Notes sur Le ciel de Québec et le «grand contexte»

Pour lire Jacques Ferron sans trop de peine, la plupart des lecteurs choisissent de ne pas se laisser distraire par les allusions parfois obscures que l’écrivain a semées tout au long de ses pages. Or, je fais partie de ceux qui ne peuvent passer outre et qui sont, par le fait même, constamment renvoyés au réel. L’incipit du Ciel de Québec, par exemple, tout anodin qu’il puisse paraître à première vue, est hérissé de difficultés: « Monseigneur Camille, de la lignée humaniste des prélats québécquois, homme bon, discret et de bonne compagnie, disait sa messe au Précieux-Sang, dans la basse-ville ». Qui est Mgr Camille? Quelle est cette « lignée humaniste » du clergé québécois? Suppose-t-elle une « lignée » qui ne serait pas humaniste? Pourquoi le narrateur écrit-il québécquois au lieu de québécois? Y a-t-il vraiment un monastère du Précieux-Sang dans la basse-ville de Québec? Toutes ces questions ont pour effet de constamment nous bousculer hors du littéraire pour aller voir si nous y sommes.

Accès abonné

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.

Mémoires présentés récemment