Éditorial - Hauteur de vue requise

Robert Laplante

Février 2019

La lune de miel est terminée. Les premières salves sont lancées : Trudeau qui rejette la proposition de la déclaration d’impôt unique, Leblanc qui finasse sur la question des seuils d’immigration. Trudeau, encore, qui persiffle sur la laïcité, Rodriguez qui laisse tomber son masque et les civilités pour nous servir le mépris du Québec français. Cela ira en s’accélérant et le signal en a été donné à la sortie du caucus de la CAQ : le tir groupé sur les déclarations de François Legault au sujet de cette chose aussi mal définie que l’islamophobie aura donné un avant-goût de ce qui l’attend lorsque son gouvernement déposera le projet de loi sur la laïcité. À Radio-Canada et dans de nombreuses officines du cartel médiatique, les chantres du multiculturalisme ont de plus en plus de mal à cacher leur jupon ; la nébuleuse diversitaire s’agite, publie, appelle à la censure, l’intolérance vertueuse s’affiche et se répand. La politique québécoise restera aussi fermement tenue coincée entre le consentement à la « normalisation » minoritaire et l’humiliation. C’est entre ces deux pôles – et entre eux seulement – que l’ordre canadian est déterminé à contenir le Québec.

Lire la suite

Ton histoire est une des pas pire

Michel Rioux

Février 2019

Paraîtrait qu’il ne faudrait pas parler d’évènements comme celui-là, histoire de ne pas nourrir un sentiment de défaitisme chez les Québécois, chez les jeunes surtout. Des pendaisons comme celles des Patriotes, c’est bien connu, ça ne fait pas danser dans les chaumières.

Lire la suite

Les sources du conflit entre la Catalogne et l’Espagne

Joan Fonollosa

Février 2019

* L'auteur est ingénieur industriel, professeur retraité de l’Université Polytechnique de Catalogne. Comment expliquer à des lecteurs étrangers ce qui se passe en Catalogne ? Pour faire comprendre au public québécois les événements qui se sont déroulés en Catalogne ces dernières années, je débuterai par une comparaison que l’ancien président de la Generalitat, Jordi Pujol, utilisait dans le passé. Il assimilait le rapport entre la Catalogne et l’Espagne aux relations entre la Lituanie et la Russie. Si je devais transposer cette relation à celle entre le Québec et le Canada, je devrais toutefois spécifier que l’Espagne a plus d’affinités avec la Russie qu’avec le Canada. L’Espagne est un État, c’est-à-dire, une structure de pouvoir, qui s’est constituée au Moyen Âge et qui n’a pas beaucoup évolué. Même si cela peut paraître étonnant on comprend mieux l’Espagne si on pense à un État féodal plutôt qu’à un État démocratique. Ce pays est dominé par des intérêts de castes incapables de créer de la richesse, mais qui ont un incessant besoin de ressources financières pour réaliser des dépenses somptuaires afin de soutenir un statut d’hidalgo, mot qui signifie : fils de quelqu’un. Cet argent a été extorqué successivement aux Arabes, aux Juifs et ensuite...

Lire la suite

BREXIT: Entre l’arbre et l’Écosse

X. Hubert Rioux

Février 2019

* Chercheur postdoctoral, ÉNAP. Cet article a été rédigé et soumis à la toute fin du mois de janvier 2019, alors que Theresa May repartait en négociations avec l’UE. Le 15 janvier dernier, les députés du Parlement britannique à Londres ont massivement rejeté l’Accord transitoire négocié avec Bruxelles par le gouvernement de Theresa May, plongeant le Royaume-Uni (R.-U.) encore un peu plus profondément dans la crise politique et constitutionnelle qui a jusqu’ici caractérisé le processus de sortie de l’Union européenne (UE), depuis le vote référendaire de juin 2016. À 432 voix contre 202 en défaveur de cet Accord, il s’agit de la plus grande défaite en Chambre de l’histoire britannique moderne, qui aura évidemment été suivie du dépôt immédiat (et, disons-le, passablement opportuniste et cynique) d’une motion de censure par l’opposition travailliste que dirige Jeremy Corbyn. Theresa May et son gouvernement, minoritaire, mais soutenu par une alliance avec les députés unionistes nord-irlandais, y ont survécu de justesse le 16 janvier, mais ces deux votes auront tour à tour confirmé la division qui règne à la fois au Parti conservateur britannique ainsi qu’au Parlement plus généralement.

