God Save Justin Trudeau

GSJT250Le 18 novembre 2014, au cinéma Excentris, se tenait la première du film documentaire God Save Justin Trudeau, réalisé par Guylaine Maroist et Éric Ruel, dans le cadre des Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM). Dans ce film maintenant disponible en DVD, on présente le combat de boxe qui eut lieu le 31 mars 2012, entre Justin Trudeau, qui était alors député libéral de Papineau, et Patrick Brazeau, ex-sénateur pour le Parti conservateur. Une dualité qui perdure depuis plus d’un siècle et demi dans l’arène politique canadienne allait être présentée directement dans un ring de boxe, là où les idées politiques laissent place à des créatures qui manifestent fondamentalement le besoin d’exalter leurs égos. Le documentaire présente les deux pugilistes dans leurs entrainements trois mois avant le combat, ainsi que la couverture médiatique qui en est faite par les médias canadiens et québécois, jusqu’au grand soir. Au-delà de ce combat, on déplore silencieusement, par le travail de l’image, les calamités de la politique spectacle contemporaine.

Avant la présentation, devant une salle presque comble qui abritait anglophones et francophones, le directeur de la programmation de Canal D, Jean-Pierre Laurendeau, prit la parole pour dire de quelle manière ce film l’avait surpris et comment il l’avait apprécié, malgré sa réticence à collaborer à un projet qui présentait un évènement datant d’il y a deux ans. À la fin de son discours, il annonça que le documentaire pouvait occasionner plusieurs interprétations du personnage politique et qu’il avait été, pour sa part, enthousiasmé par le personnage au point de voter pour Justin Trudeau aux prochaines élections. Cet homme n’a manifestement pas pigé la réflexion du film, bien plus habile et rusée, car justement le génie de ce documentaire est d’en révéler beaucoup sur Trudeau, qui éclipse la politique au profit du spectacle et de l’image et dont les partisans s’empêtrent également dans cette dynamique dégagée de tout contenu.

Ce film nous fait comprendre les rouages de la politique spectacle dont Trudeau est en quelque sorte la marionnette de l’heure. Selon Trudeau, la stratégie ultime à la victoire se résume ainsi : « C’est pas juste une question de si on va gagner le combat ou non. C’est une question de comment on va pouvoir gagner le combat. » Pour Trudeau, le « comment » ne prend malheureusement qu’une forme très limitée : gagner le combat se fait par la détermination et la volonté intérieure. Si Justin gagne, c’est parce qu’il a confiance en lui, car il connaît ses propres capacités. Il performe, car il a de la volonté et il le sait. La plus grande qualité d’un politicien, selon lui, est d’avoir une très bonne connaissance de soi, et non du monde dans lequel il est. Et surtout, il se dit chanceux. Mais la chance ne voudrait rien dire « si on n’est pas digne des chances aléatoires qu’on reçoit de l’univers » et… il a toujours compris cela.

Trudeau dit avoir une conscience politique. Il veut un meilleur pays pour tous, juste et équitable. Il aime son pays qu’est le Canada. Ah ça, nous savons qu’il l’aime. Il nous dit qu’il doit reprendre la bonne direction, à l’opposé des plans des conservateurs. Et il est prêt à tout pour cela. Mais prêt à faire quoi ? Quelle est la direction que doit prendre le Canada selon Trudeau ? Il nous répond que nous devons garder le Canada que nous avons collectivement bâti. Qu’il est contre la division, contre le cynisme ! C’est un gentil garçon ! Sa compagne Sophie Grégoire est bien d’accord et pour cela l’encourage. Elle est derrière lui. Elle l’admire. Elle aussi veut une société juste et équitable, puisque « la force humaine, c’est se voir sous la plus belle lumière ». Elle est fière du courage de son mari, car c’est de cette façon qu’il réussit. Mais derrière ce beau discours qui frôle la vertu narcissique, la question pourtant fondamentale du comment faire une société juste et équitable prend une dimension assez funeste. À écouter le discours de Trudeau, sans regarder les images du documentaire, nous croirions qu’il fait partie d’une communauté ésotérique et spirituelle de paix dans le monde.

