Éditorial - Hauteur de vue requise

Robert Laplante

Février 2019

La lune de miel est terminée. Les premières salves sont lancées : Trudeau qui rejette la proposition de la déclaration d’impôt unique, Leblanc qui finasse sur la question des seuils d’immigration. Trudeau, encore, qui persiffle sur la laïcité, Rodriguez qui laisse tomber son masque et les civilités pour nous servir le mépris du Québec français. Cela ira en s’accélérant et le signal en a été donné à la sortie du caucus de la CAQ : le tir groupé sur les déclarations de François Legault au sujet de cette chose aussi mal définie que l’islamophobie aura donné un avant-goût de ce qui l’attend lorsque son gouvernement déposera le projet de loi sur la laïcité. À Radio-Canada et dans de nombreuses officines du cartel médiatique, les chantres du multiculturalisme ont de plus en plus de mal à cacher leur jupon ; la nébuleuse diversitaire s’agite, publie, appelle à la censure, l’intolérance vertueuse s’affiche et se répand. La politique québécoise restera aussi fermement tenue coincée entre le consentement à la « normalisation » minoritaire et l’humiliation. C’est entre ces deux pôles – et entre eux seulement – que l’ordre canadian est déterminé à contenir le Québec.

Lire la suite

Ton histoire est une des pas pire

Michel Rioux

Février 2019

Paraîtrait qu’il ne faudrait pas parler d’évènements comme celui-là, histoire de ne pas nourrir un sentiment de défaitisme chez les Québécois, chez les jeunes surtout. Des pendaisons comme celles des Patriotes, c’est bien connu, ça ne fait pas danser dans les chaumières.

Lire la suite

Les sources du conflit entre la Catalogne et l’Espagne

Joan Fonollosa

Février 2019

* L'auteur est ingénieur industriel, professeur retraité de l’Université Polytechnique de Catalogne. Comment expliquer à des lecteurs étrangers ce qui se passe en Catalogne ? Pour faire comprendre au public québécois les événements qui se sont déroulés en Catalogne ces dernières années, je débuterai par une comparaison que l’ancien président de la Generalitat, Jordi Pujol, utilisait dans le passé. Il assimilait le rapport entre la Catalogne et l’Espagne aux relations entre la Lituanie et la Russie. Si je devais transposer cette relation à celle entre le Québec et le Canada, je devrais toutefois spécifier que l’Espagne a plus d’affinités avec la Russie qu’avec le Canada. L’Espagne est un État, c’est-à-dire, une structure de pouvoir, qui s’est constituée au Moyen Âge et qui n’a pas beaucoup évolué. Même si cela peut paraître étonnant on comprend mieux l’Espagne si on pense à un État féodal plutôt qu’à un État démocratique. Ce pays est dominé par des intérêts de castes incapables de créer de la richesse, mais qui ont un incessant besoin de ressources financières pour réaliser des dépenses somptuaires afin de soutenir un statut d’hidalgo, mot qui signifie : fils de quelqu’un. Cet argent a été extorqué successivement aux Arabes, aux Juifs et ensuite...

Lire la suite

BREXIT: Entre l’arbre et l’Écosse

X. Hubert Rioux

Février 2019

* Chercheur postdoctoral, ÉNAP. Cet article a été rédigé et soumis à la toute fin du mois de janvier 2019, alors que Theresa May repartait en négociations avec l’UE. Le 15 janvier dernier, les députés du Parlement britannique à Londres ont massivement rejeté l’Accord transitoire négocié avec Bruxelles par le gouvernement de Theresa May, plongeant le Royaume-Uni (R.-U.) encore un peu plus profondément dans la crise politique et constitutionnelle qui a jusqu’ici caractérisé le processus de sortie de l’Union européenne (UE), depuis le vote référendaire de juin 2016. À 432 voix contre 202 en défaveur de cet Accord, il s’agit de la plus grande défaite en Chambre de l’histoire britannique moderne, qui aura évidemment été suivie du dépôt immédiat (et, disons-le, passablement opportuniste et cynique) d’une motion de censure par l’opposition travailliste que dirige Jeremy Corbyn. Theresa May et son gouvernement, minoritaire, mais soutenu par une alliance avec les députés unionistes nord-irlandais, y ont survécu de justesse le 16 janvier, mais ces deux votes auront tour à tour confirmé la division qui règne à la fois au Parti conservateur britannique ainsi qu’au Parlement plus généralement.

