Numéros publiés en 2020

  • François-Olivier Dorais et Marc-Urbain Proulx
  • Janvier 2020

Les régions du Québec ont un rendez-vous avec elles-mêmes

Entretien autour de l'ouvrage de Marc-Urbain Proulx Splendeurs, misères et ressorts des régions paru aux Presses de l'Université du Québec

François-Olivier Dorais

Dans une analyse synthétique, rigoureuse et accessible, votre ouvrage cumule plusieurs années de recherches sur le développement régional au Québec. Avant d’entrer plus avant dans le contenu du livre, pourriez-vous nous dire deux mots sur sa genèse et son ambition ?

Marc-Urbain Proulx

Sachez d’abord que je suis ravi que vous soyez satisfait concernant l’accessibilité de mes propos désirés en outre concis dans ce livre. Ravissement puisque mon engagement intellectuel nécessite, pour sa pertinence, non seulement un esprit de synthèse, mais aussi la clarté du propos pour le lecteur. Pour cette raison, les chapitres et les sections de cet ouvrage sont courts et aussi référencés par des notes disposées en bas de pages afin d’améliorer la fluidité des propos.

Lire la suite : ...

Les origines politiques et intellectuelles du biculturalisme

La création de la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme en 1963 était l’aboutissement d’un siècle de revendication des nationalistes canadiens-français. En choisissant d’inclure le biculturalisme dans le mandat de la commission, le gouvernement canadien reconnaissait pour une rare fois l’existence des deux peuples fondateurs. Qu’il y ait eu deux nations au Canada était un fait sociologique incontestable même si ces deux nations n’ont jamais été reconnues sur un pied d’égalité sur le plan constitutionnel. Mais à la fin des années soixante, cette réalité et le concept qui le désignait furent remisés aux oubliettes par Pierre Trudeau qui remplaça le biculturalisme par le multiculturalisme. Je retracerai dans cette analyse les origines de cette vision du Canada qu’on a caractérisée par le biculturalisme.

Lire la suite : ...

Récit d’une vie citoyenne dans Ahuntsic

En décembre 2001, dans une salle de l’hôtel du Parlement à Québec, siège une commission parlementaire portant sur la réorganisation et la démocratisation des Offices municipaux d’habitation du Québec. Cette commission se tient dans le cadre des fusions municipales mises de l’avant par le gouvernement. La ministre péquiste Louise Harel1 et la députée libérale Fatima Houda-Pépin2 reconnaissent Monik Desjardins en tant que première locataire élue au Conseil exécutif de l’Office municipal d’habitation de Montréal. Monik Desjardins, citoyenne d’Ahuntsic, locataire dans une habitation à loyer modique (HLM), participe à cette commission parlementaire publique pour faire valoir la position de la Fédération des locataires d’HLM du Québec. Quelques mois plus tôt, en septembre 2001, Josée Boileau du journal Le Devoir publie un article intitulé « Un toit, une voix » où elle présente Monik comme une femme timide qui a pris sa place en tant que citoyenne au Québec.

Lire la suite : ...

Tenter de justifier la déportation des Acadiens

Après avoir cédé l’Acadie à l’Angleterre en 1713 lors du traité d’Utrecht, la France déclare la guerre à l’Angleterre en 1744 et tente de reconquérir les principaux établissements anglais en Acadie, surtout Annapolis Royal : attaques vaines en 1744 et 1745. De plus, la France perd la forteresse de Louisbourg en 1745, mais la récupère en 1748 lors du traité d’Aix-la-Chapelle.

Lire la suite : ...

L’État et la laïcité

Le concept de laïcité n’est pas un concept identitaire au sens du communautarisme (identification aux valeurs d’une communauté). L’erreur du Parti québécois, c’est d’avoir présenté la charte des valeurs comme représentant les valeurs du Québec et plus spécifiquement des Québécois de souche, ce qui n’est ni conforme à la réalité empirique ou historique ni conforme au concept de laïcité qui se fonde sur des concepts d’égalité et de liberté : égalité dans les institutions de l’État et liberté de conscience de chacun. Dans les valeurs prônées par la république, s’ajoute le concept de fraternité. Cette valeur de fraternité est mise en évidence dans le livre d’Abdennour Bidar intitulé Les rencontres de la laïcité1. L’ajout du concept de fraternité aux principes de liberté et égalité apporte une couleur humaniste aux concepts plus rationnels d’égalité ou liberté, voire d’égale liberté, selon l’expression de H.L.A. Hart répondant à la question : Is there any natural rights2? Sa réponse : s’il existe un droit fondamental, c’est celui d’une liberté égale pour tous. Dans un contexte démocratique, l’égale liberté de l’un s’arrête où commence la liberté de l’autre.

Lire la suite : ...

Éditorial - Refaire la trame du récit national

2020janvier250Version PDF

Les bilans et perspectives qui accompagnent inévitablement les éditions de fin d’année qui font l’essentiel de la production médiatique entre Noël et le Jour de l’An n’auront pas manqué de se poser la question : quand donc prendra fin la lune de miel pour ce gouvernement ? L’interrogation en a turlupiné plusieurs parmi les bonimenteurs d’une classe médiatique qui a tant de mal à camoufler ce que lui inspire cet appui populaire.

Lire la suite : ...

A. Binette, P. Taillon et G. Laforest (dir.). Jean-Charles Bonenfant et l’Esprit des institutions

Amélie Binette, Patrick Taillon et Guy Laforest (dir.). Jean-Charles Bonenfant et l’Esprit des institutions
Québec, PUL, 2018, 462 pages

Une quarantaine d’années après le décès de Jean-Charles Bonenfant, qui a donné son nom à une célèbre fondation, les universitaires Amélie Binette, Patrick Taillon et Guy Laforest ont dirigé un ouvrage visant à faire connaître la vie et l’œuvre de cet homme. Bibliothécaire à l’Assemblée nationale, chroniqueur et enseignant, il aura contribué à réformer les institutions parlementaires du Québec et à développer une vision québécoise du fédéralisme canadien. Ayant informellement dirigé Henri Brun, qui demeure à ce jour un des plus grands sinon le plus grand constitutionnaliste québécois, Bonenfant peut être considéré comme un père fondateur de la doctrine et plus largement de la recherche québécoise en droit constitutionnel.

Lire la suite : ...

Christian Dufour. Le pouvoir québécois menacé. Non à la proportionnelle !

Christian Dufour. Le pouvoir québécois menacé. Non à la proportionnelle !
Saint-Jean-sur-Richelieu, Éditeurs Réunis, 2019, 166 pages

Dans son dernier ouvrage, Le pouvoir québécois menacé : Non à la proportionnelle !, Christian Dufour rompt avec la très consensuelle idée qu’un mode de scrutin proportionnel serait – ou sera, tout dépend des Québécois – un baume sur les plaies de notre démocratie. On retrouve alors l’auteur du Défis québécois dans un court plaidoyer, écrit « dans l’urgence et non sans inquiétude », contre le mode de scrutin proportionnel.

Lire la suite : ...

Martine Delvaux. Le boys club

Martine Delvaux. Le boys club
Montréal, les Éditions du remue-ménage, 2019, 232 pages

Dès le premier chapitre, on est saisi, à la lecture du nouvel essai de Martine Delvaux, par la tentation inquisitrice de l’auteure. Elle y raconte qu’un homme lui aurait posé une question lors d’un entretien, lui demandant, sceptique, qui pouvait bien être derrière la domination des femmes tellement décriée par la professeure féministe.

Lire la suite : ...

Sous-catégories

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.

Mémoires présentés récemment