est encore bien loin de la cible ? Tout cela sans se faire prendre, en plein centre-ville de Montréal, sur le très à découvert et passant boulevard René-Lévesque ? Même en pleine nuit, une telle témérité frise l’inconscience. Avant de prendre la poudre d’escampette avec la lourde tête de bronze de quelque 65 kg, les auteurs du coup ont peint à la bombe aérosol les lettres FLQ sur les quatre faces du socle de pierre du monument (ce dont on se serait bien passé). À 6 h environ, la station CJMS reçoit l’appel d’un homme affirmant qu’il vient de couper à la scie la tête de Macdonald. Vers 7 h 30, plusieurs médias reçoivent par télécopieur un communiqué signé « FLQ cellule Gabriel-Dumont », du nom du fidèle bras droit de Louis Riel et meneur des troupes armées des Métis lors des soulèvements de 1870 et 1885. Le communiqué revendique la décapitation de la statue de Macdonald pour souligner l’anniversaire de la pendaison de Riel, le 16 novembre 1885 à Régina, et ajoute qu’en tranchant la tête de la statue, c’est l’oppression nationale des peuples québécois et autochtones qui disparaît. La tête en question n’a jamais été retrouvée.

 unegazette322

La Presse du 17 novembre avance que « c’est à partir de cet anniversaire que les enquêteurs du service de police de la Communauté urbaine de Montréal vont sans doute commencer leur enquête[2] ». Voilà un bien maigre indice. Mais une dépêche de La Presse canadienne rapporte que « le communiqué a été transmis par un appareil “touch-fax” qui n’est disponible qu’à 15 endroits à Montréal[3] ». Et vingt ans plus tard, malgré cette bonne piste, personne n’a été mis en accusation. S’il devait être considéré par le procureur de la Couronne comme une simple infraction sommaire relevant de la Cour municipale, l’acte serait prescrit six mois après les faits, soit depuis la mi-mai 1993. Les responsables pourraient donc aujourd’hui s’en vanter impunément. Mais s’il était jugé être un acte criminel, le geste serait imprescriptible et passible d’une peine d’emprisonnement. Des suspects ont-ils au moins été interrogés ? Les deux policiers chargés de l’enquête à l’époque étaient les lieutenants-détectives Jacques Paul-Hus et Michel Fréchette. Retracé à son domicile par l’auteur de ces lignes, Michel Fréchette, retraité de la police de la CUM depuis onze ans, explique que dans ce dossier, son collègue Jacques Paul-Hus (décédé en 2004) et lui avait été chargés d’enquête et non enquêteurs. Ils distribuaient les tâches mais ne prenaient pas connaissance de tous les éléments d’enquête, ce pourquoi M. Fréchette n’a pas su si des suspects sérieux avaient été identifiés.

En ce 16 novembre 1992, loin d’être porté vers l’introspection qu’aurait pu lui inspirer la triste fin de Riel sur le gibet, le représentant du groupe anglophone « C’est cool d’être canadien » penche davantage vers la colère contre les « vandales » ainsi que les vœux pieux. Qualifiant les auteurs d’« insignificant, ignorant and cowardly »[4], Philip McMaster ajoute que « Quels que soient les bozos qui ont mis la tête de Sir John A. Macdonald sur leurs caisses de bière, nous avons foi en la justice et nous souhaitons qu’ils se réveillent et se joignent à nous dans un nouveau Canada. »[5] The Gazette et le Globe and Mail font leur première page avec la nouvelle, publiant une grande photo du jeune militant pro-unité McMaster escaladant le monument pour inspecter la plaie du premier premier ministre du Canada. À l’est, le Halifax Daily News publie aussi une inquiétante photo montrant des policiers au pied du monument portant la présumée trace peinte du Front de libération du Québec[6]. Dans l’Ouest natal de Louis Riel, le Winnipeg Free Press titre un dramatique « FLQ cell claims credit[7] ». Les lignes ouvertes des stations de radio anglophones de Montréal se déchaînent, manifestant avec virulence leur indignation.

