Numéros publiés en 2016

L’université de la reproduction corporative

On devrait fonder une chaire pour l’enseignement de la lecture entre les lignes.
- Léon Bloy

Pourquoi un chapitre sur l’université dans un ouvrage sur la trahison de l’État-nation par nos élites ? La raison est toute simple. L’université est l’institution la plus importante de formation de ces élites. L’État-succursale a façonné l’université à son image afin d’assurer sa reproduction perpétuelle, pour que son modèle puisse être passé de génération en génération afin que ceux qui sortent des rangs académiques soient fabriqués sur un moule très précis, aptes à grimper les échelons de l’État pour que celui-ci puisse poursuivre dans la même direction. La compréhension des transformations de l’enseignement supérieur revêt aussi une importance primordiale par le fait qu’elle témoigne, dans l’institution même de la formation de la relève, des grandes transformations qui ont touché le Québec.

Lire la suite : ...

De l’impérieuse nécessité d’approfondir la recherche 
sur le projet d’indépendance nationale du Québec

Je tiens d’abord à remercier mon collègue Denis Monière de m’avoir invité à prendre la parole ce soir devant votre Mouvement démocratie et souveraineté. J’ai le souvenir de la fondation du MDS en 2006 à l’initiative du regretté Marc Brière et je tiens ici à louer la volonté de ses membres de continuer d’agir comme un groupe de réflexion sur l’idée de souveraineté et la nécessaire réforme des institutions démocratiques du Québec. Votre devise « La souveraineté par la démocratie, la démocratie par la souveraineté » est, à mes yeux, toujours aussi pertinente qu’elle l’était au moment de votre fondation et j’espère pouvoir réfléchir avec vous sur ce lien entre démocratie en souveraineté en abordant la question dont Denis m’a demandé de traiter et que je ferai en arguant « De l’impérieuse nécessité d’approfondir la recherche sur le projet d’indépendance nationale du Québec ».

Lire la suite : ...

Le combat d’une vie : le français, le Québec (extrait primeur)

extrait de Fernand Daoust. Bâtisseur de la FTQ (1964-1993) tome 2 de la biographie de Fernand Daoust par André Leclerc

fernanddaoust250La constance, la cohérence et la détermination dans ses engagements font partie des traits de caractère de Fernand Daoust. S’il est une cause au profit de laquelle il a mobilisé ses énergies tout au long de sa vie syndicale active et bien au-delà, c’est celle du français, la langue commune du peuple québécois. Avec une préoccupation et une insistance particulière pour la langue du travail. Pour lui, la défense de cette langue qu’il aime commande un engagement tout aussi profond, celui de la construction de son pays, le Québec. Un pays libre, affranchi de toute domination économique et politique, qui instaure et maintient une justice sociale durable.

Lire la suite : ...

John Ibbitson. Stephen Harper. Un portrait

John Ibbitson
Stephen Harper. Un portrait, Les Éditions de l’Homme, 2015, 603 pages

Maintenant que Stephen Harper a quitté le 24 Sussex, le temps est propice pour dresser un premier bilan des années où il y a séjourné et, considérant que l’homme demeure peu connu, des années qui y ont mené. À cette fin, encore plus que Stephan Harper and the Future of Canada de William Johnson paru en 2005, la version française de sa biographie Stephen Harper. Un portrait, du journaliste au Globe and Mail John Ibbitson constitue une source d’informations appréciable, au point où il vaut la peine d’en restituer les grandes lignes.

Lire la suite : ...

Jacques Grand’Maison. Ces valeurs dont on parle si peu

Jacques Grand’Maison
Ces valeurs dont on parle si peu. Essai sur l’état des mœurs au Québec, Montréal, Les Éditions Carte blanche, 2015, 136 pages

La lecture du dernier et sans doute ultime ouvrage de Jacques Grand’Maison me rejoint à plusieurs titres.

D’abord, j’ai suivi toute l’œuvre du cher chanoine, en particulier les recherches qu’il a consacrées aux générations et à leurs rapports : un travail colossal de sociologue, qui a eu et garde le mérite de nous éveiller à une forme nouvelle des rapports sociaux, aux questionnements qu’ils soulèvent et aux perspectives qu’ils nous font parfois redouter. Jacques Grand’Maison et ses collaborateurs ont su nous convaincre de la nécessité de prendre en compte la grave crise de la transmission d’une génération à l’autre, non seulement dans la réalité ecclésiale du Québec en fin de XXe siècle, mais dans la dynamique chaude et conflictuelle de la société québécoise confrontée aux bouleversements de son action sur elle-même. Les rapports entre générations sont si distendus que c’est « le tissu humain et spirituel » qui s’en trouve tout effiloché et menacé dans ses formes autant que dans sa durabilité. Jacques Grand’Maison a ainsi contribué efficacement à élargir le concept de rapports sociaux, bien au-delà des « rapports de classes » et j’ai pu croiser ses chemins de réflexion avec mes recherches et mes diverses interventions dans le champ naissant de la gérontologie sociale québécoise.

Lire la suite : ...

Sous-catégories

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.

Mémoires présentés récemment