Éditorial - Hauteur de vue requise

Robert Laplante

Février 2019

La lune de miel est terminée. Les premières salves sont lancées : Trudeau qui rejette la proposition de la déclaration d’impôt unique, Leblanc qui finasse sur la question des seuils d’immigration. Trudeau, encore, qui persiffle sur la laïcité, Rodriguez qui laisse tomber son masque et les civilités pour nous servir le mépris du Québec français. Cela ira en s’accélérant et le signal en a été donné à la sortie du caucus de la CAQ : le tir groupé sur les déclarations de François Legault au sujet de cette chose aussi mal définie que l’islamophobie aura donné un avant-goût de ce qui l’attend lorsque son gouvernement déposera le projet de loi sur la laïcité. À Radio-Canada et dans de nombreuses officines du cartel médiatique, les chantres du multiculturalisme ont de plus en plus de mal à cacher leur jupon ; la nébuleuse diversitaire s’agite, publie, appelle à la censure, l’intolérance vertueuse s’affiche et se répand. La politique québécoise restera aussi fermement tenue coincée entre le consentement à la « normalisation » minoritaire et l’humiliation. C’est entre ces deux pôles – et entre eux seulement – que l’ordre canadian est déterminé à contenir le Québec.

Lire la suite

Ton histoire est une des pas pire

Michel Rioux

Février 2019

Paraîtrait qu’il ne faudrait pas parler d’évènements comme celui-là, histoire de ne pas nourrir un sentiment de défaitisme chez les Québécois, chez les jeunes surtout. Des pendaisons comme celles des Patriotes, c’est bien connu, ça ne fait pas danser dans les chaumières.

Lire la suite

Les sources du conflit entre la Catalogne et l’Espagne

Joan Fonollosa

Février 2019

* L'auteur est ingénieur industriel, professeur retraité de l’Université Polytechnique de Catalogne. Comment expliquer à des lecteurs étrangers ce qui se passe en Catalogne ? Pour faire comprendre au public québécois les événements qui se sont déroulés en Catalogne ces dernières années, je débuterai par une comparaison que l’ancien président de la Generalitat, Jordi Pujol, utilisait dans le passé. Il assimilait le rapport entre la Catalogne et l’Espagne aux relations entre la Lituanie et la Russie. Si je devais transposer cette relation à celle entre le Québec et le Canada, je devrais toutefois spécifier que l’Espagne a plus d’affinités avec la Russie qu’avec le Canada. L’Espagne est un État, c’est-à-dire, une structure de pouvoir, qui s’est constituée au Moyen Âge et qui n’a pas beaucoup évolué. Même si cela peut paraître étonnant on comprend mieux l’Espagne si on pense à un État féodal plutôt qu’à un État démocratique. Ce pays est dominé par des intérêts de castes incapables de créer de la richesse, mais qui ont un incessant besoin de ressources financières pour réaliser des dépenses somptuaires afin de soutenir un statut d’hidalgo, mot qui signifie : fils de quelqu’un. Cet argent a été extorqué successivement aux Arabes, aux Juifs et ensuite...

Lire la suite

BREXIT: Entre l’arbre et l’Écosse

X. Hubert Rioux

Février 2019

* Chercheur postdoctoral, ÉNAP. Cet article a été rédigé et soumis à la toute fin du mois de janvier 2019, alors que Theresa May repartait en négociations avec l’UE. Le 15 janvier dernier, les députés du Parlement britannique à Londres ont massivement rejeté l’Accord transitoire négocié avec Bruxelles par le gouvernement de Theresa May, plongeant le Royaume-Uni (R.-U.) encore un peu plus profondément dans la crise politique et constitutionnelle qui a jusqu’ici caractérisé le processus de sortie de l’Union européenne (UE), depuis le vote référendaire de juin 2016. À 432 voix contre 202 en défaveur de cet Accord, il s’agit de la plus grande défaite en Chambre de l’histoire britannique moderne, qui aura évidemment été suivie du dépôt immédiat (et, disons-le, passablement opportuniste et cynique) d’une motion de censure par l’opposition travailliste que dirige Jeremy Corbyn. Theresa May et son gouvernement, minoritaire, mais soutenu par une alliance avec les députés unionistes nord-irlandais, y ont survécu de justesse le 16 janvier, mais ces deux votes auront tour à tour confirmé la division qui règne à la fois au Parti conservateur britannique ainsi qu’au Parlement plus généralement.

