Février 2021

Vol. CXI, no 2

Éditorial - Il faut mettre Dawson en tutelle

2020fevrier250

Il y a des limites à prendre les citoyens pour des valises. Cela fait des mois et des mois que ça dure. Les responsables du plus gros cégep du Québec disent n’importe quoi. Les contradictions ne se comptent plus. Les déclarations à la limite du mensonge officiel s’étalent à pleines pages et dégoulinent de bons sentiments pour mieux brouiller les repères factuels dès lors qu’il s’agit de s’adresser à un public francophone. En anglais, la rhétorique rhodésienne garde ses droits et ne s’en prive guère. Le double langage est une véritable vertu civique dans certains des cercles de l’establishment qui, depuis que le Canada est le Canada, traitent au Québec comme dans les bourgades de demeurés. Heureusement que le bassin des indigènes de service est inépuisable, cela permet de penser que la province regorge de « token » pour l’aider à ressembler à un pros Parti libéral du Canada.

Ça suffit !

Lire la suite : ...

La loi 101 sur le bout de la langue

En matière de langue française au Québec, la Cour suprême du Canada dégage de l’espace pour que l’Assemblée nationale légifère. Cependant, les politiciens québécois retardent tant l’actualisation de la Charte de la langue française que leurs homologues d’Ottawa sont susceptibles de voter une nouvelle Loi sur les langues officielles avant eux. Ces lois semblent épouser le même objet, mais leur approche diverge. À travers la superposition inhérente au régime fédéral, subsiste la permanence d’une problématique, car « la question du Québec, c’est la question politique de la langue1 ».

Accès abonné

Un peuple et son mal-être

La pandémie de COVID-19 a étalé au grand jour le sort peu enviable réservé à nos vieillards les plus vulnérables. La grande majorité des décès au Québec se concentre dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD)1, bien qu’il ait été facile de prévoir que ces cloîtres pour malades âgés deviendraient vite de sévères foyers d’infection. Le Québec héberge ses vieux dans des résidences séparées beaucoup plus que les autres provinces canadiennes : il compte trois fois plus de foyers pour vieillards que le reste du Canada (18 % contre 6 %)2.

Accès abonné

Qu’est-ce que la Révolution tranquille ?

60 ans plus tard, la Révolution tranquille fait toujours l’objet de discussions et de débats. Qu’est-ce que la Révolution tranquille ? Quand commence-t-elle et, surtout, quand se termine-t-elle ? Quels en sont les principaux acteurs et ses caractéristiques fondamentales ? Les processus qui lui sont associés sont-ils singuliers à l’expérience québécoise ? Objet de mémoire pendant de nombreuses années, dont la simple évocation a servi à alimenter les conflits politiques et sociaux, force est de constater que la Révolution tranquille est toutefois devenue un objet d’histoire – sans que ses ramifications mémorielles ne disparaissent pour autant.

Accès abonné

Le défi 50-30 ou l’effacement du Québec

On ne le dira jamais assez, le capitalisme s’adapte à tout. Pourfendu par les groupes de la gauche antiraciste et le tapageur mouvement de la cancel culture, celui-ci n’en conserve non seulement aucune rancune, mais va même jusqu’à trépigner d’enthousiasme devant ce nouveau marché avec lequel on trouve immédiatement le moyen de communiquer, d’approvisionner en produits et services de toutes sortes. Entre alors en scène le marketing pénitentiel, une stratégie marchande permettant de vendre plus de produits tout en s’excusant pour ses biais actuels et passés, réels ou simplement sentis. Des exemples ?

Accès abonné

L’Accord Canada–Royaume-Uni et l’indépendance du Québec

L’Accord de continuité commerciale entre le Canada et le Royaume-Uni (ACCCRU) vise à assurer que le Canada et le Royaume-Uni ne perdent pas leur fluidité commerciale. Rappelons que le Canada et l’Union européenne sont liés par une entente de libre-échange, l’Accord économique et commercial global, ou AECG, et que la décision du Royaume-Uni de quitter l’Union européenne a ainsi mis fin aux dispositions qui liaient Londres et Ottawa.

Accès abonné

Temps difficiles pour le postsecondaire en Ontario français

Entretien de François-Olivier Dorais, professeur à l’Université du Québec à Chicoutimi, avec Serge Miville, professeur agrégé d’histoire, Université Laurentienne et titulaire de la Chaire de recherche en histoire de l’Ontario français

La première semaine du mois de février 2021 a été marquée par deux nouvelles particulièrement difficiles pour le milieu universitaire francophone de l’Ontario. Tout d’abord, alors que l’on apprenait que la nouvelle Université de l’Ontario français (UOF) souffre d’une carence d’inscriptions pour sa rentrée de septembre, son recteur, André Roy, a annoncé sa démission, six mois après son entrée en fonction.

Accès abonné

« Retour à Val d’Or » de Jacques Ferron : une autre lecture du Canada français

Cette année marque le centenaire de Jacques Ferron, né à Louiseville, comté de Maskinongé, le 21 janvier 1921. Afin de lui rendre hommage, je propose ici un commentaire de l’un de ses contes, « Retour à Val-d’Or » (que l’on peut lire ci-dessous), publié en 1955 dans la revue Amérique française (puis repris dans les Contes du pays incertain aux éditions Orphée en 1962, HMH en 1968 et BQ en 1993 et 2021).

Lire la suite : ...

Marie-France Bazzo. Nous méritons mieux

Marie-France Bazzo
Nous méritons mieux, Montréal, Éditions du Boréal, 2020, 211 pages

De tous les chroniqueurs, animateurs, producteurs, peu prennent le temps de défendre leur point de vue dans un essai. Cette situation s’explique sans doute parce qu’au Québec le livre ne rend pas riche et c’est d’autant plus vrai pour l’essai. Ceux qui ont déjà une voix dans les médias au Québec ont donc bien peu d’intérêt à écrire ce type de livre. Bref, lorsqu’on écrit un essai, c’est parce qu’on en ressent le besoin de manière presque viscérale. C’est dans cet état d’esprit que la chroniqueuse, animatrice et productrice Marie-France Bazzo a rédigé Nous méritons mieux paru au mois de novembre 2020 aux Éditions du Boréal. Dès les premières pages, on comprend que l’essayiste n’a toujours pas digéré son congédiement sans justification de Radio-Canada à titre de morning woman en 2015. Elle est limpide : dans les 200 pages qui suivront, elle n’entend pas se faire de nouveaux amis dans le milieu médiatique, car elle critiquera sévèrement ce dernier.

Lire la suite : ...

Sous-catégories

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.

Mémoires présentés récemment