À l’entrée d’une réunion préparatoire du caucus péquiste, Jacques Parizeau est assailli par les journalistes qui le pressent de commenter l’événement. En homme cultivé connaissant bien le rôle funeste que joua Macdonald dans le triste sort du peuple métis en général et de Louis Riel en particulier, le chef péquiste qualifie d’emblée l’affaire de « travail bien fait » étant l’œuvre de gens ayant « une certaine expertise ». Ce choix de mots fera pousser les hauts cris aux animateurs de radio anglophones de Montréal. Mais le chef péquiste doute que ce soit l’oeuvre d’un supposé néo-FLQ. « Je ne peux donner une signification à l’événement tant que je ne sais pas qui a fait le coup. […] La tête reviendra sûrement. Je suis prêt à parier… d’ici peu de temps. Elle reviendra une fois que l’opération politique qui est en cours sera terminée », dit le chef souverainiste, soulignant qu’il n’affirme rien, mais qu’il « laisse entendre ». « Depuis 20 ans, on a appris à relativiser les choses dans ce domaine-là », ajoute celui qui a vécu la commission Keable de 1977-81 révélant les activités criminelles de la GRC au Québec destinées à être ensuite imputées au FLQ. « C’était signé FLQ », insiste un journaliste. « Je ne sais pas. Qu’est-ce que vous en savez ? N’importe qui peut se servir d’un aérosol. Même si cela endommage la couche d’ozone », réplique un Parizeau tout sourire.

Le surlendemain de l’audacieux méfait, c’est un Halifax Daily News outré qui titre « Parizeau admires vandalism[8] ». De son côté, La Presse verse dans un zèle fait de contradictions et de déni. « Ce n’est pas que la statue de Sir John A. Macdonald qui a été décapitée, lundi à Montréal. Quelqu’un, quelque part, a également perdu la tête », opine le journal inconditionnellement fédéraliste. Pierre Gravel concède d’abord que « la complexité de l’opération et le contenu du communiqué explicatif appellent un certain nombre de réflexions ». Soulignant « le caractère audacieux de la manœuvre et sa connotation historique », l’éditorialiste constate « le caractère volontaire et réfléchi de la démarche ». Il enchaîne pourtant en pourfendant « le côté totalement “déconnecté” de la démarche qui témoigne de son caractère marginal ». Gravel martèle que « rien n’indique que le climat social actuel au Québec puisse devenir le terreau fertile d’une poussée de fièvre révolutionnaire. Plus encore, il faut en faire une lecture singulièrement tordue pour y voir la détermination d’un peuple disposé à s’engager dans une lutte armée pour accéder à son indépendance politique. Les sondages le prouvent ».

En réagissant si fortement, l’éditorialiste a sans doute sous les yeux le fameux communiqué, auquel le grand public n’a pas eu accès. Et on n’imagine pas que les maisons de sondage aient récemment jaugé la population sur la révolution armée. Mais par cette prise de position démesurée, La Presse semble tenir mordicus à nier qu’en ces lendemains immédiats du naufrage complet de la longue croisière Meech-Charlottetown, l’unité canadienne vit l’une de ses pires crises du XXe siècle, tout comme la pendaison de Louis Riel le fut au XIXe siècle de John A. Macdonald. En se réjouissant ensuite que « tous les médias [aient] traité cette nouvelle avec la modération qui s’imposait », La Presse ne prêche pas par l’exemple, étant le seul quotidien à y consacrer un éditorial. Gravel conclut en souhaitant « qu’à défaut de redonner sa tête à John A. Macdonald », « les auteurs de ce geste absurde […], eux au moins retrouvent leurs esprits ». On se jurerait en pleine stratégie de peur de veille de référendum sur la souveraineté…

Si bien orchestré, cohérent et historiquement synchronisé qu’il ait été, ce méfait pourrait n’en paraître pas moins et rien de plus qu’un gros fait divers. Le retour sur son traitement médiatique, vingt ans en arrière, révèle néanmoins ce qui semble être une réelle nervosité et un net embarras face à la potentielle difficulté d’idéaliser John A. Macdonald, premier ministre fondateur du Canada, jusqu’à en faire le symbole d’unité et de rassemblement a mari usque ad mare maintenant souhaité par Stephen Harper pour 2015. Et pour cause. Figure marquante du colonialisme pour bien des Québécois, le monument à Macdonald a été inauguré le 6 juin 1895 par un autre Écossais, John Hamilton-Gordon, comte d’Aberdeen et gouverneur général du Canada, à l’endroit même où furent enterrés les Patriotes pendus à la suite des Rébellions de 1837 et 1838. Mais c’est surtout de son vivant que Macdonald s’est rendu indigne.