Lire la suite

Éléments de réflexion pour une repolitisation du Canada français

François-Olivier Dorais et Jean-François Laniel

Février 2019

* François-Olivier Dorais est historien et professeur à Université du Québec à Chicoutimi, Jean-François Laniel est sociologue et professeur à Université Laval. Qui eut cru, il y a à peine quelques mois de cela, que l’Ontario français se trouverait propulsé au cœur de l’actualité politique et médiatique québécoise, que les coupes du gouvernement ontarien dans les institutions de l’Ontario français et la mobilisation de la communauté franco-ontarienne seraient suivies et commentées jour après jour, semaine après semaine, par La Presse comme par le Journal de Montréal, par le Parti libéral du Québec comme par Québec solidaire ? Que le premier ministre François Legault, à l’aube du premier mandat autonomiste caquiste à la tête de l’État québécois, semoncerait son vis-à-vis ontarien en lui rappelant que les Franco-Ontariens ne constituent pas une minorité ethnique et linguistique parmi les autres au Canada, à l’instar de la diaspora chinoise à qui le premier ministre Doug Ford les comparait, mais bien les membres de l’un des « peuples fondateurs » du pays ? Que l’Assemblée nationale du Québec, dans une rare unanimité dont elle a le secret, déciderait de hisser le drapeau vert et blanc de l’Ontario français à l’une de ses tours, et que cette motion à la mémoire...

Lire la suite

Réussir l’indépendance

David Leroux

Février 2019

Pour beaucoup d’entre nous, la dernière campagne électorale prit la forme d’une petite apocalypse politique. Jamais on n’avait si peu parlé du Québec et de ses intérêts les plus élevés en contexte d’élection, jamais on n’avait élevé avec tant d’ostentation l’Ontario comme ultime étalon auquel se mesurer. L’esprit du colonisé a refait surface comme jamais, et pas un seul instant le chef présumé des troupes souverainistes assis aux commandes du Parti québécois n’a offert au peuple d’ici de sortir de cette abominable et humiliante mascarade.

Lire la suite

La vassalisation du Québec

Jean Archambault

Février 2019

La question des rapports entre le gouvernement fédéral et le gouvernement québécois en ce qui concerne la juridiction en matière d’immigration est une problématique complexe, mais, globalement, selon la constitution canadienne ce champ relève d’abord du fédéral. Pourtant, le Québec, au cours des dernières décennies, est allé chercher de nouveaux pouvoirs. L’entente Canada-Québec (accord Gagnon-Tremblay–McDougall) signée en 1991 et qui prolonge l’accord Cullen-Couture de 1978, concède au Québec le droit, à l’étranger et au Canada, de choisir les immigrants réguliers qui veulent venir ici. Le Québec est aussi responsable de leur intégration linguistique et socio-économique. En outre, le Québec peut faire connaître au fédéral, ses intentions de plafonner ou d’augmenter le seuil annuel souhaitable d’immigration. Cependant, la question des demandeurs d’asile relève exclusivement du fédéral. L’arrivée massive de migrants clandestins n’a pas été l’occasion pour le gouvernement Couillard d’exiger une nouvelle répartition des pouvoirs entre le fédéral et le provincial dans la problématique des demandeurs d’asile. Au contraire, ce gouvernement s’est cantonné dans un rôle minimal en tant que simple province du Canada en oubliant volontairement qu’il représente une nation et qu’il a le devoir de la protéger. Les différentes actions du gouvernement Couillard, entre 2016 et 2018, nous éclairent sur...

Lire la suite

Québec solidaire, le 1er octobre. Un succès démérité?

