L'art d'obtenir un médecin pour le prix de deux

La pénurie de médecins au Québec est un problème sérieux dont la solution semble toujours nous échapper. Selon Yves Dugré, ex-président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, il manquerait 1000 médecins spécialistes au Québec. On observe le même scénario chez les omnipraticiens, où la pénurie est évaluée entre 800 et 1000 à travers le Québec.

I – Introduction: un Québec en manque de médecins

Notons que la Ville de Saguenay vient tout juste de signer une entente avec le ministère de l’Immigration dans le but avoué d’attirer les médecins étrangers dans cette région qui souffre d’un manque chronique de praticiens.

Cette situation est pour le moins surprenante puisque le Québec est une des provinces qui forme le plus de médecins par habitant au Canada. Au moment où le gouvernement s’apprête à engloutir au moins 3,6 milliards dans la construction de deux mégahôpitaux neufs, un pour la faculté de médecine de l’Université de Montréal (Centre hospitalier de l’Université de Montréal, CHUM) et un pour l’université McGill (McGill University Health Centre, MUHC), il convient de se questionner sur la valeur de cet investissement. Est-il également rentable, pour obtenir des médecins pratiquant au Québec, d’investir à l’Université de Montréal et à l’université McGill?

II - L’exode des médecins au Québec

Le Québec offre une des pires performances au Canada en matière de rétention de ses médecins. Chaque année, c’est par dizaines qu’ils partent pour aller pratiquer ailleurs, principalement dans le reste du Canada et aux États-Unis. Année après année, le solde migratoire des médecins québécois est négatif, c’est-à-dire que le nombre de médecins qui quittent est supérieur au nombre de médecins qui arrivent. Le tableau 1 illustre le solde migratoire interprovincial et international au Québec. On constate que l’exode est sévère, avec en moyenne plus de 75 départs par année. Toutes proportions gardées, l’exode des médecins est au Québec deux fois plus important qu’en Ontario.

sab-tableau1

Quelle est la cause de cet exode massif? Certains médecins, notamment les spécialistes, ont récemment pointé du doigt les salaires qui seraient moins généreux au Québec qu’ailleurs au Canada. Est-ce là la véritable raison? Si l’appât du gain est effectivement à la source du problème, l’exode des médecins devrait se faire sentir dans l’ensemble des facultés de médecine du Québec. Or, comme nous le verrons plus bas, ce n’est absolument pas le cas.

III - Qui part ?

La formation d’un médecin peut être grossièrement divisée en deux phases. La première, le diplôme de doctorat en médecine (le MD) est commune à tous les médecins. Des quotas stricts sont imposés aux universités quant au nombre d’étudiants québécois, canadiens et étrangers qui peuvent être admis annuellement dans chacune des facultés. Le tableau 2 montre la répartition des places d’études dans les facultés de médecine du Québec

sab-tableau2

La deuxième phase, qu’on peut considérer comme la spécialisation du médecin, «le post-MD», est d’une durée variable et peut avoir lieu dans une université autre que celle qui a décerné le diplôme MD. La proportion de places d’études pour les résidents hors-Québec n’est pas réglementée au post-MD.

Départs après le diplôme MD

Donc, dès l’obtention de leur doctorat (le MD), certains étudiants iront poursuivre leurs études ailleurs qu’au Québec. Le graphique 1 montre la proportion de départs selon l’université au Québec:

sab-graphique1

On voit clairement que l’exode après le diplôme MD est un phénomène presque exclusivement mcgillois et que cette tendance est très marquée. Rappelons que la proportion d’étudiants étrangers au MD est relativement faible (sous la barre des 15%) et que, par conséquent, l’exode mcgillois après le MD est largement imputable aux étudiants québécois. Le tableau 3 résume les données du premier graphique.

 
sab-tableau3

Afin de compenser pour cet exode, l’université McGill doit recruter massivement dans le Canada anglais et à l’étranger des médecins qui viendront compléter leur post-MD au sein du MUHC. Nous verrons plus bas que ceux-ci n’ont pas tendance à s’installer au Québec une fois leurs études terminées.