Lire la suite

Éléments de réflexion pour une repolitisation du Canada français

François-Olivier Dorais et Jean-François Laniel

Février 2019

* François-Olivier Dorais est historien et professeur à Université du Québec à Chicoutimi, Jean-François Laniel est sociologue et professeur à Université Laval. Qui eut cru, il y a à peine quelques mois de cela, que l’Ontario français se trouverait propulsé au cœur de l’actualité politique et médiatique québécoise, que les coupes du gouvernement ontarien dans les institutions de l’Ontario français et la mobilisation de la communauté franco-ontarienne seraient suivies et commentées jour après jour, semaine après semaine, par La Presse comme par le Journal de Montréal, par le Parti libéral du Québec comme par Québec solidaire ? Que le premier ministre François Legault, à l’aube du premier mandat autonomiste caquiste à la tête de l’État québécois, semoncerait son vis-à-vis ontarien en lui rappelant que les Franco-Ontariens ne constituent pas une minorité ethnique et linguistique parmi les autres au Canada, à l’instar de la diaspora chinoise à qui le premier ministre Doug Ford les comparait, mais bien les membres de l’un des « peuples fondateurs » du pays ? Que l’Assemblée nationale du Québec, dans une rare unanimité dont elle a le secret, déciderait de hisser le drapeau vert et blanc de l’Ontario français à l’une de ses tours, et que cette motion à la mémoire...

Lire la suite

Réussir l’indépendance

David Leroux

Février 2019

Pour beaucoup d’entre nous, la dernière campagne électorale prit la forme d’une petite apocalypse politique. Jamais on n’avait si peu parlé du Québec et de ses intérêts les plus élevés en contexte d’élection, jamais on n’avait élevé avec tant d’ostentation l’Ontario comme ultime étalon auquel se mesurer. L’esprit du colonisé a refait surface comme jamais, et pas un seul instant le chef présumé des troupes souverainistes assis aux commandes du Parti québécois n’a offert au peuple d’ici de sortir de cette abominable et humiliante mascarade.

Lire la suite

La vassalisation du Québec

Jean Archambault

Février 2019

La question des rapports entre le gouvernement fédéral et le gouvernement québécois en ce qui concerne la juridiction en matière d’immigration est une problématique complexe, mais, globalement, selon la constitution canadienne ce champ relève d’abord du fédéral. Pourtant, le Québec, au cours des dernières décennies, est allé chercher de nouveaux pouvoirs. L’entente Canada-Québec (accord Gagnon-Tremblay–McDougall) signée en 1991 et qui prolonge l’accord Cullen-Couture de 1978, concède au Québec le droit, à l’étranger et au Canada, de choisir les immigrants réguliers qui veulent venir ici. Le Québec est aussi responsable de leur intégration linguistique et socio-économique. En outre, le Québec peut faire connaître au fédéral, ses intentions de plafonner ou d’augmenter le seuil annuel souhaitable d’immigration. Cependant, la question des demandeurs d’asile relève exclusivement du fédéral. L’arrivée massive de migrants clandestins n’a pas été l’occasion pour le gouvernement Couillard d’exiger une nouvelle répartition des pouvoirs entre le fédéral et le provincial dans la problématique des demandeurs d’asile. Au contraire, ce gouvernement s’est cantonné dans un rôle minimal en tant que simple province du Canada en oubliant volontairement qu’il représente une nation et qu’il a le devoir de la protéger. Les différentes actions du gouvernement Couillard, entre 2016 et 2018, nous éclairent sur...