Lire la suite

Éléments de réflexion pour une repolitisation du Canada français

François-Olivier Dorais et Jean-François Laniel

Février 2019

* François-Olivier Dorais est historien et professeur à Université du Québec à Chicoutimi, Jean-François Laniel est sociologue et professeur à Université Laval. Qui eut cru, il y a à peine quelques mois de cela, que l’Ontario français se trouverait propulsé au cœur de l’actualité politique et médiatique québécoise, que les coupes du gouvernement ontarien dans les institutions de l’Ontario français et la mobilisation de la communauté franco-ontarienne seraient suivies et commentées jour après jour, semaine après semaine, par La Presse comme par le Journal de Montréal, par le Parti libéral du Québec comme par Québec solidaire ? Que le premier ministre François Legault, à l’aube du premier mandat autonomiste caquiste à la tête de l’État québécois, semoncerait son vis-à-vis ontarien en lui rappelant que les Franco-Ontariens ne constituent pas une minorité ethnique et linguistique parmi les autres au Canada, à l’instar de la diaspora chinoise à qui le premier ministre Doug Ford les comparait, mais bien les membres de l’un des « peuples fondateurs » du pays ? Que l’Assemblée nationale du Québec, dans une rare unanimité dont elle a le secret, déciderait de hisser le drapeau vert et blanc de l’Ontario français à l’une de ses tours, et que cette motion à la mémoire...

Lire la suite

Réussir l’indépendance

David Leroux

Février 2019

Pour beaucoup d’entre nous, la dernière campagne électorale prit la forme d’une petite apocalypse politique. Jamais on n’avait si peu parlé du Québec et de ses intérêts les plus élevés en contexte d’élection, jamais on n’avait élevé avec tant d’ostentation l’Ontario comme ultime étalon auquel se mesurer. L’esprit du colonisé a refait surface comme jamais, et pas un seul instant le chef présumé des troupes souverainistes assis aux commandes du Parti québécois n’a offert au peuple d’ici de sortir de cette abominable et humiliante mascarade.

Lire la suite

La vassalisation du Québec

Jean Archambault

Février 2019

La question des rapports entre le gouvernement fédéral et le gouvernement québécois en ce qui concerne la juridiction en matière d’immigration est une problématique complexe, mais, globalement, selon la constitution canadienne ce champ relève d’abord du fédéral. Pourtant, le Québec, au cours des dernières décennies, est allé chercher de nouveaux pouvoirs. L’entente Canada-Québec (accord Gagnon-Tremblay–McDougall) signée en 1991 et qui prolonge l’accord Cullen-Couture de 1978, concède au Québec le droit, à l’étranger et au Canada, de choisir les immigrants réguliers qui veulent venir ici. Le Québec est aussi responsable de leur intégration linguistique et socio-économique. En outre, le Québec peut faire connaître au fédéral, ses intentions de plafonner ou d’augmenter le seuil annuel souhaitable d’immigration. Cependant, la question des demandeurs d’asile relève exclusivement du fédéral. L’arrivée massive de migrants clandestins n’a pas été l’occasion pour le gouvernement Couillard d’exiger une nouvelle répartition des pouvoirs entre le fédéral et le provincial dans la problématique des demandeurs d’asile. Au contraire, ce gouvernement s’est cantonné dans un rôle minimal en tant que simple province du Canada en oubliant volontairement qu’il représente une nation et qu’il a le devoir de la protéger. Les différentes actions du gouvernement Couillard, entre 2016 et 2018, nous éclairent sur...