Départs après la formation post-MD

Une fois leur spécialisation complétée, les nouveaux médecins doivent décider de leur lieu de pratique. Ont-ils plus tendance à s’installer au Québec à la fin de leur spécialisation? Le graphique 2 illustre le nombre de départs 2 ans après la complétion des études post-MD.

sab-graphique2

Alors que le taux d’exode des universités de langue française oscille entre 5 et 15%, celui de McGill avoisine encore les 50%. Lorsqu’on compare le taux d’exode après 2 et 5 ans, on constate que les médecins qui quittent, principalement pour l’Ontario et lesÉtats-Unis, ont peu tendance à revenir pratiquer au Québec. Le tableau 4 résume les données du graphique 2.

sab-tableau4

 

En chiffres absolus, on voit que 550 étudiants de l’université McGill ont quitté le Québec sur dix ans, ce qui représente plus de 63% de tous les départs. Une seule université est donc responsable de près des deux tiers de l’exode des médecins au Québec.

IV – Conséquences de l’exode des finissants de McGill

L’université McGill représente un cas particulier au Québec en ce qui a trait à l’exode massif de ses médecins. Si la rémunération moins élevée est effectivement la cause de l’exode des médecins québécois, il semblerait que ce «problème» affecte davantage McGill que les universités de langue française. La formation en français représente certainement un facteur de rétention important. En investissant massivement dans une université de langue anglaise, le gouvernement refuse d’exploiter un avantage compétitif unique au Québec, soit celui d’une langue commune distincte du reste du bassin américain.

L’exode massif des médecins Mcgillois n’est pas banal. À lui seul, il représente plus de 60% des départs et est, par conséquent, le principal responsable du déficit migratoire qui sévit au Québec. Ramener le taux d’exode de McGill à la moyenne des universités francophones (entre 5 et 10%) suffirait pour annuler la totalité des pertes dues au solde migratoire interprovincial!

Une solution à l’exode des médecins nous pend donc au bout du nez depuis longtemps. Voilà qui a de quoi étonner et choquer. D’autant plus que la formation d’un médecin coûte au bas mot plus de 150 000$ aux contribuables québécois. Pourtant, loin d’y voir un problème, le doyen de la faculté de médecine de McGill, M. Abraham Fuks, se félicitait récemment du fait que McGill était en mesure de former des étudiants francophones exceptionnels qui désiraient faire carrière aux États-Unis et ainsi faciliter leur transitio n.

Cette tendance à l’exode des diplômés en médecine de McGill est aussi présente dans des domaines connexes; des programmes de formation en physique médicale ont été créés au CHUQ (Hôtel-Dieu de Québec) et au CHUM (Université de Montréal). La raison invoquée? Une pénurie actuelle et future de spécialistes diplômés en physique médicale capables d’œuvrer en milieu hospitalier. Les physiciens médicaux, pour la plupart, travaillent dans les centres de radio-oncologie à calculer les doses de radiation nécessaires pour traiter les tumeurs cancéreuses. Le taux de rétention de diplômés du programme de McGill ne dépassant pas les 30%, le gouvernement du Québec a été forcé de créer au CHUQ et au CHUM des programmes en langue française pour fournir les hôpitaux en personnel qualifié.

V- Conclusion

Il est temps de se questionner sur la place que doit occuper la faculté de médecine de McGill au Québec. Avec une si piètre performance, devrait-on continuer de lui allouer entre 20 et 25% des quotas au diplôme MD alors que l’Université de Montréal, avec 1,5 fois plus de quotas, forme 4 fois plus de médecins qui pratiquent au Québec? Est-il normal d’investir massivement dans les hôpitaux du MUHC (McGill University Health Centre) où seront formés environ 30% des stagiaires post-MD Québécois, dont plus de la moitié quitteront le Québec? Est-il logique de construire deux méga-hôpitaux, un pour McGill et un pour Montréal, et ainsi séparer les fonds en deux parts égales? Le Québec est-il si riche qu’il doit bénévolement former des médecins pour l’Ontario et les États-Unis?