Paul Lavoie

Février 2019

* Ph. D., cadre retraité de l’éducation, militant du Parti québécois J’habite la circonscription de Saint-François, dont les trois quarts des électeurs se retrouvent dans les limites de la ville de Sherbrooke. Lors des élections du 1er octobre 2018, la candidate du Parti québécois est arrivée quatrième (PQ, 16 %). Elle s’est retrouvée assez loin derrière la candidate de la Coalition avenir Québec (CAQ, 35 %), celui du Parti libéral du Québec (PLQ, 23 %) et celui de Québec solidaire (QS, 23%). Elle a été chanceuse d’avoir atteint le 15 % nécessaire au remboursement d’une partie de ses dépenses électorales. Si sa défaite a semblé si triste autant à ses partisans qu’à elle, ils ont pourtant des motifs de se réconforter. Le résultat n’aurait peut-être pas été le même si tous les partis avaient joué franc jeu durant cette campagne électorale. Or, il s’en trouve un parmi eux, Québec solidaire, qui ne l’a pas fait. Québec solidaire a fait le soir du 1er octobre une autre victime que le Parti québécois. Une victime collatérale ne s’y attendant pas, le Parti libéral du Québec ! Tant qu’il affaiblissait le Parti québécois, le Parti libéral a traité presque avec déférence Québec solidaire – il fallait entendre en...

Lire la suite

Les cendres, le feu

Je l’ai beaucoup lu. Je l’ai écouté aussi. Il va de soi que je n’ai pas tout lu, ni tout écouté. Mais Pierre Vadeboncœur était vite devenu pour moi, à force de le lire et de l’entendre, un des rares hommes à qui j’ai songé et à qui je songe encore souvent à l’heure de la réflexion. Je me demande ce qu’il penserait de tel ou tel problème, lui qui avait un jugement si sûr, un véritable aplomb en toutes choses. Depuis des années, je le prends ainsi volontiers à témoin de ma propre vie. J’oserais même dire qu’il représente pour moi une sorte de maître, même si je n’ai, paradoxalement, jamais voulu en avoir.

Pour parler de lui si peu de temps après sa mort, les forces me manquent pour ajuster une parole intime aux nécessités de la parole publique. Et je dois dire que je ne me sens pas, pour l’instant, le besoin d’exprimer à fond à un éventuel lecteur la relation que j’entretenais avec lui et son œuvre. Par ailleurs, même si je le voulais, pourrais-je jamais dire ce que représente Pierre Vadeboncœur ?

Il est bien sûr normal de vouloir lui rendre hommage. D’une certaine façon, je le veux aussi. Parce que nous le lui devons. Et parce que l’œuvre même de Vadeboncœur, par la prise de conscience qu’elle encourage, par l’exemple qu’elle offre d’une vie intellectuelle riche, ordonne en bout de compte que nous élevions la voix à notre tour, à sa suite.

J’avais 19 ans. Peut-être 20. Je ne croyais pas, à la différence de beaucoup de mes camarades, qu’il s’agisse là d’un bien bel âge. La société qu’on me proposait m’apparaissait sombre et je l’étais par conséquent souvent moi-même, malgré cette lumière qui émane de la jeunesse et qui trompe facilement tant de regards habitués à la seule surface des choses. Je trouvais le conservatisme ambiant étouffant, insupportable, nauséabond même. J’avais besoin d’air, de beaucoup d’air. J’en cherchais en me plongeant le nez dans les livres, décidé à échapper à la mélancolie par une action sur moi-même autant que sur le monde.

Chez un bouquiniste de Québec, je me suis pris un jour, par hasard, à feuilleter un vieux numéro jauni de Cité libre. « Notre jeunesse est bedonnante », y écrivait Vadeboncœur. Je ne le connais pas encore, mais d’un coup, à la lecture de cette seule phrase, j’ai ressenti l’impression vive que cet homme au style classique appartenait plus que quiconque au temps présent.

Dans Critique de notre psychologie de l’action, un texte de 1953, Vadeboncœur affirme que « notre volonté porte peu et en général nous la faisons taire ». Il ajoute, prenant la mesure de la taille de nos hommes d’action, que « nous sommes en méfiance de nous-mêmes et enclins à appréhender les mouvements populaires ». Chacune de ses phrases apparaît aussi précise que le scalpel d’un chirurgien. Chacune me pénètre jusqu’aux os.