Passons rapidement sur l’alcoolisme quasi ostentatoire de l’homme. Macdonald sombrait régulièrement dans l’ivrognerie la plus complète, devant public et parfois même au Parlement. Un jour après un grand dîner, incapable de se tenir debout, il prit le bras d’un libéral en lui disant, « Vous ne m’avez jamais encore donné votre voix. Le moment est venu de me soutenir ». À une réunion politique où il devait prendre la parole, se levant, il vomit sur l’estrade. Après avoir un peu repris ses esprits, il désigna le libéral qui avait parlé avant lui en disant : « Mesdames et messieurs, pardonnez-moi, mais cet homme me rend malade. » Le député Darcy McGee et lui avaient coutume de boire ensemble jusqu’à l’ébriété la plus absolue. Un jour, Macdonald déclara à ce compagnon de taverne : « Écoutez, ce gouvernement ne peut se payer le luxe de deux ivrognes, alors cessez de boire. » En plein Parlement, le chef libéral George Brown lui reprochant ce qu’il était un euphémisme d’appeler un manque de tenue, Macdonald riposta que les députés « préfèrent John Macdonald saoul à George Brown sobre[9] ».

saoul250Mais c’est bien davantage sur le plan idéologique que ce Macdonald que Stephen Harper veut nous porter aux nues en 2015 est absolument indigeste pour les francophones de tout le Canada. Louis Riel n’est pas encore né lorsqu’en 1840, le jeune Macdonald, 25 ans, devient membre de la loge orangiste de Kingston. Tout au long de sa carrière politique, cette adhésion aux intransigeantes positions anticatholiques et antifrancophones de l’Ordre d’Orange[10] ne le quitteront jamais. Ce sont d’ailleurs des orangistes avant l’heure qui, en 1812, répondirent à l’appel de Lord Thomas Douglas Selkirk et s’installèrent dans la région d’Assiniboine pour établir sur les rivages de la rivière Rouge ce qui ne se voulait rien d’autre qu’une colonie de la plus grande pureté anglo-protestante possible. Brillant élève, le jeune Louis Riel sera envoyé à Montréal pour étudier de 1858 à 1866 au Collège Notre-Dame et au Petit Séminaire. Il séjournera ensuite aux États-Unis. À son retour dans l’Ouest en 1868, son village de Saint-Boniface voisine le nouveau village de Fort Garry (future Winnipeg) aux visées expansionnistes brutales sur les terres avoisinantes, pourtant occupées et cultivées depuis plusieurs générations par des Métis, des Canadiens français et des Amérindiens. C’est cette dépossession par la force qui, en 1870, sera à la source de l’insurrection des Métis et aboutira à la création d’une nouvelle province canadienne. Souvent encore aujourd’hui, selon qu’on est francophone ou anglophone, le fondateur du Manitoba est Riel ou Macdonald. Bien provisoirement, la Confédération reconnaît les droits des Métis francophones et leur réserve des terres. Pour Macdonald, « ces sang-mêlé impulsifs ont été gâtés par leur émeute, et doivent être maîtrisés par une main forte jusqu’à ce qu’ils soient inondés par un afflux de colons[11] ». Des 12 000 Manitobains d’alors, seulement 1 500 sont des anglo-protestants. Ces derniers et leurs congénères de l’Ontario veulent la tête de Riel, qu’à titre de chef des siens, ils tiennent responsable de l’exécution de l’orangiste Thomas Scott, pour complot contre le gouvernement provisoire de la rivière Rouge. Scott s’était distingué par sa haine acharnée des Métis et sa cruauté sanguinaire. Élu député, Riel ne peut se rendre en Ontario pour y siéger, car il y serait assurément assassiné. Parce que les conclusions d’une commission l’y forcent, Macdonald amnistie Riel en 1875. Le chef métis est cependant maintenu en exil aux États-Unis.

johnalexandermacdonald250

À partir de 1879, les colons orangistes devenus majoritaires font tout pour abolir le français en tant de langue officielle. Riel revient au dans l’Ouest en 1884, à la demande des siens. Mais le gouvernement de l’Ontario a depuis longtemps mis sa tête à prix et Riel est traqué par les chasseurs de prime orangistes. La colonisation anglo-protestante se poursuit intensément. En 1885 à Batoche (en future Saskatchewan), sur la foi de menaces d’arrestation de Riel par des centaines de policiers, les Métis forment une milice. À leur rencontre, policiers et volontaires ontariens ouvrent le feu. Moins nombreux et mal armés, les Métis sont massacrés, leurs maisons saccagées et pillées. Après une courte fuite, Riel se rend. Macdonald profite de cet affrontement pour faire accuser le chef métis de haute trahison envers la Couronne britannique en vertu d’une loi anglaise datant du XIVe siècle et qui, contrairement à la loi canadienne, a l’avantage de prévoir la peine de mort. Tandis que le Canada anglais et la Montreal Gazette jubilent, le Québec est scandalisé. Mais Macdonald déclare que Riel « sera pendu même si tous les chiens du Québec aboient en sa faveur[12] ».