VI – Annexe

Les auteurs ont présenté quelques résultats de cette étude lors du lancement de la coalition pour un seul CHU (unseulchu.org) qui a eu lieu le 12 octobre dernier. Le même jour, dans une entrevue accordée à la Presse canadienne, un responsable de l’université McGill répliquait en affirmant que selon une «étude canadienne récente» (la source ne fut pas citée), 66% des diplômés de McGill pratiquaient au Québec. Or, dans le meilleur des cas et en choisissant les «meilleures années», cette proportion ne peut être de plus de 54%. Il est facile de démontrer qu’il est impossible d’obtenir cette proportion de 66% d’une manière honnête avec les données statistiques disponibles. Pour faire la démonstration, nous pouvons croiser deux bases de données indépendantes.

Tout d’abord, les données de CAPER (résumés dans le tableau A1, ci-dessous) nous informent de la proportion d’étudiants en post-MD dans chacune des universités.

sab-tableau-a1

Il est étonnant de constater que McGill est l’université qui compte le plus d’étudiants en post-MD au Québec alors qu’on répète souvent dans les médias que la faculté de médecine de l’Université de Montréal est la plus volumineuse.

On peut également mesurer l’apport de chacune des facultés de médecine à l’aide des données du Collège des médecins.

Le tableau A2 est encore plus étonnant. L’université McGill, celle-là même qui contient le plus grand nombre d’étudiants en post-MD, n’a formé que 11,1% des médecins pratiquant au Québec, soit 3,5 fois moins que l’Université de Montréal!

 

sab-tableau-a2

 

Puisque l’université McGill compte 31,9% des places au post-MD, il serait logique que 31,9% des membres du Collège des médecins proviennent de McGill. Il n’en est rien. Dans le meilleur des scénarios, en supposant une certaine variabilité dans la composition des facultés et en excluant mêmeles étudiants avec visa, l’exode se situe encore au-dessus des 50%.

Nos estimés de l’exode à partir des bases de données CAPER et CMES sont donc fort probablement conservateurs. Les médecins de McGill quittent dans une proportion de 50%, au moins.

Il est quand même consternant que la meilleure défense que McGill ait pu trouver fût de prétendre que le taux d’exode de ses médecins était de 34%. Même en triturant des données probablement partielles et non représentatives, ils n’ont pu arriver qu’à un taux d’exode plus de trois fois supérieur à celui des universités de langue française. Il y a là un aveu.

 

Patrick Sabourin, étudiant à la maîtrise en biologie
Frédéric Lacroix, PhD

Décembre 2017

Éditorial - Au seuil d’un autre commencement

2017decembre250Conférence prononcée à l’occasion du
Gala du centenaire de L’Action nationale
au cabaret Lion d’Or
27 octobre 2017
Version vidéo -

Je suis heureux de partager avec vous cette soirée, ce moment de célébration. C’est un privilège rare qui m’est donné et je vous en suis très reconnaissant. Je voudrais profiter de l’occasion pour revenir un tant soit peu, sur le chemin parcouru. Et pour tenter d’ouvrir quelques pistes pour le proche avenir, en sachant qu’il faudra revenir plus d’une fois sur le sujet.

Je vous invite à aborder les prochaines années avec confiance et détermination. Il faut penser notre combat dans le temps long. Et le faire en sachant que nous sommes redevables à tous ceux et celles qui, avant nous, ont mené les batailles qui ont permis à notre peuple de se rendre là où nous sommes. Encore et toujours au seuil de notre naissance, certes. Mais encore et toujours tenaces et opiniâtres, avec le même idéal chevillé au corps, le même goût de liberté, le dur désir de durer.

Lire la suite...

