Éditorial - Hauteur de vue requise

Robert Laplante

Février 2019

La lune de miel est terminée. Les premières salves sont lancées : Trudeau qui rejette la proposition de la déclaration d’impôt unique, Leblanc qui finasse sur la question des seuils d’immigration. Trudeau, encore, qui persiffle sur la laïcité, Rodriguez qui laisse tomber son masque et les civilités pour nous servir le mépris du Québec français. Cela ira en s’accélérant et le signal en a été donné à la sortie du caucus de la CAQ : le tir groupé sur les déclarations de François Legault au sujet de cette chose aussi mal définie que l’islamophobie aura donné un avant-goût de ce qui l’attend lorsque son gouvernement déposera le projet de loi sur la laïcité. À Radio-Canada et dans de nombreuses officines du cartel médiatique, les chantres du multiculturalisme ont de plus en plus de mal à cacher leur jupon ; la nébuleuse diversitaire s’agite, publie, appelle à la censure, l’intolérance vertueuse s’affiche et se répand. La politique québécoise restera aussi fermement tenue coincée entre le consentement à la « normalisation » minoritaire et l’humiliation. C’est entre ces deux pôles – et entre eux seulement – que l’ordre canadian est déterminé à contenir le Québec.

Lire la suite

Ton histoire est une des pas pire

Michel Rioux

Février 2019

Paraîtrait qu’il ne faudrait pas parler d’évènements comme celui-là, histoire de ne pas nourrir un sentiment de défaitisme chez les Québécois, chez les jeunes surtout. Des pendaisons comme celles des Patriotes, c’est bien connu, ça ne fait pas danser dans les chaumières.

Lire la suite

Les sources du conflit entre la Catalogne et l’Espagne

Joan Fonollosa

Février 2019

* L'auteur est ingénieur industriel, professeur retraité de l’Université Polytechnique de Catalogne. Comment expliquer à des lecteurs étrangers ce qui se passe en Catalogne ? Pour faire comprendre au public québécois les événements qui se sont déroulés en Catalogne ces dernières années, je débuterai par une comparaison que l’ancien président de la Generalitat, Jordi Pujol, utilisait dans le passé. Il assimilait le rapport entre la Catalogne et l’Espagne aux relations entre la Lituanie et la Russie. Si je devais transposer cette relation à celle entre le Québec et le Canada, je devrais toutefois spécifier que l’Espagne a plus d’affinités avec la Russie qu’avec le Canada. L’Espagne est un État, c’est-à-dire, une structure de pouvoir, qui s’est constituée au Moyen Âge et qui n’a pas beaucoup évolué. Même si cela peut paraître étonnant on comprend mieux l’Espagne si on pense à un État féodal plutôt qu’à un État démocratique. Ce pays est dominé par des intérêts de castes incapables de créer de la richesse, mais qui ont un incessant besoin de ressources financières pour réaliser des dépenses somptuaires afin de soutenir un statut d’hidalgo, mot qui signifie : fils de quelqu’un. Cet argent a été extorqué successivement aux Arabes, aux Juifs et ensuite...

Lire la suite

BREXIT: Entre l’arbre et l’Écosse

X. Hubert Rioux

Février 2019

* Chercheur postdoctoral, ÉNAP. Cet article a été rédigé et soumis à la toute fin du mois de janvier 2019, alors que Theresa May repartait en négociations avec l’UE. Le 15 janvier dernier, les députés du Parlement britannique à Londres ont massivement rejeté l’Accord transitoire négocié avec Bruxelles par le gouvernement de Theresa May, plongeant le Royaume-Uni (R.-U.) encore un peu plus profondément dans la crise politique et constitutionnelle qui a jusqu’ici caractérisé le processus de sortie de l’Union européenne (UE), depuis le vote référendaire de juin 2016. À 432 voix contre 202 en défaveur de cet Accord, il s’agit de la plus grande défaite en Chambre de l’histoire britannique moderne, qui aura évidemment été suivie du dépôt immédiat (et, disons-le, passablement opportuniste et cynique) d’une motion de censure par l’opposition travailliste que dirige Jeremy Corbyn. Theresa May et son gouvernement, minoritaire, mais soutenu par une alliance avec les députés unionistes nord-irlandais, y ont survécu de justesse le 16 janvier, mais ces deux votes auront tour à tour confirmé la division qui règne à la fois au Parti conservateur britannique ainsi qu’au Parlement plus généralement.