Lire la suite

Québec solidaire, le 1er octobre. Un succès démérité?

Paul Lavoie

Février 2019

* Ph. D., cadre retraité de l’éducation, militant du Parti québécois J’habite la circonscription de Saint-François, dont les trois quarts des électeurs se retrouvent dans les limites de la ville de Sherbrooke. Lors des élections du 1er octobre 2018, la candidate du Parti québécois est arrivée quatrième (PQ, 16 %). Elle s’est retrouvée assez loin derrière la candidate de la Coalition avenir Québec (CAQ, 35 %), celui du Parti libéral du Québec (PLQ, 23 %) et celui de Québec solidaire (QS, 23%). Elle a été chanceuse d’avoir atteint le 15 % nécessaire au remboursement d’une partie de ses dépenses électorales. Si sa défaite a semblé si triste autant à ses partisans qu’à elle, ils ont pourtant des motifs de se réconforter. Le résultat n’aurait peut-être pas été le même si tous les partis avaient joué franc jeu durant cette campagne électorale. Or, il s’en trouve un parmi eux, Québec solidaire, qui ne l’a pas fait. Québec solidaire a fait le soir du 1er octobre une autre victime que le Parti québécois. Une victime collatérale ne s’y attendant pas, le Parti libéral du Québec ! Tant qu’il affaiblissait le Parti québécois, le Parti libéral a traité presque avec déférence Québec solidaire – il fallait entendre en...

Lire la suite

Jean-François Mattéi. L’homme dévasté

Jean-François Mattéi
L’homme dévasté. Essai sur la déconstruction de la culture, Grasset, 2015, 288 pages

L’homme dévasté est un essai rédigé par le philosophe français Jean-François Mattéi. Le livre porte sur certains thèmes déjà étudiés par l’auteur, notamment l’étude du patrimoine philosophique de l’Occident et la critique de la pensée postmoderne. L’essai étudie et critique cette dernière, la décrivant comme un ensemble d’idéologies qui cherche à tuer puis remplacer la philosophie occidentale classique, que l’auteur se charge de défendre. Compte tenu que Mattéi est décédé en 2014, que cet essai suit des thèmes qui lui sont chers et qu’il s’agit peut-être du dernier manuscrit de l’auteur, il faut noter que nous sommes face à un livre-testament. Nous résumerons maintenant son contenu.

Pour commencer, il faut noter que la préface, produite par Raphael Enthoven, est la partie la plus faible de ce livre. Elle livre peu d’informations utiles et plusieurs digressions. Dans ces dernières, on voit le préfacier critiquer l’œuvre d’Alain Badiou et livrer quelques reproches aux prises de position de Mattéi. Ces critiques sont bien peu pertinentes. Elles n’apportent rien à la compréhension de l’ouvrage et laissent l’impression qu’Enthoven règle des comptes, acte bien peu honorable à poser dans les premières pages du livre-testament d’autrui. Sommes toutes, le lecteur ferait bien d’ignorer complètement cette partie de l’ouvrage.

Le premier chapitre du livre est dédié à la présentation des principales caractéristiques de l’armature interne de la philosophie occidentale classique, associée à l’Europe. Mattéi emploie l’œuvre d’auteurs comme Platon, Kant et Descartes pour présenter ces composantes vitales du patrimoine intellectuel européen. L’auteur renvoie surtout au concept d’une Raison, un mode de pensée commun et intelligible qui permet à l’Homme occidental de tourner son regard vers le monde et de l’observer. Ce mode de pensée, à travers les œuvres des grands penseurs de l’Occident, s’est articulé autour de la recherche de trois valeurs : la vérité, la justice et le bien. Cette recherche est présentée comme une quête continue, qui élève l’Homme au-dessus de sa condition de créature finie, limitée dans le temps et l’espace. En tentant de se conduire selon les critères du juste, du vrai et du bien, l’Homme européen, occidental, ouvre son esprit et s’élève au-dessus de sa mortalité. Le ton de cette partie du livre est élogieux.