La voie rapide du Programme de l’expérience québécoise

L'auteur a été conseiller au ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion pendant 23 ans, à la retraite depuis deux ans. Le présent article est extrait d'un ouvrage en préparation chez L'Action nationale Éditeur.

Le Québec compte au sein de sa population des migrants étrangers qui y résident de façon temporaire, détenteurs d’un permis de séjour temporaire délivré par le gouvernement fédéral et d’un Certificat d’acceptation du Québec (CAQ). Il s’agit de travailleurs étrangers actifs sur le marché du travail québécois et d’étudiants étrangers inscrits dans nos institutions d’enseignement. Le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) souhaite en retenir le plus grand nombre possible au Québec afin qu’ils s’y établissent de façon durable. En tant que candidats éventuels à la sélection québécoise, ces personnes jouissent d’un avantage important par rapport aux candidats à l’immigration économique qui sont encore dans leur pays d’origine : ils vivent déjà au Québec depuis quelques années et participent à la vie québécoise. D’où l’intérêt pour le Québec de stimuler leur recrutement comme immigrants permanents. C’est dans cette perspective qu’a été mis sur pied en 2010 le Programme de l’expérience québécoise (PEQ).

S'inscrire pour lire la suite

Le démantèlement de la nation (chronique 17)

La période couverte s’étend du 21 septembre au 29 novembre 2017.

Au référendum de 1995, le OUI a perdu par 27 145 voix, car l’écart entre le oui et le non fut de 54 288 voix seulement. Des études ont alors montré que si les milieux moins favorisés s’étaient rangés derrière le OUI, c’est parce que l’État québécois leur semblait mieux en mesure que celui d’Ottawa, qui avait déjà entrepris de vastes compressions dans ses programmes sociaux, de mener la lutte contre la pauvreté et d’offrir un filet social de qualité.

Mais après le référendum, balayant une telle analyse du revers de la main, le premier ministre Lucien Bouchard s’est employé à dissocier question nationale et engagement de l’État québécois dans la société. Il a fait sienne la lutte contre le déficit. Les compressions ont commencé en santé, en éducation, dans les programmes sociaux et ailleurs. Ce premier ministre prétendait qu’en atteignant le déficit zéro et la réduction de la dette, les Québécois seraient à l’avenir plus libres de leurs choix. C’était vraiment mal lire la réalité. Celle-ci, à l’époque, n’était plus l’insécurité économique ; c’était tout simplement que 60 % de OUI parmi les Québécois de langue française n’avaient pas suffi à l’emporter contre 95 % de NON parmi les non-francophones.

S'inscrire pour lire la suite

Bilan de l’année du centenaire

Le conseil d’administration de la Ligue a voulu souligner avec éclat le centième anniversaire de la revue qui fut fondée en janvier 1917. L’objectif principal de cette année de commémoration était de faire connaître la revue afin d’élargir son lectorat. Nous avons voulu célébrer tous les artisans de la revue qui depuis un siècle, mois après mois, ont assuré la production et la diffusion d’analyses pertinentes et éclairantes de notre destin national.

Lire la suite...

Chroniques catalanes

L'auteur remercie Consol Perarnau qui l’a guidé dans la connaissance de la Catalogne.

Ces chroniques portent sur le processus d’autodétermination du peuple catalan qui s’est concrétisé par la tenue d’un référendum le 1er octobre dernier. Je me suis rendu à Barcelone du 24 septembre au 2 octobre comme participant à la délégation québécoise organisée par le Réseau Québec-monde. J’avais aussi obtenu l’accréditation de la Generalitat pour agir comme observateur international et surveiller le déroulement du vote. Ces chroniques forment en quelque sorte un journal de bord de ce voyage où se mêlent récit de vie et analyse politique. Ce journal relate au jour le jour les rencontres avec les principaux acteurs du mouvement indépendantiste catalan. Il compare aussi à l’occasion l’évolution du mouvement indépendantiste québécois et celui du mouvement catalan. 

Nos publications récentes

2017decembre250 2017automne250 memoniere250

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.