Lire la suite

Éléments de réflexion pour une repolitisation du Canada français

François-Olivier Dorais et Jean-François Laniel

Février 2019

* François-Olivier Dorais est historien et professeur à Université du Québec à Chicoutimi, Jean-François Laniel est sociologue et professeur à Université Laval. Qui eut cru, il y a à peine quelques mois de cela, que l’Ontario français se trouverait propulsé au cœur de l’actualité politique et médiatique québécoise, que les coupes du gouvernement ontarien dans les institutions de l’Ontario français et la mobilisation de la communauté franco-ontarienne seraient suivies et commentées jour après jour, semaine après semaine, par La Presse comme par le Journal de Montréal, par le Parti libéral du Québec comme par Québec solidaire ? Que le premier ministre François Legault, à l’aube du premier mandat autonomiste caquiste à la tête de l’État québécois, semoncerait son vis-à-vis ontarien en lui rappelant que les Franco-Ontariens ne constituent pas une minorité ethnique et linguistique parmi les autres au Canada, à l’instar de la diaspora chinoise à qui le premier ministre Doug Ford les comparait, mais bien les membres de l’un des « peuples fondateurs » du pays ? Que l’Assemblée nationale du Québec, dans une rare unanimité dont elle a le secret, déciderait de hisser le drapeau vert et blanc de l’Ontario français à l’une de ses tours, et que cette motion à la mémoire...

Lire la suite

Réussir l’indépendance

David Leroux

Février 2019

Pour beaucoup d’entre nous, la dernière campagne électorale prit la forme d’une petite apocalypse politique. Jamais on n’avait si peu parlé du Québec et de ses intérêts les plus élevés en contexte d’élection, jamais on n’avait élevé avec tant d’ostentation l’Ontario comme ultime étalon auquel se mesurer. L’esprit du colonisé a refait surface comme jamais, et pas un seul instant le chef présumé des troupes souverainistes assis aux commandes du Parti québécois n’a offert au peuple d’ici de sortir de cette abominable et humiliante mascarade.

Lire la suite

La vassalisation du Québec

Jean Archambault

Février 2019

La question des rapports entre le gouvernement fédéral et le gouvernement québécois en ce qui concerne la juridiction en matière d’immigration est une problématique complexe, mais, globalement, selon la constitution canadienne ce champ relève d’abord du fédéral. Pourtant, le Québec, au cours des dernières décennies, est allé chercher de nouveaux pouvoirs. L’entente Canada-Québec (accord Gagnon-Tremblay–McDougall) signée en 1991 et qui prolonge l’accord Cullen-Couture de 1978, concède au Québec le droit, à l’étranger et au Canada, de choisir les immigrants réguliers qui veulent venir ici. Le Québec est aussi responsable de leur intégration linguistique et socio-économique. En outre, le Québec peut faire connaître au fédéral, ses intentions de plafonner ou d’augmenter le seuil annuel souhaitable d’immigration. Cependant, la question des demandeurs d’asile relève exclusivement du fédéral. L’arrivée massive de migrants clandestins n’a pas été l’occasion pour le gouvernement Couillard d’exiger une nouvelle répartition des pouvoirs entre le fédéral et le provincial dans la problématique des demandeurs d’asile. Au contraire, ce gouvernement s’est cantonné dans un rôle minimal en tant que simple province du Canada en oubliant volontairement qu’il représente une nation et qu’il a le devoir de la protéger. Les différentes actions du gouvernement Couillard, entre 2016 et 2018, nous éclairent sur...

Lire la suite

Québec solidaire, le 1er octobre. Un succès démérité?

Paul Lavoie

Février 2019

* Ph. D., cadre retraité de l’éducation, militant du Parti québécois J’habite la circonscription de Saint-François, dont les trois quarts des électeurs se retrouvent dans les limites de la ville de Sherbrooke. Lors des élections du 1er octobre 2018, la candidate du Parti québécois est arrivée quatrième (PQ, 16 %). Elle s’est retrouvée assez loin derrière la candidate de la Coalition avenir Québec (CAQ, 35 %), celui du Parti libéral du Québec (PLQ, 23 %) et celui de Québec solidaire (QS, 23%). Elle a été chanceuse d’avoir atteint le 15 % nécessaire au remboursement d’une partie de ses dépenses électorales. Si sa défaite a semblé si triste autant à ses partisans qu’à elle, ils ont pourtant des motifs de se réconforter. Le résultat n’aurait peut-être pas été le même si tous les partis avaient joué franc jeu durant cette campagne électorale. Or, il s’en trouve un parmi eux, Québec solidaire, qui ne l’a pas fait. Québec solidaire a fait le soir du 1er octobre une autre victime que le Parti québécois. Une victime collatérale ne s’y attendant pas, le Parti libéral du Québec ! Tant qu’il affaiblissait le Parti québécois, le Parti libéral a traité presque avec déférence Québec solidaire – il fallait entendre en...