louisriel250

Au terme d’un procès considéré aujourd’hui comme un honteux simulacre de justice, Louis Riel fut effectivement pendu le 16 novembre 1885 à Régina. S’ensuivit une répression implacable contre les Métis de l’Ouest. Les gouvernements de Macdonald et de ses successeurs appliquèrent une politique de colonisation très sélective de l’ouest canadien, en y distribuant à des anglo-protestants des terres et des subventions, une manne dont les Québécois en mal de terres à cultiver étaient rigoureusement exclus. De vastes campagnes de recrutement de colons anglo-saxons furent menées en Europe. Dans les années 1920, le prix subventionné du billet de transport entre Londres et Winnipeg est de 22 $ tandis qu’un Québécois doit payer 43,48 $ pour son billet de train Montréal-Winnipeg[13]. Durement frappés par la pauvreté, ces derniers choisirent donc l’exil aux États-Unis plutôt que vers l’ouest canadien. Il en résulte que lors du recensement américain de 1980, les 13 millions de personnes qui se sont déclarées d’origine française constituaient le cinquième groupe ethnique aux États-Unis, juste avant les Italiens. L’historien franco-américain Gerard J. Brault indique que « de nombreux Franco-Américains ont également des ancêtres acadiens, mais la vaste majorité est d’origine québécoise. Leur émigration aux États-Unis s’est principalement produite entre 1870 et 1930, culminant dans les années 1880[14] ».

Il y a donc environ deux fois plus de Québécois aux États-Unis qu’au Québec. Ajoutons-y les 7 millions de francophones au Québec et le million de francophones hors Québec. Si le Canada avait permis aux Québécois de coloniser l’ouest canadien plutôt que de s’exiler aux États-Unis, on peut donc supposer que 21 millions de Canadiens auraient aujourd’hui le français pour langue maternelle. La population totale canadienne actuelle étant d’environ 32 millions d’habitants, c’est un pays en majorité francophone qu’aurait bien pu être le Canada. En lieu et place, les Manitobains, majoritairement francophones qu’ils étaient lorsqu’ils ont joint la « Confédération », sont aujourd’hui moins de 2 % à parler la langue de Riel à la maison. Notons qu’en 2012, le ministre du Patrimoine canadien et des langues officielles, James Moore, a accordé une subvention de 400 550 dollars pour les célébrations des 200 ans de la colonie de la rivière Rouge. Le 13 septembre dernier, le ministre déclarait par communiqué que « la commémoration du bicentenaire de la colonie de la rivière Rouge de Selkirk n’est qu’un des nombreux anniversaires qui rapprochent les Canadiens en prévision du 150e anniversaire du Canada qui aura lieu en 2017. » Sans blague…

Le cinéaste Pierre Falardeau n’est malheureusement plus parmi nous pour tourner le film qu’il nous faudrait sur le tragique destin de Louis Riel et la vraie nature de John A. Macdonald. Portée par d’autres porte-parole souverainistes combatifs, une mise en lumière efficace de l’affront que constituent les intentions commémoratives de Stephen Harper pour 2015 aurait néanmoins de quoi ébranler bien des Québécois fédéralistes attachés au pourtant moribond principe des deux peuples fondateurs et au bilinguisme officiel. Mais pour une fois, c’est le sacro-saint multiculturalisme officiel, si cher au Canada anglais, qui pourrait rendre un grand service aux souverainistes québécois. En août dernier, c’est en effet sous cet angle que plusieurs historiens ontariens s’en sont pris à celui dont l’effigie orne nos billets de dix dollars.

