Recherche par auteur

Un cours multidisciplinaire sur le Québec contemporain

Il est rare que le petit monde des cégeps attire l’attention des médias autrement que pour voir l’opportunité de les fermer. Plus rare encore qu’on s’intéresse à l’enseignement de l’histoire, une discipline dont la place au niveau collégial est notoirement marginale. Ce fut pourtant le cas durant la dernière semaine de novembre 2010 alors que la Fondation Lionel-Groulx déposait une étude au titre fracassant à propos de la disparition des cours portant sur l’histoire du Québec. Le grand public a alors pu apprendre avec stupeur que moins de cinq pour cent des finissants du collégial avaient pu suivre un cours d’histoire nationale, et encore, dans moins de la moitié des cégeps et seulement pour le programme de sciences humaines[1].

Lire la suite

Éditorial - Artisan de la grandeur (Hommage à Jean-Marc Léger)

Jean-Marc Léger nous a quittés. Le Québec vient de perdre un très grand homme, L’Action nationale son plus ancien et plus fidèle artisan. Les nombreux témoignages rendus à l’occasion de son décès ont souligné son exceptionnelle contribution au développement du Québec, à son rayonnement ainsi qu’à celui de la langue française et de la culture québécoise. Jean-Marc Léger a porté très haut le flambeau de notre aventure collective.

Lire la suite

Une fin de semaine avec Rosaire Morin

En juin 1997, j'avais emmené Rosaire Morin pour une fin de semaine à mon chalet dans les Laurentides. J'avais noté dans mes carnets, qui seront publiés en avril aux Éditions du Québécois sous le titre Chronique d'un rendez-vous manqué, quelques moments de cette rencontre. Ce sont ces notes que je reproduis ici.

29 juin. Séjour au Lac Chaud, avec Rosaire Morin. Je le fais parler et prends des notes. Une véritable encyclopédie vivante. Un homme passionné, habité par le problème du Québec. Notre épargne sort du Québec dans une proportion incroyable et nous n'avons pas d'argent pour nous développer. Les politiciens ne sont pas à la hauteur de la situation. Ils ne pensent qu'à leurs intérêts. Ils ne sont pas conscients des vrais problèmes sociaux et politiques. Ils n'ont pas de plan, ils improvisent continuellement.

Lire la suite

La liberté du Québec - 1

Directeur général de la Fondation Lionel-Groulx, l’auteur s’exprime ici à titre personnel.

Quelqu’un, quelque part, con­teste-t-il encore sérieusement notre existence en tant que nation québécoise ?

Par notre histoire, notre langue, notre culture et notre fidélité à celles-ci, par notre persévérante résistance aux multiples tentatives de nous soumettre et de nous assimiler, par le territoire que nous occupons depuis plus de 400 ans et que nous avons aménagé et développé, par les institutions et les entreprises que nous avons créées au fil des siècles, par les liens que nous avons tissés avec le monde, par les valeurs fondamentales que nous partageons, nous, Québécoises et Québécois, formons indéniablement une nation.

Lire la suite

L'affaire Michaud ou Le complot des mous

Ce jour-là, je me précipite à l’Assemblée nationale, de retour de la Gaspésie.

Un membre du personnel de l’Assemblée m’informe qu’un vote est sur le point de débuter. Il vérifie s’il m’est possible d’entrer. Mon pupitre étant tout près de la porte, il me fait signe d’y aller rapidement. Voyant le Président et un greffier debout, je m’enquiers auprès de mon voisin, Rosaire Bertrand, député de Charlevoix, de quoi il s’agit. Il m’informe d’une résolution concernant Yves Michaud. Sans plus. Le vote est en cours, impossible alors de demander au Président de relire la résolution. La procédure me confine à l’ignorance. Furieux, je me vois contraint d’appuyer la résolution ne sachant pas si elle était favorable ou défavorable à l’endroit de Yves Michaud.

Lire la suite

Déchets radioactifs ontariens sur le Saint-Laurent

Auteure de Avez-vous peur du nucléaire ? Vous devriez peut-être… (MultiMondes, 2009)

Le 4 février dernier, la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) a accordé un permis à la compagnie ontarienne Bruce Power pour transporter par bateau 16 générateurs de vapeur radioactifs vers la Suède. La CCSN permet ainsi que des composantes usées de centrales nucléaires, des déchets radioactifs, voyagent sur les Grands Lacs et le fleuve Saint-Laurent, la principale source d’eau potable de millions de personnes. Estomaquée par cette décision, j’ai lu la transcription des audiences publiques tenues à Ottawa les 28 et 29 septembre 2010. J’y ai déniché plusieurs faits préoccupants.