Sa critique radicale du nationalisme traditionnel lui fait envisager des horizons nouveaux, bien au-delà de la vieille idéologie de la survivance, au nom même d’un sens de l’action véritable, animé d’une volonté initiatrice, presque révolutionnaire. Cette perspective ouverte sur l’avenir, dont il fait de Paul-Émile Borduas une sorte de symbole, m’enchante.

Tombent bientôt sous mes yeux des textes plus récents de Vadeboncœur, pour la plupart publiés dans la revue Liberté. Pas question de politique cette fois, mais strictement d’art. Il traite en particulier de peinture, mais parle sans contrainte de choses et d’autres, dans un rapport sensible qui lui est propre. Par exemple, le spectacle offert la nuit aux automobilistes, dans les Laurentides, par les reflets lumineux des pentes de ski dans le ciel... Rien sous sa plume n’apparaît banal. Tout s’éclaire, grâce à sa parole, sous un jour nouveau. Je m’abonne sans hésiter à Liberté, tout en suivant aussi la trace de Vadeboncœur dans le journal de la Confédération des syndicats nationaux.

Chaque texte de Vadeboncœur, je le découvre très vite, est signé d’abord par son style. Si bien qu’on en reconnaît immédiatement l’auteur, avec ou sans son nom. L’enthousiasme que suscite en moi la lecture de ses articles me conduit à acheter tous ceux de ses livres que je peux encore trouver dans les librairies qui osent conserver autre chose que l’habituel arrivage des « nouveautés » du jour.

À force de le lire, je me suis pris un jour à lui envoyer un mot, par l’entremise de la rédaction de la revue Liberté. Je n’attendais rien en retour, du moins pas plus qu’on espère sérieusement d’une bouteille jetée un jour à la mer. Qu’est-ce que je lui racontais ? J’exprimais, bien maladroitement sans doute, mon enthousiasme tout autant pour sa sensibilité que pour l’énergie étonnante dont il fait preuve simultanément sur plusieurs théâtres.

Quelques jours plus tard, à ma grande surprise, une lettre de Vadeboncœur me parvient, rédigée à la plume, à l’encre bleu-noir. J’y réponds. Une autre lettre m’arrive bien vite. Une correspondance s’engage, à mon plus grand étonnement. Puis, bientôt, Vadeboncœur m’invite à venir discuter à Montréal, chez lui, rue Bloomfield. En plein après-midi, il ouvre au salon une bouteille de vin blanc et la place dans un seau de glace. Il s’assoit devant moi et déclare, avec son petit sourire voltairien : « Maintenant, parlons ! » Nous avons parlé. Tout d’abord d’un peintre, il me semble : Jean Dallaire. J’étais terriblement intimidé.

Les années ont passé. Nous avons beaucoup parlé. Je sais désormais par Marie, sa femme, qu’il était fier que nous nous tutoyions, malgré notre grande différence d’âge. J’étais son ami le plus jeune, semble-t-il. C’est lui qui avait demandé cet usage du « tu », assez rapidement, non pas dans un souci de produire une fausse égalité, comme au plus fort de l’expérience du socialisme à la suédoise, mais afin d’encourager, je crois, une proximité plus grande dans nos rapports et, surtout, comme le signe des privilèges qu’offre une amitié.

Après plusieurs années d’une correspondance assez soutenue, Vadeboncœur avait pris l’habitude de me téléphoner régulièrement, plus régulièrement encore ces derniers temps, m’offrant un avis sur ceci ou cela, me racontant quelques histoires auxquelles il avait été mêlé de près ou de loin, me félicitant de tel article, trouvant à redire sur tel autre, appréciant ce petit côté polémiste et batailleur dont je chauffe parfois ma plume. Au besoin, il me laissait volontiers de longs messages, comme s’il s’agissait justement d’une lettre.

Depuis Cité libre, en passant par Parti pris ou Maintenant, jusqu’à L’Inconvénient, jusqu’au Couac, Vadeboncœur a traversé les époques et leurs revues, tendant volontiers la main à demain, au nom de l’avenir. Ceci, notamment, montre l’étonnante disponibilité au monde de cet homme qui aimait tout de même se tenir en retrait de la scène médiatique, dès lors qu’il s’agissait d’y apparaître autrement que par écrit. Je l’ai vu refuser les premières places à plusieurs occasions, aux funérailles du cinéaste Pierre Falardeau par exemple, où son texte éclairait pourtant toute l’assemblée, donnant ainsi un sens plus profond à l’événement, tout comme cela avait été le cas lors des funérailles de Gaston Miron.

