Vive le Québec libre - colloque commémoratif

Actes du colloque commémoratif «Vive le Québec libre!» tenu les 26 et 27 mai 2017 à la Maison Ludger-Duvernay.

De Gaulle se souvient de la dette de Louis XV

Pour percevoir ce que Charles de Gaulle a voulu faire en juillet 1967 au Québec, et jusqu’au discours demeuré fameux « Vive le Québec libre ! », sans doute convient-il de commencer par le commencement, c’est-à-dire s’interroger sur le « pourquoi ». Or, poser la question du « pourquoi », c’est d’abord s’interroger sur les raisons qui poussent le chef de l’État français à se rendre à l’invitation qui lui est faite de visiter l’Exposition universelle de Montréal de 1967.

Lire la suite : ...

Le voyage du général de Gaulle et l’accélération de la coopération

Docteur en histoire

Cinquante ans après la disparition de Hector Fabre, qui avait occupé le poste d’agent général de la Province de Québec en France, de sa nomination en 1882 à sa mort en 1910, l’ouverture de la Délégation générale du Québec à Paris, à l’initiative de Georges-Émile Lapalme, a permis de renouer les liens politiques entre les deux gouvernements1. Lors de son séjour à Paris pour présider à l’inauguration de la représentation québécoise en octobre 1961, le premier ministre Lesage est reçu à l’Élysée, où de Gaulle lui fait part de son désir de renforcer les relations dans tous les domaines avec le Québec2.

Lire la suite : ...

France-Québec : la langue, un signe de souveraineté

Puisqu’on me propose de vous parler de la langue comme signe de souveraineté, je pense qu’il nous faut d’abord s’interroger sur cette idée de souveraineté appliquée à l’appartenance à une langue, à l’enracinement linguistique, donc culturel. La langue est une patrie, disait Camus. Elle est à la fois l’ultime patrie des pauvres, l’ultime patrie de ceux qui n’en ont plus aucune autre, le lien naturel de l’homme avec les autres hommes qu’elle constitue en peuple, en nation, en libre souveraineté juridique parfois ; sauf que la langue est aussi praticable comme instrument de domination par les puissants et les riches, puisqu’en fin de compte ils n’ont jamais de triomphe parfait que lorsqu’ils ont imposé leur langage, c’est-à-dire leur façon de penser, puis leur langue, aux hommes et aux peuples qu’ils ont su rendre tributaires. La langue devient alors, non plus un vecteur de liberté, mais un vecteur de formatage des esprits et des comportements au service d’une organisation exclusive du monde.

Lire la suite : ...

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.

Mémoires présentés récemment