Un évènement structurant pour le Québec !

États généraux sur les commémorations historiques

Depuis sa fondation en 1947, le Mouvement national des Québécoises et Québécois (ancienne Fédération des Sociétés Saint-Jean-Baptiste) veille aux intérêts culturels et linguistiques du Québec en participant activement à la vie publique et en prenant position des enjeux qui façonnent notre vie collective. Avec constance, nous avons fait de la défense et la promotion de l’identité québécoise notre raison d’être. La défense de la langue française, de notre histoire, culture et patrimoine sont au cœur de notre mission depuis près de soixante-dix ans. D’ailleurs, pour mémoire, rappelons que c’est sous l’impulsion de la Ligue d’Action nationale et de notre Mouvement que se sont tenus États généraux du Canada français (1966-1969), qui ont généré une réflexion et des propositions structurantes pour l’avenir constitutionnel du Québec.

Ainsi, le réseau du MNQ a investi le champ de la commémoration et développé une expertise qui lui est propre puisque nous sommes les maîtres d’œuvre des célébrations de la Fête nationale depuis plus de trente ans dans toutes les régions du Québec. Ce mandat, nous l’assumons avec fierté, comme nous assumons celui d’animer d’autres commémorations nationales telles que le Jour du Drapeau et la Journée nationale des patriotes. Par contre, force est d’admettre que ces dernières arrivent difficilement à s’ancrer dans les consciences car elles ne disposent pas d’un rayonnent suffisant dans l’espace public. De plus, sauf exception, malgré nos représentations en ce sens, le gouvernement ne souligne jamais ces anniversaires. À notre avis, il est plus que temps que l’État donne aux commémorations historiques l’ampleur qu’elles méritent. Voilà pourquoi en 2011, sous l’égide de l’Institut de recherche sur le Québec, affiliée au Mouvement, l’historien Charles-Philippe Courtois a publié une étude intitulée Les commémorations historiques nationales au Québec. Recommandations pour une politique d’envergure.

Je me souviens : la formule est forte. Elle caractérise une nation, qui en elle-même, sait que la mémoire est l’autre nom de l’identité. Au fil des siècles, les Québécois ont poursuivi leur aventure en se racontant leur histoire. On constate d’ailleurs que le goût du passé est bien présent comme en témoigne la popularité des thèmes historiques au cinéma ou à la télévision. Sur le plan institutionnel, aucune politique ne régit les commémorations. Si on trouve ici comme ailleurs des pratiques commémoratives, on ne trouve aucune politique structurée susceptible de revaloriser l’usage public de la mémoire.

À l’aube du 375e anniversaire de Montréal, le MNQ convie les Québécois à des États généraux sur les commémorations historiques. Ce grand rendez-vous aura pour objectif de mener une consultation et une réflexion de fond sur l’avenir des commémorations au Québec. Notamment, sur le type de commémorations que nous souhaitons célébrer, les anniversaires historiques et politiques qui devraient être ajoutés au calendrier des commémorations officielles, l’implication de l’État québécois et des acteurs concernés, etc. Nous souhaiterons également réfléchir à la préservation des lieux de mémoire importants.

Au programme, des conférences, panels et table-ronde où se prononceront des intellectuels, responsables de musées, représentants d’organismes publics et privés, ainsi que des représentants de la société civile, œuvrant dans le domaine de l’histoire, des commémorations et du patrimoine.

Le colloque s’ouvrira jeudi le 7 octobre avec une conférence offerte par madame Martine de Boisdeffre, présidente du conseil d’administration de l’Institution Nationale des Invalides, et ancienne directrice des Archives de France entre 2001 et 2010. Son expertise et ses réflexions sur l’avenir des commémorations, et en particulier sur le calendrier commémoratif qu’elle a implanté en France au tournant des années 2000 seront absolument éclairantes. Par la suite, nous discuterons de la complexité des commémorations dans les sociétés contemporaines où les repères identitaires sont en mutation ; des commémorations et du récit historique, et finalement, du patrimoine et des lieux de mémoire.

La deuxième journée débutera par une conférence sur les grands âges de la commémoration au Québec, qui sera suivie par un panel consacré au tourisme commémoratif. En après-midi, deux tables-rondes réunissant des acteurs publics et privés de la commémoration se succéderont pour réfléchir à la manière de mieux soutenir les commémorations. Cette journée sera clôturée par une projection de courts-métrages inédits provenant des archives de la Cinémathèque québécoise et offrant un panorama social et culturel du Québec de l’après-guerre.

La dernière journée sera consacrée à une réflexion autour de l’importance de se doter d’une politique de commémoration. En avant-midi, le premier conférencier mettra en lumière les liens entre la commémoration et le politique pour montrer que l’absence d’une politique de commémoration au Québec constitue une forme négation de la mémoire collective. Le deuxième conférencier procédera à une analyse comparative entre le Québec et d’autres nations occidentales qui ont une politique de commémorations. Quant à la troisième, elle abordera le cas de la Catalogne par le biais de son musée d’histoire nationale et les célébrations de son tricentenaire (1714-2014). Nos travaux se concluront par une table-ronde où seront explorées des avenues en matière de financement public et privé pour déterminer quel rôle devrait jouer les entreprises, les fondations privées, les acteurs de la société civile pour soutenir les commémorations. À ce vaste programme s’ajouteront de nombreuses activités en partenariat avec notamment Pointe-à-Callière, cité d’archéologie et d’histoire de Montréal, Montréal en histoires et le Gesù.

