• Robert Laplante
  • Numéros publiés en 2006
  • Mars 2006

Éditorial - L’irrationnel et sa rationalité sous-jacente

2006mars250C’est reparti. La guerre des chiffres, les interprétations contradictoires, les passes d’armes par médias interposés, l’inquiétude que même le gouvernement ne peut dissimuler devant les risques d’explosion des coûts et d’embardée financière majeure, le dossier des méga-hôpitaux universitaires devient de plus en plus nauséabond. Un autre comité, secret paraît-il, réunit des ministres, un mandat a été confié à un autre pour tenter de calmer le jeu dans la querelle du partage des spécialités entre Sainte-Justine et le Montreal Children, des éditoriaux, des lignes ouvertes et puis… toujours rien de clair, rien de précis. 

Lire la suite

  • Pierre Vadeboncoeur
  • Numéros publiés en 2006
  • Mars 2006

Le robot économique, le robot politique

Vers le 16 février, Bush annonçait que son gouvernement allait désormais voir à ce que soit diffusée, mieux que ce n’est présentement le cas, l’information concernant le « terrorisme ». Cela comprend sans doute, entre autres, « l’information » émanant du régime et de l’armée. Ainsi l’on verra à ce que les médias, pour leur part, servent davantage les fins envisagées par le pouvoir à cet égard.

Lire la suite

  • Louis Gill
  • Numéros publiés en 2006
  • Mars 2006

Remboursement de la dette: une fausse urgence

Les consultations prébudgétaires de cette année, a annoncé le ministre des Finances dans son document de référence1, s’articulent autour du thème principal de la dette. Accueillons cette décision comme une occasion de lever le voile sur plusieurs zones d’ombre qui entourent cette question.

1 – Au 31 mars 2005, la dette totale du gouvernement du Québec a atteint 116,6 milliards de dollars… Les coûts de financement de cette dette atteignent 7,6 milliards de dollars pour l’année 2005-2006, soit 13,7 cents pour chaque dollar de revenus (p. 26 du document de référence).

La dette totale du gouvernement comprend la dette directe, contractée sur les marchés, de 80,3 milliards, et le passif net à l’égard des régimes de retraite, 36,3 milliards. Si le gouvernement verse effectivement des intérêts annuels sur la dette directe, soit environ 5 milliards, ce n’est pas le cas pour l’autre partie de sa dette, qui est une simple reconnaissance de dette à l’égard de laquelle il impute une charge fictive d’intérêts. Cette charge d’intérêts, de 2,6 milliards, est inscrite comme une dépense budgétaire faisant partie du service de la dette, mais elle n’est pas l’objet d’un versement de fonds et n’entraîne par conséquent pas de besoins de financement. Le « besoin de financement » de 2,6 milliards, créé dans les « opérations budgétaires » du gouvernement par cette dépense budgétaire fictive, est en effet compensé par une « source de financement » équivalente dans ses « opérations non budgétaires ». Si on veut donc parler du poids réel du service de la dette en termes de sortie de fonds ou de besoins de financement, ou des « coûts de financement de cette dette »,  il faut parler de 5 milliards et non de 7,6 milliards, ce qui représente 9 cents, et non 13,7 cents, pour chaque dollar de revenus. Cela demeure élevé, mais a l’avantage de représenter une réalité qui ne doit pas être travestie.

Lire la suite

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.