Lire la suite

Judith Lussier. L’aide à la procréation au Québec

Judith Lussier
L’aide à la procréation au Québec, vlb éditeur, 2014, 75 pages

L’auteure est chroniqueuse au journal Métro, collaboratrice de la revue Urbania et co-auteure du Manifeste pour un Québec inclusif. Elle rédige ici un livre portant sur les enjeux et débats autour du programme de procréation médicalement assistée (PMA) du Québec, un régime d’accès à différentes formes de procréation assistée qui est universel et financé par le régime d’assurance-maladie du Québec depuis 2010. Lussier écrit ici un pamphlet qui tente d’accomplir deux tâches. La première, promise dans le quatrième de couverture ainsi que dans l’introduction, est d’informer le lecteur afin de lui permettre de se former une opinion sur le débat. Cette tâche est plus ou moins remplie par la mention de plusieurs faits qui entourent le sujet du livre. La deuxième tâche est de farouchement défendre le programme québécois de PMA contre toute critique. Lussier n’affiche pas directement sa prise de position, mais ses multiples arguments, très souvent moralisateurs, montrent clairement que, pour elle, il ne faut aucunement remettre en question les services publics qu’elle défend. Dans les prochaines lignes, nous explorerons ces deux facettes de l’ouvrage.

Pour commencer, il faut reconnaître que le livre apporte des informations utiles à la compréhension de son sujet. L’auteure présente les situations d’avant et après l’adoption du programme. On apprend qu’avant cette adoption, faite le 5 août 2010, les procédures de procréation assistée se faisaient uniquement dans des cliniques privées, moyennant des frais d’environ 10 000 $ par cycle de traitement. Lussier souligne qu’il s’agit de traitements médicaux éprouvants réservés à une clientèle fortunée. L’auteure note aussi que les risques d’échec des traitements, qui augmentent avec l’âge, incitent souvent les usagères à avoir recours à des formes de traitement de plus en plus intrusives, en s’accordant très peu de temps de réflexion, compte tenu du temps qui passe et qui emporte progressivement la fertilité du corps féminin. Lussier affirme que l’apparition de ces services sous forme publique permet aux usagères moins fortunées d’avoir accès à ces services. Elle affirme aussi que la gratuité permet aux usagères de réfléchir plus longuement, à tête reposée, sans devoir amasser des montants importants ni se soumettre trop rapidement à des traitements. Ces faits sont utiles, ils permettent de mieux comprendre des réalités humaines importantes liées à l’usage des services de PMA.

Une autre information utile est la mention d’une loi internationale portant sur l’adoption, adoptée en 1993. Cette dernière rend les adoptions internationales plus difficiles et favorise les adoptions locales. Ces dernières comportent des difficultés pour les parents adoptifs québécois, qui doivent traverser un processus administratif très long et se soumettre à la possibilité d’avoir affaire avec les parents biologiques de l’enfant. Du même coup, Lussier mentionne aussi que les cadres d’adoption internationales bloquent parfois les demandes de couples homosexuels. Ces données améliorent la compréhension du sujet et de ses enjeux. Sur ce point, nous reprocherons toutefois au livre d’en dire trop peu : les projets de loi et autres faits mentionnés plus haut ne sont décrits que de manière succincte. Les informations factuelles livrées donnent ainsi l’impression que le texte ne fait qu’effleurer le sujet.

On doit souligner les intéressantes connaissances apportées par Lussier, mais il faut aussi souligner sa prise de position ainsi que la manière dont elle est défendue. L’auteure est très clairement favorable au programme québécois de PMA, elle en vante presque toutes les facettes. Lussier dit parfois qu’il faut débattre du sujet, mais l’ensemble du livre affirme le contraire. L’ouvrage rejette presque systématiquement les critiques adressées au programme, parfois de manière très démagogique. La seule concession accordée aux critiques est la question des balises du programme. Face à l’annonce du fait que les coûts du régime passèrent de 5 à 68 millions de dollars entre 2010 et 2013, l’auteure concède que des limites seraient nécessaires. Mais la concession semble vite retirée. Lussier déclare que l’explosion des coûts montre que le programme répond à un besoin important. Aussi, elle ne propose aucune limite et discrédite celles présentées par des acteurs du débat. Par exemple, l’auteure rejette une limite basée sur l’âge des usagères, déclarant que ce serait injuste puisque l’homme ne connaît aucune limite à ses capacités reproductrices. Elle rajoute aussi que même un cycle de traitement avec une chance de succès de 5 % a tout de même un meilleur taux de réussite que la loto et qu’il faut ainsi donner quand même ce traitement à celle qui le demande. On voit ici que Lussier défend ses opinions en attaquant moralement ses critiques, tentant de présenter toute forme de limites au programme québécois de PMA comme des exemples de cruauté et de méchanceté envers les gens infertiles ou homosexuels.