À moins de souffrir d’une forme particulièrement aigue d’eurocentrisme négatif, il est difficile de ne pas être impressionné par les réflexions d’antan décrites par Mattéi. Ce dernier nous donne des exemples concrets d’œuvres occidentales qui tentèrent d’améliorer la condition humaine. À travers elles, le philosophe nous montre deux choses. La première est que l’Homme occidental tente de se donner des points de repères qui permettent de déterminer ce qui est bon, juste et vrai. Ces points de repères imposent une forme d’autorité qui contraint l’Homme à évaluer ses conduites et pensées au-delà de la simple satisfaction de ses désirs individuels. La deuxième chose montrée par Mattéi est que cette notion de valeurs transcendantes est omniprésente dans beaucoup d’œuvres occidentales du passé. Que ce soit en peinture, en musique, en philosophie ou en architecture, les productions occidentales renvoient à une pensée. Cette dernière rayonne telle une étoile lointaine et oblige chacun à regarder au-delà de lui-même. Ce regard permet de porter une curiosité à l’extérieur et incite à se conduire selon les exigences du bien, du vrai et du juste.

Une fois complétée cette description du patrimoine intellectuel occidental, Mattéi passe à l’élément central de L’homme dévasté, soit la critique d’une nouvelle tradition philosophique qui semble tenter de remplacer ce qui la précède. Antihumanisme, philosophie de la déconstruction, postmodernité sont tous des mots employés pour décrire l’objet des critiques du philosophe.

Le début de la critique de Mattéi présente les racines intellectuelles de cette nouvelle tradition philosophique ainsi que ses principaux auteurs. Le philosophe explique que des éléments de la pensée déconstructionniste apparaissent au XIXe siècle, chez des auteurs tel que Mallarmé, Flaubert et Nietzsche. Ces derniers tentent de changer les formes de leurs œuvres et de critiquer des traditions de leur époque, mais ils gardent aussi un attachement envers des concepts tels que l’art et la connaissance. Ainsi, ils critiquent des conventions mais créent du même coup une œuvre. Selon Mattéi, les déconstructionnistes d’aujourd’hui ne font que le premier de ces deux actes : ils déconstruisent ce qui est, mais ne produisent rien en retour. Le philosophe associe cette conduite intellectuelle surtout à Maurice Blanchot, Gilles Deleuze et Jacques Derrida. Il décrit leurs œuvres avec un vocabulaire marqué par des mots tels que « destruction » et « ravage », les dépeignant comme des sapeurs qui saccagent les racines intellectuelles de l’Occident.

Le philosophe utilise plusieurs chapitres pour décrire différentes caractéristiques absurdes de la philosophie déconstructionniste. Dans un chapitre, il étoffe sa critique en ayant recours aux œuvres de Anders, Debord et Baudrillard. Mattéi utilise aussi les scénarios de films populaires comme The Matrix et Tron pour illustrer son propos qui est le suivant. En déconstruisant les fondements d’une rationalité intelligible et soucieuse de trouver ce qui est vrai, bon et juste, la philosophie de la déconstruction brouille la ligne qui sépare le vrai du faux. Le mensonge et la vérité se mélangent et se confondent. Cette confusion est exacerbée par l’essor des technologies de l’information : radio, télévision, informatique et internet. Mattéi décrit que ces technologies créent un mode de vie conforme au discours de Deleuze, qui désire l’avènement d’un monde sans valeur transcendante, habité par de multiples univers de désirs sans contraintes. Les spectateurs des mondes des médias deviennent l’incarnation réel de ce monde sans réalité ni mensonge. Chacun peut consommer télévision et autres médias d’information pour s’endormir intellectuellement en satisfaisant ses désirs. Or, un tel monde en est un où il devient impossible de lutter pour une meilleure justice ou de meilleures connaissances, car chacun résiste obstinément à ce qui pourrait frustrer l’univers clos de ses désirs.

