Le non-sens des villes à statut bilingue

La notion de municipalité à statut bilingue n’a plus de sens. Cette disposition de la loi 101 en est venue à s’opposer au français en tant que langue commune, précisément là où sa vitalité est le plus faible.

Quel cheminement a pu conduire à pareille incohérence ?

Cela commence avec le concept de district bilingue. C’était la « pierre angulaire » de la politique préconisée en 1967 par la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, ou commission Laurendeau-Dunton.

Par cette mesure, les commissaires voulaient conduire tous les paliers de gouvernement – fédéral, provincial et municipal – à garantir à certaines minorités une gamme complète de services dans leur langue : « [cette] action conjuguée modifiera sensiblement dans un lieu bien délimité les conditions de vie de la minorité [là] où la minorité officielle est assez importante pour justifier le genre de réorientation linguistique qui nous paraît souhaitable ».

La mesure visait tout particulièrement à renforcer celles des minorités francophones hors Québec qui étaient encore suffisamment viables.

Le district bilingue […] établira un équilibre : la minorité de langue française saura qu’elle obtient, dans une région donnée de l’Ontario ou du Nouveau-Brunswick, l’équivalent de ce qu’on accorde, dans le Québec, à la minorité de langue anglaise.

Vouloir ainsi que l’Ontario devienne en quelque sorte aussi français que le Québec est anglais était certes légitime. Mais Trudeau tenait mordicus à établir également des districts bilingues au Québec, ce qui n’allait pas de soi.

Car la réalité n’est en rien symétrique. C’est le français qui a besoin de soutien, au Québec comme dans le reste du Canada.

Trudeau s’en moque. Il fait adopter en 1969 sa Loi sur les langues officielles qui prévoit de créer des districts bilingues partout où une minorité de langue officielle compte pour 10 % ou plus de la population. Un premier conseil consultatif des districts bilingues recommande en 1971 de proclamer, entre autres, tout le Québec district bilingue.

Le Québec prend mal ça. Sa propre Commission d’enquête sur la situation de la langue française et sur les droits linguistiques, ou commission Gendron, est en voie de confirmer que c’est le français et non l’anglais qui a besoin de protection sur son territoire. La commission Gendron recommande par conséquent en 1972 de faire plutôt du français la langue commune dans l’ensemble du Québec.

Qu’à cela ne tienne, Ottawa met sur pied un second conseil consultatif qui, en 1975, propose la création de nombreux districts bilingues au Québec et ailleurs au Canada. Il conseille cependant de n’établir aucun district bilingue dans la région de Montréal, étant donné la « pression » que l’anglais exerce dans la métropole.

Un examen des données du recensement de 1971 révèle toutefois l’incohérence fondamentale de cette position. Tout comme à Montréal, l’assimilation à l’anglais affaiblit la population francophone dans chacun des districts bilingues que le conseil propose de créer ailleurs au Québec.

En même temps, un ressac francophobe contre certains districts bilingues prévus en Ontario commence à poindre. Trudeau enterre finalement en 1977 la pierre angulaire de la politique élaborée par la commission Laurendeau-Dunton.

Par un curieux revirement, le concept se réincarne aussitôt dans la Charte de la langue française, ou loi 101, sous la forme de municipalités québécoises à statut bilingue ! La Charte a pourtant bien comme but premier de faire du français la langue commune sur l’ensemble du territoire du Québec, comme l’avait recommandé la commission Gendron.

Dans le fond, il n’y avait pas ici d’incohérence. En permettant à certaines municipalités de s’identifier en français et en anglais, la Charte version 1977 voulait assurer une visibilité à l’anglais dans un paysage linguistique qu’elle entendait par ailleurs franciser en profondeur par un affichage commercial en français seulement.

Aujourd’hui, toutefois, cette vision d’un paysage fermement francisé se trouve réduite en miettes. L’actuel projet de loi 14 reconduit d’ailleurs l’affichage commercial bilingue, façon Cour suprême, et même les marques de commerce où l’anglais prédomine effrontément.

La dénomination bilingue pour les municipalités à forte proportion d’anglophones n’a donc plus son sens initial. Tout au contraire : dans un paysage saturé d’anglais, qu’une municipalité s’affiche en français et en anglais vient désormais inhiber l’acceptation du français comme langue commune.

