L’élection générale de 2018 ne scellera pas le sort de l’option indépendantiste – Postface

Les résultats du dernier scrutin général québécois se sont avérés plus désastreux pour les formations indépendantistes que ce qu’avaient projeté les sondages préélectoraux. Dans notre texte paru dans le dossier « Le tournant » consacré au dernier scrutin, « L’élection générale de 2018 ne scellera pas le sort de l’option indépendantiste », nous écrivions que :

Si la famille indépendantiste devait perdre la force de la représentation parlementaire qu’elle a depuis la première élection des députés indépendantistes à l’Assemblée nationale en 1970, elle se priverait alors d’un important levier pour la réalisation de son projet. Comme c’est par la voie démocratique que la fondation de la République libre du Québec devra se faire, l’élection de députés indépendantistes est cruciale.

Lire la suite : L’élection générale de 2018 ne scellera pas le sort de l’option indépendantiste – Postface

Le modèle québécois en terrain inconnu avec l’arrivée de la CAQ

Dans l’article que j’ai publié en septembre dernier dans L’Action nationale, essentiellement, j’ai défendu deux thèses. D’une part, j’ai argumenté que le modèle québécois de développement avait connu des reculs significatifs au cours des 15 dernières années, sous les gouvernements PLQ de Charest et de Couillard. D’autre part, j’ai contesté une représentation véhiculée par une partie de la gauche1 selon lequel le modèle québécois avait aussi reculé, sous les gouvernements PQ de Bouchard et de Landry, de 1996 à 2003, et que cette période en avait été une de grande noirceur néolibérale en raison de l’obsession du déficit zéro qui aurait gangrené l’ensemble des politiques publiques.

Le gouvernement de la CAQ, l’immigration et la laïcité

On a voulu sortir les libéraux du pouvoir à tout prix et deux nouveaux partis à tendance populiste, de gauche et de centre-droit, se sont renforcés dans la mêlée. Le résultat a été l’effondrement du Parti québécois et du Parti libéral du Québec. Pour un temps…

Fort de sa victoire circonstancielle, le gouvernement de la CAQ se trouve désormais aux prises avec deux dossiers particulièrement sensibles. Il s’agit de l’immigration internationale et de la laïcité. Voyons en quoi.

Lire la suite : Le gouvernement de la CAQ, l’immigration et la laïcité

Quel avenir pour la laïcité ?

J’aimerais ici revenir sur la problématique soulevée dans mon article « Pas de laïcité sans indépendance » publié dans le dossier préélectoral « Le Tournant » de L’Action nationale en septembre dernier, pour examiner comment celle-ci pourrait évoluer à la lumière des résultats des élections du 1er octobre.

Rappelons d’abord les principaux points que j’avais développés. J’insistais sur la judiciarisation du politique qui caractérise la situation du Québec depuis 1982 dans le contexte canadien et qui correspond à la mise en tutelle de la démocratie parlementaire au profit d’un gouvernement des juges. Cet élément est crucial pour bien comprendre les difficultés qui se présentent chaque fois qu’un gouvernement veut légiférer sur la laïcité.

Lire la suite : Quel avenir pour la laïcité ?

Chronique d’un désastre annoncé

La première phrase de mon article intitulé « Pour une refondation du mouvement indépendantiste » publié dans le numéro double juin-septembre de L’Action nationale se lisait comme suit :

L’élection du 1er octobre annoncera une fin de cycle et un réalignement des forces politiques. L’échec électoral de la stratégie attentiste obligera des remises en question et une refondation du mouvement indépendantiste qui s’est perdu dans les incohérences et les tergiversations. Depuis 1995, les forces indépendantistes sont en déclin et ont entraîné le Québec dans un processus de régression politique en laissant le champ libre aux fédéralistes. Les dirigeants souverainistes ont réussi à transformer une presque victoire en déroute politique en devenant des promoteurs de l’autonomisme provincial.

Accès abonné

La CAQ peut-elle se permettre de faire fausse route?