Lire la suite

Qui a peur de l'histoire sociale ?

L’étude sur l’enseignement de l’histoire dans les cégeps, produite par Gilles Laporte et Myriam Darcy pour la Fondation Lionel-Groulx et publiée dans L'Action nationale de février dernier, mérite d’être lue et diffusée. Il était temps qu’une recherche se penche sur la piètre place que ces institutions accordent à l’enseignement de notre histoire nationale. Les auteurs y notent avec justesse la peur de nommer les événements politiques qui ont façonné l’ordre canadien. L’espace restreint occupé par l’enseignement de l’histoire politique depuis quelques années est symptomatique de cette crainte. Une plus grande place accordée à cet enseignement ne répondrait toutefois pas nécessairement aux attentes des tenants d’une histoire nationale québécoise. En témoignent les objets d’étude de Jocelyn Létourneau, qui concernent l’identitaire et le politique.

Lire la suite

Le concept de liberté au Canada à l’époque des révolutions atlantiques (1776-1838)

Michel Ducharme
Le concept de liberté au Canada à l’époque des révolutions atlantiques (1776-1838), Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2010, 350 pages

Dans cet ouvrage, version remaniée de sa thèse de doctorat, Michel Ducharme analyse les différentes conceptions de la liberté dans les colonies britanniques d’Amérique du Nord de l’indépendance américaine jusqu’aux rébellions de 1837-1838.

Pour l’auteur, il importe de distinguer les deux principales conceptions de la liberté issues des Lumières qui sont deux façons différentes de concevoir l’État, l’ordre social et l’individu : la liberté moderne et la liberté républicaine. La première, émergée au début du Siècle des Lumières, repose sur le respect de certains droits individuels (habeas corpus, liberté de conscience, liberté de presse, etc.), sur le droit à la propriété, le droit à l’accumulation de richesse, de même que le droit à la sécurité des personnes et des biens. À cette liberté moderne s’oppose la liberté républicaine, émergée dans la deuxième partie du Siècle des Lumières, qui a justifié les nombreuses révolutions du monde atlantique et qui repose sur la liberté politique des citoyens de participer à la vie politique, sur l’égalité entre les citoyens et sur l’esprit de communauté.

Lire la suite

Éditorial - Le coin de fer

 Le Canada vient de se lancer en campagne électorale. Par la force des choses et par une propension certaine à la restriction mentale les Québécois vont faire semblant que cela compte pour quelque chose. Évidemment, le Bloc québécois va faire campagne. À peu près seul, comme d’habitude en notre neigeux désert d’un printemps que nous ne cessons de reporter depuis bientôt vingt ans. Le plus absurde de la situation, c’est que le Bloc va soliloquer pour le plus grand ennui des Québécois en même temps qu’il s’acharnera à se présenter comme partie prenante dans une joute électorale où il est essentiellement instrumentalisé, matière à fabriquer des épouvantails. Nous n’y sommes pour rien dans cette histoire, à quoi bon s’acharner à continuer d’y projeter une ambivalence qui ne concerne que nous ?

Lire la suite

Le testament spirituel de Jacques Grand'Maison - entrevue

LF- Le propos de votre livre (Société laïque et christianisme, Novalis, 2010) est fondé sur une lecture de l’histoire que vous tenez à partager avec les Québécois. Vous dites que depuis 2000 ans, au milieu des contextes historiques particuliers les plus divers, c’est en étant confrontées au défi de leur constante interaction que les sociétés occidentales et la foi chrétienne se sont mutuellement remises en question et qu’elles ont évolué. C’est même par leur dialogue, en tension, qu’elles ont mis au point, ensemble et l’une grâce à l’autre, le meilleur des valeurs à portée universelle qui sont les nôtres de nos jours au Québec comme ailleurs en Occident. Ces valeurs, pour nous en tenir aux plus fondamentales, sont l’absolue dignité de la personne, la fraternité, la charité ou sa variante sociale qui est la solidarité, mais aussi la liberté et l’égalité notamment, sans oublier la responsabilité personnelle et l’espérance. De telles valeurs, en Occident, ont inextricablement un fondement religieux et un fondement séculier.

Lire la suite

Sous-catégories

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.