Lire la suite

Québec solidaire, le 1er octobre. Un succès démérité?

Paul Lavoie

Février 2019

* Ph. D., cadre retraité de l’éducation, militant du Parti québécois J’habite la circonscription de Saint-François, dont les trois quarts des électeurs se retrouvent dans les limites de la ville de Sherbrooke. Lors des élections du 1er octobre 2018, la candidate du Parti québécois est arrivée quatrième (PQ, 16 %). Elle s’est retrouvée assez loin derrière la candidate de la Coalition avenir Québec (CAQ, 35 %), celui du Parti libéral du Québec (PLQ, 23 %) et celui de Québec solidaire (QS, 23%). Elle a été chanceuse d’avoir atteint le 15 % nécessaire au remboursement d’une partie de ses dépenses électorales. Si sa défaite a semblé si triste autant à ses partisans qu’à elle, ils ont pourtant des motifs de se réconforter. Le résultat n’aurait peut-être pas été le même si tous les partis avaient joué franc jeu durant cette campagne électorale. Or, il s’en trouve un parmi eux, Québec solidaire, qui ne l’a pas fait. Québec solidaire a fait le soir du 1er octobre une autre victime que le Parti québécois. Une victime collatérale ne s’y attendant pas, le Parti libéral du Québec ! Tant qu’il affaiblissait le Parti québécois, le Parti libéral a traité presque avec déférence Québec solidaire – il fallait entendre en...

Lire la suite

Commentaire sur les discours de Québec inclusif

qiCes lignes sont écrites à la mi-décembre 2014. L’ambiance est à l’austérité libérale. Cela n’a rien de joyeux, mais des citoyens et des militants peuvent se réjouir d’une chose. Les sermons des blogueurs et sympathisants de Québec inclusif se font plus rares. Il y a un an, tout sympathisant de la charte des valeurs se retrouvait souvent exposé aux discours de ce groupuscule dédié à « la sensibilisation et la mobilisation de la population face aux enjeux liés à la diversité, l’inclusion et au respect des droits de la personne[1] ». Maintenant que ce débat est passé, nous revenons sur des propos affichés par cet organisme et ses membres. L’exercice est pertinent puisque ces discours, bien que plus discrets qu’avant, ont toujours cours aujourd’hui et laissent leur trace dans les débats publics et les réseaux sociaux. Ces discours se réclament de la tolérance, du pluralisme et de l’ouverture, mais semblent surtout servir à diaboliser des idées et des personnes. Le lecteur doit noter que, dans les prochains paragraphes, nous emploierons souvent le terme « inclusif ». Nous utiliserons ce mot pour désigner les idées et propos déployés par les membres de Québec inclusif, ni plus ni moins.

La lecture critique des écrits de Québec inclusif, produits par une poignée d’individus, révèle vite une chose. Nous sommes face à une idéologie moralisatrice qui, telle une Sainte Écriture, déclare ce qui est Bien et ce qui est Mal. Sur son blogue du Huffington Post Québec, le philosophe anticharte Michel Seymour déclare que le gouvernement péquiste « s’engage sur la voie du repli identitaire[2] ». Dans un autre texte du même site, il décrit la laïcité française anticommunautariste, base idéologique de la charte des valeurs, comme une « marque d’intolérance, fondée sur l’incapacité à prendre en compte l’identité communautarienne des gens[3] ». Dans un autre texte, le philosophe accuse un militant gay pro-charte de prôner « un discours qui vise des minorités sous la forme d’un profilage ethnoreligieux[4] ». Sur le blogue du site de Québec inclusif, il compare le Parti québécois d’aujourd’hui au Front national, déclarant ensuite qu’il craint « un glissement (du PQ) vers le national-populisme[5] ». Un lecteur vigilant nous reprochera ici de livrer des citations hors contextes. Il est vrai que nous ne livrons pas de contexte avec ces mots. Seymour non plus d’ailleurs. Avec un manque de rigueur intellectuelle qui ne lui fait pas honneur, le philosophe appuie ses affirmations en utilisant un vocabulaire académique et en déclarant simplement que l’opposition à la charte est conforme à la philosophie de John Rawls. Utiliser ces références n’a rien de mal en soi. Le problème est plutôt que Seymour cite cet auteur et quelques concepts à la manière d’un curé d’antan citant la Bible pour condamner au bûcher un hérétique. Au gré d’un argumentaire très mince, il condamne moralement le projet de charte et ses défenseurs en les associant à l’intolérance et au conservatisme, anathème conventionnel de certains milieux intellectuels. Mais Seymour n’est pas le seul sympathisant de Québec inclusif à afficher une telle attitude.