Les motifs de Trudeau pour s’engager dans ce combat de boxe étaient fort simples. Il se sent souvent sous-estimé et pris à la légère. Il combat parce qu’il a envie de montrer qui il est, c’est-à-dire un homme qui porte dans son cœur force et détermination. La cause est importante, oui, mais n’est pas le motif principal. C’est plutôt parce qu’il est fondamentalement bon et doit le prouver. Le fait de s’investir en politique n’est-ce pas un peu pour la même raison ? Trudeau a trouvé le moyen de susciter empathie et sensationnalisme en dévoilant ses sentiments et expériences personnelles, tout cela exposant une image de lui-même charismatique et bon enfant. Ce qui est important, c’est l’image. Le monde contemporain encourage ce genre de « fausse » politique et comme vous l’aurez constaté, cela fonctionne. Trudeau, par son « courage » et sa « persévérance », a non seulement gagné le combat, mais est devenu le chef du Parti libéral pour les prochaines élections.

L’évocatrice scène de la victoire de Trudeau, magnifiée par La Coro di schiavi ebrei de Verdi, représente à la fois le triomphe du combat, mais également le triomphe de la société spectacle, à qui le dialogue est substitué par l’esthétisme et l’image, dont l’analyse de Guy Debord est fort pertinente dans La Société du spectacle (1967) :

Le spectacle, comme tendance à faire voir par différentes médiations spécialisées le monde qui n’est plus directement saisissable, trouve normalement dans la vue le sens humain privilégié qui fut à d’autres époques le toucher ; le sens le plus abstrait, et le plus mystifiable correspond à l’abstraction généralisée de la société actuelle. Mais le spectacle combiné n’est pas identifiable au simple regard, même combiné à l’écoute. Il est ce qui échappe à l’activité des hommes, à la reconsidération et à la correction de leur œuvre. Il est le contraire du dialogue (p. 9).

Le spectacle qu’offre Trudeau est la politique qu’il propose. Il fait de la politique comme il fait de la boxe : il doit s’ériger en spectacle au lieu de promouvoir des idées politiques par le dialogue. La politique n’est pas seulement force et courage, elle nécessite une réflexion solide sur ce qu’est exactement une société juste et elle doit expliquer comment elle se servira du pouvoir politique. Une scène importante du documentaire présente un regroupement pour le député dans Papineau, où il est acclamé et apprécié par un milieu manifestement anglophone et multiculturel. On le traite en héros, en vedette même, on veut des photos avec le beau Justin Trudeau. Acclamé sous les applaudissements, personne ne se rend pourtant compte qu’il n’y a aucune raison d’applaudir, après une allocution bien misérable.

Les médias font la promotion de ce spectacle et Maroist et Ruel font bien ressortir ce trait pendant le film. On célèbre l’évènement du combat comme un ultime affrontement politique. Denis Lévesque le constate : « Ça fait plus parler que quand vous êtes en chambre », dit-il à Brazeau, qui sans en prendre conscience, se retrouve à n’être que le faire-valoir du spectacle Trudeau. Dans les médias anglophones, une journaliste est très enjouée : « ils transposent enfin leur combat de l’arène politique à un ring. Le public est enchanté par l’idée, parce que ça ne s’est jamais vu auparavant. » Ce combat était enfin l’occasion de connaître l’homme politique. Les journalistes soulignent aussi que chaque Canadien aura à choisir son camp et que chacun aura son homme favori. Cela soulève une question des plus pertinentes dans le contexte du Québec, puisque dans ce ring, par qui les Québécois se sentiront représentés ? Autrement dit, pour un indépendantiste le combat est sans intérêt. Le titre est très évocateur, God Save Justin Trudeau, qui nous rappelle que l’allégeance du Québec est diamétralement opposée à la sienne.

Ce long métrage met mal à l’aise. En plus de poser un regard nécessaire sur Justin Trudeau pour les prochaines élections qui se tiendront en 2015, Maroist et Ruel abordent de front une des problématiques majeures de la politique contemporaine de plus en plus dépourvue d’idées politiques et d’abord rivée, comme la téléréalité, aux personnages et à leurs personnalités. Trudeau est la potiche de l’ère de l’individualisme radical, où les préoccupations émancipatrices ne peuvent se formuler autrement que dans les paramètres du « soi ». Il n’est certes pas seul, les médias sont les maîtres d’orchestre de ce grand jeu et les électeurs tombent directement dans le panneau. Ils se laissent émouvoir, comme le ferait devant un film ou une pièce de théâtre. À l’écoute du film, nous aurions même envie de lui offrir sympathie et compassion. Mais au fur et à mesure que l’on côtoie le personnage, nous nous apercevons que c’est impossible, qu’il n’y a rien à se rattacher, aucune idée à laquelle s’identifier.

 

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.