Le thème de l’univers clos des désirs sans contraintes est repris dans un chapitre où Mattéi présente les formes postmodernes de l’art, connues sous le nom d’arts contemporains. Le philosophe décrit un monde absurde de musique sans rythme, de film sans scénario et d’architecture sans fonction. Il décrit aussi des poèmes composés de mots puis de voyelles qui se succèdent sans logique ni raison. Mattéi n’hésite pas à présenter les auteurs de ces œuvres comme des narcissiques qui se complaisent à satisfaire leurs désirs sans égards envers le regard d’autrui. Le jugement peut sembler sévère, mais le philosophe appuie bien ce dernier en présentant les discours de ces artistes. Ceux-ci s’autoproclament rebelles contre le fascisme du regard du public. Pourtant, Mattéi montre bien que le rapport artiste-public de l’art d’antan obligeait chacun à poser le regard au-delà de lui-même, permettant une certaine élévation de soi. Comparé à cela, l’univers de l’art contemporain, malgré ses prétentions anti-fascistes, est un monde clos où l’artiste n’est en rapport qu’avec lui-même. Il n’apporte rien à autrui.

La critique de la pensée de la déconstruction se termine par la dénonciation de plusieurs idéologies postmodernes liées au corps physique de l’humain. Mattéi concentre son propos sur le transhumanisme, mouvance qui souhaite l’avènement d’une humanité améliorée par le recours aux biotechnologies. Il réserve aussi plusieurs pages à l’écologisme et au militantisme des droits des animaux. Mattéi explique que ces mouvances tendent à mépriser l’Homme tout en projetant des désirs et aspirations humaines sur des choses inhumaines. Il cite par exemple un penseur qui dit avec certitude qu’il n’a plus rien à espérer de l’être humain et que la fin de l’humanité sera bénéfique pour la nature. Or, Mattéi souligne que, pour émettre un tel jugement, ce penseur doit avoir recours à sa propre part d’humanité, ainsi qu’à une non-négligeable confiance en lui-même. Il explique aussi qu’il est très possible qu’une créature créée par la combinaison de l’Homme et de la technologie soit une créature complètement inhumaine, sans désir ni empathie envers une humanité traditionnelle. Car, contrairement au penseur transhumaniste qui projette ses désirs humains sur les machines de demain, le cyborg post-humain pourrait bien développer des projets mauvais, injustes et erronés aux yeux d’un homme d’aujourd’hui. En sommes les idéologies qui tentent de déconstruire les fondements du corps et de le dépasser cacheraient bien souvent des intentions très humaines et aussi très éloignées de leurs désirs émancipatoires.

En conclusion, L’homme dévasté est une critique cinglante de la pensée postmoderne et de ses effets sur l’art, la culture et la politique. L’auteur est visiblement très attaché à la philosophie classique et très inquiet des conséquences de l’essor de la pensée de la déconstruction. Un tel propos serait probablement mal accueilli dans plusieurs milieux académiques d’aujourd’hui, mais il reste que nous sommes face à un ouvrage qui soulève avec justesses d’importantes questions. À travers les critiques du philosophe, on voit les effets pervers de la pensée postmoderne. Puisque cette dernière refuse l’intelligibilité ainsi que la division entre le bien et le mal, voyant en ces choses des contraintes aux désirs, elle peut enlever les raisons de se battre pour améliorer le monde. Si la notion de justice disparaît, pourquoi lutter contre l’injustice ? Pourquoi s’insurger contre les effets délétères du capitalisme ? Comment trouver des raisons morales pour lutter contre le fascisme ? Compte tenu que l’ouvrage mène à ces questions, tout lecteur critique a intérêt à le consulter. Sans forcément être complètement en accord avec Mattéi, il y trouvera probablement des raisons de se méfier de la pensée de la déconstruction. Il y trouvera aussi certainement des raisons d’avoir davantage de respect pour le patrimoine intellectuel de l’Occident.

Sébastien Bilodeau
Candidat à la maîtrise en service social, secrétaire-trésorier de Génération nationale

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.