Je l’ai tout de même vu accepter quelques fois de se manifester en public par la parole, acceptant tout d’un coup cette place qu’il refusait le plus souvent. À un anniversaire de Michel Chartrand, par exemple, ou lors de la remise d’une médaille de je ne sais quoi, sa parole s’était élevée avec beaucoup d’assurance, celle propre aux bons plaideurs, c’est-à-dire ceux formés à la rhétorique et servis par un esprit hors du commun. Sa parole se développait alors sans hésitation, faisant preuve d’une pensée toujours juste, comme chacune de ses phrases l’était une fois couchée sur papier. Seulement, il n’appréciait pas trop le jeu que suppose pareille présence. Il ne se livrait pas facilement non plus aux entretiens consacrés à son œuvre et à sa vie, du moins pas à ceux qui étaient commandés par le seul intérêt superficiel de l’instant, comme c’est le plus souvent le cas désormais dans les médias. Je me souviens à cet égard de ses quelques passages à Radio-Canada ces dernières années, à l’occasion de la sortie de l’un ou l’autre de ses livres. Le silence dominait vite le plateau, alors qu’on se trouvait paradoxalement devant un homme à la parole extrêmement vive, comme en témoignent à raison ceux qui le connaissaient autrement que par cette médiation avortée des ondes.

Ce penseur s’est toujours refusé à évoluer dans des systèmes d’idées toutes faites, bien que son engagement, au service des fourbus, des blessés, des sans-grade, l’ait conduit à lutter sans cesse contre les impérialistes et contre leurs valets. Il a toujours été, au fond, un empiriste logique. Mais son cœur, bien qu’inclinant naturellement à gauche, ne l’empêchait pas de critiquer fermement les positions de gens situés en principe près de lui, justement à cause de cette totale liberté qu’il s’accordait et qui le caractérisait, en quelque sorte.

Je lui ai toujours connu un grand respect pour l’idée d’indépendance du Québec en général et pour René Lévesque en particulier. Il éprouvait pour le fondateur du Parti québécois une admiration immense. Au point où il avait d’abord refusé de lire mon livre consacré à Pierre Bourgault de peur, disait-il, d’être obligé de moduler quelque peu ses impressions à l’égard de l’ancien premier ministre. Il avait néanmoins fini par lire ce livre, comme il lisait beaucoup d’autres choses, à commencer par des classiques qu’il ne cessait d’interroger.

René Lévesque lui-même estimait profondément cet écrivain hors du commun. Il disait à juste titre que Vadeboncoeur avait « jalonné son œuvre de ces trouvailles où la pensée se trouve soudain concentrée et éclatante comme le diamant ».

Le miroir à deux visages que représentent, dans l’histoire de la société québécoise, Pierre Elliott Trudeau et René Lévesque, Vadeboncœur a aussi su le traverser pour nous faire voir plus loin, conscient qu’il existe aussi de par le monde, pour l’avenir de l’homme, d’autres sujets de préoccupation qui méritent aussi le meilleur de nous-mêmes.

Dans L’Inconvénient, un des imprimés auxquels Vadeboncœur offrait des textes ces dernières années, il se demandait tout récemment quel serait le sens du combat à livrer désormais. À sa question, Vadeboncoeur répond : « Depuis un siècle, les combats pour un avenir clair et maîtrisé sont précisément de ceux qui conduisent à un avenir aveugle et incontrôlable ». Un exemple ? Celui d’un monde voué tout entier, au nom de la mystique de l’argent, à une consommation de plus en plus grande dans une sorte de déni de la réalité et de l’humanité. « La croissance, vantée sur toutes les tribunes, est un cancer. Elle devait, croyait-on, assurer de mieux en mieux notre bien-être et la prospérité de tous. Au contraire, il s’avère qu’elle compte parmi les plus grands dangers. C’est une excroissance. »

Par-dessus sa tombe, les mots de cet homme continuent de m’animer. Même réduit en cendres, Pierre Vadeboncœur reste de feu.

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.