Il était une fois des étudiants québécois en France

Au début des années soixante-dix, environ 5000 étudiants québécois poursuivaient des études supérieures dans les universités françaises. De retour au Québec, avec ou sans diplôme, ils vont contribuer à la modernisation de la société québécoise en occupant des postes dans les nouvelles institutions créées par la Révolution tranquille. Pour créer des universités, des cégeps, des services de santé, une fonction publique professionnelle, il fallait recruter des cadres scolarisés qui puissent prendre en charge les nouvelles fonctions de l’État. Les retours de France ont pour ainsi dire colonisé le monde de l’enseignement et de la fonction publique. Ils se sont aussi investis dans les organisations syndicales et politiques afin d’en moderniser le fonctionnement. Étudier en France sur une longue période ouvrait des horizons et opérait une forme de transfert culturel.

Accès abonné

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.

Mémoires présentés récemment