L’élément déclencheur de cette controverse a été l’annonce par le ministre des Affaires étrangères John Baird du changement de nom de la Promenade de la rivière Outaouais à Ottawa pour « Promenade Sir John A. Macdonald » (Sir John A. Macdonald Parkway). Le 22 août, l’historien Timothy Stanley[15] réagit à cette décision en publiant simultanément dans l’Ottawa Citizen[16] et le Regina Leader Post un lapidaire texte intitulé « John A. Macdonald wanted an ‘Aryan’ Canada[17] » (John A. Macdonald voulait un Canada aryen). Il y rappelle qu’en 1885, Macdonald déclara à la chambre des Communes que si les Chinois n’étaient pas exclus du Canada, « le caractère aryen de l’avenir de l’Amérique britannique serait détruit ». C’est en effet dans l’« Electoral Franchise Act » de 1885 que Macdonald intégra le retrait du droit de vote de toute personne « de race mongole ou chinoise » afin de s’assurer « qu’elles n’en viennent à contrôler le vote de cette province [de la Colombie-Britannique] tout entière » et que « leurs représentants chinois » n’imposent à la Chambre des « principes asiatiques », des « immoralités » et des « excentricités […] odieuses du point de vue de la race aryenne et des principes aryens ». L’ancien premier ministre déclara qu’à ses yeux, l’immigrant chinois « est un étranger en terre étrangère… il n’a pas d’intérêt en commun avec nous… il n’a pas d’instincts britanniques, de sentiments ou d’aspirations britanniques, et ne devrait donc pas pouvoir voter ». Macdonald lança plus tard que « les races aryennes ne se fusionneront pas sainement aux Africains ou aux Asiatiques » et que « le croisement de ces races, comme le croisement d’un chien et d’un renard, n’est pas réalisable, il ne peut être et ne sera jamais. » L’historien Stanley en déduit que pour Macdonald, le Canada était destiné à être le pays qui réconcilierait une race aryenne pure avec sa gloire passée, et que les Chinois constituaient une menace à cette pureté.

Le lendemain (23 août), l’Ottawa Citizen publie la riposte d’un autre historien. Richard Gwyn[18] donne raison à Timothy Stanley d’avoir critiqué sévèrement Macdonald pour le retrait du droit de vote des Sino-Canadiens, Gwyn l’ayant lui-même fait dans la biographie de Macdonald dont il est l’auteur. Mais il reproche à Stanley de pécher par présentisme se basant sur les normes d’aujourd’hui pour accuser Macdonald d’avoir été raciste. Richard Gwyn vante Macdonald comme ayant été en avance sur son temps, notamment par son attitude envers les Canadiens français au sujet de qui il déclara : « Traitez-les comme une nation et il se comportement comme le font habituellement les peuples libres : généreusement. » Pourtant, Stanley avait défait à l’avance l’argument du « présentisme » en soulignant que le deuxième premier ministre du Canada, Alexander Mackenzie, avait rejeté ces mesures anti-immigration chinoise, les qualifiant de « dangereuses et contraires à la loi des nations et aux politiques en vigueur au Canada. » Gwyn s’abstient aussi de parler de la dureté de Macdonald à l’égard des Métis et de son mutisme lorsqu’il aurait pu désavouer les lois provinciales successives abolissant les écoles catholiques françaises. Voilà qui devrait pousser Richard Gwyn à constater qu’en cette matière, les bottines n’ont pas suivi les babines, comme le veut l’expression consacrée. Les commentaires de ces deux historiens témoignent bien du peu de cas que fait le Rest of Canada du sort des minorités francophones.

Le surlendemain, c’est au tour de Stephen Azzi, professeur associé à l’Université Carleton, de s’en mêler[19] en accusant enfin Macdonald d’avoir affamé les Autochtones et dépossédé les Métis du Manitoba, les poussant à l’insurrection de 1870. « Alors que Laurier prônait la compréhension dans la poursuite des prétendus rebelles, Macdonald n’a affiché aucune compassion. Il voulait les pendre “pour convaincre l’homme rouge que c’est l’homme blanc qui gouverne”. Et pendus ils furent. Le chef Métis Louis Riel et huit autochtones montèrent sur l’échafaud », écrit-il en anglais. Azzi contredit également Gwyn sur la prétendue sensibilité de Macdonald à l’égard des Noirs et de la lutte contre l’esclavage.

