Novembre-Décembre 2021

Novembre-Décembre 2021

Éditorial - La province craque

2021novdec250Une journée ce sont 800 000 Québécois qui n’ont pas accès à un médecin de famille, le lendemain le ministre à peine bougonneux fait monter le chiffre à 1,5 million avant de brandir un projet de loi pour faire peur au syndicat d’entrepreneurs dont les milliards en primes et en augmentations n’ont pas calmé les appétits. Une prime jaquette avec ça ?

Ils se trompent, ceux-là qui croyaient qu’avec la pandémie plus ou moins déclinante il y aurait moyen de passer à autre chose. Le système de santé – et la logique qui l’engraisse – est un cancer métastatique. Il y en aura pour des mois et des mois à voir tous les acteurs de cette maison de fous s’entredéchirer en confondant débat public et promotion du modèle d’affaires.

Lire la suite : ...

La loi 21 sur la pente fatale

Un avocat invoque les nazis, le juge acquiesce. Des affirmations abominables ont été prononcées en Cour supérieure, le vendredi 4 décembre 2020, lors des plaidoiries finales sur l’inconstitutionnalité alléguée contre la Loi sur la laïcité de l’État. On peut se demander quelle a été la teneur du raisonnement de l’avocat Azim Hussain, qui a outrancièrement assimilé la loi québécoise aux exactions nazies.

Lire la suite : ...

Cinquante ans de syndicalisme professoral universitaire

Il y a cinquante ans, au tournant des années 1970 et 1971, naissaient au Québec les premiers syndicats accrédités de professeurs d’université. Quatre syndicats ont ouvert la voie, deux représentant l’ensemble du corps professoral de leur établissement, le Syndicat des professeurs de l’Université du Québec à Montréal (SPUQ) et le Syndicat des professeurs de l’Université du Québec à Trois-Rivières (SPUQTR)1, et deux associations représentant les professeurs d’une discipline spécifique, soit l’Association des ingénieurs professeurs en sciences appliquées de l’Université de Sherbrooke (AIPSA) et l’Association des professeurs de l’École polytechnique (APEP), affiliée à l’Université de Montréal2.

Le dogme universitaire et ses types de propagande

Il est de plus en plus difficile de faire semblant qu’il n’existe pas. Après le scandale à Evergreen, l’affaire Lieutenant-Duval, les excuses quotidiennes des professeurs de Concordia à l’empiètement du « territoire non cédé », les études bidon sur le racisme systémique, le dogme universitaire ne peut plus se cacher. Il a étendu son emprise sur l’ensemble des universités du Québec et ailleurs en Occident : il s’impose dans les cégeps, et inévitablement, ses idées découlent jusque dans les écoles secondaires et primaires. Oui, les idées ont des conséquences, et nous en faisons les frais de manière percutante.

Accès abonné

L’Institut de l’économie positive. Vers les frontières de l’illimitation

Au moment d’écrire ses lignes, en ce Vendredi saint ensoleillé, mais glacial, je termine la lecture de solutions de sortie de crise imaginées par la gauche mondialiste. Je passe d’un reportage sur le dernier sommet de Davos, à La Presse et finalement au Manuel pour une sortie positive de la crise de l’Institut de l’économie positive. Ce dernier propose un guide pratique, solutions non conventionnelles à l’appui, pour sortir de la crise. Au dos du livre, on annonce que le texte est dirigé par Audrey Tcherkoff, une proche de l’éminence grise et influent Jacques Attali, et vice-présidente de la Fondation Positive Planet.

Accès abonné

Analyse d’un futur citoyen du Québec

Anthropologue, Claude Bariteau a contribué à L’Action nationale à de nombreuses reprises. Il est décédé le 16 septembre 2021. Gérald Grandmont nous a fait parvenir le dernier article sur lequel il travaillait.

Depuis le Traité de Paris en 1763, les statuts politiques du Québec ont oscillé entre une gestion directe et indirecte par Londres et Ottawa. Les modes de gestion des Britanniques sur le territoire furent analogues à ceux propres aux conquérants. Ils ont exercé une gestion directe dès 1763. Ils ont ensuite privilégié l’approche de la gestion indirecte (Indirect Rule) en valorisant les élites locales avec l’Acte de Québec en 1774.

Accès abonné

Jacques Ferron et le contemporain

— Alors, dis-moi, qu’est-ce que tu comptes faire en médecine ? Comptes-tu te spécialiser ?
— Dès que je serai reçu, je m’établirai. Je peux même vous dire où : en Gaspésie.
— Mais maudit homme, en Gaspésie ou chez les Zoulous, tu n’apprendras plus rien !
— Si j’apprendrai.

Jacques Ferron, Gaspé-Mattempa1

Les institutions sont l’ossature anthropologique d’une société, d’une humanité. Ce qui explique des recherches incessantes sur les formes de vie et les formes d’humanité dont les institutions sont tenantes. Alors qu’est-ce qu’une institution ? Comment certains sujets, éveillés aux problèmes du faire société, sont susceptibles d’instituer ? Il y a, derrière ces questions, de vieux problèmes d’anthropologie sociale relevant des principes de groupement humain et de nouveaux problèmes touchant la mise en œuvre du contemporain en vue de dépasser le (néo) libéralisme et l’(hyper) modernité.

Accès abonné

La charte de la langue française – mémoires d’un député en 1977

Camille Laurin a été mon mentor en politique. Dès le milieu de décembre 1976, un mois après notre l’élection le 15 novembre, il m’avait contacté pour créer un comité de députés pour la préparation de la Charte du français, le projet de loi qui allait marquer la première année du gouvernement Lévesque. Ce comité aurait pour rôle d’assister le ministre, ainsi que son équipe rapprochée composée du sous-ministre Guy Rocher, du conseiller Fernand Dumont et du chef de cabinet Henri Laberge. Sept de mes collègues députés, Jean Alfred, Jean-François Bertrand, Pierre de Bellefeuille, Rolland Dussault, Gérald Godin, Jean-Marc Lacoste et Gilles Michaud, acceptèrent d’y participer. Nous devenions pleinement participants à la grande aventure de la loi 101.

Accès abonné

La « Nuit des longs couteaux » et le coup de force constitutionnel fédéral

« Une des plus tristes constances dans la conduite des hommes au pouvoir, c’est l’incapacité absolue qu’ils semblent tous acquérir d’admettre la moindre erreur. On préfère se buter ou “fuir en avant” plutôt que d’avouer tout simplement qu’on s’est trompé, c’est-à-dire qu’on est humain. »

René Lévesque, Le Journal de Montréal, 29 déc. 1970

Accès abonné

Le peuple des rendez-vous manqués et des demi-mesures

Depuis l’échec référendaire de 1995, un certain sens de la fatalité de l’Histoire est revenu habiter le cœur de nombreux Québécois. Face au rendez-vous manqué, le réflexe très canadien-français d’une relative petitesse, s’enfermant dans le pragmatisme et la sécurité de la demi-mesure politique, se réactive. Nos nombreux chocs historiques ont contribué à l’émergence de cet état d’esprit, bien au-delà de l’effondrement du mouvement de libération nationale du XXe siècle. Pour exemple, le mois de novembre 1837 constitue ce type d’événement historique qui a imposé ce fatalisme, comme s’il allait dans le sens de l’Histoire que ce peuple se résigne à peu de choses.

Accès abonné

Sous-catégories

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.

Mémoires présentés récemment