Les gens qui désirent consulter le programme et s’inscrire aux États généraux sur les commémorations historiques sont invités à consulter le site :

www.commemorations.quebec

Tagged under: commémorations,

Décembre 2017

Éditorial - Au seuil d’un autre commencement

2017decembre250Conférence prononcée à l’occasion du
Gala du centenaire de L’Action nationale
au cabaret Lion d’Or
27 octobre 2017
Version vidéo -

Je suis heureux de partager avec vous cette soirée, ce moment de célébration. C’est un privilège rare qui m’est donné et je vous en suis très reconnaissant. Je voudrais profiter de l’occasion pour revenir un tant soit peu, sur le chemin parcouru. Et pour tenter d’ouvrir quelques pistes pour le proche avenir, en sachant qu’il faudra revenir plus d’une fois sur le sujet.

Je vous invite à aborder les prochaines années avec confiance et détermination. Il faut penser notre combat dans le temps long. Et le faire en sachant que nous sommes redevables à tous ceux et celles qui, avant nous, ont mené les batailles qui ont permis à notre peuple de se rendre là où nous sommes. Encore et toujours au seuil de notre naissance, certes. Mais encore et toujours tenaces et opiniâtres, avec le même idéal chevillé au corps, le même goût de liberté, le dur désir de durer.

Lire la suite...

La voie rapide du Programme de l’expérience québécoise

L'auteur a été conseiller au ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion pendant 23 ans, à la retraite depuis deux ans. Le présent article est extrait d'un ouvrage en préparation chez L'Action nationale Éditeur.

Le Québec compte au sein de sa population des migrants étrangers qui y résident de façon temporaire, détenteurs d’un permis de séjour temporaire délivré par le gouvernement fédéral et d’un Certificat d’acceptation du Québec (CAQ). Il s’agit de travailleurs étrangers actifs sur le marché du travail québécois et d’étudiants étrangers inscrits dans nos institutions d’enseignement. Le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) souhaite en retenir le plus grand nombre possible au Québec afin qu’ils s’y établissent de façon durable. En tant que candidats éventuels à la sélection québécoise, ces personnes jouissent d’un avantage important par rapport aux candidats à l’immigration économique qui sont encore dans leur pays d’origine : ils vivent déjà au Québec depuis quelques années et participent à la vie québécoise. D’où l’intérêt pour le Québec de stimuler leur recrutement comme immigrants permanents. C’est dans cette perspective qu’a été mis sur pied en 2010 le Programme de l’expérience québécoise (PEQ).

S'inscrire pour lire la suite

Le démantèlement de la nation (chronique 17)

La période couverte s’étend du 21 septembre au 29 novembre 2017.

Au référendum de 1995, le OUI a perdu par 27 145 voix, car l’écart entre le oui et le non fut de 54 288 voix seulement. Des études ont alors montré que si les milieux moins favorisés s’étaient rangés derrière le OUI, c’est parce que l’État québécois leur semblait mieux en mesure que celui d’Ottawa, qui avait déjà entrepris de vastes compressions dans ses programmes sociaux, de mener la lutte contre la pauvreté et d’offrir un filet social de qualité.

Mais après le référendum, balayant une telle analyse du revers de la main, le premier ministre Lucien Bouchard s’est employé à dissocier question nationale et engagement de l’État québécois dans la société. Il a fait sienne la lutte contre le déficit. Les compressions ont commencé en santé, en éducation, dans les programmes sociaux et ailleurs. Ce premier ministre prétendait qu’en atteignant le déficit zéro et la réduction de la dette, les Québécois seraient à l’avenir plus libres de leurs choix. C’était vraiment mal lire la réalité. Celle-ci, à l’époque, n’était plus l’insécurité économique ; c’était tout simplement que 60 % de OUI parmi les Québécois de langue française n’avaient pas suffi à l’emporter contre 95 % de NON parmi les non-francophones.

S'inscrire pour lire la suite

Bilan de l’année du centenaire

Le conseil d’administration de la Ligue a voulu souligner avec éclat le centième anniversaire de la revue qui fut fondée en janvier 1917. L’objectif principal de cette année de commémoration était de faire connaître la revue afin d’élargir son lectorat. Nous avons voulu célébrer tous les artisans de la revue qui depuis un siècle, mois après mois, ont assuré la production et la diffusion d’analyses pertinentes et éclairantes de notre destin national.

Lire la suite...

Chroniques catalanes

L'auteur remercie Consol Perarnau qui l’a guidé dans la connaissance de la Catalogne.

Ces chroniques portent sur le processus d’autodétermination du peuple catalan qui s’est concrétisé par la tenue d’un référendum le 1er octobre dernier. Je me suis rendu à Barcelone du 24 septembre au 2 octobre comme participant à la délégation québécoise organisée par le Réseau Québec-monde. J’avais aussi obtenu l’accréditation de la Generalitat pour agir comme observateur international et surveiller le déroulement du vote. Ces chroniques forment en quelque sorte un journal de bord de ce voyage où se mêlent récit de vie et analyse politique. Ce journal relate au jour le jour les rencontres avec les principaux acteurs du mouvement indépendantiste catalan. Il compare aussi à l’occasion l’évolution du mouvement indépendantiste québécois et celui du mouvement catalan. 

Nos publications récentes

2017decembre250 2017automne250 memoniere250

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.