L’AMI menace-t-il la souveraineté des États ?

Le 13 octobre dernier, M. Lionel Jospin provoque d’une seule phrase l’effondrement des négociations entourant l’Accord multilatéral sur l’investissement dont la dernière manche doit s’ouvrir à Paris le 20 octobre. Un pays, dit-il en substance devant l’Assemblée nationale française, peut transférer des éléments de sa souveraineté à un organisme international d’États, mais il ne doit pas transférer d’éléments de souveraineté à des intérêts privés.

C’est aller tout droit au cœur d’une question qui depuis quelques années, longtemps en secret, gênait bon nombre des 29 pays qui, dans le cadre de l’OCDE, avaient été appelés à discuter de ce qui était devenu le projet d’une sorte de grande charte des sociétés transnationales. Chacun des participants ajoutait des réserves, des formulations alternatives de principes nouveaux au fond mais se référant, par analogie à de vieux principes de libéralisation.

Je vais moi aussi utiliser une analogie pour me faire comprendre. La libre circulation des voitures et des piétons est dans une ville un droit élémentaire, évident. Étendre cependant ce louable principe à la libre circulation de tous dans tous les logements de tous n’apparaît pas aussi évident. Et quand bien même les conseillers municipaux multiplieraient les réserves, en déterminant les heures de libre circulation, ou le nombre de personnes habilitées à pénétrer dans chaque logement par heure et par jour, cela ne changera finalement pas grand-chose car le principe lui-même n’est pas acceptable, même s’il est parfait pour les rues et les trottoirs.

Lire la suite

Les origines de L'Action nationale

rosairemorin250Le 14 avril 1999, L'Action nationale et le Québec tout entier perdaient un grand patriote, un semeur de liberté. M. Morin nous a laissé un immense héritage. Le temps seul nous permettra d'en prendre la mesure véritable, une mesure qui ne se trouvera sans doute en pleine lumière que le jour où le Québec assumera enfin la plénitude de son destin. Pour L'Action nationale, cet héritage signifie d'abord et avant tout un immense défi: celui de parachever l'audacieuse entreprise qui l'avait conduit à tout mettre en œuvre pour faire de notre revue un instrument essentiel pour tous ceux et celles qui cherchent, par l'action intellectuelle et le débat, à baliser les voies de l'émancipation, à dégager dans le flot des événements et dans le jeu des déterminants qui pèsent sur le devenir de notre peuple les meilleures avenues de réalisation de ses intérêts nationaux.

Lire la suite

Sous-catégories

À chaud

Montréal et l'usage du drapeau du Québec

Madame Stéphanie Vallée, ministre de la Justice du Québec
Monsieur Martin Coiteux, ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du Territoire
Madame Valérie Plante, mairesse, Ville de Montréal,

Pour tous les États et nations de ce monde, le drapeau représente un symbole de haute importance. Partout, des règles d’utilisation ont été décrétées à l’intention des organismes et institutions publiques qui relèvent de leur juridiction. Le Québec n’y fait pas exception. Or, en cette matière, il semble que Montréal se place en situation de rupture avec les façons de faire promulguées par le gouvernement du Québec. En évacuant le drapeau du Québec des rencontres officielles et médiatisées impliquant un premier ministre canadien ou tout autre chef d’État, non seulement renie-t-on l’affiliation de la Métropole au Québec, mais on s’octroie un statut qui n’est pas le sien. Une telle façon de faire est contraire à la réalité constitutionnelle du Québec. Il semble bien que Toronto ne s’en permette pas autant.

plantetrudeau

Lire la suite...

Nos publications récentes

2017decembre250 2017automne250 memoniere250

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.