Sur le blogue du site du regroupement, la poète et traductrice Pascale Cormier dénonce les préjugés islamophobes des défenseurs de la charte et termine son texte en déclarant :

Fichons la paix aux autres et laissons-les vivre leur vie, si nous ne voulons pas qu’un nombre grandissant d’entre eux soient tentés, demain, de rejoindre les rangs des fanatiques. Parce que, franchement, c’est nous, avec notre bêtise et nos préjugés, qui les y aurons poussés[6].

En d’autres mots, s’opposer à la charte est la seule position morale possible. La défendre, c’est prôner des préjugés si odieux qu’ils justifient des actes terroristes. Sur la page Facebook du groupuscule, son président, l’avocat Rémi Bourget, réagit à la décision du Parti québécois d’employer la disposition de dérogation pour défendre sa charte en déclarant « Ces gens qui ont si peu de respect pour les droits des minorités sont dangereux[7] ».

Le blogue du regroupement Québec inclusif comporte aussi quelques lignes semblables, provenant de l’économiste Ianik Marcil, qui déclare que la charte est un acte politique injustifié, fondé uniquement sur des propos anecdotiques sans profondeur. Ainsi, il déclare que la charte ne mérite même pas d’être appelée « la charte pour les nuls », mais plutôt « la charte pour les bambins[8] ». Dans un autre texte, l’économiste déclare aussi que la charte ne concerne réellement qu’un minuscule pourcentage de la population québécoise, concentré sur l’île de Montréal. Compte tenu de cela, le gouvernement Marois aurait « créé de toutes pièces une crise sociale et politique inédite dans l’histoire moderne du Québec », puis Marcil conclut en déclarant « Rarement en démocratie aura-t-on vu une pareille tyrannie de la majorité s’exercer de la sorte et être fièrement revendiquée par un gouvernement et un parti politique[9]. »

Face à des propos si lourds et graves, on a parfois l’impression que les auteurs cités se dressent contre le déploiement de nouvelles chambres à gaz. On s’attend ainsi à lire des élaborations qui expliqueraient l’indignation affichée. Or, voilà une attente que les inclusifs ne manquent pas de décevoir. Malgré l’usage de concepts philosophiques et juridiques, nous n’arrivons pas à lier les sévères accusations d’intolérance des inclusifs avec les conséquences concrètes de la charte. Il est évident que pour ces militants l’interdiction des signes religieux ostentatoires dans la fonction publique québécoise est moralement équivalente aux pires ostracismes de notre époque. On peut, certes, comprendre une opposition à la charte, mais pourquoi une telle hargne ? Les inclusifs ne le disent pas, leurs occasionnels et maladroits recours à des concepts académiques n’arrivent jamais à expliquer la nécessité d’une telle haine envers la charte péquiste et ses défenseurs.