Mobilité, congestion, pollution, compétitivité et aménagement urbain

Le nouveau gouvernement de la Coalition avenir Québec avait défini trois domaines d’intervention pendant la campagne électorale : l’économie, l’éducation et la santé. Après avoir été élu, François Legault a ajouté à cette liste l’environnement. Or, au cœur de ces quatre secteurs, on retrouve la planification du territoire et celle des transports, l’une ne pouvant aller sans l’autre, car, si nos villes sont mal conçues et, tout particulièrement, trop étalées, nos transports sont congestionnés, nos infrastructures de transport sont trop étendues et mal entretenues, notre air est pollué, nos citoyens sont en mauvaise santé, nos institutions d’enseignement sont mal réparties et en mauvais état, et nos économies urbaines ne peuvent rivaliser avec leurs concurrentes.

Troisième lien routier. Pont d’or ou éléphant blanc?

*Député de Jean-Lesage (QS) et son attaché politique

Le projet de troisième lien routier entre les villes de Québec et Lévis ne laisse personne indifférent. Promis par François Legault, désiré par Gilles Lehouillier et réclamé à grands cris par les animateurs de radio d’opinion, l’idée d’un pont ou d’un tunnel à l’est de la Vieille Capitale serait, à les écouter, la panacée. Remède miracle à la congestion routière et moteur du développement économique de la ville de Lévis, on prête volontiers au troisième lien toutes les vertus d’un grand projet de société, et ce, sans même attendre les conclusions présentées par le bureau de projet.

Le caquisme : essai sur un échec anticipé

Le caquisme apparaît d’une manière assez évidente comme un produit de la réaction droitière à l’incapacité libérale et péquiste de résoudre les problèmes actuels de la société québécoise. Depuis l’échec référendaire de 1995, les gouvernements québécois n’ont jamais réussi, avec leurs politiques néolibérales d’intensité variable, à mettre fin à l’insécurité vécue par de larges segments de la population. « Les marchés déterritorialisés génèrent une incertitude permanente et les individus y font l’expérience de l’impuissance », comme le rappelle le sociologue Oliver Nachtwey1. Il ne s’agit pas simplement du chômage ou de la pauvreté qui, bien que toujours existants, sont probablement moins répandus que dans les années 1960 ou 1970. Il faut tenir compte aussi de l’insécurité des personnes qui travaillent et dont le niveau de vie permet un certain confort matériel, mais vivant dans la crainte d’un transfert de leur entreprise, subissant les contraintes des nouvelles méthodes de gestion destinées à accroître leur rendement, ou ayant des horaires atypiques. Il y a les inégalités, stables au cours des « Trente Glorieuses », qui atteignent aujourd’hui de tels niveaux qu’elles en génèrent des tensions sociales et de vives critiques envers « les élites ». Les dirigeants de Bombardier en savent quelque chose.

Les résultats du 1er octobre 2018. Analyse et regard vers l’avenir

Après les résultats du 1er octobre dernier, au moins deux questions se posent : pourquoi et quoi faire maintenant ? Dans un premier temps, je compte analyser les résultats du 1er octobre et en proposer une interprétation d’un point de vue nationaliste à la lumière du contexte international. Dans un deuxième temps, je compte évoquer des pistes pour l’avenir.

La courbe de Sénèque et l’avenir des partis nationalistes

Postface de l’article « L’école québécoise asphyxiée par la Loi sur les langues officielles » paru dans le numéro de Juin-Septembre 2018

Les élections du premier octobre ont produit un résultat inespéré et historique.

Inespéré, parce que le Quebec Liberal Party (QLP) a perdu le pouvoir. Dans l’hiver de force qui est le nôtre et qui dure depuis 2003, voilà un dégel que plusieurs n’attendaient plus ! Ne serait-ce que pour ça, ces élections ont provoqué un certain soupir de soulagement collectif.

Accès abonné

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.

Mémoires 2019