banniereprojetmiguash

Y a-t-il une explication au Brexit et au rejet de la monnaie unique par le Royaume-Uni ?

Le présent article porte sur les raisons ayant motivé le Royaume-Uni (R.-U.) de s’exclure de la zone euro et de vouloir quitter l’Union européenne (UE) à la suite d’un référendum nommé Brexit.

Le traité de Maastricht est signé le 7 février 1992. Il constitue la première étape de la construction de l’Union économique et monétaire en Europe. Il ajoute à l’UE une dimension politique. Ce traité se révèle être l’un des plus célèbres dans l’histoire de l’intégration européenne. Le traité pose les assises d’une monnaie unique, qui sera gérée par la Banque centrale européenne (BCE). La nouvelle monnaie unique, soit l’euro, apparaît en 1995. Le 1er janvier 1999, onze États membres, sur une possibilité de quinze, se joignent au système monétaire européen. Il s’agit de la Belgique, la France, l’Allemagne, l’Espagne, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, l’Autriche, le Portugal et la Finlande. Ces pays, en tant que membres de l’Union monétaire, acceptent que l’euro soit décrété leur monnaie nationale avec un taux de change fixe par rapport aux autres devises internationales. Aujourd’hui, la zone euro compte huit autres pays portant à dix-neuf le nombre total de membres ayant adopté l’euro comme monnaie nationale1.

Accès abonné

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.

Mémoires 2019