Dévoyé par l’idéologie trudeauiste triomphante, le statut bilingue conduit en effet à revendiquer maintenant l’usage de l’anglais en toute circonstance, y compris pour un geste aussi élémentaire qu’acheter un billet d’autobus. Et vlan ! pour le français langue véhiculaire – c’est-à-dire, langue commune de la vie publique.

À tour de rôle, chaque commissaire aux langues officielles canadiennes ne manque pas de conforter cette résistance. « La Loi sur les langues officielles n’oblige pas tous les Canadiens à devenir bilingues, nous répète-t-on. Elle a pour but, au contraire, de protéger l’unilinguisme parmi les minorités de langue officielle. » Cela veut dire, au Québec, protéger l’unilinguisme anglais.

C’était le but en particulier du concept révolu de district bilingue. Par un cheminement pervers, c’est devenu la principale raison d’être des municipalités bilingues.

Le dernier recensement confirme que celles-ci demeurent plus que jamais des foyers d’anglicisation, notamment dans le West Island à Montréal et le West Quebec dans l’Outaouais. Cela s’observe le mieux parmi les jeunes adultes âgés en 2011 de 25 à 44 ans. Ils ont en grande majorité commencé leur scolarisation après l’adoption des lois 22 et 101, d’une part, et sont, d’autre part, à un âge où les compétences et comportements linguistiques sont parvenus à maturité.

Loin de reculer depuis 1971, l’anglicisation des jeunes adultes de langue maternelle française a progressé dans le West Island. Dans l’ensemble des douze villes à statut bilingue dans l’île de Montréal, 21 % de ces francophones déclarent parler, au moment du recensement de 2011, l’anglais comme langue principale à la maison. Une honte.

En contrepartie, le taux de francisation des anglophones est d’un gros 1 %. Parmi les allophones, le taux d’anglicisation s’élève à 32 %, comparé à une francisation de 7 %.

Quant aux compétences linguistiques des jeunes adultes dans les mêmes villes, seulement 5 % des francophones et 8 % des allophones se déclarent incapables de converser en anglais, alors que 19 % des anglophones et 29 % des allophones ignorent le français.

La situation est semblable dans Pierrefonds-Roxboro, arrondissement à statut bilingue de la ville de Montréal.

Dans les 21 municipalités à statut bilingue du West Quebec, situées surtout à l’ouest et au nord de la ville de Gatineau, le français se porte également mal. En 2011, 14 % des jeunes adultes francophones ont l’anglais comme langue d’usage à la maison, contre 2 % de francisés parmi les anglophones.

En milieu rural, c’est pire. Dans les 18 municipalités bilingues à l’extérieur de la région métropolitaine de Gatineau, on compte 27 % de francophones anglicisés contre 1 % d’anglophones francisés. Dans le Far West du Québec, c’est-à-dire dans les 15 municipalités outaouaises à statut bilingue du Pontiac, pas moins du tiers des jeunes adultes francophones sont de langue d’usage anglaise. Désespérant.

Quant à l’unilinguisme, dans l’ensemble des 21 municipalités seulement 10 % des francophones ne connaissent que le français, tandis que 51 % des anglophones ne peuvent parler que l’anglais. Dans le Pontiac, 2 % des francophones sont unilingues, contre 63 % des anglophones.

Quel que soit le pourcentage d’anglophones fixé pour reconnaître à une municipalité un statut bilingue, ces municipalités du West Island et du West Quebec seraient du nombre. L’incohérence ne tient donc pas au seuil requis. C’est l’emmanchure en soi qui n’a plus aucun bon sens.

Le projet de loi 14 ne rétablit pas l’affichage commercial en français seulement. Il n’empêche en outre aucune municipalité de prodiguer des services en anglais à ses résidants anglophones.

Qu’on abolisse donc ce statut bilingue néfaste au français. Devant les statistiques linguistiques de 2011, qu’on s’empresse d’inviter les municipalités en cause à se définir plutôt comme solidaires du projet de société que le Québec s’est donné en 1977. Autrement dit, à se doter d’une politique linguistique visant à promouvoir l’usage du français comme langue publique commune sur leur territoire.

Tagged under: Français,

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.