Parlant d’homosexualité, la question de l’homoparentalité permet de voir Lussier sombrer dans ses pires formes de moralisme. L’auteure déclare dès l’introduction[1] du livre que « […] étant donné que nous n’aurons jamais d’enfant « par accident », nous sommes condamnées à nous poser ces questions qui aboutissent invariablement à des interrogations existentielles. » Ce thème est répété dans la conclusion : « il est légitime de débattre […] pour peu qu’on reconnaisse le privilège qu’ont les couples hétérosexuels fertiles de pouvoir faire des enfants sans se poser mille questions existentielles. » Ailleurs dans le livre, l’auteure dénonce le privilège qu’on ces mêmes couples de facilement produire des enfants « sous la couette ».

Un peu comme certains puritains conservateurs décrivent les homosexuels comme étant des individus débauchés, pervertis et vivant des vies intimes superficielles, Lussier semble voir les parents hétérosexuels fertiles comme étant moins sérieux, plus superficiels, bref, d’une profondeur existentielle inférieure. Bien que l’auteure dénonce les jugements de valeur posés sur les minorités sexuelles, il est très dommage et contre-productif de la voir employer de si bas propos.

Le parti pris de l’auteure brille aussi par certaines des informations qui, justement, ne se retrouvent pas dans son livre, notamment, la question des mères porteuses indiennes et le contexte d’austérité. Le dossier des mères porteuses d’Inde est important. Nous parlons ici de femmes indiennes payées pour porter des enfants qui seront adoptés par des couples étrangers. La sociologue Céline Lafontaine, qui publia Le corps-marché et se prononça publiquement sur le sujet, affirma qu’il s’agissait d’une situation grave. Ces femmes sont prises dans des situations de misère effroyables, dans une nation où la condition féminine est très pauvre. Or, Lussier ne cite pas Lafontaine. Elle cite seulement une professeure de service social[2] qui dit qu’une mère porteuse peut se sentir gratifiée par son expérience. La chroniqueuse déclare ensuite que la vente du ventre d’une femme est la même chose que le salaire donné pour la production d’un cerveau d’ingénieur. Donc, il faudrait seulement laisser ces mères encaisser leur cachet. Rien n’est dit sur le contexte social de l’Inde. Étant donné que Lussier est associée aux milieux féministes du Québec, cette omission, combinée à sa prise de position, est surprenante. On voit la même chose au sujet de l’austérité. Une critique parfois adressée au programme québécois de PMA est qu’il utilise des fonds publics alors que différents services de soins médicaux ou psychosociaux manquent de financement. De cette facette du débat, Lussier ne dit rien. Le mot austérité émerge, à deux ou trois occasions, mais l’auteure dit seulement qu’il faut répondre aux besoins des couples qui n’ont pas le privilège d’être hétérosexuels et fertiles. Pas un mot n’est dit sur le fait que les fonds employés pour le programme québécois de PMA pourraient servir à améliorer les soins donnés à des personnes âgées ou à d’autres populations vulnérables et démunies. Ces deux thèmes, l’austérité et les mères porteuses indiennes donnent l’impression que Lussier évite les enjeux éthiques les plus déchirants, ceux qui pourraient jeter le plus d’ombre sur sa position personnelle.

En conclusion, on peut dire que le livre de Judith Lussier tente de trop faire avec trop peu. Informer et prêcher sont des tâches différentes et le livre est trop court pour faire adéquatement les deux à la fois. L’auteure serait mieux parvenue à ses fins en prenant l’une des trois options suivantes. La première, suivre les mêmes buts, mais rédiger un ouvrage plus long, qui aurait mieux informé tout en prêchant de manière moins superficielle le parti pris de l’auteure. La deuxième, garder un nombre de pages similaires, mais s’en tenir à la tâche d’informer le lecteur et réduire au minimum les prises de position. La dernière, renommer le livre Manifeste pour une parentalité médicalement assistée inclusive et laisser l’auteure s’abandonner complètement et ouvertement à ses opinions. Hors de ces scénarios hypothétiques, L’aide à la procréation au Québec informe peu et défend très mal les opinions de son auteure. Lecteurs curieux ou pro-PMA publics ont intérêt à investir leur temps de lecture ailleurs.

Sébastien Bilodeau
Candidat à la maîtrise en sociologie, UQAM

 

[1] L’auteure mentionne dans celle-ci qu’elle est lesbienne, en couple et désireuse de fonder une famille avec sa conjointe.

[2] Isabelle Côté, professeure à temps partiel en service social à l’Université d’Ottawa.

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.