Éditorial - La réponse est dans l'audace

Les ingénieurs ont été les véritables icônes de la Révolution tranquille. Compétence, audace, confiance en soi et goût de bâtir, les cohortes qui ont forcé le jeu, qui ont fait mentir l’establishment anglais, qui ont renversé les cartels des ressources naturelles et donné à la nationalisation de l’hydro-électicité le supplément d’âme qui a propulsé dans l’épopée les grands projets de la Manicouagan, ces cohortes n’auront-elles eu de descendants que des parvenus ingrats ?

Lire la suite

Les cégeps et la société québécoise

Depuis quelque temps, plusieurs chroniqueurs semblent s’être donné le mot pour dénoncer, à partir d’enquêtes, le faible taux de diplomation universitaire au Québec. Le Sommet sur l’éducation étant derrière nous, c’est peut-être le temps de mettre en doute ce critère de la diplomation universitaire pour porter un jugement sur la performance de notre système d’éducation. Car si on mesure la scolarité postsecondaire à partir du seul diplôme universitaire, on gomme inévitablement les multiples formations et professions issues du réseau collégial, on perd de vue un palier tout entier de notre système d’éducation.

Lire la suite

L'austérité en question

Après l’éclatement de la crise en 2007, rappelons-le, partout on a procédé à la mise en œuvre de programmes de relance économique, au sauvetage et à la nationalisation partielle ou complète d’entreprises et d’établissements financiers, à des garanties de prêts et de dépôts bancaires et au rachat de titres de dette de mauvaise qualité.

Lire la suite

Les entreprises passerelles

La question linguistique au Québec accompagne de près les enjeux sociaux, politiques et économiques. Le contexte de la mondialisation ainsi que le statut de minorité linguistique au sein du grand ensemble canadien multiculturel et de langue anglaise font de l’enjeu identitaire québécois un véritable défi.

Lire la suite

Les derniers défis dans notre route vers le pays

Tous les hommes rêvent, mais inégalement. Ceux qui rêvent la nuit dans les recoins poussiéreux de leur esprit s’éveillent, le jour, pour trouver que c’était vanité ; mais les rêveurs de jour sont des hommes dangereux, car ils peuvent, les yeux ouverts, réaliser leur rêve, pour le rendre possible.

Ce passage des Sept Piliers de la sagesse de T. E. Lawrence nous paraît inspirant pour une réflexion sur la suite des choses chez nous.

Avec les « éveilleurs de peuple », grâce auxquels le nombre des pays membres de l’Organisation des Nations unies a quadruplé depuis 1945, nous comprenons, aujourd’hui, que le plein achèvement politique de la nation ne peut s’inscrire que dans une longue durée qui, à nos yeux, nous impose encore trois types de défis.

Lire la suite

Notre conscience politique du centre à la périphérie

Professeur de philosophie, cégep de Limoilou

l'âme infuse partout, depuis le milieu jusqu'aux extrémités, et enveloppant le monde circulairement, introduisit, en tournant sur elle-même, le divin commencement d'une vie perpétuelle et bien ordonnée pour toute la suite des temps – Platon

Dans son ouvrage La naissance de la tragédie grecque, son premier, Nietzsche propose une analyse du grand principe à l’œuvre dans la tragédie, tel qu’il le conçoit, de la dialectique entre l’apollinien et le dionysien. Nous aimerions démontrer que cette thèse peut également nourrir une lecture des rapports entre la société et l’autorité constituée.

Lire la suite

Reconnaître qui nous sommes

Mémoire à la Commission des États généraux sur la souveraineté

Nation particulière, le Québec est une société démocratique, française, laïque, d'héritage judéo-chrétien, voire de culture chrétienne. Je dis bien « culture chrétienne » et non foi ou croyances. Ce texte porte sur les deux derniers traits (héritage et culture chrétienne) que l'on a souvent de la difficulté à reconnaître et afficher. Ils correspondent pourtant à la vérité historique et sociologique, même s’il y a eu des abus de la part des autorités catholiques et qu’il reste bien des réformes à faire dans l’Église. Ils ne nous distinguent pas complètement de certains pays européens, ils nous différencient clairement de plusieurs autres, asiatiques, moyen-orientaux, africains. Leur affirmation aiderait à définir le type de laïcité dont le Québec a besoin puisqu'ils ne s'opposent aucunement aux droits de la personne, notamment à la liberté de conscience et de religion. Elle aiderait également à l'intégration des immigrants et conforterait l'avenir de la nation.