C’est finalement le Montréalais Pierre-Albert Sévigny[20], alors président du « Fonds d’Héritage John A. Macdonald » et présentement journaliste à l’hebdomadaire anglophone partitionniste The Suburban, qui rassembla auprès du public les 40 000 $ pour qu’une nouvelle tête de Macdonald soit coulée et reprenne sa place au sommet de la statue de la Place du Canada. C’est lors d’une nuit bien arrosée de novembre 1992 avec son ami le conseiller municipal et chroniqueur Nick Auf Der Maur que germa l’idée, rapidement adoptée et promu par The Gazette. Lors de l’inauguration de la nouvelle tête le 13 juin 1994, P.-A. Sévigny se montra très satisfait que le monument John A. Macdonald retrouve sa tête à temps pour la fête du Canada précédant le référendum de 1995. Il ajouta que cent ans après sa mort, « Macdonald reste une source d’inspiration pour ce pays digne de son, et de nos espoirs[21]. » Si l’on n’est pas d’accord, il peut être fort périlleux de décapiter la statue d’un vil personnage. Mais on peut la déboulonner avec des mots. Il y a ample substance dans la vie de John Alexander Macdonald pour y parvenir avant 2015. L’exemple devra venir de haut, minoritaire ou pas. ♦

 

 

 


[1]The Montreal Gazette, 17 novembre 1992, p. 1 (ci-contre).

[2]La Presse, 17 novembre 1992, page 3.

[3]La Presse canadienne, 17 novembre 1992.

[4]The Montreal Gazette, 17 novembre 1992, page 1.

[5]La Presse, 17 novembre 1992, page A3.

[6]The Halifax Daily News, 17 novembre 1992, page 49.

[7]The Winnipeg Free Press, 17 novembre 1992, page A4.

[8]The Halifax Daily News, 18 novembre 1992, page 10.

[9] Héritage du Canada, Association canadienne des automobilistes et Sélection du Reader’s Digest (Canada) Ltée, 1979, p. 249.

[10] La Loyal Orange Association of Canada a été fondée en 1830 à Brockville (Ontario). C’est là même que s’est tenue en 1990 une séance publique et très médiatisée de piétinement du drapeau québécois, en opposition à l'instauration de la loi-cadre du gouvernement de David Peterson sur les services en français dans cette province. Vers 1920, le nombre de loges orangistes en activité au Canada a atteint des sommets, au point de constituer la majorité des loges de tout l'Empire britannique.

[11] Traduit de l’anglais, Canada and the Metis, 1869-1888, Donald Sprague, Wilfrid Laurier, Waterloo, University Press, 1986, p. 89.

[12] « He shall hang, though every dog in Quebec bark in his favor. »

[13]Canada-Québec – Synthèse historique, J. Lacoursière, J. Provencher et D. Vaugeois, Éditions du Renouveau pédagogique, 1973, p. 492

[14] « Many Franco-Americans also have Acadian ancestors, but an overwhelming majority are descended from Quebecois. Emigration to the United States occurred mainly from 1870 to 1930, peaking in the 1880s. », The French-Canadian Heritage in New England, University Press of New England, Hanover, 1986

[15] Timothy Stanley est l’auteur de Contesting White Supremacy: School Segregation, Anti-Racism and the Making of Chinese Canadians (UBC Press, 2011). L’ouvrage remporta un Clio Award de la Canadian Historical Association.

[16] Le matin de sa publication, le chroniqueur Don Macpherson (Montreal Gazette) a transmis l’article du Citizen du 22 août aux abonnés de son compte Twitter. Lui qui a fait campagne pour le changement de nom de la station de métro Lionel-Groulx sur la bases d’allégations d’antisémitisme du chanoine dans les années 1930 sera-t-il un défenseur ou un détracteur de Macdonald en 2015?

[17] Le magazine Maclean’s du 21 août 2012 fit également écho au point de vue de Tim Stanley, sous le titre « Was John A. Macdonald a white supremacist? ».

[18] Richard Gwyn a publié une biographie de Macdonald en deux volumes intitulés The Man Who Made Us (Random House Canada, 2007) et Nation-Maker (2011). L’ouvrage s’est mérité le Shaughnessy Cohen Price for Political Writing.

[19] « Our unlightened first Prime minister », Stephen Azzi, The Ottawa Citizen, 24 août 2012

[20] Pierre-Albert Sévigny a été candidat conservateur dans Jeanne-Leber en 2004. Il est le fils de l’ex-ministre progressiste-conservateur Pierre Sévigny (1917-2004) qui, en 1966, fut empêtré dans ce qu’on appela l’affaire Munsinger. Ce premier scandale sexuel canadien d’envergure nationale impliquait l’immigrante Est-Allemande Gerda Munsinger avec qui Sévigny eut une aventure, mais dont eu ne démontra jamais qu’elle ait été une prostituée ou une espionne à la solde du KGB.

[21] « Une nouvelle tête pour John A. Macdonald », La Presse, 14 juin 1994, p. A3

Nos publications récentes

2017novembre250 2017automne250 memoniere250

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.