Or, même si les causes véritables d’une telle hargne demeurent mystérieuses et dissociées de l’enjeu, il reste que cette dernière a un impact sur le débat public. À force de lire des propos qui semblent justifier un hypothétique terrorisme anticharte, qui décrivent une présumée tyrannie de la majorité et qui martèlent incessamment sur l’intolérance de la charte des valeurs, on croit entendre les termes utilisés pour désigner à mots couverts des pages sombres de l’histoire occidentale. Pensons à de terribles tragédies comme la ségrégation raciale américaine, l’apartheid sud-africain et l’holocauste nazi. Seuls quelques mots manquent pour compléter l’association entre les prochartes et ces sombres pages de l’histoire : racisme, nazisme, pétainisme, fascisme. Les accusations incessantes d’intolérance, de populisme et de mesquinerie laissent l’impression que ces mots brûlent les lèvres des auteurs inclusifs.

D’ailleurs, plusieurs sympathisants moins connus de Québec inclusif n’hésitent pas à se livrer à des accusations de fascisme. Sur les réseaux sociaux, on peut facilement voir ces individus verbaliser un curieux mélange de mots académiques à la mode et de verbiages orduriers pour dénigrer les défenseurs de la charte des valeurs. Face à de telles attitudes, on voit vite une chose. Pour ces individus qui se réclament de l’idéologie inclusive, la charte des valeurs et ses défenseurs n’ont aucune légitimité et leurs idées politiques sont parmi les plus détestables. Le monde serait beaucoup mieux sans eux. Les prochartes et leurs idées ont droit à un procès d’intention et sont relégués aux pires bêtises et aux pires moments de l’aventure humaine. Ils ne seraient que des descendants idéologiques du nazisme. Par politesse, ce mot n’est pas employé, et c’est bien la seule politesse que les auteurs cités adressent à leurs cibles, mais toute la haine inclusive montre bien que ses porteurs se sentent investis d’une mission sacrée, d’inspiration antifasciste.

En conclusion, on voit là le fond de la chose qu’est Québec inclusif. Malgré ses appels répétés au pluralisme et à la tolérance, ces valeurs sont les dernières à être pratiquées par les défenseurs de cet organisme. Un tel mélange de haine et de raisonnement philosophique approximatif, lancé aux quatre vents, ne peut avoir qu’un effet : un appauvrissement et un empoisonnement des débats auxquels les inclusifs participent. Si ces militants désirent réellement rendre notre société plus tolérante et pluraliste, il serait grand temps qu’ils incarnent réellement ces vertus, plutôt que de s’en tenir à les nommer de manière purement ostentatoire.

 


 

[1] Billet facebook intitulé « Québec inclusif dénonce l’intention du Parti québécois [sic] de recourir à la clause nonobstant ». Texte publié le 31 mars 2014. Consulté le 17 décembre 2014.

[2]Seymour, M. (2014) « Un parti conservateur au pouvoir à Québec », Huffington Post Québec. Texte publié le 22 janvier 2014. Consulté le 16 décembre 2014

[3] Seymour, M. (2014) « Un autre argument pluraliste contre le projet de loi 60 ». Huffington Post Québec. Texte publié le 4 février 2014. Consulté le 16 décembre 2014

[4]Seymour, M. (2014) « Les LGBT ne doivent pas se laisser instrumentaliser par la droite », Huffington Post Québec. Publié le 30 avril 2014. Consulté le 15 décembre 2014

[5] Seymour, M. (2014) « Errances et outrances de Louise Mailloux ». Blogue de Québec inclusif. Texte publié le 18 mars 2014. Consulté le 15 décembre 2014.

[6] Cormier, P. (2014) « L’islam, la charia et les préjugés. Blogue de Québec inclusif . Publié le 17 avril 2014. Consulté le 17 décembre 2014.

[7]Billet facebook intitulé « Québec inclusif dénonce l’intention du Parti québécois de recourir à la clause nonobstant ». Texte publié le 31 mars 2014. Consulté le 17 décembre 2014.

[8] Marcil, I. (2014) « Le délicat exercice de la démocratie ». Blogue de Québec inclusif . Publié le 11 mars 2014. Consulté le 15 décembre 2014.

[9]Ian Marcil, (2014) « Les trois solitudes ». Blogue de Québec inclusif . Publié le 3 avril 2014. Consulté le 16 décembre 2014.

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.