Lire la suite

P. Ducasse et T. Vouloumanos. Pour une économie démocratique

Pierre Ducasse et Tom Vouloumanos
Pour une économie démocratique. Un guide d’action stratégique pour construire une économie au service de tous les citoyens. VLB, 2013, 350 pages

Les auteurs de ce livre, Pierre Ducasse et Tom Vouloumanos, ayant joué un rôle important dans la montée du NPD au Québec, il est essentiel de s’attarder à leurs idées, et plus précisément à leurs idées économiques.

Comme le titre du livre l’indique, leur idée maîtresse, a priori fort intéressante, est celle d’une démocratisation de l’économie. Et comme le sous-titre l’indique, il s’agit d’un guide et donc d’un livre pratico-pratique très accessible destiné surtout aux militants. Il est d’ailleurs rédigé sous forme de questions et de réponses d’environ une demi-page.

Dès l’introduction, les auteurs campent leur position idéologique : ils sont à la fois démocrates et socialistes, c’est-à-dire que sans être communistes ils proposent d’aller plus loin que la social-démocratie, soit un système où seule une minorité de leviers économiques sont sous contrôle démocratique.

Lire la suite

Jean Garon. Pour tout vous dire

Jean Garon
Pour tout vous dire, Montréal, VLB Éditeur et La vie agricole, 2013, 528 pages

Trop peu d’hommes politiques publient leurs mémoires pour nous faire partager leurs expériences et nous faire mieux connaître les rouages de la gestion du bien public. Certes, ce genre littéraire incite à l’autoglorification et aux reconstructions a posteriori qui embellissent la réalité ou occultent certains faits moins glorieux, la mémoire étant une faculté oublieuse.

Lire la suite

Michel Seymour. Une idée de l'université

Michel Seymour
Une idée de l'université. Propositions d'un professeur militant, Boréal, 2013, 216 pages

Professeur de philosophie à l’université de Montréal, figure bien connue du printemps étudiant, militant au sein des Professeurs contre la hausse, Michel Seymour s’inspire des théories du philosophe américain John Rawls dans son dernier essai Une idée de l’université. Et c’est bien une conception globale de ce que devraient être les universités que Seymour veut partager avec son lecteur, car, s’il s’inspire bien entendu du printemps étudiant, le professeur dépasse les considérations liées à l’urgence de l’événement pour proposer une réforme en profondeur de l’université.

Lire la suite

Sous-catégories

Décembre 2017

Éditorial - Au seuil d’un autre commencement

2017decembre250Conférence prononcée à l’occasion du
Gala du centenaire de L’Action nationale
au cabaret Lion d’Or
27 octobre 2017
Version vidéo -

Je suis heureux de partager avec vous cette soirée, ce moment de célébration. C’est un privilège rare qui m’est donné et je vous en suis très reconnaissant. Je voudrais profiter de l’occasion pour revenir un tant soit peu, sur le chemin parcouru. Et pour tenter d’ouvrir quelques pistes pour le proche avenir, en sachant qu’il faudra revenir plus d’une fois sur le sujet.

Je vous invite à aborder les prochaines années avec confiance et détermination. Il faut penser notre combat dans le temps long. Et le faire en sachant que nous sommes redevables à tous ceux et celles qui, avant nous, ont mené les batailles qui ont permis à notre peuple de se rendre là où nous sommes. Encore et toujours au seuil de notre naissance, certes. Mais encore et toujours tenaces et opiniâtres, avec le même idéal chevillé au corps, le même goût de liberté, le dur désir de durer.

Lire la suite...

La voie rapide du Programme de l’expérience québécoise

L'auteur a été conseiller au ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion pendant 23 ans, à la retraite depuis deux ans. Le présent article est extrait d'un ouvrage en préparation chez L'Action nationale Éditeur.

Le Québec compte au sein de sa population des migrants étrangers qui y résident de façon temporaire, détenteurs d’un permis de séjour temporaire délivré par le gouvernement fédéral et d’un Certificat d’acceptation du Québec (CAQ). Il s’agit de travailleurs étrangers actifs sur le marché du travail québécois et d’étudiants étrangers inscrits dans nos institutions d’enseignement. Le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) souhaite en retenir le plus grand nombre possible au Québec afin qu’ils s’y établissent de façon durable. En tant que candidats éventuels à la sélection québécoise, ces personnes jouissent d’un avantage important par rapport aux candidats à l’immigration économique qui sont encore dans leur pays d’origine : ils vivent déjà au Québec depuis quelques années et participent à la vie québécoise. D’où l’intérêt pour le Québec de stimuler leur recrutement comme immigrants permanents. C’est dans cette perspective qu’a été mis sur pied en 2010 le Programme de l’expérience québécoise (PEQ).

S'inscrire pour lire la suite

Le démantèlement de la nation (chronique 17)

La période couverte s’étend du 21 septembre au 29 novembre 2017.

Au référendum de 1995, le OUI a perdu par 27 145 voix, car l’écart entre le oui et le non fut de 54 288 voix seulement. Des études ont alors montré que si les milieux moins favorisés s’étaient rangés derrière le OUI, c’est parce que l’État québécois leur semblait mieux en mesure que celui d’Ottawa, qui avait déjà entrepris de vastes compressions dans ses programmes sociaux, de mener la lutte contre la pauvreté et d’offrir un filet social de qualité.

Mais après le référendum, balayant une telle analyse du revers de la main, le premier ministre Lucien Bouchard s’est employé à dissocier question nationale et engagement de l’État québécois dans la société. Il a fait sienne la lutte contre le déficit. Les compressions ont commencé en santé, en éducation, dans les programmes sociaux et ailleurs. Ce premier ministre prétendait qu’en atteignant le déficit zéro et la réduction de la dette, les Québécois seraient à l’avenir plus libres de leurs choix. C’était vraiment mal lire la réalité. Celle-ci, à l’époque, n’était plus l’insécurité économique ; c’était tout simplement que 60 % de OUI parmi les Québécois de langue française n’avaient pas suffi à l’emporter contre 95 % de NON parmi les non-francophones.

S'inscrire pour lire la suite

Bilan de l’année du centenaire

Le conseil d’administration de la Ligue a voulu souligner avec éclat le centième anniversaire de la revue qui fut fondée en janvier 1917. L’objectif principal de cette année de commémoration était de faire connaître la revue afin d’élargir son lectorat. Nous avons voulu célébrer tous les artisans de la revue qui depuis un siècle, mois après mois, ont assuré la production et la diffusion d’analyses pertinentes et éclairantes de notre destin national.

Lire la suite...

Chroniques catalanes

L'auteur remercie Consol Perarnau qui l’a guidé dans la connaissance de la Catalogne.

Ces chroniques portent sur le processus d’autodétermination du peuple catalan qui s’est concrétisé par la tenue d’un référendum le 1er octobre dernier. Je me suis rendu à Barcelone du 24 septembre au 2 octobre comme participant à la délégation québécoise organisée par le Réseau Québec-monde. J’avais aussi obtenu l’accréditation de la Generalitat pour agir comme observateur international et surveiller le déroulement du vote. Ces chroniques forment en quelque sorte un journal de bord de ce voyage où se mêlent récit de vie et analyse politique. Ce journal relate au jour le jour les rencontres avec les principaux acteurs du mouvement indépendantiste catalan. Il compare aussi à l’occasion l’évolution du mouvement indépendantiste québécois et celui du mouvement catalan. 

Nos publications récentes

2017decembre250 2017automne250 memoniere250

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.